Pourquoi j’ai arrêté d’aider les gens et vous devriez en faire autant

de | 12 juillet 2017

aider les gens

Pourquoi j’ai arrêté d’aider les gens et vous devriez en faire autant

« N’essaie jamais d’aider quelqu’un à moins qu’il ne soit prêt à être aidé. »

Ma mère m’a appris à ne jamais donner de conseils qui ne soient pas demandés, ni de tenter d’aider une personne à moins qu’elle ne vous le demande. J’ai toujours pensé qu’elle était peut-être juste un peu froide. En vieillissant, j’ai commencé à réaliser qu’elle avait en fait raison. Ma mère est l’une des personnes les plus gentilles que je connaisse.

La société met souvent l’accent sur la nécessité d’aider les autres. Je le fais aussi.

On vous dit qu’il faut aider les gens inconditionnellement et surtout lorsqu’ils s’y attendent le moins. Rien de tout cela, bien évidemment, n’est faux. Les actes de bonté aléatoires peuvent changer la vie d’une personne dans bien des cas. Cependant, la médaille a son revers. Et il est essentiel de ne pas faire abstraction de l’autre face de l’impact d’un tel geste.

  • Voici le «mauvais»
  • Voici le «bon»
  • Voici le «mauvais» qui se trouve dans le «bon»
  • Voici le «bon» qui est dans le «mauvais»
  • Voici la vie

Tout n’est pas mauvais. De la même manière que, tout n’est pas bon. Il y a du bon dans le mauvais. Et il y a du mauvais dans le bon. Ce n’est pas mauvais en soi d’aider les gens. Mais ce n’est pas non plus ce qu’il y a de meilleur pour eux. Donc, voici les raisons pour lesquelles j’ai personnellement cessé d’aider les gens, et je vous recommande d’en faire autant:

1. Arrêtez d’aider les personnes qui ne méritent pas votre aide

Cela n’est pas évident. On nous a appris qu’aider les gens est la meilleure chose à faire. Vous devez désapprendre cette croyance populaire.

« En vieillissant, vous découvrirez que vous avez deux mains, l’une pour vous aider, l’autre pour aider les autres. » ~ Sam Levenson

Les créateurs de « start-up » demandent souvent de faire appel à mes lumières. Je sais combien il est difficile de gérer une start-up, j’en gère une moi-même. J’ai pourtant arrêté d’offrir mon savoir gratuitement.

On m’a souvent invitée dans le passé à boire un café uniquement pour faire appel à mes lumières. Si vous avez quelques millions d’euros à la banque à investir, récupérer mes idées gratuitement n’est pas acceptable, surtout si vous ne vous faites même pas l’effort de me payer le café.

On ne comprend pas que j’aie une famille à nourrir, des prêts à rembourser, des délais à respecter. On ne réalise pas qu’en prenant le temps de boire un café, il me faudra compenser ce temps perdu et rester à travailler jusqu’à deux heures du matin.

Si les gens n’imaginent pas que mon temps est précieux, alors je n’ai pas de temps à consacrer à ces personnes !

Si les gens ne se préoccupent pas de vous, vous n’avez pas à les aider. Ils ne méritent pas votre aide.

Maintenant, je donne simplement le tarif que je prends et je quitte la place. Oui, c’est très dur, mais cela facilite ma vie et me rend plus heureuse. Je suis davantage prise au sérieux. Si quelqu’un n’a pas de quoi se payer mes conseils, je propose habituellement un autre moyen d’échange.

Règle n°1 : Ne jamais rien offrir gratuitement.

Règle n°2 : Ne jamais oublier la règle n°1.
La prochaine fois que quelqu’un vous demande de parler gratuitement à sa conférence, n’acceptez pas avant d’avoir négocié au mieux. Si la personne ne peut pas se le permettre, demandez à avoir un stand gratuit, du temps pour promouvoir votre propre entreprise ou peut-être des tickets gratuits pour la conférence. Cela montrera si elle est sérieuse concernant votre présence à sa conférence.

On cherchera toujours à vous exploiter si vous vous laissez faire. Vous n’avez pas le temps d’aider tout le monde, n’aidez que les personnes qui méritent votre aide.

Rappelez-vous, la première personne qu’il faut aider c’est VOUS-MÊME.

Si aider les gens vous rend malheureux, ne le faites pas. C’est un règle simple.

Il faut parfois se montrer égoïste et passer avant tout le monde. Ignorez ce que la société vous presse de faire.

2. Arrêtez d’aider les gens qui n’apprécient pas votre aide

Ma plus grande faiblesse, c’est que j’aime aider les gens.

J’aide les gens, qu’ils me le demandent ou non. Mais vous ne savez jamais si ce genre de philosophie ne va pas se retourner contre vous.

Un ancien client à moi n’allait pas bien. Mon équipe a passé quelques jours à analyser toutes les données et tendances pour trouver où était le problème. Comme c’était hors contrat, je n’ai pas facturé. Nous l’avons fait parce que nous voulions que le client réussisse. Mon équipe a découvert de sérieux problèmes dans le modèle et la stratégie commerciale du client. Nous avons montré nos découvertes au client et il nous a congédiés sur-le-champ.

Nous avons agi par empathie et compassion pour notre client. Nous lui avons dit ce qu’il ne voulait pas entendre. Nous avons perdu un client en essayant de l’aider. Et pour finir, il a détesté que l’on donne notre opinion de professionnels.

Le meilleur moyen de devenir l’ennemi de son ami est de lui offrir un conseil qu’il ne veut pas entendre.

Quand j’offre mon aide, je souhaite vraiment aider. Mais très souvent, les gens ne sont pas prêts à accepter mon aide. C’est normal. Tout changement demande du temps et la plupart des gens ne veulent pas changer.

Vous ne devez pas offrir vos services si les gens ne sont pas préparés à les recevoir, sinon ils pourraient revenir un jour en vous rendant responsable de leurs problèmes.

J’ai arrêté d’aider les gens qui ne veulent pas de mon aide. Moins de drames, plus de temps pour moi.

3. Arrêtez d’aider les gens si vous nen êtes pas capable à 100 %

C’est le point le plus important. Proposer d’aider quelqu’un si vous n’êtes pas apte à le faire, c’est NON. Je l’ai fait un certain nombre de fois et je le regrette encore aujourd’hui.

Il y a quelques années, mes parents sont partis à l’étranger et ils m’ont demandé de m’occuper de leur maison. Je ne sais pas du tout comment on arrose les plantes. J’ai versé beaucoup trop d’eau sur certaines et trop peu sur d’autres. Un mois plus tard, au retour de mes parents, toutes les plantes étaient mortes. Si je ne leur avais pas offert mon aide, quelqu’un qui sait comment prendre soin des plantes aurait pu le faire et les précieuses plantes de mon père seraient encore en vie aujourd’hui. Ils ne m’ont plus jamais laissé toucher à une plante.

Aider les gens quand vous n’en avez ni les compétences ni le temps fera plus de mal que de bien.

Offrir son aide en faisant du mauvais boulot fera plus de mal que de bien. C’est comme être aveugle et apprendre à quelqu’un à peindre. Vous faites rater des opportunités de trouver une meilleure aide.

Votre gentillesse peut heurter aussi les gens dans certaines circonstances. L’une des façons les plus simples de détruire une relation est d’offrir une aide qu’on ne peut satisfaire.

Au final, tout peut être bon comme mauvais. Nous devons tous faire notre possible pour trouver le juste équilibre entre les deux.

Réfléchissez toujours très soigneusement avant d’offrir votre aide à quelqu’un. C’est peut-être aller sinon au-devant d’une perte de temps, d’argent et risquer de rompre une relation qui vous est chère (qu’elle soit personnelle ou professionnelle).

Un acte de bonté gratuit peut changer la vie de quelqu’un, mais aussi la détruire.

Source : www.cammipham.com/

15 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai arrêté d’aider les gens et vous devriez en faire autant »

  1. Dany Bandelloni

    Pour savoir s’il est prêt à être aidé, il faut commencer à l’aider, mais de façon intelligente. Intelligente pas pour soi, mais pour lui. Après ………………………… improvisez en fonction de votre propre intelligence sur son comportement. Rappelez-vous que rien n’est fortuit ! Si cette personne vous a rencontré c’est qu’elle a besoin de votre intervention, même à son insue. Alors n’abandonnez jamais quelqu’un dans ce besoin, et sachez que la seule chose qu’on peut donner aux autre c’est : Le Dharma.

    Répondre
  2. Cécilia RÉ

    Pas mal cette philosophie. Enlevée dedans d’une famille hautement chrétienne, j’ai vécu une longue période où j’ai renoncé à moi même pour faire heureux à qn d’autre…jusque à un jour en lequel j’ai compris que celle qui n’était pas heureuse c’était moi. Là , l’éveil est venu. On doit s’aimer à soi même pis on aidera si on peut. Il y a du monde que ne laisse pas aimer, ni aider ni rien parce que son comportement va à contre la Bienveillance et la Bienfaisance. Ils vont à droite et à gauche et faisant du mal, en réduisant l’autonomie et la justice. avec ce monde là, on y peut rien. Il faut les laisser à sa sorte laquelle est déjà gagnée selon les lois spirituelles. Seulement l’éveil spirituel peut les faire changer mais cet éveil doit naître de son propre gré, de sa volonté et de son désir intime pour qu’un changement s’opère en leurs cœurs.

    Répondre
  3. lebororo

    Toujours aidé les gens gratuitement…
    Je suis super sain et bien reconnu sans abus.

    Répondre
  4. Gratiant

    Quand on dit « aider l’autre » il faut tjrs se souvenir des bons vieux dictons comme celui qui dit en plus « ça ne coûte rien » C’est en ce sens que l’aide doit exister car elle revele la part d’humanisme de la société. ..Des animaux le font bien…Il s’agit donc bien effectivement d’aide ou de gestes mesurés , à la mesure de chaque situation et non pas de « travailler » gratuitement….Il s’agit de gestes d’amitié ou d’amour et celui qui en bénéficie doit accepter ce geste avec ses conséquences éventuelles, j’aide un ami à déménager mais je casse un de ses objets ..Je prends soin de la maison de mes parents, ceux ci sont mes pagents et doivent comprendre d’éventuelles erreurs que je commet , enfin il faut effectivement respecter la fierté de l’autre ( coutumes de certains peuples )…..

    Répondre
    1. Blablabla

      tout à fait d’accord ! article nombriliste et dépourvu de compassion pour les plus faibles !

      Répondre
  5. Anarkali

    Super article.
    Je me suis reconnue dedans et moi aussi maintenant, je n’aide plus comme avant.
    J’ai ouvert les yeux quand j’ai compris qu’on m’exploitait. La réalité a été dur mais bénéfique.
    J’aide toujours les gens mais plus comme avant.
    Ce qu’il faut savoir, c’est que l’être humain peut être sans pitié. Il est capable d’exploiter une personne, lui prendre ce qu’il a à lui prendre puis la jeter comme une merde. (désolée du mot)
    Il suffit juste de regarder dans le monde du travail ou/et dans le quotidien.
    On a tous vécu cette expérience d’avoir aidé quelqu’un qui part la suite nous a trahit.
    En faite, lorsque que l’on sympathise avec une personne, on ne sait pas ses intentions. Il arrive qu’on voit le vrai visage d’une personne après qu’elle est obtenu ce qu’elle voulait.

    Répondre
  6. fanara

    Je comprends tout à fait votre vécu décrit ds votre article Jean-Charles R. pour avoir eu le mm que vous, sauf que, j’ai compris une chose importante à force d observer et de constater autour de moi que certaines personnes finissent par être déçues en aidant les autres généreusement et d autres, par contre, le vivent super bien et reçoivent bcp en retour et de manière naturelle, alors, ma question a été : pourquoi est-ce si différent pr les uns que pr les autres ?? , ce que j’ai découvert est que, il est très important d aller voir en nous nos vraies intentions, sont-elles basées sur l égo ou sur l’amour ?? OOh je sais, vous me direz : « mais sur le coeur voyons !! » , mais alors, vous répondrais-je, si cela est basé sur le coeur, pourquoi tous ces désagréments ?. Tout, absolument tout, ce qui vient du cœur n’apporte AUCUN désagrément, de plus, lorsque l on est ds son coeur, celui-ci ns guide vers les bonnes personnes à aider !!!

    Répondre
  7. Le "D"

    Avant de dire « OUI » à quelqu’un, assures-toi de ne pas dire « NON » à toi-même!!!!

    Répondre
  8. La Zee

    Quand on a envie d’aider, il faut le faire de façon désintéressée .
    Il faut savoir aider sans se sentir « obligé » de le faire, en accord avec soi même.
    Nous attendons presque toujours quelque chose en retour et ne prenons pas souvent assez de recul.
    Pour ma part, j’aime aider quand j’ai la possibilité et la capacité de le faire. Tant pis si je n’ai rien en retour , puisque j’aide les gens un peu pour « me faire du bien ».

    Répondre
  9. Hervé

    Pour moi c’est simple.
    Toujours attendre d’être sollicité pour apporter son aide.
    Mais pour cela, encore faut-il être attentif aux autres et donc ne pas être égoïste, car parfois les signaux de détresse sont très faibles.
    Ensuite de deux choses l’une.
    Soit j’offre mon service et je n’attends rien en retour.
    Soit je le facture et je l’annonce dès le départ.
    Mais surtout, jamais je ne regrette d’avoir choisi l’une ou l’autre de ces options.
    Car j’agis en pleine conscience de la situation et suis en parfait accord avec moi-même.
    Belle journée à vous tous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *