Leçon d’un vieux moine à un samouraï

de | 3 décembre 2018

Leçon d'un vieux moine

Image crédit : depositphotos.com

Philosophie : Leçon d’un vieux moine à un samouraï

Un matin, alors que le petit moine Jamyang méditait en position assise, il aperçut quelque chose à l’horizon: une silhouette qui se dirigeait de façon déterminée vers le monastère.

Cela ressemblait à un guerrier, un samouraï, peut-être – il pouvait voir les deux longues épées pendantes et l’armure battant avec raideur dans le vent.

C’était un long chemin à parcourir pour un samouraï.

Il observa l’épéiste s’approcher de lui. D’après ce qu’il pouvait voir, il s’agissait d’un ronin, un voyou sans maître. C’était un très grand homme à l’air brutal avec une longue foulée et un visage renfrogné qui était visible même de cette distance. Jamyang attendit calmement.

Le guerrier finit par arriver, s’arrêtant à quelques mètres du vieux moine, les mains sur la crosse de ses armes. «Moine, siffla-t-il, je suis venu pour apprendre ce que tu sais du paradis et de l’enfer. Dis moi tout. »

Jamyang ne répondit pas. Il attendit que le ronin soit sur le point de parler et dit: «Je ne te dirai rien. Tu es un samouraï sans maître. Tu viens sans y être invité, tu ne te présentes pas et exiges des connaissances que tu n’as pas acquises. ”

Le visage de Ronin rougit de colère. Il ouvrit la bouche pour parler.

« De plus, » dit Jamyang, « tu sens aussi mauvais que mille vaches rances. Personne d’aussi putride que toi ne le mérites, sans parler de la connaissance du sacré. »

À cela, le guerrier eut une expression de douleur et cria, tira ses épées de leur fourreau et les souleva au-dessus de sa tête, se préparant à donner le coup de grâce à ce petit moine sourd.

« Voilà l’enfer », murmura Jamyang.

Le ronin se figea, les épées tremblant dans l’air du désert. Lentement, il réalisa que son visage commençait à se décomposer. Il n’aurait pas pu y avoir d’explication plus claire.

Ce vieux moine avait risqué sa vie pour lui montrer, à travers ses propres émotions, ce qu’était l’enfer. Accablé de gratitude, il tomba à genoux, les larmes aux yeux.

Jamyang lui dit doucement, « et voilà le paradis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *