Voilà pourquoi les femmes si fortes se sentent si brisées à l’intérieur

de | 21 mars 2017
femmes si fortes

Voilà pourquoi les femmes si fortes se sentent si brisées à l’intérieur

Image crédit : pixabay.com

Voilà pourquoi les femmes si fortes se sentent si brisées à l’intérieur

Elle peut supporter n’importe quoi. Le chagrin. Les fins d’amitiés. Le dysfonctionnement des rapports familiaux.

Chaque fois qu’on la blesse, elle affiche un faux sourire et continue comme si de rien n’était. Comme si tout allait parfaitement bien. Comme si son cœur était incassable.

Elle a l’air forte. Mais elle ne se sent pas forte. Elle a l’impression de vivre un mensonge, comme si tout le monde lui donnait plus de crédit qu’elle n’en mérite.

Après tout, tout le monde pense qu’elle est forte seulement parce qu’ils ne voient qu’un seul côté d’elle. Ils la voient pendant la journée, lorsqu’elle a suffisamment d’énergie à montrer. Mais ils ne la voient pas la nuit, lorsqu’elle est seule dans sa chambre, lorsqu’elle est trop fatiguée pour fuir ses problèmes.

Elle ne laisse jamais personne la prendre en chasse quand elle est vulnérable.

Quand elle ressent l’envie de pleurer, elle se retient jusqu’à ce qu’elle puisse s’échapper dans la salle de bain pour laisser couler ses larmes. Quand elle est bouleversée, elle invente une excuse pour annuler ses plans, et éviter de devoir publiquement faire semblant. Et quand elle a une dépression, elle n’envoie pas des messages à ses amis pour en parler ou ne fait pas des publications sur Facebook. Elle souffre en silence.

Elle ne voit pas l’intérêt de partager sa misère. Ses amis la considèrent comme drôle. Pétillante. La personne qui résout les problèmes. Ils viennent vers elle avec leurs problèmes. Ils s’attendent à ce qu’elle sache quoi faire. Ils s’attendent à ce qu’elle gère.

Alors elle hoche la tête et offre de la consolation quand ils se plaignent de leur vie ‘presque parfaite’, même si elle voudrait crier à voix haute pour qu’ils sachent ce que sont les vrais problèmes. Qu’elle est aux prises avec quelque chose d’un million de fois pire.

Mais elle ne se laisse pas envahir. Elle écoute. Elle comprend. Elle essaie d’être une bonne amie.

Et quand elle est en public, quand il y a du monde autour d’elle, il ne lui est pas si difficile de mettre ses problèmes de côté. Car elle s’y est habituée.

Mais à la minute où elle rentre dans sa voiture, à la seconde même, elle est quelque peu isolée du reste du monde, tous ses problèmes viennent s’effondrer autour d’elle.

Elle déteste les longs trajets seule dans la voiture, autant qu’elle déteste les pensées de minuit. Elle ne supporte pas d’être coincée dans son propre esprit – parce que c’est un endroit dangereux.

C’est un endroit où elle est convaincue qu’elle est retard dans sa vie. Qu’elle n’a pas réussi. Qu’elle est moche. Qu’elle est stupide. Qu’elle va mourir seule. Qu’elle va mourir sans réaliser aucun de ses rêves.

Même si elle semble forte, même si elle est forte, ses craintes ne la laisseront pas seule. Elles la suivent tous les soirs, dans sa chambre, dans ses rêves.

Et ils la font se sentir petite. Sans valeur. Inutile.

Elle déteste que le reste du monde la voit comme une chose, comme une belle femme indépendante, pendant qu’elle se voit tout autrement. Comme quelqu’un qui fait semblant.

Elle ne se rend pas compte qu’elle est aussi forte que le fer, parce qu’elle va de l’avant. Elle est forte, parce qu’elle a encore de l’espoir. Elle est forte, parce qu’elle est capable de sourire malgré la douleur.

Elle est forte, parce qu’elle est encore vivante, bien qu’elle soit témoin de la cruauté de ce monde.

Source les femmes si fortes  : This Is Why Such Strong Girls Feel So Broken Inside

24 réflexions au sujet de « Voilà pourquoi les femmes si fortes se sentent si brisées à l’intérieur »

    1. Ulyssefilsdelaerte

      Ces soi disant fortes caché derrière leurs faiblesses.Elles construisent des dysfonctionnements des rapports familliaux,Incapables d’amitiée franches et vivent constamment dans le chagrn.

      Répondre
      1. Germaine

        Bonjour, Je confirme, je suis constamment dans le chagrin et ne vois pas la vie devant moi, je stagne….. je survie Merci à vous

        Répondre
  1. leca

    Exactement ! Très très juste ! C’est exactement ce que je suis ! Ce que je ressens et ce que je fais ! Je fais avec depuis plus de 50 ans.

    Répondre
    1. Leca

      Exactement ! Très très juste ! c’est exactement ce que je suis ! ce que je ressens et ce que je fais ! et je fais avec depuis plus de 50 ans !

      Répondre
    1. Germaine

      Continue pour donner une bonne figure de soi , sans être soi , mais parfois transparente….. trop même, suivre pour ne pas être perdu, Sorte de dépendance affective, donc il faut bien choisir son compagnon ou compagne….

      Répondre
      1. pene

        Oui Germaine je sais.bien c’est dur si dur et ca fait mal. Un mal profond, nul ne le sait mais quand le rideau se ferme la nuit je pleurs comme toi Germaine

        Répondre
  2. Sabin

    Tout à mon image, une femme verticale et pour ses enfants …biens matériels, maison etc… Mais lorsqu’arrive le moment d être en intimité avec une personne de confiance et que l on se retrouve seule paf on a l impression que tout se brise mais on droit rester debout ! Hommage à toutes celles qui se battent pour rester debout…

    Répondre
  3. Eloga

    c’est des fois tres difficile de retenir ses larmes en public, meme au bureau parfois quelques larmes s’echappent, quand je rentre le soir a la maisn, le moindre instant seul dans une pieces elles inondent mes yeux, couchés sur le lit elles baignent mon oreiller. Tout cela est tres dur surtout quand tu n’a personne pour t’éssuyer ttes ces larmes. les gens nous voient comme des personnes tres fortes alors qu’en realité c’est juste une façade! Nous sommes tres fragile et des fois j’avoue que j’aimerais que quelqu’un me prenne dans ses bras et me die que tout ira tres bien.

    Répondre
    1. Denyse Roussel

      moi ça fait 49 ans que j’endure cela et que je me montre forte mais mon coeur est plein de peine et je ne peux en parler,car on me dit que je radotte, mais personne ne veux écouter ce que mon coeur ressent.Je suis prisionnière de mon coeur.

      Répondre
  4. Mandela ramo

    ça c’est un leur. Personne n’est fort parmi nous les humains. En général ce genre de personnes finissent en psychiatrie à cause de cette confiance en soi ou de la peur de se découvrir. Mon conseil avec tout respect que je dois à toutes les personnes, femmes et et hommes,qui se croient fortes. Trouvez des amis de confiances avec qui partager vos douleurs. Et plus important et à la limite, consultez et demandez conseil au prés des spécialistes dans le domaine avant que ça soit trop tard, psychologue avant le psychiatre.

    Répondre
    1. Germaine

      finissent en psychiatrie quand trop centrer sur elle, manque de confiance et d estime soi, a peur de tout et rien, et ne donne ça confiance que si l autre a fait un chemin, droit et honnête , Merci à vous

      Répondre
    1. Germaine

      un être pur…… comme beaucoup d être de Lumière qui s en sont allés trop tôt, et laisser les autres faire leur chemin…..

      Répondre
  5. Doon

    C’est tellement vrai, en fait c’est ma vie de tout les jours…a la fac, a la maison, avec mes amies, partout…. Je suis leur conseillère, leur confidente, je comprends tout d’eux a travers leur regard et leur gestes…je sais quand ils ont un problème. Mais pour eux je vais toujours bien, je souris tout le temps pour qu’ils ne s’aperçoivent de rien…des fois j’arrive même a confondre mon vrai et mon faux sourire..je fais ça si souvent et même tout le temps. Mais des fois tellement que quelqu’un me prend dans ses bras pour me dire que tout ira bien et qu’il que je ne vais pas bien. Ce que je déteste le plus c’est de rester seule sans avoir un truc a faire…parce toutes mes pensées vont refaire surface. Au final, je vais continuer a être ainsi….je ne me vois pas autrement.
    Ce que j’ai pu remarquer c’est qu’en étant ainsi, on ne vit pas vraiment.

    Répondre
    1. Germaine

      On vit pas, on survit, nous devenons l ombre de l autre ou des autres, qui eux ne nous voit même pas.

      Répondre
  6. Madeleine

    Je constate que plusieurs personnes moi comprise,souffrent toutes du meme probleme..On a tous un passe qui nous suit et que nous ne pouvons pas change mais qu il faut essayer d oublier.Je crois qu il faut regarder vers l avenir,trouver des personnes de confiance pour sortir de notre solitude interieure et se liberer de tout ce qui bouge en dedans et qui nous de tres grandes souffrances.
    Bonne route a tous çeux qui veulent s en sortir

    Répondre
  7. Mouf

    Une vérité qui me frappe en cette nuit d’insomnie. Dur de changer quand c’est la seule chose que tu connaisses. Beaucoup de travail reste à faire sur moi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *