victime congugale

Crédit image: //www.flickr.com/photos/inesrehbergerphotography

9 signes évidents que vous êtes victime de violence conjugale

547 000 personnes sont victimes de violences conjugales en France. La majorité de ces victimes sont des femmes.

Au Canada, selon les données policières pour l’année 2011 (Sinha, 2011), les victimes de violence familiale étaient majoritairement de sexe féminin (69 %). Cette représentation disproportionnée était la plus marquée pour la violence conjugale, 80 % des victimes étant des femmes. Les données policières québécoises montrent que les femmes sont majoritaires parmi les victimes d’infractions commises dans un contexte conjugal (80 %), leur nombre s’établissant à 15 790 comparativement à 3 941 pour les hommes.

En Belgique, a violence conjugale a coûté la vie à 162 personnes en 2013, a indiqué lundi Marijke Weewauters, conseillère à l’Institut pour l’égalité entre hommes et femmes, devant la Commission

La violence psychologique est l’un des types les plus insaisissables de l’abus, car elle ne provoque pas de cicatrices visibles. La douleur est à l’intérieur.

Des études ont montré que la violence psychique peut être tout aussi dommageable que la violence physique et sexuelle, car elle a des modes dominants selon lesquels nous réfléchissons sur nous-mêmes. Elle a un impact direct sur notre estime de soi.

Alors, quels sont les signes de violence conjugale que vous devriez surveiller?

Tout ce que vous faites n’est jamais assez bien

Cela peut se manifester de diverses manières. Fondamentalement, si vous vous retrouvez à mettre tous vos efforts en oeuvre pour impressionner ou lui plaire, pour ensuite être démoli ou ignoré, alors vous ferriez mieux de remettre en question ses motivations. Il est normal et commun chez les partenaires d’essayer d’améliorer l’autre, mais c’est une toute autre chose de dénigrer qui vous êtes et de constamment avoir le besoin d’essayer de vous améliorer.

Ils utilisent des informations personnelles contre vous

Il y a une différence entre être insolent et grossier. Si vous vous retrouvez à justifier ses actes au lieu de lâcher-prise, cela est un mauvais indicateur. Pourquoi vous ne vous mettez pas en colère contre lui pour avoir trahi votre confiance? Nous faisons part à notre partenaire de beaucoup de choses en toute confiance. Nous nous efforçons de trouver des gens qui nourrissent notre vrai Soi, une partie de nous-mêmes avec laquelle nous ne sommes pas à l’aise.

Plus les informations circulent librement entre deux personnes, mieux c’est. Prendre conscience qu’il ne vous respecte pas est un signe indicateur certain.

Ils utilisent continuellement la culpabilité pour vous contrôler

Votre partenaire ne devrait jamais ressentir le besoin de vous blesser pour vous aider. Ils justifient leurs actes en mettant en avant vos défauts, et transforment le caractère et le niveau de votre raisonnement. La vérité n’a pas besoin d’être justifiée ou d’avoir des idées en concurrence. Il y a toujours un moyen de pouvoir s’expliquer ou de faire raisonner quelqu’un sans cruauté et jugement.

Ils travaillent activement pour vous séparer de vos amis et de votre famille

Ceci est un signe majeur et sans équivoque de l’intention malveillante. La raison pour laquelle quelqu’un ne veut pas que vous accédiez à votre structure de soutien est malsaine et n’est pas dans votre meilleur intérêt. Si votre entourage apprécie peu votre partenaire ou si votre partenaire ne les aime pas, c’est une bonne raison pour prendre un peu de recul.

violence conjugale1

Les manifestations d’amour sont retenues à titre de punition

Peu importe sa forme, dès que l’amour devient sans valeur, vous devriez commencer à examiner votre relation de plus près. L’amour est quelque chose que la plupart des gens désirent, mais sur le plan humain le plus fondamental, ils ne veulent pas aider les autres. Si quelqu’un est susceptible de jouer de l’amour qu’il reçoit et de vous causer de la souffrance comme un moyen d’arriver à ses propres fins, préparez-vous à être dirigé sur des mers agitées.

N’essayez pas de dramatiser le problème et de combattre le feu avec le feu. Dans ce genre de situation, il n’y a pas de moyen véritable de savoir si une personne va devenir plus dramatique. Tant que vous tolérez, vous participez à son jeu. Parlez-en lui et informez vos proches des problèmes potentiels. La manière la plus efficace de « gagner », est de partir.

Ils veulent contrôler votre environnement physique

C’est le genre de personne à barricader la porte pour que vous ne puissiez pas sortir d’une pièce lors d’une dispute, jusqu’à tourner en rond autour d’un problème qu’il a créé.

Ils sont tout simplement habitués à avoir accès à des opportunités offertes et à se faufiler des situations.

Ils doivent toujours tout contrôler

Les auteurs de violence psychologique sont souvent de ce genre. Ils ne sont heureux que lorsqu’ils ont le contrôle sur toute votre relation, sur la voiture que vous devriez conduire où de combien d’argent vous avez le droit d’avoir. Ces mesures de contrôle ont pour but de vous faire sentir comme si vous ne pouviez pas vivre sans eux.

Ils espionnent et envahissent votre vie privée

Voici un fait: vous ne devez pas nécessairement tout dire dans votre relation. C’est tout. Vous avez le droit d’avoir votre espace privé, vos messages, vos sms, vos e-mails, votre historique de navigation – et autre. Espionner et envahir votre vie privée est une sorte de maltraitance affective, et devrait être reconnue comme telle.

En fait, ils se sentent profondément mal à l’aise devant leurs propres choix de vie

Ils disent des choses méchantes et blessantes sur votre carrière qui n’ont rien à voir avec la taquinerie.

* Étude représentative de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) « La violence à l’égard des femmes : une enquête à l’échelle de l’UE » Voir l’étude.

Cette enquête quantitative se fonde sur 42 000 entretiens menés avec des femmes âgées de 18 à 74 ans. Les résultats sont représentatifs tant à l’échelle de l’UE qu’à celles de chacun des 28 États membres. Les femmes ont été interrogées sur les actes de violence physique, sexuelle et psychologique – violence domes- tique y comprise – qu’elles ont subis dès l’âge de quinze ans, ainsi que sur leurs expériences en matière de traque furtive, de harcèlement sexuel et d’abus dans les nouveaux médias. L’enquête a également porté sur les violences subies durant l’enfance.

  • 22 % des femmes interrogées ont subi de la violence physique ou sexuelle au sein d’une relation de couple.
  • 42 % des femmes qui ont été victimes de violence dans une relation de couple passée l’ont aussi été lors d’une grossesse.
  • Les femmes sont plus enclines à souffrir de diverses conséquences psychologiques à long terme (dé- pression p.ex.) si les violences subies sont le fait d’un·e partenaire plutôt que d’une autre personne.
  • Dans l’ensemble, 43 % des femmes ont subi une forme de violence conjugale d’ordre psychologique.
  • Environ 5 % des femmes ont subi de la violence économique dans leur relation de couple actuelle et13 % dans des relations antérieures.
  • 9 % des femmes sont ou ont été victimes de traque furtive de la part d’un·e ancien·ne partenaire.
Sandra Véringa.

Après 9 signes évidents que vous êtes victime de violence conjugale voir aussi :

Notez cet article