importance du détachement
Image crédit : Depositphotos

Les histoires zen apportent toujours des enseignements essentiels.

Nous montrant comment nous devons nous comporter face à la vie, afin de construire quelque chose d’agréable à vivre, qui permet l’évolution spirituelle et l’union avec les gens qui nous entourent.

Aujourd’hui, nous apportons une histoire très puissante qui nous enseigne l’importance d’apprendre à pratiquer le détachement dans nos vies. 

Annonce

Faites-en une lecture réfléchie et tirez-en les leçons dont vous avez besoin pour améliorer votre vie.

Cette ancienne histoire zen raconte l’histoire d’un maître qui était censé former deux jeunes disciples. 

Les deux jeunes hommes étaient prometteurs, disciplinés et engagés, ils voulaient évoluer et devenir aussi maîtres. Ils se sont donc consacrés quotidiennement à leur mission.


Le maître a essayé de tout leur enseigner, mais l’une des principales leçons était de lâcher prise, car pour la philosophie zen, lorsque nous apprenons à lâcher prise, nous trouvons la paix et le bonheur.

Suivant les enseignements de l’enseignant, les jeunes ont cherché à dépendre de moins en moins des choses et des personnes qui les entourent, et davantage d’eux-mêmes. Ils vivaient simplement mais sentaient que leurs sacrifices les aidaient à évoluer.

Une rencontre imprévue sur la rivière

Un jour, l’enseignant demanda aux deux disciples de l’accompagner dans une mission pour apporter de la nourriture dans un village voisin, qui était très pauvre et avait besoin d’aide. Les jeunes gens acceptèrent aussitôt et firent tout pour aider, transportant de lourds paniers de nourriture avec le maître. En arrivant au village, ils commencèrent tout de suite à préparer la nourriture et à la donner aux habitants. Ils le firent avec motivation, car aider les autres était quelque chose qui les rendait heureux.

Annonce

Au moment de rentrer, le maître zen leur demanda de se promener dans les bois près du monastère. Comme il y avait encore du soleil, ils pouvaient apprécier la beauté des fleurs, du ciel et des animaux. De plus, la rivière était très proche et ils pouvaient étancher leur soif.

Puis, tous les trois, ils marchèrent en silence pendant longtemps, profitant du soleil et du vent sur leurs visages, sentant les fleurs et écoutant les oiseaux chanter. Après un certain temps, ils arrivèrent à la rivière et tombèrent sur quelque chose de surprenant: une belle femme avec un large sourire.

Un événement remarquable

Les jeunes étaient enchantés par la beauté de la femme qui, réalisant combien elle toucha les garçons, leur demanda une faveur: l’aider à traverser la rivière. L’un des disciples se dépêcha de l’aider sans réfléchir. Il la porta et la laissa sur les rives de la rivière, puis revint vers son maître et compagnon.

Le maître regarda profondément le jeune homme, puis ils continuèrent à marcher. L’autre disciple n’était pas satisfait, il regarda le maître et regarda son compagnon, voulant dire quelque chose, mais il préféra ne rien dire avant d’arriver au monastère.

L’enseignement: mettre la théorie en pratique

Plusieurs jours s’écoulèrent après l’épisode de la rivière et le maître n’avait toujours pas commenté ce qui s’était passé, mais le disciple n’était toujours pas à l’aise avec la situation. Comment était-il possible que l’autre moine ait cédé aux charmes de la femme et ait préféré l’aider d’abord, plutôt que le maître? En y repensant, il était en colère.

Annonce

L’autre disciple était très calme. Il continua sa routine et ne réalisa pas à quel point son partenaire était mal à l’aise. Sa relation avec le maître n’a pas changé et il n’a plus jamais fait référence à l’épisode avec la belle femme.

Un jour, fatigué de se taire, le jeune homme troublé se rendit chez le maître pour se plaindre :

«Comment est-il possible que vous ne lui ayez rien dit, lui qui nous a laissés plantés près de la rivière en faisant traverser de façon provocante une étrangère ? Vous ne lui direz rien? Pourquoi ne désapprouvez-vous pas son égoïsme et son manque de considération? Pourquoi ne le blâmez-vous pas d’avoir cédé à la tentation? », dit-il.

Le maître le regarda longuement en silence. Puis il dit une phrase que le moine n’oubliera jamais et qui montre combien nous avons besoin de mettre nos enseignements en pratique:

«Ton compagnon a pris la femme dans ses bras, l’a aidée à traverser la rivière et l’a laissée sur l’autre rive. Mais toi d’un autre côté, tu n’as pas pu te détacher de lui, ni d’elle, ni de la rivière, jusqu’à présent. »

Avec cette phrase, le maître a montré à son disciple qu’il n’était pas capable de pratiquer le détachement, et que c’était la cause de sa frustration et de sa colère. Souvent, nous agissons comme le jeune, nous faisons face à des situations compliquées dans la vie et nous les gardons, incapables de lâcher prise, de les laisser partir, sans réaliser que c’est ce qui nous rend malheureux et en colère.

Ce n’est que lorsque nous pourrons nous libérer que nous parviendrons à une vie vraiment paisible et heureuse.

Alors, souvenez-vous de cette leçon lorsque vous êtes attaché à des choses qui ne vous conviennent pas et pratiquez le détachement. Votre santé émotionnelle vous remerciera!

Annonce