mettre fin

Je ne suis pas du genre à baisser facilement les bras, mais si je décide d’y mettre un terme, il n’y aura plus de marche arrière possible

« Soudain, je ne sais plus. Une petite voix me dit que je n’ai qu’à faire marche arrière, que tout le monde comprendra et que personne ne m’en voudra. Peut- être, mais moi…qu’est-ce que je penserai de moi? »

-Mike Horn

Je suis du genre à m’attacher beaucoup trop vite. J’ai le cœur très sensible…

Du genre à aimer passionnément…un peu comme un ardent défenseur de l’amour.

J’ai du mal à gérer les ruptures. Et parfois, je me sens même coupable de m’éloigner de certaines personnes…Toujours à me demander si c’était vraiment la bonne décision..passant et repassant dans ma tête tous les scénarios possibles.

C’est pour toutes ces raisons que je prends toujours le temps d’analyser les situations sous tous les angles différents. Je m’interroge et tente constamment de percer les motifs des actes des gens. Et c’est pour cette raison que j’accorde souvent le bénéfice du doute aux autres.

C’est exactement la raison pour laquelle je continue à donner des secondes chances aux autres. Parfois même plus. Et j’en paye le prix fort.

Pour résumer, je ne suis pas du genre à baisser les bras facilement.

Surtout lorsqu’il s’agit de personnes dont j’ai du mal à me passer.

Je m’investis beaucoup dans mes relations. Alors, forcément, dès que quelque chose se brise, je me bats jusqu’à y remettre de l’ordre. Bien évidemment, cela dépend aussi de la bonne volonté de l’autre personne.

En vérité, c’est très simple. Dès que je décide de couper les ponts, c’est que cette personne m’a fait quelque chose d’impardonnable. Quelque chose de si horrible et blessant qu’il m’est presque impossible de sortir cette situation de ma tête.

Autrement, j’aurais tout fait pour arranger les choses. J’aurais tout fait pour trouver une solution, des compromis, et j’aurais tenté de sauver ce qui pouvait l’être. Au moins pour l’amour du bon vieux temps. Croyez-moi, j’aurais fais le maximum pour trouver un compromis raisonnable s’il y avait un quelconque espoir.

Mais une chose est sûre. Si je décide d’y mettre un terme, vous pouvez être certain que vous ne me reverrez plus.

Mon cœur est grand, certes, mais je connais aussi ma valeur. J’ai mes limites, et je les respecte.

Donc nul besoin de me compliquer la tâche et de me faire tomber dans la culpabilité en me suppliant de rester, alors que vous savez très bien que vous êtes le seul responsable de cette situation. C’est à vous d’en assumer les conséquences. Je n’ai jamais voulu tout ça.

Je n’ai jamais voulu tirer une révérence, ou partir. En tout cas pas comme ça.

Mais je n’ai pas eu le choix.

Bien que je me surpasse souvent pour ceux/celles que j’aime, laissez-moi toutefois vous dire quelque chose… Je ne laisserai jamais personne profiter de moi.

Ce n’est pas parce que je suis du genre à donner des deuxièmes chances que cela fait de moi quelqu’un de faible et envers qui on peut ne pas tenir ses promesses.

Je suis un être sensible, et je mérite de l’amour. Je mérite qu’on me respecte et que mon entourage soit loyal envers moi..

Je ne peux pas me laisser marcher dessus sous prétexte qu’on m’aime.

Je me garderais bien de quitter quelqu’un que j’aime. Mais si je sens que mes efforts ne sont pas reconnus à leur juste valeur, je n’hésiterai pas à partir.

Si une personne ne fait que m’apporter de la tristesse, du stress, et du chagrin, alors je riposterai. 

Je serai extrêmement explicite avec les personnes à qui je décide de donner mon coeur. J’évaluerai toutes les options qui s’offrent à moi, et je ne laisserai jamais personne me traiter comme une deuxième option.

Je ne suis pas du genre à abandonner facilement, mais si on me blesse, je n’hésiterai pas à partir.

Si j’en ai assez et que ma décision est prise, vous pouvez être sûr qu’il n’y aura plus de retour en arrière possible.

Notez cet article