À la découverte de soi, la voie du coeur par l’alimentation

de | 1 juillet 2016

découverte de soi

À la découverte de soi, la voie du coeur par l’alimentation

J’ai longtemps hésité à écrire cet article, car il s’éloigne du glèbe du pragmatisme, du concret, vers celui de l’invisible et du ressenti. Mais il me semble important aujourd’hui d’en parler, de faire partager mon expérience et peut être de déclencher un mouvement, ici et là, chez ceux qui entreront en résonance avec les propos qui vont suivre.
J’ai pû constater que lorsque l’on commence à s’intéresser à sa propre santé, son bien être et à la vie en général, de nouveaux horizons viennent s’épancher en nos existences et nous donnent un regard nouveau, de nouvelles lunettes, pour mieux comprendre et vivre le monde qui nous entoure.

Le déclic

Tout le monde ressent des choses mais encore peu de personnes acceptent d’y prêter attention ou tout simplement n’en prennent pas conscience, trop enlisées dans des vies rythmées au son de la physicalité.

Ce déclic de cette ouverture de l’esprit peut se faire naturellement par l’âge et l’expérience qui avance ou par la force et les aléas de la vie. C’est ainsi que la femme ou l’homme dans la cinquantaine peut se voir changer et adopter dans ses actes quotidiens une tendance plus en accord avec ses aspirations profonde.

Cela n’est jamais simple pour l’individu qui renait aux yeux du monde dans la mesure où il se heurtera de facto à ceux qui resteront encrés, comme sclérosés, dans leurs croyances et idéaux.

Cette initiation à la reconnaissance de soi peut aussi s’effectuer bien plus jeune, et se fera symptomatiquement de manière violente, car nous nous sommes trop éloignés de notre vérité intérieure en temps qu’être et que notre corps qui nous a appelé maintes fois et de différentes formes n’a pu se faire entendre à nos sourdes oreilles, nous, préférant continuer à vivre la vie telle que nous la percevions sous le prisme de notre égo, mental puissant nous cantonnant à un univers étroit, sans perspective.

La vie fera en sorte, donc, de nous stopper et cela se fera de deux manières en atteignant soit le corps physique ou alors le mental, et même voir les deux. Mais le résultat sera le même, nous serons forcés d’écouter le corps. Ceux qui ne le feront pas, iront de mal en pis tandis que ceux qui prendront le pas à cette chance que le destin nous donne de nous aligner, grandiront et surpasseront la douleur et la difficulté pour aller vers la vie et s’accorderont avec leurs idéaux. Ils s’affirmeront dans la confiance retrouvée au sein de leur(s) famille(s), de leurs amis, mais surtout en eux, en étant pleinement en conscience du monde dans lequel ils vivent.

Et puis vient le temps de la curiosité :

Le temps des questions arrivera et notre réflexion agrandie se heurtera parfois à des interrogations sans réponse. De ces interrogations grandissantes se développeront de nouvelles bases, terreaux fertiles à l’épanouissement de l’esprit.
De ces bases notre curiosité prend le pas et des concepts que nous nous refusions d’admettre, ne serait-ce que parce que ceci semblaient trop improbables, étranges, inimaginables, deviennent tour à tour intéressants, logiques et tout à fait envisageables.
C’est à ce moment là que l’individu en devenir, épris de l’appropriation de sa conscience du « moi », s’éloignera des standards sociétals.
Les normes et les idées conformes nous paraissent alors certaines fois faibles, obsolètes, terriblement éloignées de notre propre diathèse… Nous sentons puissamment ce désir de retours aux fondamentaux, c’est à dire à la nature !!!
C’est ici même dans ce retour à l’essentiel que beaucoup « reviennent » instinctivement à une alimentation de plus en plus physiologique, une des premières briques de l’initiation est l’élimination, des repas, de la chair animale.

Combien de personnalités illustrées au son de notre histoire se sont dirigées vers cette voie ? Beaucoup et je pourrais en citer certains comme Gandhi, Léonard de Vinci, Pythagore, Voltaire, Zola, Einstein, le Daila Lama, Socrate et bien sur le père de notre médecine moderne : Hippocrate !!!

soi

À la découverte de soi, la voie du coeur par l’alimentation

Image crédit : www.carlagoldenwellness.com

Alimentation et spiritualité : deux frères indissociables 

Je me rappelle les propos du docteur Robert Morse qui disait qu’après plusieurs temps d’une monodiète exclusive à l’orange, il avait tellement d’énergie qu’il passait le plus clair de son temps en dehors de son corps qu’à l’intérieur. Cette phrase peut prêter à sourire mais n’en reste pas moins énigmatiquement lucide pour celui qui connait la force qu’il peut tirer d’une alimentation totalement naturelle et non transformée.

Par mon expérience de ce retours vers une subsistance plus biologique, j’ai constaté plusieurs choses : La première étant que le corps épris de cette énergie nouvelle donnée par une alimentation qui limite les temps de digestion et qui apporte une vitalité incroyable, celui-ci va déstocker. Le corps peut « tomber malade », il va chercher à éliminer ses toxines accumulées (qu’elles soient physiologiques ou immatérielles d’ailleurs) et l’on peut sembler effectivement mal en point, mais ce n’est que le début d’un beau processus de transformation à soi avec des étapes bien présentes de recalibrages énergétiques qui nous montrent que nous sommes sur le bon chemin.

il est intéressant de voir que notre agressivité, notre colère ou encore des sentiments comme la peur, la honte, l’intolérance, la jalousie ou des réactions plus physiologiques et nerveuses comme le stress et l’angoisse, diminuent et voir disparaissent après un certain temps d’alimentation naturelle, crue et végétale (même si tout le monde ne peut la pratiquer, à lire l’article sur les purges pour les intéressés).

Nos chakras s’ouvrent, toute la vie en nous commence à vibrer à l’unisson de notre coeur, de nos aspirations en tant qu’humains vivants tous ensemble sur cette même terre. Je vous incite à cette occasion à découvrir les bienfaits des méditations, n’importe laquelle.

Nous devenons plus tolérants, plus altruistes envers autrui. Je constate également que la misère du monde m’atteint plus qu’avant et qu’en même temps je l’accepte plus facilement. Rien n’est hasard.

Nos dons naturelles se voient comme exaltés par tous ces changements qui s’amplifient par cette paix de l’âme qui commence à émerger, comme si de notre nourriture dépendait en partie nos vibrations, notre résonance. 

Moi qui était un grand mangeur de viande, en mangeant encore quelque peu, elle commence néanmoins à me répugner, mon corps n’en veut plus, mon coeur non plus.

La viande provenant des grands réseaux agro-industriels, provenant d’animaux vivants dans la misère, dans des enclos cachés du soleil, marchant dans leurs insalubrités, et se nourrissant de produits de faibles qualités, de médicaments, ne pourra donner que ce qu’elle a c’est à dire tristesse, peur, insalubrité et qualité médiocre. Mais comment pouvons-nous nous nourrir comme cela, comment pouvons-nous entretenir ces relations dignes des bas-âges envers des êtres vivants ?

Il en est de même pour le reste de notre alimentation. Croyez-vous vraiment que de manger des produits contentant des polluants faits de pesticides, enfin tout ce qui finit en « ide » vous apportera paix et bonheur ? Croyez-vous réellement que les sucres industriels, les édulcorants, les sels raffinés (…) permettront à vos cellules de fonctionner correctement ? Notre monde tourne à l’envers, nos actions sont illogiques et on s’étonne encore et toujours …

Finalement, toujours des questions et peu de réponses… Le chemin promet d’être haletant.

Auteur : Adrien Ruet

Bio:
Il y’a deux ans, en revenant d’un voyage de 7 mois en Nouvelle-Zélande, j’ai eu une baisse de
régime terrible au niveau du corps qui m’a rapidement permis de m’aligner et de devenir celui que
je suis aujourd’hui.
Passé l’obtention d’une licence en histoire à celle d’un Bachelor en école de commerce je suis
désormais en première année de Naturopathie, et je sens enfin que j’ai trouvé ma voie. Passionné
de médecine naturelle, je sens se développer en moi certaines compréhensions du monde qui me
poussent à vouloir aider les gens… C’est dans cette optique d’apporter mon aide que, en
attendant d’avoir mon diplôme dans 3 ans, j’ai ouvert le site JUSTE Naturo, pour permettre à ceux
qui tomberont, pas, par hasard dessus, d’accéder à des articles qui pourront peut être les aider et
les soutenir dans leur chemin de vie.
Son site : justenaturo.wix.com
Sa page Facebook : www.facebook.com/justenaturo/?view_public_for=980405992044439

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *