Pourquoi elle est finalement partie

de | 7 février 2016

Afficher l'image d'origine

 

Pourquoi elle est finalement partie

Je suis étonnée et surprise par l’incroyable force et la détermination des femmes qui trouvent le courage de quitter ce qui ne leur sert plus.

Ce pourrait être une voisine, une amie, une enseignante, une collègue, même une sœur ou une mère.

Nous assistons à leurs combats et à leur tristesse et nous demandons pourquoi elles restent, mais nous savons aussi que nous ne pouvons pas les forcer à partir. Nous espérons seulement qu’un jour elles verront par elles-mêmes leur potentiel infini et qu’elles finiront par trouver leur bonheur.

Que ce soit un emploi, une relation, une ville ou simplement une vie insatisfaisante qui les retient.

Le moment où elles réalisent leur potentielle valeur, est beaucoup plus puissant que tout ce que nous aurions pu leur dire.

Ça n’a pas de prix.

Si vous vous êtes interrogé sur votre propre situation et que vous vous demandez s’il est temps de partir, tenez compte de ce qui fait partir une femme et demandez-vous si l’une de ces déclarations résonnent en vous.

Pourquoi elle est restée.

Elle a été heureuse là où elle était. Il y avait des possibilités infinies, l’amour qu’ils partageaient était profond et puissant, elle voulait désespérément raviver la flamme.

Au début, c’était merveilleux et joyeux car ils exploraient de nouvelles choses ensemble et elle apprenait beaucoup de choses sur elle-même.

Elle se souvenait du plaisir qu’ils avaient l’habitude d’avoir et à quel point elle était comblée. Il était tout ce qu’elle pensait vouloir.

Ses amis avaient l’habitude de commenter à quel point elle était heureuse, comme s’ils étaient jaloux de la joie qu’elle dégageait. Ils voulaient aussi cela, ou elle le croyait.

Quand les choses ont commencé à changer, et que les sentiments ont commencé à se dissiper, elle s’est demandé ce qui n’allait pas. Elle espérait que tout redevienne aussi fort qu’avant.

Elle était en colère contre elle-même, car d’une certaine manière c’était de sa faute.

Elle pensait montrer son engagement en restant et elle craignait de le quitter trop tôt et de le regretter.

Elle attendait que les choses s’arrangent. Elle restait optimiste que les choses changent.

Elle s’est demandé plusieurs fois si elle devait partir. Ce fut le premier signe à indiquer qu’elle le devait.

Donc à la place, elle a cherché des signes qu’elle devrait rester. Et parfois, quand elle cherchait bien, elle les trouvait.
Elle savait, d’une certaine façon qu’elle s’installait, mais elle se demandait toujours s’il y avait quelque chose de mieux.

D’ailleurs, ce n’était pas terrible mais il restait encore un peu de bon. Elle se justifiait en disant que d’autres vivaient certainement quelque chose de pire.

Elle sentait une certaine sécurité en sachant à quoi s’attendre, comme si le confort apportait le bonheur. Non.

Elle avait de nombreuses façons de rationaliser pourquoi elle devrait rester.

Elle avait peur de ce à quoi elle était en train de renoncer, et inquiète de ce qu’elle pouvait perdre si elle partait.

Mais elle n’a pas considéré ce que cela lui coûtait de rester.

Elle a commencé à découvrir le courage et la force qu’elle savait qu’elle avait toujours eu au fond d’elle. Elle pesait les risques.

Désormais, elle en avait assez. Elle était vaincue. Elle éprouvait du ressentiment. Elle avait renoncé à son bonheur et elle savait que c’était allé trop loin.

Elle a parlé à des amis et s’est construit une tribu autour d’elle. Ils l’ont soutenue. Ils l’ont toujours fait.

Elle n’oubliait pas à quel point elle avait du potentiel et à quel point choisir de rester lui faisait mal.

Elle abandonna la culpabilité et le blâme qu’elle avait fait quelque chose de mal. Ce n’était pas le cas.

Elle avait finit par en avoir assez. Elle a réalisé que cela ne lui servait plus. Cela la rendait triste, blessée et frustrée.

Elle avait donné jusqu’à ne plus rien avoir à donner. Elle voulait sourire et rire à nouveau, comme elle le faisait au début.

Elle savait qu’elle devait le quitter, mais elle ne savait pas quand. Elle ne savait pas comment. Elle savait qu’elle était en perte de vitesse.

Mais elle se demandait ce qu’elle attendait.

Mais finalement, elle est partie. La tristesse est devenue trop intense, le stress trop écrasant et la blessure l’a enfermée.

Il était temps de passer à autre chose et elle avait trouvé la force. Elle a réalisé qu’elle était la seule à se retenir.

La suite la terrifiait. Comment allait-elle faire face ? Qui serait-elle sans cette partie de sa vie qu’elle gardait depuis si longtemps ?

Elle s’est relevée, elle a trouvé le courage et elle a cru en elle. Elle savait qu’elle était forte, elle savait qu’elle allait survivre.

Elle se rappelait qui elle était avant d’être affaiblie et à quel point elle était incroyable et accomplie. Comment elle vivait sa vie sans crainte, elle ressentait la joie et la passion. Elle trouva l’inspiration dans cela.

Lorsque tout a été dit et fait, ce fut comme une bouffé d’air frais. Et elle souriait de nouveau. Comme si elle savait qu’elle le ferait.

Elle a survécu et elle a prouvé sa force. Pas à quelqu’un d’autre, mais à elle-même. Elle a pris conscience à quel point elle s’était sacrifiée et combien elle avait été malheureuse.

La vie a commencé à évoluer autour d’elle et le bonheur a commencé à la poursuivre. Elle n’a pas eu besoin de l’atteindre avec les bras tendus comme elle le pensait.

Le bonheur l’a trouvée.

Elle garde toujours les bons souvenirs, mais elle a décidé qu’elle méritait d’être inconditionnellement heureuse. Elle a décidé que sa vie méritait d’être du pur bonheur et qu’elle n’avait pas besoin de rationaliser ses choix plus longtemps.

Pour toutes les femmes extraordinaires du monde, puissiez-vous trouver la force et le courage de vivre la vie heureuse que vous méritez et enfin prendre cette bouffée d’air frais.

Source Pourquoi elle est finalement partie:  www.elephantjournal.com

Photo: flickr

Claire C.

18 réflexions au sujet de « Pourquoi elle est finalement partie »

  1. Virginie

     » Si personne ne te retient pour de bonnes raisons , c’est parfois que tu prends plus , que tu donnes  »

    Cet article concerne la rupture entre personnes qui ne se correspondent pas , de niveaux ou strates trop éloignées , pour le reste cela demande de la patience pour donner des fruits , car nous vivons dans une société qui nous entrave chaque jour , donc on en récolte les résultats .

    Une partie de cet article est ce que j’ ai vécue, ou ressentie , je me suis séparée de l’homme que j’aimais , et je l’aime toujours , on a tendance parfois a prendre plus pour soi meme , que de donné a l’autre , il ne faut pas attendre de sa part qu’il soit comblé et qu’il nous renvoit toujours plus d’amour . Personne n’ est parfait(e) mais nous ne pouvons pas rejeter le tout sur l’ autre , il faut assumer.
    L’ infidélité n’est pas une solution, quand on aime la personne, elle semble donner de l’ affection mais on se salit en meme temps , il est plus facile de détruire que de construire .
    Et je me rend compte que de se laisser aller a parfois écouter ses manques et ses faiblesses , est une erreur.
    La facilité nous conduit a tout lâcher quand cela semble compliqué , sans se demander vraiment si on a soi meme des bases stables ou équilibrées , pour ne pas faire subir a l’autre notre caractère , et cacher nos erreurs derrière les torts de son compagnon , cela complique les échanges , crée des disputes , car ne pas être honnête envers l’autre , et soi meme … aggravera bien plus les choses .
    Honnete envers soi meme , car on dissimule beaucoup de choses en nous , qu’on rejette quand on n’est pas prête , on fuit simplement .
    Et si l’on prive l’ autre de respect , il ne peut pas nous renvoyer du bon , en retour .
    Si votre caractère renvoi du négatif , pourquoi esperé recevoir du positif ?
    C’est une situation qui tourne en rond , sans égalité , sans respect mutuel .

    J’ai toujours quittée mes ex compagnons , pour diverses raisons , en étant guidée par le manque d’amour que je cherchais , quitte parfois a penser trouver de l’ affection meme dans des relations purement sexuelles , ou celles ou l’on voit ce que l’on veut bien y voir … alors que l’amour est immédiat , instantané , évident , rassurant , dans les deux sens , en mouvement comme la vie , pas a sens unique ce qui est forcement la mort … de la relation.
    Comme par exemple , quelqu’un qui ne donnerait que très peu de temps a la relation , trop absorbé par sa passion débordante, ne laissant aucune place a un échange, a une ouverture, au mouvement réciproque , et a une construction concrète , juste un présent plein de promesses qui s’éterniseront … , on ne force par une synchronicité .

    Se mentir a soi meme sur notre propre comportement , nous oblige a mentir aux autres , et entretenir une version fausse de nous meme , mais cela ne nous fera pas en sortir .
    il suffit de se faire confiance , de s’ouvrir a l’ autre puisqu’on l’ aime , c’est qu’il mérite des choses que nous ne donnons pas aux autres …
    Un homme qui s’investit dans son couple , a le courage de nous montrer les erreurs qui nuisent a la relation ,
    la personne idéale n’est pas quelqu’un qui doit accepter de tout subir .
    L’autre ne peut nous changer de force , juste mettre le doigt sur un problème et nous laisser le rectifier si l’on s’engage a l’amour .
    On ne peut pas tout réussir seule , juste une partie des choses , être unis c’est aussi laisser l’ autre nous guider avec son ressenti .
    On ne déconstruit pas des habitudes erronées comme ca , mais en y consacrant le temps nécessaire ,
    et il vaut mieux être deux , on sera plus fort , et plus objectif , être d’accord pour que chacun aide l’autre , comme un miroir qui vous reflète de façon objective , neutre , a nue ( et c’est bien ca qui nous terrifie autant ) , c’est juste le constat d’ou nos pensées formatées du passé … nous ont amenées .

    Alors n’ayez pas peur de votre reflet , si c’est pour votre couple et que ca en vaut vraiment la peine .

    Virginie

    Répondre
    1. Ennio

      Tout a fait d’accord avec Virginie
      Ce texte a été écrit par une femme qui n a jamais véritablement aimé ou dans une phase de tristesse profonde un besoin de souffler ce texte a été écrit au moment de la rupture et de la séparation ….pas 1 o 2 voire 5 ans plus tard…. on dirait dans ce texte que la femme n a aucun tort, c’est un texte de ressenti mais le ressenti n’est pas la vérité c’est une émotion, le mari de cette femme du texte pourrait tout aussi bien écrire quelque chose de tout aussi touchant…

      Répondre
  2. Virginie

     » Si personne ne te retient pour de bonnes raisons , c’est parfois que tu prends plus , que tu donnes  »

    Cet article concerne la rupture entre personnes qui ne se correspondent pas , de niveaux ou strates trop éloignées , pour le reste cela demande de la patience pour donner des fruits , car nous vivons dans une société qui nous entrave chaque jour , donc on en récolte les résultats .

    Une partie de cet article est ce que j’ ai vécue, ou ressentie , je me suis séparée de l’homme que j’aimais , et je l’aime toujours , on a tendance parfois a prendre plus pour soi meme , que de donné a l’autre , il ne faut pas attendre de sa part qu’il soit comblé et qu’il nous renvoit toujours plus d’amour . Personne n’ est parfait(e) mais nous ne pouvons pas rejeter le tout sur l’ autre , il faut assumer.
    L’ infidélité n’est pas une solution, quand on aime la personne, elle semble donner de l’ affection mais on se salit en meme temps , il est plus facile de détruire que de construire .
    Et je me rend compte que de se laisser aller a parfois écouter ses manques et ses faiblesses , est une erreur.
    La facilité nous conduit a tout lâcher quand cela semble compliqué , sans se demander vraiment si on a soi meme des bases stables ou équilibrées , pour ne pas faire subir a l’autre notre caractère , et cacher nos erreurs derrière les torts de son compagnon , cela complique les échanges , crée des disputes , car ne pas être honnête envers l’autre , et soi meme … aggravera bien plus les choses .
    Honnete envers soi meme , car on dissimule beaucoup de choses en nous , qu’on rejette quand on n’est pas prête , on fuit simplement .
    Et si l’on prive l’ autre de respect , il ne peut pas nous renvoyer du bon , en retour .
    Si votre caractère renvoi du négatif , pourquoi esperé recevoir du positif ?
    C’est une situation qui tourne en rond , sans égalité , sans respect mutuel .

    J’ai toujours quittée mes ex compagnons , pour diverses raisons , en étant guidée par le manque d’amour que je cherchais , quitte parfois a penser trouver de l’ affection meme dans des relations purement sexuelles , ou celles ou l’on voit ce que l’on veut bien y voir … alors que l’amour est immédiat , instantané , évident , rassurant , dans les deux sens , en mouvement comme la vie , pas a sens unique ce qui est forcement la mort … de la relation.
    Comme par exemple , quelqu’un qui ne donnerait que très peu de temps a la relation , trop absorbé par sa passion débordante, ne laissant aucune place a un échange, a une ouverture, au mouvement réciproque , et a une construction concrète , juste un présent plein de promesses qui s’éterniseront … , on ne force par une synchronicité .

    Se mentir a soi meme sur notre propre comportement , nous oblige a mentir aux autres , et entretenir une version fausse de nous meme , mais cela ne nous fera pas en sortir .
    il suffit de se faire confiance , de s’ouvrir a l’ autre puisqu’on l’ aime , c’est qu’il mérite des choses que nous ne donnons pas aux autres …
    Un homme qui s’investit dans son couple , a le courage de nous montrer les erreurs qui nuisent a la relation ,
    la personne idéale n’est pas quelqu’un qui doit accepter de tout subir .
    L’autre ne peut nous changer de force , juste mettre le doigt sur un problème et nous laisser le rectifier si l’on s’engage a l’amour .
    On ne peut pas tout réussir seule , juste une partie des choses , être unis c’est aussi laisser l’ autre nous guider avec son ressenti .
    On ne déconstruit pas des habitudes erronées comme ca , mais en y consacrant le temps nécessaire ,
    et il vaut mieux être deux , on sera plus fort , et plus objectif , être d’accord pour que chacun aide l’autre , comme un miroir qui vous reflète de façon objective , neutre , a nue ( et c’est bien ca qui nous terrifie autant ) , c’est juste le constat d’ou nos pensées formatées du passé … nous ont amenées .

    Alors n’ayez pas peur de votre reflet , si c’est pour votre couple et que ca en vaut vraiment la peine .

    Répondre
  3. Jejeme

    Et les hommes dans tout ça ? On a l’impression d’être des bêtes féroces, sans âmes et sans cœur, que nous ne sommes pas des tendres et que l’on est là source du malheur des femmes… Mais non les hommes peuvent aussi souffrir d’une fin de relation, du fait qu’il est en train de perdre cette fille, qu’il fait de son possible pour la garder, la combler, lui donner l’amour qu’elle mérite parce qu’il ne peut se voir sans elle mais malgré tout la perds quand même, on en parle quand de ce cas là ? Comment devra-t-il faire pour se reconstruire, s’engager à nouveau sans avoir peur que le même destin arrive. Homme ou femme, les doutes sont les mêmes, pourrais-je aimer quelqu’un d’autre que elle, comment aimerais je la suivante ? Est-ce que je plais encore ? Pourquoi quelqu’un voudrais de moi ?

    La plus grande faiblesse des hommes est l’amour car un homme qui perds la fille qu’il aime, qui l’a voit s’en aller sans meme se retourner et faisant comme si rien n’avait exister, ça laisse des marques, dans le cœur, dans l’ego parce qu’on est un homme, la société nous décris comme des êtres forts, qui ne souffrent pas et qui passent d’une fille à une autre les blessants toutes une par une sans s’en soucier mais non, nous ne sommes pas tous comme ça et ceux qui souffrent, souffrent énormément …

    Répondre
    1. Just divorced !

      Elle m’a quitté en espérant se libérer d’un obstacle, d’un boulet qui l’empêchait d’avancer et d’accéder au bonheur. Elle n’était pas malheureuse en couple, simplement elle aspirait à une nouvelle vie, avec un nouveau compagnon, pas forcément « mieux », juste « différent ». Elle voulait retrouver « la passion », et surtout ce retrouver, elle. Elle avait connu ce que voulait dire « être aimée », maintenant elle voulait d’abord « être comprise ».
      Devant un tel discours, on peut s’accrocher, mais l’affaire est pliée d’avance.

      Les articles sur le thème des femmes qui rompent, focalisent sur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer avant et après la rupture. Le courage et la détermination qui leur sont nécessaires pour sauter le pas.
      Les hommes n’y apparaissent qu’en creux…. et leur souffrance est rarement évoquée, ce qui revient à la nier.
      Pourtant, quand ce sur quoi on a bâti sa vie s’effondre, le coup est rude (c’est du vécu… 30 ans de vie commune, ça laisse une empreinte).
      Mais une forme de sexisme rend la société aveugle à cette douleur traumatisante : un mec, ça doit rebondir (sinon c’est un faible et elle a eu raison de ne pas rester avec ce looser). S’il ne comprend pas pourquoi elle est partie, n’a rien vu venir ? Bah, elle a eu raison : il ne peut s’en prendre qu’à lui d’avoir fait l’autruche.
      Bref, l’homme est coupable de quelque chose. Il ne peut s’en prendre qu’à lui.

      Il souffre ?
      Bien fait !
      (ou bien « chochotte ! »).

      J’en avais marre de lire qu’un homme qui plaque sa femme est un salaud, alors qu’une femme qui plaque son mari est une combattante qui s’est enfin réveillée.

      Merci pour ces lignes Jejeme.

      Répondre
      1. Emi

        Je prefererai un homme faible, qui ne sait pas rebondir, qu’un egoiste malfaisant qui se croit superieur. Qui rappelle sans cesse qui est le maitre et qui exige zero defaut de sa femme. Si erreur il y a de sa part, aussi minime qu’une erreur de lessive, elle se prend des mechancetes comme : »sale handicapee, tu sais meme pas faire la lessive sombre idiote! »
        Helas, c’est mon quotidien, et je ne sais pas comment sortir de cet enfer.

        Des salopes ca existent, et j’en connais qui sont vraiment des poufiasses avec les hommes, elles les allument, font un bout avec eux et les lachent comme une vieille chaussette pour essayer un autre homme, mais des pourris ca existe aussi, l’un empeche pas l’autre.
        D’ailleurs, la grande majorite des divorces sont demande par les epouses.

        Répondre
  4. Olivier

    Effectivement, je ne peux pas mieux dire. Si ce n’est peut être apporté la nuance que les apparences sont parfois bien trompeuses. Quelle femme ne maquille pas la réalité en assimilant sa souffrance à celle vécue par d’autres alors qu’en fait, elle a été 30 ans trop bien soignée et telle la chèvre de Monsieur Séguin, il faut coûte que coûte aller voir l’herbe plus verte ailleurs. Je m’excuse au passage pour cette métaphore qui pourrait donner lieu à des interprétations surréalistes. Cependant, elle parlera sans doute à quelques initiés!

    Répondre
  5. Lou

    Je commençais à me laser des articles sur ce site… Mais pour une fois, je l’ai trouvé émouvant et l’ai lu jusqu’au bout! Biensûr parceque je m’y retrouve. Merci

    Répondre
    1. ve

      Et Lou a t’elle lu le commentaire très juste d’Emilie et de Virginie ?

      Se reconnaitre dans un article creux sans nuance, sans compréhension profonde de la notion de relation, de psychologie de bas étage, n’est-ce pas se rassurer sur ses choix et fuir une certaine réalité bien différente et bien plus cruelle ?

      Celui qui était en face de toi méritait-il VRAIMENT ça ? Était-ce un salaud où un gars un peu dépassé par la vie qui ne t’a pas vu partir, te dérober, peut être lâchement ? N’avait-il pas plus à t’offrir que ce que tu pensais ? Nombreuses sont celles qui ont fait des erreurs de jugement et qui s’en sont mordus les doigts une fois la prise de conscience effective face à ce champs de ruine laissé derrière.

      Répondre
  6. EnPassant

    Les causes des ruptures ne sont à chercher ni du côté des femmes, ni du côté des hommes !
    Les causes sont entre les deux ; cela fait qu’il y a un curseur à placer au bon endroit et malin qui y parviendra 😉
    Ainsi seule une personne neutre peut le faire !
    Par ailleurs, BCP de spécialiste m’ont dit que même les meilleurs relations s’émoussent au bout de 14-15 ans !
    Aimons-nous quand même 🙂 !!!

    Répondre
  7. Emilie

    Ce type d’article sans nuances vise à amadouer un lectorat féminin friand de formule à l’emporte pièce.
    Article creux sans nuance, sans compréhension profonde de la notion de relation, de la psychologie de bas étage.

    Ce n’est pas le premier article que je trouve facile et que pourtant tout le monde relaye comme une vérité impeccable.

    Un amalgame d’idées faciles d’épanouissement personnel et autre lieux communs.

    Tout ça pour engranger du traffic et vendre de la pub.

    Répondre
  8. Edith

    Et si des relations de couples s’effritaient juste parce qu’on évolue pas dans la même synchronicité ? Juste parce que nos chemins n’avancent pas au même rythme ? Et si ces relations qui finissent par se rompre étaient vécues juste pour nous faire comprendre, à chacun, ce que nous avons à comprendre pour grandir vers notre chemin de vie et vers l’amour inconditionnel de nous même ?
    J’ai eu trois bonnes raisons si pas quatre de quitter mes compagnons et chaque rupture m’a fait comprendre des éléments importants de moi-même et j’ai même constaté qu’à travers l’ensemble de mes expériences, j’avais reproduis, sans m’en rendre compte et de manière différente, la vie de mes parents (un peu de chacun). Aujourd’hui, pour mes enfants je fais tout ce que je peux pour me libérer de mes fardeaux personnel pour ne pas les faire porter à mes enfants afin qu’elle ne reproduise pas mes erreurs. J’ai deux fille suffisamment grande pour vivre des expériences amoureuses aujourd’hui. Et je peux vous dire aujourd’hui que je suis très fière d’elle car il semble bien qu’elles aient appris de mes erreurs. elles font bien mieux que moi. Elles cherchent ou vivent une relation qui leur permet de rester elle-même et de se respecter elle-même. Il n’y a que comme ça qu’elle seront respectées par leur compagnon et donc aimées pour ce qu’elles sont toute entière. C’est aussi de cette manière que l’on peut s’aimer soi-même. Et plus j’avance et plus j’essaie de leur transmettre l’importance de s’aimer soi pour pouvoir être aimé à part entière et tel que nous sommes.
    J’ai vécu l’infidélité, la trahison, l’humiliation, le manque de respect, la dévalorisation, l’immobilisation ….au travers de plusieurs vies de couple. Aujourd’hui, je peux dire que j’ai pardonné à mes partenaires et surtout à moi même les profondes blessures reçues et surement données (même si j’ai toujours cherché à ne pas blesser la plupart du temps, sauf sur le coup de la colère et encore dans un objectif de faire réfléchir aux actes qui m’ont blessé et surtout qui ont blessé mes enfants).
    Aujourd’hui, j’attends avec impatience ma rupture juridique. Je souhaite être à nouveau LIBRE. En attendant, (nous vivons séparés), je retrouve ma joie de vivre, je me retrouve et me redécouvre. Pour rien au monde, pour l’instant, je ne veux revivre en couple. Je ne souhaite qu’une chose, c’est de vivre ma vie, me donner du temps, et, et c’est nouveau, j’apprends à m’Aimer.

    Si on ne s’aime pas, comment peut-on bien aimer l’autre ? Et être aimer de l’autre ?

    La question est posée. Posez-vous la question. J’ai, je crois, enfin la réponse! et….commencez par pardonner à l’autre et à vous-même. C’est le début de l’Amour et de la reconnaissance de nous-même.

    Répondre
  9. ana

    le chemin de la vie n’est-il pas de se découvrir soi-même? De se comprendre et de s’aimer. Simplement ensuite pour « être » et rayonner ?
    Avoir voulu une fusion avec l’autre n’était – ce pas se perdre , se tromper en projetant sur l’autre ce que l’on croyait qu’il était , alors même que c’est de ce qu’on voulait qu’il soit, dont on parlait, aveuglément… sans le voir lui, tel qu’il était.
    Peut-on faire autrement ? Du moins au début ?
    La rupture permet de se regarder et de se voir, de regarder l’autre et de le voir.
    Souvent , elle est irréversible, car elle montre les erreurs du casting pour le prince charmant.
    Mais , peut- être aussi, si on ne se jette pas dans la fusion comme des débutants, peut-être peut-on trouver un compagnon, une compagne, avec lequel chacun se laisse dans sa liberté d’être , dans son espace, dans ses différences d’énergie, de rythme… de pensée.
    Parce que , en admettant qu’on se soit trouvé, qu’on s’aime, qu’on ait enfin appris à se faire confiance, ce qui m’étonne quand même dans tout ça, c’est le besoin vital de chacun de chercher un « côte à côte », de trouver un compagnon de vie … d’aimer et d’être aimé …

    Répondre
  10. Dorin

    J’ai vécu un divorce et j’ai jamais dit que la faute revenait à mon ex . Moi aussi j’ai fait des erreurs je suis tout aussi responsable que lui . Mais aujourd’hui je me sens enfin moi même sans avoir à faire semblant. Je me sens bien et j’ai compris les erreurs que j’ai fais j’espère un jour refaire ma vie et je mettrais tout en oeuvre pour réussir

    Répondre
  11. Ca

    Je me permets de réagir à ce texte qui peut s’adresser aussi bien aux hommes qu’aux femmes et dont les commentaires qui suivent semblent peu nuancés.
    Pourquoi tout ramener au stéréotype de la relation de couple? Quitter ce qui ne sert plus peut également concerner une profession, un emploi, un mode de vie,un pays, même des objets(maison,meubles,souvenirs,…). On quitte une situation quand on n’en peut plus de la vivre,car elle nous détruit, ronge notre santé,parce qu’on sent au fond de nous que ça ne nous correspond plus,que c’est une question de survie .A nous d’identifier nos besoins profonds et puis,se dire que la vie n’est que changement permanent.

    Répondre
  12. Lola

    Je l’ai fait deux trois fois car la situation ne me convenez plus, ni ma vie. ( ça n’a pas plus à certaines personnes, mais tant pis ).
    Je suis dans la situation de réflexion depuis quelques jours, j’ai peur de refaire le même choix encore une fois.
    A voir, avec les jours qui viennent .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *