in

Aujourd’hui, la planète implore l’être humain d’être humain

Partagez cet article

Rester chez soi le plus longtemps possible a été un acte d’amour. L’amour qui sauve des vies, y compris la vie elle-même.

Il faut comprendre que personne n’est moins protégé que quelqu’un d’autre, que nous sommes tous dans le même bateau, que nous devons ramer à l’unisson, ou nous coulerons tous.

Annonce

Ce qui se passe est en quelque sorte un test pour voir combien d’humanité nous avons en nous, à quel point nous sommes capables de nous mettre à la place de quelqu’un d’autre, en arrêtant de nous regarder le nombril.

Il n’est plus possible de ne penser qu’à soi, car l’autre peut nous contaminer. Nous pouvons nous contaminer les uns les autres. Prendre des précautions seul ne sert à rien. Le collectif est ce qui compte ; en fait, c’est ce qui aurait toujours dû compter.

Image crédit : Pixabay

La plupart des gens s’en fichaient, s’en fichent encore, ne voulaient pas savoir, ne se souciaient pas de la vie des autres. Maintenant, nous sommes obligés de changer, car il est évident que nos vies dépendent d’autres vies. 

Si nous ne pensons pas à nos prochains, aucune vie ne pourra continuer. Si nous vivons sans comprendre la dynamique de la vie en société, et de notre impact sur la planète, personne ne peut être en sécurité ou guérir.

Il ne suffit pas de s’isoler. Il faut, en plus, mettre en quarantaine le mal, la mesquinerie, l’égoïsme, l’ignorance, la cupidité.

Annonce

Pendant cette période dans certains pays, la pollution de l’air a baissé, la nature a repris ses droits, les rivières sont devenues limpides. Il n’y a pas d’autre coupable que l’irresponsabilité humaine. Sans cette prise de conscience, les humains s’extermineront.

Il est nécessaire de réfléchir sur le caractère éphémère de la vie, sur nos faiblesses et nos vulnérabilités.

La bonté

Il faut comprendre que personne n’est moins protégé que quelqu’un d’autre, que nous sommes tous dans le même bateau, que nous devons ramer à l’unisson, ou nous coulerons tous. Nous devons faire confiance aux statistiques, à ce qui s’est passé dans d’autres pays, à ce que la science a à nous dire. Il faut penser à l’ensemble.

En cette période, l’amour de soi ne suffit plus, il faut aussi aimer son prochain. Nos attitudes ont un impact sur les autres vies, et vice versa.

Rester chez soi le plus longtemps possible a été un acte d’amour. L’amour qui sauve des vies, y compris la vie elle-même.

C’est ainsi qu’on pourra sortir de tout ce monde plus humain, plus altruiste, plus vrai. Juste en étant conscient que chaque chose, même la plus insignifiante, a des conséquences.

Jean Charles R.

Annonce

Publié par Jean-Charles R

À propos de l’auteur: j'aime la nature et l'écologie mais je m'intéresse aussi à la psychologie et la spiritualité, je pense que tout est lié. Je suis arrivé dans l’équipe d’ESM en 2016 après avoir étudié en Angleterre et passé plusieurs années en Australie . Depuis toujours, je suis soucieux de la nature et de mon impact sur l’environnement. Ainsi, par le biais d’informations, j’essaie de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de jouer un rôle dans l’éveil des consciences afin de rendre le monde un peu meilleur chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

zodiaque les plus vrais

Les signes du zodiaque les plus vrais. Ils disent ce qu’ils pensent !

pas oublier

Vaincre ce n’est pas oublier, c’est se souvenir sans douleur