Le jour où je me suis aimé pour de vrai: un poème d’estime de soi de Charlie Chaplin

de | 14 décembre 2015

Afficher l'image d'origine

Le jour où je me suis aimé pour de vrai: un poème d’estime de soi de Charlie Chaplin

Voulez-vous attirer l’abondance et la prospérité dans votre vie ?

Charlie Chaplin est surtout connu comme un acteur mime dans les films muets, mais on ne le connaît pas pour son côté artistique plus sensible. Lors de son 70e anniversaire le 16 avril 1959, il a écrit un poème sur l’amour-propre. C’est un poème exceptionnel comme il en existe peu. Le voici:

Charlie Chaplin

Estime de soi photo credit: mhbagtoons

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle, n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Respect.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grand plans, j’ai abandonné les méga – projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plaît et à mon rythme.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.

Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir, mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient un allié très précieux.

Tout ceci est Savoir Vivre !

Rectification: Ce texte n’est pas de Charlie Chaplin mais de Kim McMillen.

Sandra Véringa

Après Le jour où je me suis aimé pour de vrai: un poème d’estime de soi de Charlie Chaplin voir aussi:

9 réflexions au sujet de « Le jour où je me suis aimé pour de vrai: un poème d’estime de soi de Charlie Chaplin »

  1. Eric chemama

    Ce n’est pas Chaplin qui a écrit ce magnifique texte mais Kim McMillen.
    Il faut rendre à César……

    Répondre
  2. Ley

    Même commentaire que les précédent.. On vérifie ces sources avant d’écrire un article !

    Répondre
  3. Marie

    Ce texte est très beau en effet. Malheureusement il n’est pas de Charles Chaplin. Cette erreur circule depuis très longtemps sur Internet. Étant une fan de Chaplin, j’ai cherché à savoir dans quel contexte il avait été écrit. J’ai dû remonter à l’Association Chaplin (sa descendance qui gère les droits). Ils m’ont confirmée que c’était un canular et qu’ils déploraient la situation. Merci de remplacer par « auteur inconnu » à défaut de le savoir.

    Répondre
  4. Dominique

    Ce texte n’a jamais été écrit par Charlie Chaplin. Il faut absolument arrêter de le diffuser sur le web. Ou bien en mentionnant très clairement que l’auteur n’est absolument pas Chaplin. Merci d’avance

    Répondre
  5. Margaret LANG

    quel qu’en soit l’auteur, et pourquoi malheureusement pas Chaplin ??? l’important c’est le texte lui même, sont message ! ….pas besoin de polémiquer …et MERCI à l’Inconnu !!!

    Répondre
    1. de Maeyer Raimana

      Comme Margareth Lang & Jean-louis Schneider , ce qui importe de mon point de vue c’est la teneur, la beauté et portée du message. C’est un beau texte ( car c’est quoi vivre ? N’est-ce pas faire l’expérience de tout cela au final ? ) qui ne laisse pas indifférent et qui ne peut qu’interpeller . Qui ne se se reconnaitrait-pas ou presque dans chacune de ses lignes ? Le passage évoquant la notion de respect est celui qui m’a ému le plus … Pour le reste, attribuer faussement et sciemment la paternité du texte à quelqu’un , fusse t-il célèbre , qui ne l’est pas , est un procédé détourné dont on peut  » comprendre  » la motivation . Comment susciter ne serait-ce qu’un halte de la part d’un lecteur si la source invoquée ne frappe pas les yeux ? Mais enfin, il y a ce que l’on appelle le respect des sources . Par précaution, autant mieux s’en tenir …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *