Ces photos aspirantes illustrent comment la dépendance gâche nos vies

de | 16 novembre 2015
Photos aspirantes

Ces photos aspirantes illustrent comment la dépendance gâche nos vies

Cette addiction du 21ème siècle commence à passionner les photographes et artistes de la planète.

Je vous présente donc aujourd’hui le travail du photographe Parisien Antoine Geiger qui s’interroge lui aussi sur ce monde hyper-connecté. SurFake nous présente des portraits d’inconnus litéralement aspirés par leur smartphone. « Par la technologie, l’humanité s’est éloignée de l’animal pour mieux se rapprocher de la plante.  la différence que l’homme est une plante mobile. On s’est enraciné dans notre modernité. »

Photos aspirantes:

surfake00

surfake

surfake000

surfake2

 

surfake3

surfake4

surfake5

surfake6

surfake10

surfake11

Photos aspirantes: ANTOINE GEIGER

Omniprésent : il est partout. Dans votre poche, votre voiture, votre appartement, votre rue. Omnipotent : il est votre meilleur compagnon, vous y mettez tous vos potes, vos bons sentiments et vos photos de vacances. Omniscient : véritable couteau suisse du 21e siècle, sans lui on est tous foutus. L’écran est devenu une véritable extension biologique, au quotidien. Par la technologie, l’humanité s’est éloignée de l’animal pour mieux se rapprocher de la plante. A la différence que l’homme est une plante mobile. On s’est enraciné dans notre modernité. De plus en plus dépendants de sources extérieurs d’énergies, on est reliés, connectés de partout. A force de mondialisation on fini par chercher nos racines. On branche notre mobile et nous voilà a nouveau greffer à notre cailloux. Malgré la sédentarisation des modes de vie occidentaux, subsiste le rêve d’un nomadisme effréné.

 


Après photos aspirantes, voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *