La fibre de l’ Ame

de | 16 mars 2018

Image crédit : ASCENDINGSTORM.COM

La fibre de l’Ame

« Quand notre âme a des raisons de vouloir disparaître de notre corps, car les
douleurs sont si intenses, sauvons-la des préjudices et des irréalités de la vie.
Elle est celle qui raccroche notre coeur à notre corps. Elle est importante à notre
survie.
C’est elle qui nous éveille au-delà des mondes de notre inconscience
C’est elle qui rattache notre monde terrestre au monde céleste, notre spiritualité
propre.
Elle est l’essence de notre réalité et nous garde proche de notre SOI » Marêve

J’avais lu la phrase suivante d’un auteur inconnu disant ceci :

« Un artiste célèbre a dit qu’il ne se
permettrait jamais de regarder un dessin ou un tableau de qualité inférieure, de faire quoi que ce soit de mal
ou d’immoral de peur qu’en les fréquentant trop, cela n’entache son propre idéal et ne se communique ainsi à
son pinceau. »

C’était une phrase qui m’avait énormément touchée parce qu’elle reflétait exactement mon état d’esprit… Mais
moi j’avais fait l’inverse, j’avais trop fréquenté des situations qui avaient entaché mon idéal et m’avaient
fait perdre mes perceptions et mon identité au point où je ne savais plus qui j’étais vraiment et le tableau de ma
vie s’était assombri.

Mes pensées ne m’appartenaient plus et étaient emprisonnées dans un flot de sentiments aussi tordus les uns
que les autres. Je ne me respectais même plus !

Lors d’une discussion on m’avait posé cette question : « Ton âme est-elle heureuse ? »

Waouh !!! Quelle question !!! Eh bien, je n’avais aucune réponse à donner sur le coup. En fait si, mais je niais
l’évidence parce qu’elle était très perturbée. Je ne voulais pas à ce moment-là entendre raison et surtout me dire
que, OUI mon âme n’était pas heureuse. Je me cachais encore derrière un scénario plein d’illusions, derrière le
mot « ESPOIR » qui était une branche qui me raccrochait encore à une note dérisoire d’un épisode de ma vie.
……
(Rétrospective d’une histoire déjà finie) …

« Je ne pouvais pas concevoir mon avenir sans lui. Il était parti en
emportant une partie de moi, laissant derrière lui des traces de notre histoire. C’était comme un trou, un vide
dans ma poitrine qui me brûlait, tellement son absence m’était insupportable. Je ne voulais que lui dans ma vie.
C’était l’homme que mon coeur avait choisi. Assise dans le jardin, je scrutais le portail en espérant de nouveau
le voir franchir. Mais je n’avais que son silence et cette ignorance me faisait du mal. Il ne le comprenait pas,
parce qu’il était déjà parti même lorsque nous étions encore ensemble. »

Beaucoup de gens ont vécu ou vivent des situations similaires à la mienne, mais c’était mon histoire et
lui en faisait partie. Il me manquait horriblement. Et à chaque fois, surtout la nuit, je repensais à tous nos bons
moments. C’était très dur de l’oublier ! Il m’avait déjà oubliée. Pas une nouvelle, pas un SMS, ni même un appel
de sa part. C’était comme si je n’avais jamais existé. Un sentiment de culpabilité s’était même pris de moi.
J’étais la seule responsable. C’était de ma faute s’il s’était éloigné de moi. Je n’avais pas su l’aimer peut-être
ou pas su l’écouter. Je me sentais seule face à cette situation. Lui était déjà bien loin de tout ça.

Mon âme voguait tristement entre la réalité et le rêve, plutôt la nostalgie du passé qui faisait
constamment surface. Je n’arrivais pas à tourner la page et l’espoir était encore très présent. Tout le mal qu’il
m’avait fait, j’en arrivais encore à lui trouver des excuses. J’étais responsable de son départ. Je devais y arriver
pour le salut de mon âme et ma paix intérieure. Je devais me reconstruire, refaire ma vie, l’oublier.

Mais est-ce que j’étais assez forte pour me convaincre que tout était possible, que tout était à la portée de ma
main et que je pouvais avancer ?

Je n’avais plus le choix. Je devais reconstruire ma vie, l’oublier et aller de l’avant. Et surtout il fallait
que je sois forte pour laisser derrière moi cette part d’ombre dans le tableau de ma vie.

« Allez courage ma belle, lève-toi de ce banc et fais le ménage. » D’un pas assuré, j’avais pris encore une
énième fois la décision de m’en sortir…

….
Les mois défilaient et ma blessure s’atténuait doucement. Je commençais à reprendre confiance en moi
et je souriais de nouveau. Je sentais la fibre de mon âme qui voulait exploser et sortir de ce néant.

« Mais arrête de te faire du mal ma pauvre fille !!! Il est parti»

Voilà à quoi je m’étais raccrochée.

Cette phrase avait tout son sens. Je ne me culpabilisais plus. Je ne lui en voulais même plus. Ce qui comptait
désormais pour moi, c’était mon bonheur tout simplement. Je concentrais mes pensées vers un but beaucoup plus
grand, plus important, plus attractif…

Je ne pouvais pas rester dans cet état d’âme, dans un esprit malade et triste. Je devais simplement accepter
l’échec et continuer de rêver et d’agir à un avenir meilleur. Je ne pouvais pas rester comme ça et souffrir pour un
homme qui ne m’aimait pas. J’ai dit STOP pour continuer vers des objectifs meilleurs. Celui de ma liberté de
penser et de penser « BIEN » sans prise de tête et au-dessus de toute chose négative.

Image crédit :consciouslifenews.com

Que faire de plus ?

Je ne pouvais garder rancune, colère ou haine en moi. Je n’étais pas de cette nature et je ne
pouvais pas m’arrêter à cette douleur. Je pouvais aussi m’en séparer. Je n’avais pas d’engagement avec elle.

Aujourd’hui je me sens bien, je découvre énormément de belles choses avec des nouvelles rencontres,
de nouvelles conversations et mon éveil spirituel prend tout son sens. J’écoute, je prends note et je fais le bilan
constant de mes journées, mes semaines et de moi-même. Je suis libre de voyager dans mes pensées, mais à la
différence qu’elles sont aujourd’hui ouvertes et positives. J’ai la FOI au changement, à mon changement et je
sais aussi que notre capacité à décider du changement est à notre portée. Je ne pouvais plus reculer, je n’avais
plus envie de rebrousser chemin, mais plutôt d’explorer des sentiers nouveaux, lumineux et pleins de magie.

J’ai aussi la FOI en Jésus Christ, je suis croyante et je n’ai pas honte de le dire. Jésus m’aide
énormément dans ma recherche et mon apaisement. Tous les jours je me confie à lui, il est un soutien
inconditionnel dans ma stabilité. Je ne le vois pas mais je le ressens. C’est comme le vent, on le voit pas mais
on le sent sur nous, lorsqu’il nous rafraîchit, nous apporte une sensation de fraicheur, eh bien pour Jésus c’est
pareil, il m’apporte un soutien moral, émotionnel et qui me conforte jour après jour. Je l’aime tout simplement.
Il est mon guide, un bâton sur qui je m’appuie et qui me relève encore.

Je ne laisse plus de place à la peur, à la solitude, à la culpabilité
et encore moins à la haine, à la colère… Mais je me laisse envahir par
l’AMOUR qui fait vibrer mon âme.

C’est le plus beau sentiment qui ait été donné à l’homme d’éprouver…
de le ressentir dans son âme, son corps, son coeur, une harmonie qui
fait vibrer mes plus forts désirs intérieurs et percevoir l’autre au plus
proche de notre SOI. Je ne suis pas une exclusivité et je ne souhaite
pas l’être encore moins pour quelqu’un. Mais je me sens unique parce
que je sais qui je SUIS.

Nous sommes souvent maladroits lorsque nous l’évoquons, mais l’AMOUR s’apprend tous les jours. Il
n’est jamais acquis, perpétue les erreurs des générations précédentes, reste figé dans notre passé et souvent
empiète dans notre présent.

Mais est-ce la faute à l’Amour ?

L’Amour est un pilier et non une blessure, mais de notre qualité humaine, nos faiblesses ou encore des
non-dits, nous restons dans cette solitude personnelle qui nous empêche souvent de ne pas accepter que
l’Amour peut encore exister, qu’il peut encore changer, nous faire avancer et nous aider à quitter ce désert de
souffrances, de malentendus, de douleurs qui nous étouffent.

L’Amour ne fait pas souffrir, mais c’est notre l’humanité ou notre orgueil qui le rend triste et
indésirable. Les clés de cette aventure sont en notre possession. Nous sommes les maîtres seuls de notre
destinée. Prenons un moment et méditons sur la véritable valeur de notre VIE.

Que désirons-nous vraiment ?

Rester dans l’incertitude d’un passé qui nous révolte mais qui peut encore refaire surface, être dans
l’attente et continuer de rester sous l’emprise des souvenirs bons ou mauvais OU faire le pas et franchir notre
ligne de départ et découvrir ce qui nous attend à l’arrivée.

Ce sont des choses nouvelles, des regards différents, des habitudes autres qui nous attendent et nous avons les
CLES de cette aventure, nous sommes des voyageurs nés et la découverte fait partie de notre Vie.
Tentons l’aventure de l’AMOUR. Ce sentiment qui n’est autre que la fibre qui fait vibrer notre AME. Changeons
nos habitudes et vivons pleinement cet état de grâce qui n’est que bénéfique à notre bien être.

L’Amour naît, l’Amour meurt, l’Amour renaît… l’Amour vit au passé, au présent et au futur. Trois périodes de
notre Vie, qui nous construit, qui nous aide à réaliser l’importance de ce sentiment.
L’Amour n’est pas violence, il définit simplement le SOI INTERIEUR
et nous offre la possibilité de nous ouvrir encore plus vers un autre
chemin… celui du bonheur.

L’Amour est la fibre de l’âme. Cette chose qui nous appartient, qui
nous projette dans la réalité et la prise de conscience. Il est important
de faire la part des choses. Je travaille beaucoup mon esprit, donc
mes pensées. Je prends contrôle sur elles afin de ne pas me laisser
embarquer dans le flux négatif de ma vie.

Mon âme est mon potentiel, qui dirige mes pas vers mon intuition
profonde et sûre. Elle m’aide à acquérir ma confiance et fait de moi
la personne que je suis et que je recherche constamment mais
toujours avec une pointe de vérité et d’assurance. Cette fibre
intérieure émane de nous et nous rassure que nous sommes sur le
bon chemin.

Auteure Marêve pour ESM

BIO:

J’ai 30 ans, passionnée d’ART en général (écriture, peinture, musique, danse…) J’habite Tahiti en Polynésie Française et je suis une adepte de « HEALTHY LIFE » vie saine et de développement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *