5 choses que les sociopathes et les narcissiques disent pour vous donner le sentiment d’être fou

de | 20 mars 2016

narcissiques

5 choses que les sociopathes et les narcissiques disent pour vous donner le sentiment d’être fou

Lorsque vous entendez le mot « psychopathe », vous pensez probablement à Hannibal Lecteur ou Ted Bundy, mais la plupart des psychopathes sont en fait des membres de la société non-violents et non-incarcérés. En fait, il y a de grandes chances pour qu’ils semblent exceptionnellement altruistes et innocents pour l’observateur moyen.

Les psychopathes sont avant tout des prédateurs sociaux. Sans conscience, ils sont capables d’utiliser le charme et la manipulation pour obtenir ce qu’ils veulent des autres, que ce soit la famille, l’amitié, les relations, les cultes, le lieu de travail ou même la politique. Il modifient leur personnalité pour devenir exactement la personne qu’ils pensent que vous voulez qu’ils soient. Et ils sont très bons à ça.

Mais quand ils n’ont plus besoin de vous, c’est à ce moment qu’ils commencent à avoir un comportement qui rend fou.

Voici quelques phrases courantes que vous entendrez d’un psychopathe qui essaie de vous faire douter de votre santé mentale.

Voici 5 choses que les sociopathes et les narcissiques disent pour vous donner le sentiment d’être fou:

1. « Tu suranalyses tout. »

Bien sûr, il y a des gens qui interprètent vraiment trop les situations. La différence avec les psychopathes, c’est  que vous allez toujours découvrir que vous aviez raison avec le recul. Ils font intentionnellement des choses pour vous donner l’impression d’être paranoïaque, comme vous dénoncer de flirter avec un ex sur les réseaux sociaux pour que le monde entier puisse le voir. Lorsque vous les interrogez, ils vous accusent de suranalyser la situation. Mais un mois plus tard, on découvre qu’en fait ils trompaient cette personne. Les psychopathes veulent vous faire douter de votre intuition en vous donnant l’impression d’être un détective fou, en vous faisant constamment des remarques pour vous rendre anxieux et ensuite vous accuser d’avoir cette anxiété.

2. « Je déteste le drame ».

Et pourtant, vous allez bientôt découvrir qu’ils sont entourés par plus de drames que n’importe qui. Les psychopathes vous idéaliseront d’abord au-dessus de tout le monde, en vous félicitant pour votre comportement facile à vivre. Mais comme ils s’ennuient perpétuellement, cela ne dure jamais longtemps. Ce sont des menteurs pathologiques, des tricheurs en série, et d’éternelles victimes. Bientôt, ces qualités commencent inévitablement à faire surface et entraînent une confusion accablante. Chaque fois que vous parlez de vos préoccupations ou de votre frustration, ils déclarent qu’ils détestent les drames et vous font sentir mal face à leur comportement horrible (au lieu d’aborder le comportement lui-même).

3. « Tu es trop sensible. »

Les psychopathes créent des émotions chez les autres, c’est ce qu’ils font. Après vous avoir flatté 24/7, ils vous ignorent pendant des jours et attendent que vous réagissiez. Lorsque vous le faites enfin, ils vous accuse d’être sensible ou dans le besoin. Ils vont vous insulter, vous rabaisser et vous critiquer (généralement dans une attitude de moquerie/ plaisanterie), repousser vos limites jusqu’à ce que vous éleviez la voix. Ensuite, ils se servent de vos réactions créées pour vous donner l’impression d’être fou. En quelques semaines, les psychopathes peuvent rendre une personne exceptionnellement facile à vivre en une personne méconnaissable qui manque de confiance en soi.

4. « Tu m’as mal compris. »

Bien sûr, les couples en bonne santé ont tout le temps des incompréhensions et des malentendus . Mais avec des psychopathes, ils disent intentionnellement des choses pour vous provoquer. Puis, quand vous réagissez, ils vous accusent de mal les comprendre. Souvent, ils vont même nier l’avoir dit. Ils font ou disent ouvertement quelque chose, et ensuite vous accusent d’avoir mal interprété (ou nient même que ça a eu lieu). Mais en fait vous avez très bien compris ce qu’ils ont dit. Ils essaient juste de vous faire douter de votre santé mentale.

5. « Tu es fou/ bipolaire/ jaloux/ amer/ amoureux de moi. »

Selon un psychopathe, tous ses anciens amants, collègues et amis sont fous, bipolaires, jaloux, amers ou amoureux d’eux. Cela devient déroutant quand ils commencent à tendre la main à ces mêmes personnes qu’ils ont dénoncées, s’en servant pour trianguler pour provoquer le chaos (rendant constamment le psychopathe en forte demande). Ensuite, ils vous jettent dans le même seau « fou », poursuivant leur cycle sans fin en idéalisant et dévaluant quiconque est assez malheureux pour croiser leur chemin.

Conclusion :

La seule solution pour s’en sortir est Aucun Contact. Cela signifie pas de messages, d’appels, d’e-mails… Sinon vous pouvez être sûr qu’ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour vous donner l’impression d’être fou. Mais bonne nouvelle, quand un psychopathe essaie de vous faire douter de votre intuition, cela signifie que votre intuition leur cause des problèmes. Les psychopathes cherchent à détruire psychologiquement tous ceux qui pourraient menacer leur illusion de normalité dans le monde. Alors, quand ils commencent à jouer à des jeux d’esprit avec vous, cela rend indirectement hommage à votre capacité à remarquer ce qui ne va pas chez eux.

5 choses que les sociopathes et les narcissiques :Sociopaths and Narcissists

Claire C.

13 réflexions au sujet de « 5 choses que les sociopathes et les narcissiques disent pour vous donner le sentiment d’être fou »

  1. Lucas T.

    C’est tellement vrai.
    Mais … Quand vous n’avez pas d’autres choix que d’y être confrontés, la règle « aucun contact » ne fonctionne plus … notamment quand on est le fils d’un pervers narcissique.
    j’en ai fait la terrible expérience !

    Répondre
    1. amal

      Pour pas mal de gens , ils se trouvent confrontés à les vivre pour une raison ou une autre…le comble c’est que l’image qu’ils laissent paraître à autrui est tellement magnifique qu’ils mettent en doute tous vos propos !

      Répondre
    2. Sandy F.

      Je retrouve de fortes similitudes, dans votre description, chez le père de ma fille 10 ans. Je compathie Lucas. Effectivement il est très difficile de ne plus avoir de lien surtout quand le système oblige les enfants à aller chez les deux parents (séparation) malgré les misent en gardes des troubles du père qui ne sont pas reconnu par le système. Alors j’apprends à ma fille qui est son père (avec sa pathologie) et à faire la part des choses dans ce qu’il dit…Elle ne le voit qu’un week end par moi…Bien à vous! sandy F.

      Répondre
    3. chrystine bedard

      Et moi avec le géniteur de mes enfants, après 13 ans de séparation, moi je suis forte et ça va mais mes pauvres garçons ont subit cet affreux personnage très longtemps, heureusement ils n’ont plus de nouvelles depuis 2 ans et ce parce qu’il s’est apperçu qu’il ne pouvait plus nous détruire.

      Répondre
  2. Dulos

    J ai eu fille de 4 mois et j essaie de couper contact pas facile. Je vais partir loin. Mais cela ne se fait pas en 2 minute.

    Et puis une personne qui ne se fait pas suivre comment peut on protéger sont enfant sans jugement ça va mais s il fait démarche comment faire. Pour éviter qu il nuise au développement de l. Enfant. Comment ?

    Répondre
  3. neliroca

    Ouhlala…. TOUT est LUI ! Et tout est moi…. ou plutôt…. rien n’est plus moi… il retourne TOUTES les situations !
    Il est tellement …. sociable, intelligent, prêt à rendre service… j’ai toujours dit « intéressé et intéressant ».
    Tant qu’il a un public, qu’il peut s’en vanter, se faire valoir, être devant la scène, parler parler parler…. si fort en plus…
    Il existe par le regard des autres. Il écarte de sa route les personnes qui pourraient lui faire de l’ombre.
    Il se lasse vite des « amitiés », n’entretient aucune relation, ni de famille, ni d’amis. Les rares sont les personnes qu’il peut encore utiliser pour flatter son égo. Ce sont, toutes, des personnes « inférieures » à lui (en séparation, avec des pbs de santé ou autres…), qu’il écoute, plaint et console, tout en leur racontant ses misères à lui. Il fabule, ment souvent et exagère les situations quand il ne les invente pas complètement. Il ne fait confiance à PERSONNE. Critique tout, tout le monde, et tout le temps.
    Finalement, comme tous les autres sont malades, sauf lui, je jette l’éponge au bout de 15 ans. Je suis fatiguée, vidée et attristée car j’y ai cru longtemps… Comme d’autres avant… et d’autres après…. il y « travaille » d’ailleurs déjà… Incroyable mais vrai…..

    Répondre
  4. Jeff

    Et bien de toute evidence MA PROPRE MERE DOIT ETRE SOCIOPATHE ET NARCISIQUE … ha ben merci Esprit metaphysiques . com

    Répondre
  5. Jeff

    On retrouve ces comportements chez enormement de femmes et d’homme mais je pense avant tout que ces gens sont victimes de mecanismes psychologiques enfermant. Ils sont avant tout malades Ca merite d’etre préciser je pense

    Répondre
  6. De oliveira

    Mais que faire quant on vie avec ?
    Qu’il vous menace s’il y a séparation, qu’il nie quand il dit quelque chose, qu’il m’insulte et me crache dessus me rabaisse devant ma fille de 13 ans
    Et ma fille qui me propose que l’on fassent un suicide collectifs
    Il avait sont entreprise il dépose le bilan et je me retrouve sans travail
    Que faire ? Aider moi

    Répondre
  7. Steph

    Bonsoir, tres juste; neanmoins ceux qui desire les aider peuvent le faire (bon courage!) ayant cotoyer un borderline au travail pendant 2ans 1/2 je vous le laisse, moi j’ai deja donne, maintenant c’est terminer; et croyer bien que je parle avec beaucoup de retenu.
    Il est certain que si j’en croise un autre (ce que evidemment je ne souhaite pas) je n’attendtais pas aussi longtemps pour l’envoyer en psychiatrie ou aux urgences.
    Si j’ai pu avoir de la compassion je n’en ait plus pour ce genre d’individu.

    Répondre
  8. nospam

    Explication scientifique basée sur le déterminisme génétique pour détecter un individu de la triade noire:

    Les triades noires appartiennent à un groupe: Celui de l’empathie atrophiée ou inexistante.
    L’empathie naturelle est régulée L’Ocytocine (la fameuse « hormone du bonheur »).
    Elle joue un rôle essentiel dans la sociabilité, l’empathie, les comportements parentaux, la confiance et d’autres déterminants comportementaux qui contribuent à construire une société stable.
    Une déficience sur cette hormone ou ses récepteurs indique des problèmes sur les comportements prosociaux (sociopathes, triade noire, psychopathes, machiavéliques, narcissiques, et/ou manipulateurs).
    Les PN ont donc un problème lié aux récepteurs de l’Ocytocine.
    Le moyen de détection est l’analyse génétique du marqueur Rs53576.
    Les recherches ont des résultats probabilistes et le niveau de déterminisme génétique varie donc selon chaque marqueur.

    Répondre
  9. Sarah

    Je ne sais pas comment bien expliquer les chose mes je sais quil se passe quelle que chose . Mais pour moi je suis pas folle, je suis tres fort pour analyser les action (réaction).sur le moment jasseille de comprendre pouquoi la réaction de la personne qui me semble un peut éviter les vrai raison de leur fonctionnement a certaines événements. Mais la toute est devenue si compliquer pour moi je suis prise, je me demande si le probleme ne serai pas moi aprai tous jai besoin daide je suis perdu dans ma situation cette personne me dit a moi que je joue que je veux la rendre folle, que je suis narcissique qui donne l’impression que toute se qui est pour moi son probleme est le mien svp si je pourrai parler avec quelqu’un qui me dise se que moi je fait et si jai des verite a me faire dire pour asseiller m’améliorer si je suis réellement la mechante folle ou qui commence a l’être folle tout en meme temps ….sa me rend malade je suis fathiguer detre perdu dans ma tete a me poser toute les six millions question sans réellement avoir dopinions autre que la mienne et la sienne …..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *