Cette vache avait tellement peur qu’elle a commencé à pleurer…

de | 12 décembre 2015

vache

Cette vache avait tellement peur qu’elle a commencé à pleurer…jusqu’à ce qu’elle réalise où elle allait!

Emma est une vache laitière allemande, qui était nerveuse et troublée. Un matin, très tôt, elle fut placée dans une remorque et quitta son domicile. Par peur des représailles, elle se mit à verser des larmes. Elle ignorait totalement où on l’emmenait.

Sa vie fut littéralement bouleversée, mais la tristesse finit par s’atténuer. Les incertitudes laissèrent progressivement place à un réel optimisme quand elle fut relâchée au Sanctuaire Rhein-Berg Kuhrettung, en Allemagne. Les caractéristiques naturelles du sanctuaire sont variées, alternant collines, pelouses et d’autres vaches tout comme elle.


À son arrivée, d’autres vaches sont venues l’accueillir.

Elles se sont mises autour d’elle avec enthousiasme, comme pour dire: ’Ne t’inquiète pas, ça va aller. Bienvenue à la maison’. À la fin de la courte vidéo ci-dessous, Emma est heureuse comme un poisson dans l’eau. Elle s’est instantanément intégrée dans sa nouvelle famille, et s’est mise à gambader avec elle.

vache2

Emma aurait probablement été envoyée à l’abattoir, l’une des pires morts qui puissent exister . Au lieu de cela, un groupe de défense des droits des animaux lui a offert une nouvelle vie et a assuré qu’elle pourrait vivre le restant de ses jours en paix.

C’est une fin heureuse comme on aimerait en voir plus souvent.

 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire en français

Source Cette vache avait tellement peur qu’elle a commencé à pleurer: coolneeds.com

Sandra Véringa

3 réflexions au sujet de « Cette vache avait tellement peur qu’elle a commencé à pleurer… »

  1. Chris

    Dans ce reportage, on n’a qu’une partie des choses, on n’a guère les moyens d’être assurés qu’elle pleure réellement pour les raisons invoquées et pas parce qu’on lui a mis quelque chose dans les yeux, mais il faut être aveugle pour ne pas voir qu’une vache est un animal sensible et intelligent, capable de manifester de l’entrain ou de l’abattement dans nombre de situations observables alors que rien ne l’entraîne ou ne l’abat dans son environnement immédiat. Il faut aussi être aveugle pour ne pas savoir nous-mêmes que ce n’est pas seulement lorsque nous sommes capables de verbaliser certaines choses que nous ne pouvons anticiper du plaisir ou de la douleur très clairement, ce qui fait que sur l’essentiel, qui est le désir de vivre bien, autrement dit de jouir de sa vie, l’homme, la femme, l’enfant ou la vache sont égaux.

    Dès lors priver définitivement et sans intérêt pour lui un tel être d’une telle jouissance, c’est de l’indifférence à l’injustice subie par son égal, c’est-à-dire de la barbarie. Traiter une vache comme une simple machine à produire de la viande ou du lait en l’enfermant dans une usine mortifère, c’est une double barbarie. Se nourrir de muscles lacérés de vache ou de boeuf comme de lait non bio, c’est se nourrir de barbarie.

    Répondre
    1. thalys

      Bio ou pas, pour le lait c’est pareil ! se cacher derrière le bio pour ignorer la souffrance des vaches (les viols subits, le vol de leur bébés, leur mort programmée quand elles ne servent plus à rien car n’ayant plus de lait à force de traites démesurées) n’enlève rien à la réalité. Elles sont tuées , nourries au bio ou pas, prématurément (en moyenne à 5 ans, ce qui correspond à 17 ans pour un humain) et vendue sous l’appellation de « viande de bœuf » bio. Aucune différence pour elles !!
      sinon je suis d’accord avec le reste de ton commentaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *