in

Perte d’un parent : 7 vérités insupportables auxquelles nous serons tous confrontés

Partagez cet article
Perte d'un parent

Perdre la personne qui vous a donné la vie n’est pas facile, peu importe la place qu’elle occupait dans votre vie.

Même si vous n’étiez pas très proche de cette personne, son absence est toujours une perte. Cependant, plus votre lien était étroit, plus il est difficile de s’adapter à l’idée de perdre quelqu’un qui a été là longtemps et qui ne le sera plus.

Annonce

Le monde tel que vous le connaissez change soudainement et il peut complètement briser votre vie lorsque vous n’êtes pas préparé. Cependant, laissez ces 7 vérités vous aider dans votre chagrin, votre deuil et vous assurer que vous vous en sortirez.

Se sentir seul au monde

sentez seul

Quand un parent est vivant, nous savons que peu importe à quel point nous nous sentons seuls, nous ne sommes jamais vraiment seuls. Nous faisons partie d’eux et ils font partie de nous, ce qui crée un lien de sang qui transcende même les relations les plus compliquées.

Annonce

Lorsque la sécurité d’avoir une personne qui nous aime inconditionnellement s’arrête, cela peut augmenter notre sentiment de solitude. Bien que la mort fasse partie de la vie, elle peut toujours ressembler à un abandon et déclencher des craintes de rejet, plus nous réalisons que notre parent ne reviendra jamais.

Retomber en enfance

Cela peut sembler idiot, mais il est naturel de retomber en enfance lorsque des parents nous quittent. Vous pourriez avoir l’impression que tout ce dont vous avez désespérément besoin pour vous sentir mieux, c’est d’un autre câlin de vos parents pour vous dire que tout ira bien. Vous pourriez avoir l’impression que vous voulez juste arrêter d’assumer toutes vos responsabilités et que vous avez simplement envie d’être pris en charge comme vos parents l’ont fait autrefois.

Selon votre niveau de chagrin, vous n’aurez peut-être même pas la volonté de sortir du lit et de passer la journée à pleurer. Vos sentiments de tristesse pourraient être remplacés par un profond sentiment de colère envers le monde qui vous donne juste envie d’abandonner face à cette difficulté.

Regretter les petits moments manqués

lit

Parfois, la perte d’une personne est ce qu’il faut pour réveiller toutes sortes de souvenirs refoulés que nous avons partagés avec elle et qui n’ont peut-être même pas semblé significatifs sur le moment. Nous ne réaliserons peut-être pas la valeur de ces moments jusqu’à ce qu’ils soient tout ce qui nous reste.

Annonce

Vous pourriez vous retrouver à lutter contre des sentiments de culpabilité ou de honte pour des choses que vous auriez dû dire ou que vous auriez préféré ne jamais faire. Vous auriez aimé avoir plus de temps et feriez n’importe quoi pour remonter le temps. Finalement, vous trouverez des moyens de vous sentir connecté à leur présence même s’ils ne sont plus physiquement là.

Des ressentiments injustifiés

C’est normal que le chagrin ressemble à de la colère. C’est normal que le chagrin ressemble à de la colère. Il peut être démoralisant de se sentir impuissant comme si nous n’avions aucun contrôle ou compréhension d’une situation. Ce sentiment pourrait même finir par se projeter sur nos parents décédés et se traduire par du ressentiment à leur encontre, car ils nous laissent seuls.

Vous pourriez même ressentir différentes formes de colère envers des personnes qui ont passé plus de temps avec vos parents et qui n’ont pas été suffisamment là pour prendre soin d’eux. Si vous avez besoin d’être en colère contre le monde pendant une minute, donnez-vous la permission de ressentir cela, reconnaissez-le et réfléchissez-y un moment. Ça va passer. La régulation émotionnelle prend du temps et n’a pas toujours de sens ni de processus linéaire.

Les moments d’acceptation

Toutes les images / Pixabay

Un deuil persistant et traumatique peut nous faire passer (parfois rapidement) par les étapes du deuil : déni, colère, marchandage, dépression et acceptation. Ces étapes sont nos tentatives de traiter le changement et de nous protéger pendant que nous nous adaptons à une nouvelle réalité.

Annonce

L’acceptation, étant la dernière étape, est la plus paisible. Cependant, il est possible d’entrer et de sortir de l’acceptation, ou simplement d’avoir des moments d’acceptation sans jamais vraiment arriver à accepter une réalité qui n’inclut pas nos parents. Il peut être trop choquant pour l’esprit de s’habituer à une idée qui contredit celle à laquelle il s’est habitué depuis le début.

Les rechutes

proches décédés

Vous pensez peut-être que vous avez enfin surmonté les pires moments de votre deuil lorsque soudain, l’odeur d’un certain aliment vous ramène au dîner du dimanche et vous vous retrouvez submergé d’émotions dans l’allée d’un marché.

Le chagrin arrive par vagues et certains jours vous sembleront normaux tandis que d’autres vous ressentirez l’absence de votre être cher perdu. Surfez sur les vagues car avec le temps les moments d’acceptation s’allongeront et les rechutes se feront de moins en moins fréquentes.

Ça n’ira jamais vraiment mieux

La dure vérité est que peu importe le temps qui passe, vous aurez toujours l’impression qu’il vous manque quelque chose. Une partie de vous est partie et vous ressentirez un vide même si ce n’est pas toujours à un niveau conscient.

Annonce

Continuez cependant toujours à les remercier pour le don de la vie qu’ils vous ont fait et faites-les vivre à travers vos souvenirs et votre propre vie. Plus vous prenez soin de vous et marchez sur le chemin qu’ils ont toujours espéré pour vous, plus vous permettez à leur héritage de vivre et de voir leurs efforts récompensés.

Continuez à les rendre fiers de vous tout au long de votre vie

La mort est simplement une partie de la vie que nous devons accepter. Elle viendra pour nous comme elle est venue pour nos parents. Tout ce que nous pouvons faire, c’est trouver des moyens de faire en sorte que chaque jour que nous vivons compte et de profiter au maximum des moments que nous passons avec ceux que nous aimons.

Publié par Claire C.

À propos de l’auteure: J’ai toujours été passionnée par tout ce qui avait trait à la spiritualité et son influence sur nous tant sur le plan psychologique que spirituel. Depuis que j’ai intégré l’équipe d’ESM en 2013, je mets au service toutes mes connaissances pour aider au mieux les gens qui en ont besoin et qui cherchent des réponses à leurs nombreuses questions. J’espère pouvoir y contribuer un peu chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Comment savoir si quelqu’un est amoureux de vous, d’après son signe du zodiaque

Des jumelles identiques accouchent le même jour, à quelques heures d’intervalle, « Nous sommes tellement inséparables »