in

Rester silencieux : la sublime ode au silence de Pablo Neruda

Partagez cet article
Annonce

Rester silencieux

C’est un rappel poétique qui nous invite à briser l’élan d’activité qui alimente « la tristesse de ne jamais nous comprendre ».

« Trouvez un endroit pour vous asseoir. Asseyez-vous. Soyez silencieux.» Ainsi commence « Comment être un poète » de Wendell Berry dans lequel se trouve une formidable intuition, finesse et vivacité d’esprit sur la façon d’être un bon être humain. « L’impulsion de créer commence… dans un tunnel de silence », a écrit Adrienne Rich dans sa formidable conférence sur l’art et la liberté. 

« Tout vrai poème est la rupture d’un silence existant. »

Annonce

Aucun poète ne brise le silence par le silence, ni ne dévoile son pouvoir réconfortant, éclairant et transcendant, avec une élégance plus perçante que Pablo Neruda (12 juillet 1904-23 septembre 1973) dans un poème intitulé « Rester silencieux », écrit en 1950 et publié à titre posthume dans la collection bilingue Extravagaria de 1974.

“Maintenant, nous compterons jusqu’à douze
et resterons tous immobiles.
Pour une fois sur la terre
nous ne parlons dans aucune langue,
arrêtons-nous pendant une seconde,
ne bougeons plus autant les bras.

Il s’agirait d’une minute parfumée,
sans hâte, sans locomotives,
nous serions tous ensemble
dans une agitation instantanée.

Les pêcheurs de la mer froide
ne blesseraient pas les baleines
et l’ouvrier du sel
regarderait leurs mains brisées.

Ceux qui préparent des guerres vertes,
des guerres de gaz, des guerres de feu,
des victoires sans survivants,
enfileraient un costume pur
et marcheraient avec leurs frères
à l’ombre, sans rien faire.

Annonce

Ne pas confondre ce que je veux
avec l’inaction finale :
la vie n’est que ce qui est fait,
je ne veux rien de la mort.

Si nous n’avons pu être unanime
en maintenant nos vies en mouvement,
peut-être que ne rien faire une fois,
peut-être qu’un grand silence peut
interrompre cette tristesse,
cette incompréhension permanente
et ces menaces de mort,
peut-être que la terre nous enseignera
alors que tout semble mort
et que tout était vivant.

Maintenant, je compte jusqu’à douze
et tu te tais et je pars.”

Pablo Neruda

Chaque poème d’ Extravagaria est inspirant au-delà des mots, au-delà du temps. 

Trouvez un endroit pour vous asseoir.
Asseyez-vous.
Soyez silencieux.

Acceptez ce qui vient du silence.
Faites-en le meilleur.
Des petits mots qui viennent
Hors du silence.

Faites un poème qui ne dérange pas
Comme le silence dont il est né.

Wendell Berry

Annonce

Publié par Virginie V

Désireuse d’apporter ma pierre à l’édifice de la spiritualité et de la pleine conscience, j’ai récemment décidé d’écririre par passion et ESM a accepter de publier mes textes. Grâce à mes connaissances, j’espère pouvoir sensibiliser les gens ainsi que faire évoluer la mentalité des gens et ainsi embellir le monde. Mes sujets de prédilection : spiritualité, chakras, méditation, pleine conscience

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 4 signes et ascendants du zodiaque les plus authentiques

amour doit être simple

L’amour doit être simple. Si c’est de l’amour, il faut se sentir bien