Vous êtes le ou la guerrière de votre vie, ne renoncez pas

de | 29 novembre 2018

 guerrière de votre vie

Image crédit : depositphotos.com

Vous êtes le guerrier ou la guerrière de votre vie, ne renoncez pas

Parfois, vous avez le sentiment que tout s’effondre autour de vous.

Comme si vous n’aviez nulle part où aller, comme si vous ne pouviez rien faire.

Vous en avez assez d’essayer de recoller tous les morceaux de votre vie.

Et vous voulez abandonner, vous avez envie de jeter l’éponge, mais vous n’êtes même pas tout à fait certaine de savoir ce que « jeter l’éponge » signifie réellement.

Ou peut-être que vous le savez.

Peut-être avez-vous envie de vous exiler une île lointaine et ne jamais revenir.

Peut-être avez-vous envie de vous glisser dans votre lit, de mettre les couvertures sur votre tête et de dormir pendant plusieurs jours pour tout oublier.

Mais vous ne faites rien de tout ça…

Non.

Au lieu de cela, vous vous battez en espérant qu’un jour ou l’autre, les choses tourneront en votre faveur.

Mais chaque jour quand vous vous réveillez avec l’espoir d’avoir quelque chose de mieux, il est brisé en morceaux et vous tournez en rond dans un tourbillon inévitable de chaos.

Vous commencez à avoir l’impression d’avoir raté votre vie,

Comme un imposteur,

Même si vous faites de gros efforts, vous ne vous retrouverez jamais dans rien, car chaque direction que vous empruntez semble être bloquée par une chose ou par une autre: problèmes financiers, problèmes de santé récurrents, faible estime de soi, mode de vie qui ne vous laisse pas le temps de reprendre votre souffle, et encore moins d’essayer quelque chose de nouveau.

Des murs sur des murs sans fin et intimidants se dressent devant vous.

Parfois, vous avez l’impression de perdre votre emprise sur la réalité et vous commencez à tout remettre en question…

-Qu’est ce que la vie? Est-ce que je compte vraiment?
-Quel est le but de tout cela?
-Est-ce que je serai toujours comme ça?
-Est-ce que ça ira mieux un jour?

Faites une pause.

Respirez, fermez les yeux et prenez une profonde respiration lente…

Inspirez… 2… 3… 4…

Expirez… 2… 3… 4…

Ressentez votre respiration.

Quand vous commencez à avoir l’impression de perdre le contrôle de votre volonté, faites une pause.
Faites une pause pour prendre cette respiration lente, profonde et nourrissante.

-Elle donne vie à votre corps,
-À votre esprit,
-Et à votre âme qui veut être entendue, reconnue, appréciée et aimée.

Oui, vous avez besoin de votre propre affection. Car si nous voulons vivre authentiquement, nous devons nous montrer que l’amour est un ingrédient nécessaire.

En revanche, je n’ai jamais dit que c’était simple.
Être vulnérable, c’est-à-dire mettre votre cœur à nu, est quelque chose de difficile à faire.
Il est difficile de plonger profondément dans les recoins sombres de votre esprit, d’explorer ce que vous avez refoulé, de peur de paraître faible.

Non, il faut un ou une guerrière pour se lancer dans de telles quêtes.

Mais vous en êtes un ou une.

Alors, prenez votre cœur fougueux, tenez-le doucement dans vos mains et laissez les murmures d’amour et de tendresse sortir de vos lèvres.

Car être une guerrière ne veut pas dire que vous n’avez ni défauts ni faiblesses. Cela ne signifie pas que vous saurez toujours dans quelle direction aller et que vous n’aurez jamais de problèmes.

Cela signifie que même si vous ne savez peut-être pas quel chemin emprunter, même si vous êtes prise au piège d’un barrage d’énormes vagues, vous ferez de votre mieux pour rester fidèle à votre réalité, pour vivre authentiquement.

Alors, laissez ces marées vous submerger et respirez.

C’est la vie.
Et c’est terrifiant, déchirant, magnifique.

Tout comme vous .

5 réflexions au sujet de « Vous êtes le ou la guerrière de votre vie, ne renoncez pas »

  1. MARIANNE LENGRAND

    Bonjour croyez-vous qu une personne puisse utiliser une certaine manipulation comme l hypnose ou autre chose pour que l on devienne amoureux d une personne pouvons-nous me répondre merci

    Répondre
  2. Duquesne Nelly

    J’aurais aimé lire ce texte bien longtemps avant j’ai les larmes aux yeux tellement je suis relié aux texte s.a. me remue, s.a. me parle.Merci

    Répondre
  3. Nathalie Bibeau

    Ce texte est ma vie!!! Et si j’avais juste le goût de peser sur un reset. Je suis essoufflée; j’aurai bientôt 54 ans le 27 décembre et aussi loin que je me souvienne je me suis toujours senti que j’avais nulle part où aller

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *