Un parfait inconnu m’a envoyé 10,000 dollars – mais il y avait un hic

de | 27 octobre 2017
parfait inconnu

Un parfait inconnu m’a envoyé 10,000 dollars – mais il y avait un hic

Image crédit : Shutterstok

Un parfait inconnu m’a envoyé 10,000 dollars – mais il y avait un hic

Pendant des mois, j’ai pensé à créer une campagne de financement pour me permettre de réaliser mes rêves académiques, mais je me suis contentée de diffuser un message pleurnichard sur Facebook sur la façon dont j’avais désespérément besoin d’argent.

J’ai ajouté au bas de mon message que – si quelqu’un me transférait de l’argent sur Venmo (un service de PayPal qui permet à quiconque d’envoyer de l’argent via Facebook, téléphone ou e-mail) – je ferais tout ce qu’il demanderait.

C’était censé être drôle, une plaisanterie, rien de trop sérieux, mais mes amis ont joué le jeu.

Mes copines m’ont fait parvenir des demandes de « garder le sourire », ou pour me féliciter de ma blague excellente. Qu’elles trouvaient ça mignon. Et que pour la peine, elles allaient contribuer à me donner un ou deux ou cinq dollars.

Et puis il y a eu les chauds lapins qui m’ont demandé des nus – et j’ai cédé. Je me fichais du nombre de garçons qui voyaient ma poitrine. J’avais besoin d’argent pour aller au lycée, pour payer mes retards de loyer, pour remplir mes étagères d’autre chose que de boîtes de conserve.

Je n’avais gagné jusque là qu’une cinquantaine de dollars – et puis un jour, je reçois une notification pour 500 $, qui m’a presque fait avaler de travers mon café du matin.

Le nom de l’expéditeur m’était tout à fait inconnu. Morgan Alexander. J’ai toutefois pensé que je devais surement le connaître, qu’il avait forcement dû consulter mon profile Facebook. Comment autrement serait-il possible qu’il sache ce que je faisais? Il m’a adressé un message, me demandant de prendre « une série de photos provocantes avec un couteau » et de les envoyer à une adresse e-mail spécifique: MorganAlexander@gmail.com.

Donc je l’ai fais.

J’ai enfilé un soutien-gorge bleu en dentelle et j’ai posé avec un couteau prenant appui sur ma joue, entre mes dents, et planant sur mon cou. Je pensais qu’il s’agissait là d’un genre de fétichiste. C’était de l’asservissement, au style SM, et masochiste.

Pour 500 dollars, je me suis dis pourquoi pas.

Et quelques jours plus tard, quand cette même personne m’a envoyé plus de 1000 $ pour une nouvelle demande, je me suis encore laissée tenter. Bien que cette fois là c’était une vidéo qu’il voulait, pour me regarder dessiner un coeur sur le mur avec mon sang.

J’aimerais pouvoir dire que j’ai hésité, que j’ai eu assez de dignité pour décliner cette idée folle, mais j’avais quelques mois de retard avec mon loyer. Je ne voulais plus me prendre la tête avec mon propriétaire, et m’épargner une expulsion.

Et, honnêtement, je voulais continuer à rendre cet inconnu heureux afin qu’il puisse continuer à m’envoyer plus d’argent dans le futur. Je voulais continuer à tenter ma chance.

Alors j’ai posé mon téléphone contre le mur, j’ai appuyé sur le bouton d’enregistrement, et je me suis tenue devant l’appareil avec le même couteau que j’avais utilisé dans ma séance photo.

Je me forçais de sourire alors que j’appuyais la lame contre ma paume, que je découpais ma peau et que je trempais mon doigt dans la coupure. Puis j’ai gribouillé un cœur sur le mur, aussi grand que je le pouvais, afin de ne pas devoir extraire davantage de sang.

Après avoir fini l’enregistrement et bandé ma main, j’ai essayé d’effacer le motif, mais les lignes rouges se sont transformées en taches rouges. Ni l’eau ou la Javel a réussi à enlever la tache, donc j’ai fini par la recouvrir par un cadre photo et tenter d’oublier tout cela.

Mais de temps à autre, quand j’essayais de prendre une bouteille d’eau ou le balai, ma main picotait, me rappelant ce que j’avais fait.

Cependant,  je n’avais pas honte. Je ne me sentais ni coupable, ou embarrassée. Je me sentais même fière. Un peu comme si j’avais finalement trouvé un moyen de battre le système. Et survivre à la vingtaine.

Une semaine s’écoula sans aucune nouvelle de Morgan Alexander, puis un jour une notification apparut sur mon écran à deux heures du matin. L’alerte m’a réveillé d’un cauchemar, alors j’ai plissé les yeux pour m’accommoder à la luminosité, et j’avais du mal à croire le chiffre qui s’était affiché sur mon écran.

1 500 $.

Avant même de lire la demande, j’étais décidé à le faire. Peu importe la demande. J’avais besoin de cet argent, même si je devais …

« Placer un animal mort sur le perron de l’ [adresse citée] avec un mot d’amour attaché. »

Je n’étais en aucun prête à blesser un écureuil, un raton laveur ou même un oiseau, alors j’ai pris mon vélo et je me suis rendue sur le bord de l’autoroute. J’ai failli me faire écraser à deux reprises, et j’ai suscité quelques huées avant de repérer un opossum mort entre le bord de la route et la pelouse.

Je me suis alors posée sur le bord de la route, à genoux, et j’ai mis l’animal mort dans le sac à dos que j’avais apporté avec moi. Un autre animal avait surement dû passer par là, parce que son estomac s’est déchiré entre mes mains, ses tripes ont glissé sous mes ongles, et sa fourrure ensanglantée s’est collée à mes doigts.

J’ai ressenti une envie de vomir, mais je me suis abstenue, repoussant la bile dans ma gorge.

Je me suis dit que j’aurais dû apporter des gants. Des pinces. Un sac poubelle. J’aurais dû penser à mon plan au lieu de sauter dans l’action comme une idiote.

Je me suis promis que je serais plus prudente la prochaine fois. Parce que je savais déjà qu’il y aurait une prochaine fois.

2 000 $. J’ai relu plusieurs fois le numéro pour voir si ça allait changer, mais il est resté le même, immobile. Un deux et trois zéros. Deux mille dollars. Il m’aurait fallu travailler des heures interminables dans une salle de cinéma avant d’avoir pu gagner tout cet argent!

Donc pour le mériter, j’ai dû entrer par effraction dans une maison, la même maison où j’avais laissé une boîte à chaussures avec l’animal mort à l’intérieur, et une lettre d’amour signée de mon nom.

Je me rappelais à quel point cet endroit avait l’air maussade lorsque je m’étais faufilée avec l’opossum dans mes bras. Les fenêtres étaient ouvertes. Les portes en verre cassées. Les poignées rouillées.

En théorie, rentrer dans la maison serait facile. Et ce n’est pas comme si je devais faire quoi que ce soit une fois à l’intérieur. Je n’avais pas à voler de l’argent ou des bijoux. Tout ce que le message disait c’est que je devais y pénétrer par infraction cette nuit-là. C’est tout.

Et que ce serait chose facile.

Bien évidement, je ne voulais pas foncer dans une situation vague comme la dernière fois, donc j’ai joué l’avocat du diable. Je me disais qu’il devait y avoir une sorte de piège, que personne ne recevait de l’argent aussi facilement que cela – mais d’un autre coté, il n’y avait pas eu de piège avec les autres demandes. J’avais obtenu mon argent et je l’avais dépensé. Dans mon loyer. Pour rembourser mes prêts. À l’épicerie. Et pour mes petites dépenses personnelles.

Rien de mal n’était arrivé jusqu’ici. Pourquoi quelque chose de mal se passerait-il cette fois?

Je me suis consacrée à ce débat pendant des heures, énumérant les avantages et les inconvénients. En essayant de me convaincre que la cupidité était la source de tous les maux, et puis je suis venu à la conclusion que vouloir un peu plus d’argent pour vivre confortablement n’était pas avide. Que je méritais l’argent de cet homme pour compenser le faible salaire que je gagnais à la salle de cinéma et les stages gratuits pour lesquels j’aurais dû être payé depuis des années.

Je m’étais tellement fait avoir dans le passé – par mes patrons, mes collèges, le gouvernement. Et si j’avais là l’opportunité de gagner un peu d’argent, pourquoi diable ne pas la saisir?

Donc je l’ai fait. Je suis arrivée avec mon vélo à l’adresse indiquée, je l’ai caché derrière des buissons et je me suis glissée en douce par la fenêtre arrière. J’ai fait entrer ma tête et mon torse, et puis je me suis immiscée à l’intérieur.

Le salon aurait pu appartenir à n’importe qui, avec des DVD éparpillés sur le canapé. Il y avait une cabine téléphonique.

Mais les murs … Les murs étaient couverts de photos prises par un harceleur, prises à partir de fenêtres et de rebords. La plupart de ces photos illustraient une jolie blonde en robes longues. Avec des couleurs pastel. Et puis il y avait moi.

Moi en pyjama, avec mon café du matin en main dans mon appartement. Moi dans mon uniforme de travail, à l’extérieur, avec une cigarette entre les doigts. Moi dans une jupe moulante avec des hauts talons. Moi en train de tourner en rond dans ma chambre.

Qu’est-ce que c’était que cette mascarade?

Avant même d’avoir eu le temps de comprendre cette equation, j’ai senti mon téléphone vibrer dans ma poche. Une autre notification. Cette fois-ci, c’était 5 000 $.

Tout ce que j’avais à faire était de tuer la personne qui se trouvait dans la maison.

J’aurais dû à cet instant sortir par la porte arrière, retourner chez moi, supprimer mon compte Venmo et renvoyer l’argent restant – mais j’avais mon couteau dans la poche, celui des photos, celui de la vidéo. Je l’avais apporté juste au cas où. Ou peut-être que je savais que j’en aurais besoin. Peut-être que je n’étais pas aussi choquée que je prétendais être.

Et peut-être, que peut-être tuer cet étranger ne serait pas une si mauvaise chose. Après tout cette personne avait des photos de moi. De pleins de filles. Il aurait pu être un violeur. Un pédophile. Ou même un tueur.

Donc, le faire disparaître ne serait-il pas rendre service au monde? Ne serait-il pas une bonne chose?

Ou peut-être que j’essayais juste de justifier mon acte pour des raisons égoïstes … Je ne pouvais tuer un être humain. Je ne pouvais même tuer un animal. Non, il n’en était pas question. C’était inenvisageable.

Mais dès que j’ai entendu une voix, j’ai pris le couteau dans ma main, pointé dans la direction du son. Ce n’était pas pour ma protection. J’étais prête à le faire. Mon esprit ne l’était peut-être pas, mais mon corps était prêt à le faire.

Jusqu’à ce que je vois un pistolet pointé en direction de ma poitrine.

« Tu ferais n’importe quoi pour de l’argent », dit l’homme avec le pistolet, se rapprochant petit à petit. « C’est écoeurant. Tu étais sur le point de tuer une personne innocente. »

C’était lui. Morgan Alexander. C’était la personne qui m’avait envoyé de l’argent tout ce temps. Il m’avait demandé de pénétrer dans sa propre maison.

« Tu comprends maintenant », dit-il en écartant mon couteau et en le laissant tomber au sol. « Je peux juste te tuer et dire que c’était de la légitime défense. Je peux affirmer que tu es entrée par effraction dans ma maison après m’avoir envoyé des photos inappropriées de toi et laissée un rongeur mort à ma porte avec un mot déclarant ton amour pour moi. »

« Je ne comprends plus rien », dis-je, essayant d’empêcher ma voix de craquer. « Est-ce que tu vas me tirer dessus? »

« Je ne vais pas te tirer dessus. Je ne suis pas un tueur. Je suis juste un homme essayant de restaurer le bien dans ce monde. Et en extraire le mauvais. »

« Vous pouvez reprendre votre argent. J’en ai déjà dépensé une partie, mais vous pouvez avoir le reste. Je vous rembourserai si vous me donnez un peu …

« Il n’est pas question d’argent pour moi. Mais pour toi si. C’est là le problème. Les gens comme toi sont le problème. »

Le supplier? Lui faire du chantage? Le frapper? Quel était le geste approprié face à cette situation? Que pouvais-je faire pour le convaincre de me laisser partir? Il faisait deux fois ma taille, trois fois mon poids, donc l’attaquer était inenvisageable. La corruption ne marchait pas. Tout ce que je pouvais faire était de lui parler. Parler pour m’en sortir.

Je lui ai dit à quel point j’avais besoin d’argent. Que c’était difficile de gagner sa vie en étant encore à l’école. Que je n’étais pas le genre de personne cherchant à avoir une grande maison à deux étages, des vêtements de marque, ou une Cadillac. Que je me contentais de mon vélo.

Alors que j’étais entrain d’aligner une autre phrase, en tentnt de sauver ma vie de la même manière que je l’avais fait sur ma page Facebook quelques semaines plus tôt, j’ai soudainement entendu des craquements. Provenant de la fenêtre. Qui s’ouvrait davantage.

Je pouvais entendre un bruit, une autre personne, se faufiler à travers la même fenêtre que j’avais utilisée.

Quand j’ai trouvé la force de retourner ma tête pour voir ce que ce psychopathe m’avait réservé, je me suis retrouvée face à face avec la fille en robe pastel. La même fille qui était sur les images prises par le harceleur. Il avait surement dû aussi lui envoyer une demande.

« Désolé », dit-elle, après avoir reçu le pistolet, le plaçant entre mes yeux juste après l’avoir armé. « J’ai vraiment besoin de cet argent. »

Holly Riordan

Source Un parfait inconnu :thoughtcatalog.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *