15 choses que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un atteint de TDA

de | 23 mars 2015

atteint-de-TDA (3)

15 choses que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un qui est atteint de TDA (trouble de déficit de l’attention)

Il est vrai que quelqu’un qui souffre de TDA a un esprit totalement différent des autres.

Par exemple, la concentration, ceux qui souffrent de TDA ne peuvent pas se concentrer quand ils sont émotifs ou lorsque leur esprit est détourné. Quoi qu’il en soit, lorsqu’ils sont enthousiastes sur un sujet particulier, ils s’y plongent si profondément qu’il devient difficile de les sortir de cette zone. Commencer une tache peut être difficile, mais l’arrêter est bien plus difficile.
Comprendre ce que pense et ressent quelqu’un qui a un TDA vous aidera à être plus patient, tolérant, aimant, et compatissant.

Voici 15 choses que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un qui est atteint de TDA :

1.Ils ont une personnalité dynamique

Le cerveau d’une personne qui souffre de TDA ne s’arrête jamais. Il n’y a pas d’interrupteur marche/ arrêt. Cela peut être un fardeau ou une bénédiction en fonction de la façon dont elle s’en sert.

2.Ils ont du mal à rester concentrés (sur ce qui ne les intéresse pas)

Plutôt que de rester concentrés sur ce qui se trouve devant eux, les personnes qui ont un TDA regardent les couleurs du tableau qui est accroché au mur. Comme s’ils marchaient dans un labyrinthe, ils commencent à aller dans une direction, puis ils changent constamment de direction pour retrouver la sortie.

3.Leur esprit s’emballe quand ils sont émotionnels

S’ils sont mis dans une situation inconfortable, ou s’ils sont en colère contre quelque chose qui a eu lieu plus tôt dans la journée, ils ne peuvent pas se concentrer sur autre chose. Cela rend la concentration au travail, les conversations et les situations sociales presque insupportables.

atteint-de-TDA (2)

Ce que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un atteint de TDA

4. Ils se concentrent de façon très intense

Une fois que quelque chose capte leur attention et que les portes de leur esprit s’ouvrent, c’est comme faire démarrer un moteur et perdre les clés. Ils continueront jusqu’à ce qu’ils soient à court d’essence ou jusqu’à ce que la tache soit terminée. Il peut également être difficile de capter leur attention quand ils sont au milieu d’un projet.

5. Ils ont du mal à maîtriser leurs émotions

Leurs émotions sont disproportionnées et sauvages, hors de contrôle et ne peuvent pas être maîtrisées.Les émotions complexes rendent les pensées et les sentiments difficiles à traiter, tout s’emmêle.

6. Ils sont sujets à des explosions verbales

Leurs émotions intenses sont difficiles à gérer. Comme ils disent tout ce qu’ils pensent de façon impulsive, ils ont tendance à dire des choses qu’ils regretteront plus tard. Il est impossible pour eux de modifier leurs paroles avant de les dire à voix haute.

7. Ils souffrent d’anxiété sociale

Cela les rend mal à l’aise de réaliser qu’ils sont différents des autres, ils sont régulièrement mal à l’aise dans des circonstances sociales.Quand ils sont anxieux, ils ont tendance à dire quelque chose de stupide ou à réagir de manière inappropriée. Ils préfèrent se retenir.

8. Ils sont profondément intuitifs

Pour ceux qui ont un TDA, la surface n’est que l’extérieur visible qu’ils pénètrent facilement. Ils voient au-delà de cela. C’est la partie la plus agréable du TDA. Cette qualité de motivation fait souvent d’eux des personnes géniales et très créatives. Les designers, musiciens, artisans, artistes ou écrivains s’épanouissent dans cette zone.

9. Ils ont la capacité de sortir des sentiers battus

Un autre aspect très positif du TDA est que bien qu’ils pensent différemment, leurs esprits abstraits voient les réponses à des questions que l’esprit normal ne peut pas voir.

10. Ils sont très mal organisés

Ils préfèrent mettre les choses en tas pour les organiser. Une fois qu’ils ont fini de faire quelque chose, les papiers en rapport avec cela sont mis en pile, et restent là, jusqu’à ce que cette pile devienne trop haute. Alors ils deviennent submergés, frustrés et nettoient tout. Il est difficile pour une personne souffrant de TDA de garder les choses en ordre, car leur esprit ne fonctionne pas de manière ordonnée.

atteint-de-TDA (4)

11. Ils ont besoin d’espace pour faire les cent pas

Que ce soit au téléphone ou pendant une conversation, ils réfléchissent mieux quand ils sont en mouvement. Le mouvement les calme et apporte de la clarté à leurs pensées.

12.Ils remettent les choses à plus tard

Prendre une décision ou finir des devoirs à temps est une bataille constante. Non par parce qu’ils sont irresponsables ou paresseux, mais plutôt parce que leurs cerveaux sont truffés d’options et de possibilités.

13. Ils ne peuvent pas se rappeler des choses simples

Un autre trait paradoxal de ces personnes est la mémoire. Ils oublient leurs vêtements au pressing, le lait au supermarché ou les rendez-vous. D’un autre côté, ils se rappellent de toutes les remarques qu’ils ont entendu pendant la journée. Peu importe le nombre de post-its ou de rappels qu’ils mettent, leur esprit facilement distrait est toujours ailleurs. C’est pour cela qu’ils ont une quinzaine d’onglets ouverts sur leur ordinateur !

14.  Ils font beaucoup de choses en même temps

Comme leur cerveau ne s’arrête jamais, quand ils commencent une chose, ils ont tendance à accumuler et à faire plusieurs choses en même temps. Le multitâche fait partie de leurs activités favorites.

atteint-de-TDA (1)

15. Ils sont passionnés par tout ce qu’ils font

Les émotions, les pensées, les paroles et le toucher d’une personne qui souffre de TDA est puissant. Tout est amplifié. Quand ils font quelque chose, ils le font avec leur cœur et leur âme. Ils donnent tout ce qu’ils ont. Ils sont intenses, perspicaces et profonds. C’est cette qualité qui les rend si attachants.

Il est vrai qu’une relation avec quelqu’un qui souffre de TDA est différente, mais cela ne doit pas être un défi.L’amour est toujours le même. Lorsque vous vous approchez de votre partenaire avec compassion et compréhension, ils peuvent s’ouvrir et partager tout ce qu’ils ont à offrir.

Source Ce que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un atteint de TDA :http://soulspottv.com/
Traduction:

Claire C.

28 réflexions au sujet de « 15 choses que vous devez savoir si vous aimez quelqu’un atteint de TDA »

  1. anne

    bonjour ,
    mon fils est atteind de TDA et tout ce que vous decrivez est bel et bien un probleme pour lui , pour sa vie social , et familial , je suis tres epuisée de ma battre pour lui et son avenir , suite a son manque de concentration et d interet il se retrouve en ecole specialisée ce qui ne l aide pas du tout puisque ( meme ayant reussi ses 5 années primiaires ) le systeme a prefere le mettre dans un etablissement comme celui la mais le soucis c est qu il n apprend rien dans cet ecole , et il est d avantage plus demotivé depuis qu il est dans cet ecole , il est sous rilatine , c est d ailleur lui qui insiste pour le prendre sinon rien ne va il se fait punir sans arret et personne ne le comprend je ne sais comment l aider ..seul ma mere l accepte .. mon fils a beaucoups de problemes de santé en sus de celui ci ce qui complique d avantage le probleme …j ai un autre fils 5 ans de son ainé et c est la guere constance … que me conseillez vous

    Répondre
    1. Jessy

      A-t-il essayé les cours modulaires, exemple en UTM (au secondaire) ou dans des centres d’éducation aux adultes ? C’est des cours individuels qu’on fait dans des modules semblable à la formation à distance. Souvent les personnes atteinte de TDA sont particulièrement intelligent sauf qu’ils ne le savent pas, car avec un prof qui parlent en avant, c’est tellement facile de se perdre dans ses pensées et d’en perdre le fils. On croit alors qu’on est poche à l’école et ça en devient même gênant !
      C’était mon cas : au secondaire je perdais vite ma motivation car je  »tombais dans le lune » si souvent pendant un cours que ça en devenait un fardeaux et les profs me pointaient du doigts, me réprimandaient. En plus j’oubliais trop souvent de faire mes maudits devoirs :S ! J’ai très vite décrochée à cet âge là.
      Quelques années plus tard je suis allée en UTM pendant 1 an et ensuite dans un centre d’éducation aux adultes et avec les cours modulaires (les explications sont écrite dans le module au lieu d’être dites par le prof) , quand je  »tombais dans la lune » je pouvais recommencer à lire ce que je n’avais pas capté (Je pouvais relire 3-4 fois la même explication lol). Je me suis alors vite rendu compte que j’étais en faite une  »bolée ». Moi qui n’avais pas réussis à avoir un 60% au secondaire magistral, j’ai obtenu un 100% pour le même cours en modulaire. Ça a changé ma façon de voir les études de fardeau à plaisir et ma façon de me voir de incompétente fini à presque génie. Aujourd’hui j’ai terminée mon secondaire 5 enrichis en math et en science et ainsi toutes le portes sont ouvertes pour moi pour la suite, même si j’ai encore la crainte des cours magistraux en ce qui concerne les études supérieures.

      Si ça ne fonctionne pas pour ton fils d’être en établissement scolaire, il y a toujours la formation à distante qui utilise presque les même modules, mais il faut beaucoup de discipline !

      Ensuite, avec un secondaire 3-4, ton fils pourrait faire un DEP, ce qui est plus intéressant et motivant pour un TDA puisqu’il apprend un métier qui l’intéresse! C’est ce que je vais moi-même conseiller à mon fils qui est atteint lui de TDAH. Pour le moment il est encore jeune, 8 ans, et il DÉTESTE l’école, mais il est très motivée, déjà, pour suivre un cours de machiniste ou de mécanique plus tard. Oui, je me suis pris tôt pour le motivé, mais ayant déjà redoublé sa 1ere année par manque de motivation, je ne voulais pas qu’il passe par où je suis passée rendu à l’âge adulte et cela l’a aussi beaucoup aidé cette année d’avoir un objectif, même si c’est encore loin pour lui.

      Ma ptite soeur a aussi été dans une école spécialisée où elle n’apprenait rien et aujourd’hui elle croit qu’elle est nul, elle a 21 ans et se croit trop bête pour travailler. De par son expérience je trouve que ces écoles ne servent à rien pour l’avenir de nos enfants. C’est plus comme une genre de garderie où ils se  »débarrasse » des élèves plus difficiles en attendant qu’ils aillent 18 ans à place d’essayer de les motivées en faisant des activités d’orientations pour qu’ils puissent se projetés dans leur avenir . En-tout-cas, c’est ce que ma ptite soeur a vécu :(.

      Pour ses troubles avec les relations sociales, il y a surement des ateliers donnés en CLSC qui pourrait l’aider dans son estime de lui.

      Pour finir, je vous lève mon chapeau de vous battre pour l’avenir de votre petit. Je sais que ce n’est pas toujours facile, mais un jour il vous en remerciera de ne pas l’avoir lâché, car je sais aussi que c’est très dur de se sentir à part des autres. Moi j’aurais tellement aimé que mes parents voit mon trouble étant ado et ainsi avoir pu m’accompagné dans les problèmes que je vivais au quotidien. Courage ! 🙂 xxx

      Répondre
    2. Frederic

      Bonjour Anne je suis pas un spécialiste je ne suis qu’un jeune homme ateint du syndrome et je comprend par ou votre fils passe j’ai passer par la étant plus jeune j’ai même lâcher l’école en secondaire 1 après avoir doubler 3 fois non pcq jetait pas bon à l’école mais pcq javait pas asser d’ouvrage un cours de 1 hrs je fesait les travaux en 30 min et les prof avait rien de plus à me donner résulta je niaisai en class la demi heure restante donc peut être le fair placer dans une class un peut plus billet ou il aurait de l’ouvrage à pu finir de cette manière il serait tjrs auccuper et aurait tjrs quelque chose à faire en class et autre petit conseil laisse les chose aller un tda va tjrs arriver à c’est fin peut importe le défi 😉 bon courage Anne !!!

      Répondre
  2. warnier

    Un TDH/A peut aussi être un HP (Haut Potentiel). Je sais que ça peut devenir un fourre-tout, mais ça vaudrait la peine de le faire tester. ATTENTION, pas par n’lmporte qui, ni n’importe comment. Il faut d’abord un tableau clinique et puis confirmer par un test de QI, bien que ce test ne soit pas réellement bien adapté pr dépister les HP.
    Si cela vs intéresse, je peux vs donner l’une ou l’autre adresse.
    Je ne vs garantis pas que c’est ça, mais autant écarter cette possibilité.
    Bon courage !

    Répondre
    1. warnier

      C’est bien de TDA que je parle.
      Vs pouvez me laisser un mp sur ma page fb qui arrivera ds autres.
      Myriam Warnier

      Répondre
      1. anne

        Bonjour madame , je vous fait un mp , de plus vous êtes dans la meme région que moi , donc il se peut que le mp soit dans vos messages  »Autre » merci pour votre aide car c est tres complexe dont la façon que cette ecole agit pour le garder ….

        Répondre
  3. suimon

    on peut dire des paroles que l on regrette (ça explose) mais aussi se refermer comme une coquille et ne plu pouvoir sortir un mot car envahie par des emotions trop fortes!

    Répondre
  4. Colette Daoust

    Ma fille et ma petite fille le sont. Oui c’est difficile pour elles et pour nous mais elles ont tellement de qualité que les autres n,ont pas . Ma fille cmmence cette semaine a se nourrie et nourriri sa fille qu,abec des aliment bio car apres une longue etudes sur ces enfants la nourriture seraient  »responsables: » Avec tout le chimique qu’il y a dans notre bouffe j’ai tendance a y croire. De toute façon on verra bien Cmest plus dispendieux le bio mais si c,etsit la solution….
    (Quand ils font quelque chose, ils le font avec leur cœur et leur âme. Ils donnent tout ce qu’ils ont. Ils sont intenses, perspicaces et profonds. C’est cette qualité qui les rend si attachants.) TELLEMENT VRAIE

    Bon courage a tous

    Répondre
  5. Jean-Lévy Plante

    Je suis TDA et avec un petit vestige de H. Je connais ça moi. 😛

    Répondre
  6. Camille Cheneval

    C’est ce que je vis au quotidien j’ai été sous ritaline et ensuite sous quasym pendant 6 ans…Je me suis toujours sentie différente à côté des autres enfants, on m’as qualifié dhyperactive au niveau de la concentration, j’ai des colères incontrôlables et des excès verbales inexpliqués. La bataille constantes des devoirs dans une filière qui m’ennuie, je ne peut pas resté concentré sur quelque chose sans que mon attention soit détourné, ce qui entraîne des retards permanent ayant un impacte dans ma vie scolaire et sociale et et une mère qui passe sa vie à me donner des leçons et vivre constamment sur mon dos c’est d’autant plus stressant. Je suis émotionnelle, anxieuse, j’ai peur que les gens ne mapprecie pas , j’ai besoin de place pour marché. Ce qui à des répercussions extérieures, j’ai un Psoriasis, des tâche blanche sur la peaux quand elle sorte, une plaque rouge sèche qui me démange affreusement au dessus de l’oeil, moi qui shouaitz me dirigé vers l’art pour pouvoir enfin exprimé ce que je ressent autre chose que par mon stress et la personnalité difficile à vivre. Aujourd’hui j’ai 19 ans et ça ne de devient plus possible, je rêve de guérir et d’avoir une vie plus posé auriez vous de bons conseils pour m’aider?

    Répondre
    1. Michel G

      J ai un DTA.La seul chose que je peux dire c est l accepter. Moi j ai appris a vivre avec.Exemple quand une personne me parle et j ai un flash sur un idee a dire. Je ne la coupe pas dans cette conversation parce que mon flash rien a voir avec la conversation.C est de gérer ses penser ses emotion sans persdre sa personnalité, son originalité.J espere que c est quelques mots te remontera le moral et tu verra plus ton DTAH comme une maladie

      Répondre
  7. Alexandre

    Je suis TDA-H avec un peut de tourette.
    Je sais que beaucoup de parents s’inquiète pour leurs enfants, pour leurs éducation et leurs avenir.
    Je sais que beaucoup d’enfant TDA on des troubles de confiance, différent des autre depuis leurs enfance, parfois rabaisser par ses collègues ou même les commentaires de leurs professeur. Mais il ne faut pas perdre espoir, car lorsqu’un TDA trouve sa passion, sa zone de confiance, sa vie peut prendre un tournant drastique pour le mieux. Il y as 4ans, je n’aurais jamais imaginer terminer mes études secondaires, avant que je trouve ma vocation en informatique. J’ai terminer mon secondaire 5 en même temps de faire un ASP en lancement d’une entreprise et un DEP en Soutien Informatique. J’étudie maintenant en Techniques d’intégration multimédia et je prévois faire un baccalauréat en Génie Logiciel. Les TDA sont différent, mais ils ne sont pas stupide, ils ne sont pas des causes perdu, ce sont des gens très intelligents, des gens avec un potentiel incroyable.

    Ce message est pour les autres TDA, et leurs parents. Oui il s’agit d’une différence, mais il peut aussi devenir un avantage. Ne perdez pas espoir, trouvez votre passion et donnez-vous à fond!

    Répondre
  8. bensalma

    C’est la première fois que je lis sur les TDA, presque la plupart des points que j’ai lu me concernent. Je croyais que j’avais simplement une mauvaise mémoire et que je souffre d’anxiété.

    Répondre
  9. Alex

    Tout les points que j’ai lu dans cette article me colle à la peau parfaitement. Et comme j’ai pu le lire plus haut, le cour modulaire son plus facile et j’ai fini mon secondaire au adulte en moitié de temps requis pour le faire. De plus j’en m’en vais au cegep de Sherbrooke en graphisme cette automne et j’ai très peur pour ma concentration et pour me rappeler toute mes tâches que j’ai à faire. Je ne peut pas me diagnostiquer TDA mais j’ai eu l’impression de lire une description de moi même dans cette arcticle. Je me suis fais rejeté longtemps car je pensais et agissait de façon différente des autre. La filles avec qui jetait en couple et qui m’a aider à trouver se je voulais faire dans la vie ma laisser à cause des mes humeurs ambivalente les fais que j’étais distrait etc… c’est tout c’est facteur qui me font dire que je suis TDA. mais sinon comment on fais pour rester concentrer sur se qui nous intéresse pas vraiment et comment s’organiser pour être moins dans le chaos car je vais devoir faire mes cour de base au cegep et je sais que sa ne vas pas me captivé plus qu’il le faut.

    Répondre
  10. Bob

    En lisant cette liste, je ne peux m’empecher de me demander : « C’est pas tout le monde qui est comme ça? »
    Ça me décris tellement bien que je me demande comment on pourrait être différent.
    Je fonctionne assez bien dans la vie, mais on parle de cette description presque comme une maladie…pourtant
    je connais bien des gens comme ça/moi, qui se ressemble s’assemble…
    C’est plutôt les gens « normaux » qui sont ennuyants et qui auraient besoin d’une dose de folie dans leur vie!

    Répondre
    1. bouba

      tout à fait d’accord, Bob. j’ai exactement le même sentiment, je me retrouve complètement ds la description mais en même temps je connais pleins de gens qui fonctionnent comme cela.pour moi, il est normal de raisonner avec son coeur, au moins ce sont des personnes vraies, la perfection n’existe pas et effectivement les gens normaux sont ennuyeux. ce n’est pas une maladie, ça pose des pb , mais ça n’empêche pas de vivre

      Répondre
  11. Sylvie C.

    à lire… »mon cerveau a encore besoin de lunettes »…. rendue adulte et apprendre que, depuis 50 ans, la réponse à ces est simplement 3 lettres..tda ….. pas facile de vivre au quotidien!

    Répondre
  12. Hastag

    Fait lui développer son côté artistique, scène, création. Bref du concret ou bien pratiquer un sport. C’est une bénédiction parce que la plupart des gens cherchent de l’énergie. Eux l’ont de base. Il faut juste savoir quoi faire avec.

    Répondre
  13. Audrey

    C’est tellement une belle façon de parler de ce qu’est un TDA(H), je le vis exactement tel qu’expliqué avec ses bons et mauvais cotés.

    Temoignage
    Mon histoire du tda est unique mais comme plusieures personne ayant ce trouble, j’ai vecu de grosses deceptions academiques. Il faut se le dire, le système scolaire n’est pas adapté pour nous. Dans mon cas, il a nuis, j’ai detesté l’école. Ne sachant pas que javais un tda je me demandais ce qui allait pas avec moi Complètement découragé, passant d’une école a l’autre sans aucune motivation en entendant partout que sans un secondaire cinq je ferais jamais rien de bon de ma vie. Je me suis perdu, plus rien n’avait d’intérêt. J’ai du mettre une pause à l’école pour me retrouver, pour aller chercher de l’experience. J’avais besoin de savoir qui j’étais, ques ce que j’aimais, connaître mes forces , savoir ce que je voulais moi. La connaissance de soi, la confiance en soi , mes ambitions, ce que je peux améliorer et ce qui me passionne, j’ai pas vu ça à l’école. c’est pourtant c’est très important et pas seulement pour les gens ayant un TDA! Combien de jeunes se perdent dans le systeme scolaire? j’ai eu la chance de participer au programme Katimavik et ça ma beaucoup aider a me retrouver et a être plus forte. J’avais finalement accomplis quelque chose. Je sais maintenant que je suis différente et que mon chemin ne sera pas tout tracé et c’est bien parceque ca serait pas mal plate et si j’avais pas eu ces obstacles, je ne serai pas ou je suis maintenant. Maintenant, je suis encore à l’école et ouiii…. mais parceque je veux y être. Je n’ai jamais complèté mon secondaire cinq, et je vais toujours faire des fautes d’ortographe et d’innatention même après avoir passé les cours à l’université. Heureusement antidote existe. En 2016 je vais compléter un baccalauréat et je compte faire une maîtrise.

    Anne, je n’ai pas d’enfants mais jai un tda et je l’est pas eu facile à l’école. Quelques trucs mon aidé, si je peux vous donner des conseils, je vous dirais, que sans minimiser l’importance de l’école, il faut qu’il sache qu’il y a autre choses. Il ne voit carrément pas en quoi ce qu’il fait maintenant à de l’importance et vous savez qu’il a raison de douter. Il avance pas, il veut bouger et vis de la frustration et de la déception. Si vous pouvez le faire changer de programme, faites le. Si vous voyez qu’il a un intérêt pour quelque chose en particulier, poussez le là-dedans au maximum, il doit explorer. Dites lui que vous l’aimez pour qui il est et non pour ce quil reussis à faire ou pas. votre enfant doit savoir qu’il n’y a pas de chemin tout tracé, qu’il va parfois se tromper, ( se planter solide même) mais que vous avez fois en lui et que vous l’aimez. Il doit se donner des petits buts a atteindre, pas seulment à l’école mais dans la vie de tous les jours pour qu’il évite de perdre fois en lui ou qu’il oublie ce qu’il aime vraiment. Il faudra qu’il trouve son chemin dans un système pas fait pour lui et ne pas perdre espoir ; ça c’est tout un defis. vous devez absolument l’encourager dans ce qu’il aime, et a se faire sa propre place, parcequ’elle lui revien. Il faudra commencer en bas de l’échelle parfois même tout recommencer. Les voyages,une petite job, Les stages, les visites de gens de metiers, programmes, les trucs d’élève d’un jour, les portes ouvertes des écoles, une distraction, visite chez un parent ou un loisir, tout est bon, je suis certaine qu’il en a vraiment besoin. De toute façon c’est mieux que de rester assis à compter les mouches en attendant de changer d’école, de programme ou d’entrer sur le marché du travail. Il ne doit pas se limiter sur l’exploration, » je vais jamais y arriver, ça demande trop d’étude. » so what? Va voir! Et si ça ouvrait une autre porte? Quite a appeller pour un entretien d’information ou pour se trouver un mentor pour l’aider et répondre a ses questions pour savoir si ça lui plairait et quelles sont les qualifications requises. Même prendre une petite job de mope chez bombardier si ce qui l’intéresse lui c’est les moteurs d’avion (exemple bidon mais qui explique bien qu’on doit tous commencer quelque part et que c’est pas juste une job de « Mope », c’est un tremplin vers d’autres oportunités) un autre exemple important: si lui ce qu’il aime c’est dessiner et qu’il est bon la dedans il faut insister sur les qualités requises pour dessiner que lui possède, la précision, le soucie du détail, la capacité d’agencer les couleures, la créativité etc… J’espère que ça va aider.

    Répondre
  14. Géraldine Hok

    bonjour, je viens de lire votre article très intéressant. cette description ressemble exactement à mon compagnon. je pensais qu’il était asperger. d’après vous, est ce similaire ? en tout ça y ressemble. il a 57 ans et il n’est pas diagnostiqué. mais quand je lui ai lu les « symptômes » il s’est retrouvé. il m’a dit que personne avant moi avait compris. il sentait bien depuis petit qu’il était différent. nous ne pouvons pas vivre ensemble, c’est trop compliqué. je ne trouve pas de témoignages de conjoints de TDAH ou asperger.

    Répondre
  15. fabien

    Pour les parents,
    j’en suis un, Tdah, j’ai 43 ans
    j’ai doublé ma 4 ieme année,
    mon secondaire 1,2,3 et 4
    j’ai été a l’éducation des adultes et j’ai toujours pas terminé mon secondaire,
    a 22 ans j’suis entré a l’université en programation structuré , a 21 ans tu peux t’inscrire a l’université sans avoir un secondaire 5 ,apres 4 cours j’ai abandonné le projet,
    a 28 ans, commis de réception en pharmacie, j’ai tout laissé tombé pour m’inscrire en infographie,
    sur 25 étudiants j’suis sortie 3 ieme de ma classe,j’ai fais la formation juste pour me prouvé que j’étais capable de faire quelque chose, apres 3 mois en infographie
    j’ai retourné dans le domaine de la pharmacie plus divertifier,
    Nous sommes vraiment bon dans le multi-tache
    et maintenant , je gére deux entreprises depuis 7 ans
    pour faire une histoire courte, les tda/h , fonctionne pas comme tout le monde, ca vas vite, vite dans notre tête,
    aimé votre enfant, il finira bien par faire quelques chose dans la vie, pas de la meme maniere que le monde en géréral, mais il fera son chemin, aimé les, encouragé les
    ps, ne me dite pas que je fais des fautes, je vous l’ai dis plus haut, j’ai pas mon sec 5 lolll

    Répondre
  16. Jade Poirier

    J’ai 13 ans & jsuis un TDA/H ahah.Je le vie mal parfois.. <.< Je refais mon secondaire 1 en se moment & on dirais que je comprends pu rien a se qu'on essayait de m'expliquer.C'est vraiment étrange,..En plus que j'ai de la misère a dormir , sa m'aide vraiment pas.Je suis sous concerta depuis 3 ans , des 5ml , je dis que c'est pas asser mais ils disent que c'est nécéssaire et bla bla bla … Je suis aussi sous mélatonine de 10mg car mon corps en produit pas asser , je prends aussi du Noctima , autre truc pour favorisé le sommeil.Je suis pas plus concentré & je dors toujours pas..Je suis quelqu'un vraiment dans sa bulle ; j'ai mon monde , je fais ma vie , au primaire je m'enfuyait car je trouvais sa ennuyant , profs & élèves ne m'acceptais et m'intimidais.. 😡 Bref,..Cetais pas facile.J'ai toujours été differente,..Pourquoi, jsais pas , serieusement .. :c Y'a-t-il quelque chose a faire avec moi ou c'est vraiment peine perdue..

    Répondre
  17. Katie

    Je vous lis et j’ai un sentiment d’alliance. J’ai 48 ans et je refais le parcours de ma vie pour m’apercevoir que j’ai mis les bouchées doubles et me suis sentie marginale toute ma vie et actuellement en grande souffrance. Aujourd’hui je comprend! C’est difficile et j’ai le sentiment de ne pas être dans la bonne dimension depuis toujours. Se comparer fait mal alors aujourd’hui je me présente et avec humour je nommé ma problématique pour créer de la tolérance et je m’aperçois que beaucoup de gens qui circulent autour de nous on la même problématique sinon ils deviennent tolérant car ils ont souvent un membre de la famille qui vit la réalité du TDAH. Je cherche un groupe et même prête à en organiser un afin de ventiler, de dédramatiser, de pleurer mais surtout de me sentir normal avec des gens qui vientent la réalité du TDAH au quotidien. Je pense que de partager des tranches de vie, des patterns et ainsi découvrir des trucs pour pallier et surtout batir un support de complicité. Je veux entendre de la bouche d’un copain ce que je vis, autant dans la détresse que ça peut éveiller comme le sentiment de devoir corriger et recommence et j’en passe… afin qu’ensemble on s’unissent pour nous fortifier face aux sentiments de découragement et tout ce qui gravité autour de la souffrance de difficilement arriver à nos buts. Si certains sont intéressé, je suis dans les Laurentides, Mirabel….

    Répondre
  18. Katie

    Je vous lis et j’ai un sentiment d’alliance. J’ai 48 ans et je refais le parcours de ma vie pour m’apercevoir que j’ai mis les bouchées doubles et me suis sentie marginale toute ma vie et actuellement en grande souffrance. Aujourd’hui je comprend! C’est difficile et j’ai le sentiment de ne pas être dans la bonne dimension depuis toujours. Se comparer fait mal alors aujourd’hui je me présente et avec humour je nommé ma problématique pour créer de la tolérance et je m’aperçois que beaucoup de gens qui circulent autour de nous on la même problématique sinon ils deviennent tolérant car ils ont souvent un membre de la famille qui vit la réalité du TDAH. Je cherche un groupe et même prête à en organiser un afin de ventiler, de dédramatiser, de pleurer mais surtout de me sentir normal avec des gens qui vientent la réalité du TDAH au quotidien. Je pense que de partager des tranches de vie, des patterns et ainsi découvrir des trucs pour pallier et surtout batir un support de complicité. Je veux entendre de la bouche d’un copain ce que je vis, autant dans la détresse que ça peut éveiller comme le sentiment de devoir corriger et recommence et j’en passe… afin qu’ensemble on s’unissent pour nous fortifier face aux sentiments de découragement et tout ce qui gravité autour de la souffrance de difficilement arriver à nos buts. Si certains sont intéressés, je suis dans les Laurentides, Mirabel….

    Répondre
  19. Samuel champagne

    Je suis tda je suis écrivain l’école pour moi n’était pas la bonne école
    mon école est la vie je suis très intelligent
    Je parle et je pense en même temps
    Ne vous inquiéter pas de vos enfants il vas trouver sa voie

    Répondre
  20. Diane Tripet

    A l’époque où j’étais à l’école, on ne diagnostiquait pas encore le tda. J’étais simplement une élève dissipée… dans la lune, lente.
    J’ai dû me battre toute ma vie professionnelle sans savoir de quoi je souffrais. Je me disais: je suis paresseuse, bordellique, etc.
    J’ai passé ma vie chez les psy, sans qu’aucun ne diagnostique ce que j’avais. lls cherchaient dans toutes les directions: dépression, problèmes affectifs, abus. Ce n’est qu’en 2005 qu’on a découvert mon tda, alors que j’étais de perdre mon emploi que j’aimais, mais que je ne parvenais plus à assumer. En effet, avant, j’avais une énorme endurance et compensait ma lenteur et distraction en travaillant beaucoup plus. L’apnée du sommeil est venu perturber se fonctionnement.
    Les tests ont révélé clairement le tda. J’ai reçu une demi rente invalidité.
    Je n’arrive pas à tenir mon appartement en ordre et mon cerveau tourne en rond. J’ai beau faire des plans d’organisation. Rien à faire, je peux pas les appliquer. Enfin, il n’y a qu’à lire le descriptif, c’est moi, y compris le talent artistique où l’impro est mon point fort.
    C’est une lutte continue contre moi-même.
    Quand c’est indispensable, je prend de la ritaline.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *