11 choses pour lesquelles vous ne devriez plus vous inquiéter

de | 18 septembre 2018
vous-inquiéter

Vous ne devriez plus vous inquiéter

11 choses pour lesquelles vous ne devriez plus vous inquiéter

Trop souvent, nous ne laissons pas notre vie être sur une voie pacifique ou poursuivre une croissance organique. Nous essayons souvent de vivre notre vie selon nos conditions, au lieu des conditions de la vie. Nous essayons d’adapter l’environnement à nous alors que ça devrait être l’inverse.

Ou nous laissons les circonstances nous changer au-delà de nos véritables expressions. Trouver un équilibre demande une prise de conscience cohérente.

Voici onze rappels simples pour que votre vie reste productive et heureuse.

La peur

La peur n’est pas réelle. Les gens heureux le savent. Avec cela, ils savent que la nervosité et l’anxiété qui sont censées venir de la peur, n’existent pas vraiment. Ils l’isolent, sortent de leur zone de confort, se sentent un peu fous et font simplement ce qu’ils veulent de toute façon. Vous n’avez aucune raison de vous retenir dans la vie simplement parce que vous avez un peu peur.

Les vieux regrets

Il ne faut pas oublier le passé, mais rien ne peut être plus risqué que les souvenirs. Des erreurs se produisent, et arrivent aux meilleurs d’entre nous. Ce qu’une personne choisit de faire une fois que les jeux sont faits, définit notre caractère.

Nous vous laissez pas prendre dans « ce qui aurait pu être » ou pire encore « ce qui aurait dû être ». tout ce que vous percevez comme une possibilité est une illusion alimentée par la peur, le désir et l’ego. Vous avez ces formations ici, dans le présent, qui vous affectent déjà, alors pourquoi créer un double de votre ennemi ?

Les emplois

Cela ne veut pas dire que les gens heureux sont au chômage.

L’idée fondamentale est que: Vous n’êtes pas votre travail.

Bien sûr, un travail est important pour la stabilité et la survie dans la société dans laquelle nous vivons actuellement. Mais en dehors de cela, le cadre de votre activité et votre statut de travail ne devraient pas franchir le seuil de la porte du bureau. Si vous ne le faites pas, votre travail s’infiltrera dans votre train-train quotidien et vous finirez par vous sentir fatigué, irrité ou stressé.

Ce qui importe le plus est votre talent, votre passion et votre attitude face à la vie. En laissant votre travail dominer majoritairement votre vie, cela signifie que vous laissez une étiquette décider de la personne que vous êtes.

Les excuses

Notre ego rend la vie plus compliquée qu’elle ne l’est vraiment. Nos choix d’actions sont plus qu’évidents, que vous accomplissiez une tâche ou non. Le nombre de raisons pour lesquelles vous n’avez pas fait quelque chose, ne change pas le fait que cela n’a pas été fait. Vous pouvez choisir d’essayer une nouvelle fois ou perdre votre temps et votre énergie à faire des excuses.

Ce que vous ne possédez pas

La société exerce une pression sur nous avec la culture matérialiste, en établissant des rapports avec notre fierté et nos émotions pour faire appliquer cette pression. Certains avantages perçus par les biens matériels ne sont même pas logiques.

« Si j’avais une nouvelle voiture, alors je pourrais avoir la femme de mes rêves », est une pensée folle. La voiture ne fera jamais de vous une meilleure personne, ne peut pas créer une relation amoureuse, ni vous faire plaisir d’une façon durable et productive.

Nous plaçons la croissance spirituelle sur les objets externes parce que nous sommes paresseux ou peureux. Nous ne voulons pas mettre en avant l’effort de faire de notre rêve une réalité, nous cherchons à le faire paraître comme nous sommes. Nous craignons parfois la croissance car cela signifie un changement fondamental et même si nous sommes bloqués dans un cycle infernal, c’est un cycle qui nous est familier.

Le besoin de se sentir en sécurité et à l’aise

La nécessité de rechercher toujours la sécurité et le refus d’être mal à l’aise, que ce soit spirituellement, mentalement ou physiquement me trouble. Votre zone de confort est une zone qui vous fait nier la réalité et renforce les illusions. Dans votre maison, il pourrait y avoir un incendie, ou un cambrioleur agressif. Parmi vos amis, il y a des mots cruels qui peuvent être prononcés. Dans chaque situation, il y a des éléments qui sont hors de notre contrôle et qui peuvent nous faire du mal.

Vous ne devriez plus vous inquiéter de l’échec

Lorsque nous n’atteignons pas notre objectif, nous le percevons comme un échec. Ce mot a un impact bien plus profond que ce qu’il devrait avoir en réalité. Lorsque nous sommes incapables de surmonter un obstacle, nous sommes mis à terre, nous nous dénigrons jusqu’à ce que l’on « fasse mieux ». Vous avez échoué seulement lorsque vous dites que vous avez échoué. Vous êtes celui qui détermine les conditions de votre succès.

À mon gymnase d’escalade, je vois des gens qui tombent tout le temps (ne vous inquiétez pas, il y a des cordes et des mesures de sécurité). Certaines personnes sont frustrées et partent. D’autres s’énervent sur les rochers ou sur eux-mêmes. D’autres ne font rien de cela, ils se remettent sur le mur et essayent à nouveau. On considère que les gens qui atteignent le sommet ont réussi, indépendamment du fait qu’ils soient tombés ou qu’ils aient fait une crise.

Les relations toxiques ou non enrichissantes.

Les amis que nous choisissons nous reflètent clairement en tant qu’individus. Ce sont les personnes qui peuvent nous inciter à faire mieux ou nous entraîner dans des schémas improductifs.

Être tout le temps récompensé.

Les gens les plus heureux sont ceux qui peuvent mettre leur ego de côté et travailler pour le plus grand bien. Une personne mature ne fait pas de bonnes actions pour la gloire ou la récompense. Pour eux, c’est simplement la façon dont tout le monde devrait agir. Ils ne comptent pas sur une structure de récompense extérieure pour se sentir bien ou approuvés. Quand vous mourrez, tout ce que vous aurez fait uniquement pour votre avantage partira avec vous. Mais tout ce que vous avez fait de mieux dans votre vie continuera à influencer positivement les autres.

Les jugements

Les jugements se forment rapidement et facilement, sans beaucoup de provocation. N’oubliez pas que vous voyez une illusion très subjective de cette personne lorsque vous la jugez. Les gens projettent une versions d’eux-mêmes avec laquelle ils sont à l’aise, pour cacher l’insécurité, et les défauts. Ne les remettez pas en question, mais n’oubliez pas votre bon sens.

Le « résultat final »

La vie est une aventure, et les moyens que nous choisissons, sont aussi importants que le but. Ne vous laissez pas prendre entre vos réalités projetées et les gens autour de vous. N’oubliez pas de respirer ! Parfois, il est difficile de garder un œil sur l’horizon et où vous mettez les pieds en même temps. Vous définissez votre rythme dans la vie, donc arrêtez simplement, faites le point et continuez lorsque vous êtes prêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *