Partagez cet article
Annonce

questions sont plus importantes

Chaque fois que les choses allaient bien, je me préparais à une chute imminente afin de ne pas être trop dévasté au moment où les choses changeraient, comme c’est souvent le cas.

Malgré mes intentions, cela ne me protégeait pas de la douleur; cela m’empêchait simplement de profiter pleinement de ce qui aurait pu être l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie.

J’ai réalisé alors que je vivais ma vie autour de questions effrayantes et défaitistes.

Annonce
  • Et si je ne trouvais jamais l’amour? 
  • Et si je n’étais pas assez bien? 
  • Et si je ne faisais que gâcher les choses?

C’était toujours en rapport avec la peur de l’incertitude et de l’insuffisance – et comme ces choses dominaient fréquemment mes pensées, j’agissais constamment à partir d’un état mental tendu et effrayé. Ces questions ressemblaient à de l’auto-préservation, alors qu’en réalité il s’agissait d’automutilation émotionnelle.

Et elles ont incité à plusieurs reprises une prophétie auto-réalisatrice. 

Lorsque vous cherchez fréquemment des réponses à des questions sur les pires scénarios, vous avez tendance à les trouver, dans les choses réelles ou imaginaires.

aider les gens
Images crédits : Pixabay

Cela me rappelle cette fois où j’ai lu l’histoire d’une dame qui craignait d’avoir une grave maladie pendant des années, même si elle n’avait aucun symptôme et que les médecins ne voyaient aucune preuve médicale pour corroborer ses soupçons. De nombreuses années plus tard, lorsqu’on lui a diagnostiqué cette même grave maladie, elle a dit qu’elle se sentait presque soulagée parce qu’elle savait enfin qu’elle avait raison.

Annonce

Elle s’est attachée à sa peur face au potentiel de maladie et, ce faisant, a commencé à souffrir bien avant qu’il y ait une cause physique.

Nous ne pouvons pas changer le fait que certaines choses pourraient ne pas durer et que des choses pourraient arriver indépendamment de notre volonté. 

Mais la réalité est qu’il y a autant de possibilités positives que négatives.

Nous pouvons choisir où concentrer notre énergie, que nous nous attardions sur tout ce qui pourrait mal tourner ou que nous imaginions tout ce qui pourrait bien aller. Ce que nous pensons dicte ce que nous ferons, et cela joue un grand rôle dans ce que nous créons.

Tout commence lorsque nous nous posons les bonnes questions. Quelles sont ces questions ? Je ne sais pas, je n’ai pas toutes les réponses. 

Mais je peux vous donner les miennes:

  • Et si je m’autorisais à profiter de ce moment? 
  • Comment puis-je m’apprécier et apprécier les autres aujourd’hui? 
  • Qu’est-ce qui est bon autour de moi et comment puis-je y contribuer?