Processus de guérison de l’enfant intérieur : Comment guérir son enfant intérieur en 7 étapes

de | 8 décembre 2018
Soigner son enfant intérieur

Image crédit : depositphotos.com

Processus de guérison de l’enfant intérieur : Comment guérir son enfant intérieur en 7 étapes

D’après John Bradshaw, auteur de « Retrouver l’enfant en soi » le processus de guérison de votre enfant intérieur blessé est comme un deuil.

Cliquez sur l’image pour voir son livre : 

Et il se déroule en sept étapes (selon les termes de Bradshaw):

1. Confiance


Pour que votre enfant intérieur blessé sorte de sa cachette, il doit savoir que vous serez toujours là pour lui. Votre enfant intérieur a aussi besoin d’un allié solidaire pour valider son abandon, sa négligence et ses abus. Ce sont les premiers éléments essentiels pour travailler sur la douleur initiale.

2. Validation


Si vous avez toujours tendance à minimiser et / ou à rationaliser les façons dont vous avez été humilié, ignoré ou utilisé pour nourrir vos parents, vous devez désormais accepter le fait que ces choses ont réellement été blessantes. Vos parents n’étaient pas méchants, ils étaient simplement des enfants blessés eux-mêmes.

3. Choc


Si tout cela vous choque, c’est très bien, car le choc est le début du deuil. Après le choc vient la dépression puis le déni.

4. Colère


C’est normal d’être en colère, même si ce qu’on vous a infligé n’est pas intentionnel. En réalité, vous devez être en colère si vous voulez guérir votre enfant intérieur blessé. C’est simplement normal d’être en colère pour cela.

Je réalise que mes parents ont fait de leur mieux. Mais j’ai également conscience que j’ai été profondément blessé sur le plan spirituel et que cela a eu un impact sur ma vie. Cela signifie que je considère que c’est à nous de mettre fin à ce que nous nous faisons à nous-mêmes et aux autres. Je ne tolérerai pas les abus qui ont dominé mon système familial.

5. Tristesse


La tristesse arrive après la colère. Si nous avons été des victimes, nous devons pleurer cette trahison. Nous devons aussi faire le deuil de ce qui aurait pu être: nos rêves et nos aspirations. Nous devons faire le deuil de nos besoins de développement non satisfaits.

6. Remords



Quand nous pleurons un être cher décédé, le remords est parfois plus pertinent. Par exemple, nous aurions peut-être aimé passer plus de temps avec la personne décédée. Ici, vous devez aider votre enfant intérieur blessé à réaliser qu’il n’aurait rien pu faire autrement. Sa souffrance concerne ce qui lui est arrivé, elle ne le concerne pas directement.

7. Solitude


Les sentiments les plus profonds du deuil sont la honte et la solitude toxiques. Nos parents nous ont fait honte. Nous nous sentons mauvais, comme si nous étions contaminés. Ensuite, cette honte mène vers la solitude. Puisque notre enfant intérieur se sent imparfait et défectueux, il doit cacher son vrai soi avec son faux soi adapté. Il vient alors s’identifier avec son faux soi. Son vrai soi reste seul et isolé.

Rester avec ces derniers sentiments douloureux est la partie la plus difficile du processus de deuil. C’est difficile de rester à ce niveau de honte et de solitude; mais en acceptant ces sentiments, cela nous aide à passer de l’autre côté. Nous rencontrons le moi qui se cache. Comme nous le cachions aux autres, nous l’avons également caché à nous-mêmes. En acceptant notre honte et notre solitude, nous parvenons à toucher notre véritable soi et à guérir son enfant intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *