Et si mon souhait était simplement de vivre une vie simple

de | 21 juillet 2017
vivre une vie simple

Et si mon souhait était simplement de vivre une vie simple

Image crédit : pixabay.com

Et si mon souhait était simplement de vivre une vie simple

Et si je voulais simplement vivre une petite vie simple? Et si j’étais heureux de vivre dans le calme? Et si j’étais simple et que je choisissais d’être en paix avec cela?

Le monde est un endroit tellement bruyant. Des voix fortes et haranguantes poussent à se bousculer, s’améliorer, se construire, faire des efforts, aspirer, acquérir, à comprendre davantage. Pour être plus grand et meilleur. Sacrifier le sommeil pour la productivité. Viser l’excellence. Avoir un impact énorme dans le monde. Faire en sorte que la vie compte.

Et si je n’avais pas cela en moi. Et si tous les efforts pour l’excellence me rendaient triste, usé, épuisé? Ne suis-je tout simplement pas assez bon?

Et si je ne construisais jamais d’orphelinat en Afrique, mais que j’envoyais des sacs de courses aux gens ici et là et que soutenais quelques enfants en les parrainant? Et si j’offrais simplement les petits cadeaux que j’ai au monde et que c’était suffisant?

Et si je ne voulais pas écrire un livre de cuisine ou monter une entreprise à six chiffres ou parler devant des milliers de personnes? Mais j’écris parce que j’ai quelque chose à dire et je m’investis dans une petite communauté de personnes dont je prends soin et que j’encourage à aimer et à prendre soin d’elles. Parce que plus grand n’est pas toujours mieux et l’individu compte.

Et si je me contentais d’accepter ce corps ni grand ni petit? Juste entre les deux. J’accepte de ne pas devoir faire de nombreux efforts pour avoir des abdos ou 18% de graisse corporelle. Et je fais la paix avec lui et je décide de ne jamais regretter d’être moi-même. Prenez-moi ou laissez-moi.

Et si je gérais ma maison d’une façon simple en dépoussiérant rarement et en maintenant surtout l’ordre et en faisant de la vraie nourriture, mais que j’achetais parfois de la pizza et que j’avais parfois horreur du désordre dans certaines pièces de la maison? Qui aime prévoir le menu et le budget, mais brise ses propres règles. Qui ne se soucie pas de la décoration et de la fantaisie. Dont la maison est simple mais sûre.

Et si je n’étais pas coupé du rythme effréné de cette société et que je ne pouvais plus continuer? Et voir tellement d’autres personnes qui semblent avoir une énergie et une endurance illimitées, mais savent que j’ai besoin de beaucoup de solitude et de calme, de beaucoup de repos pour être en bonne santé. Corps, esprit, santé de l’âme. Suis-je assez bien?

Et si j’étais trop religieux pour certains et pas assez spirituel pour d’autres? Non évangélique. Pas assez audacieux. Pourtant, je suis disposé à partager de manière tranquille, dans une véritable relation, ma foi profondément enracinée. Et mes doutes et mes insécurités.

Cela devra suffire.

Et si j’étais marié depuis 21 ans et que j’adorais la personne avec qui je suis plus aujourd’hui qu’hier, mais que je n’avais jamais eu de romance de conte de fées et que je brisais les règles de mariage des «experts» pour faire une tonne d’activités ensemble et avoir un groupe en commun.  Et nous aimons le temps que nous passons chacun de notre côté et ensemble. Notre mariage est-il assez bien?

Et si j’adorais mes enfants mais que j’avais besoin de temps pour moi et que je voulais parfois me faire passer en priorité mais que j’affirmais soutenir mes enfants dans leurs passions?

Et si je comprenais mes limites et que j’arrêtais de protester contre elles? Faire la paix avec qui je suis et ce dont j’ai besoin et accepter mon droit de faire de même. Accepter que tout ce que je veux est une petite vie simple. Une vie médiocre. Une belle vie, calme et douce.

Je pense que c’est suffisant.

Et si mon souhait était simplement de vivre une vie simple auteure : 

2 réflexions au sujet de « Et si mon souhait était simplement de vivre une vie simple »

  1. Chantal Lachapelle

    Vous avez su mettre sur « papier » plusieurs facettes de mon « moi éclaté ». Comme Vous, je sais manier la plume d’une main, pour qui, cette même plume, n’est pas fardeau, mais besoin. Votre texte, aussi simple soit-il, est d’une profondeur abyssale, qui m’a touché d’une manière telle que l’expliquer serait le profaner. Merci de m’avoir apporté la preuve que je ne suis pas complètement seule. Vous mêtes d’un grand réconfort. Lady M.

    Répondre
  2. CELINE

    Bonsoir,
    Merci pour la simplicité de cette article rédigé avec justesse. Je le fais lire à certaines personnes qui pensent que vie médiocre équivaut à échec alors que nos buts sont différents.
    Bien à vous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *