Étudier nos pensées conscientes peut en dire long sur nos réelles intentions

de | 25 octobre 2018

pensées conscientes

Image crédit : depositphotos.com

Analyser ou étudier nos pensées conscientes peut en dire long sur nos réelles intentions

Les expériences qui nous vivons sont le produit de l’âme, de l’esprit, des pensées et des sentiments conscients, ainsi que des pensées et des sentiments inconscients. Ce sont elles qui créent la réalité que nous connaissons.

Nous ne sommes pas à la merci de la réalité, qui existe indépendamment de nous-mêmes ou que l’on nous impose. Nous sommes tellement liés aux événements physiques qui composent nos expériences de vie que nous sommes incapables de différencier les événements en apparence matériels des pensées, des attentes et des désirs qui leur ont donné naissance.

S’il y a des caractéristiques particulièrement négatives dans vos pensées les plus intimes, si celles-ci forment vraiment des barrières entre nous et une vie plus remplie, nous regardons souvent à travers les barreaux, sans les voir. Ils restent des obstacles jusqu’à ce qu’on les reconnaisse. Même les obstacles ont une raison d’exister. C’est à nous de les reconnaître et de découvrir les circonstances de leur existence.

Nos pensées peuvent s’échapper de nos doigts comme de l’eau, emportant avec elles des nutriments vitaux qui se répandent dans le paysage de notre psyché et transportant trop souvent de la boue qui obstrue les canaux de l’expérience et de la créativité.

Étudier nos pensées conscientes nous en dira long sur l’état de notre esprit intérieur, nos intentions et nos attentes, et nous mènera souvent à une confrontation directe avec les défis et les problèmes. Nos pensées nous permettront de voir où nous allons. Elles révèlent clairement la nature des événements physiques. Ce qui existe physiquement est d’abord créé dans la pensée et le sentiment. Il n’y a aucune autre règle.

Notre esprit est conscient pour une bonne raison.

Nous ne sommes pas à la merci des pulsions inconscientes, sauf si nous y consentons de façon consciente. Nous pouvons toujours utiliser nos sentiments et attentes actuels pour suivre nos progrès. Si nous n’aimons pas l’expérience que nous vivons, nous devons modifier la nature de nos pensées et de nos attentes conscientes. Nous devons changer les messages que nous envoyons à notre propre corps, à nos amis et associés.

Toutes nos pensées ont un résultat. Le même style de pensées, habituellement répétées, semblera avoir un effet plus ou moins constant. Si nous aimons l’effet produit, nous n’examinons pas nos pensées en principe. Si nous nous retrouvons avec des difficultés physiques, nous commençons néanmoins à nous demander quel est le problème.

Il arrive que nous accusions les autres, nos propres antécédents ou une vie antérieure , si nous croyons à la réincarnation.

Enfin, nous pouvons arriver à une demi-compréhension de la nature de la réalité « je crois que j’ai provoqué ces problèmes, mais je ne suis pas capable de les changer ou de les inverser. »

Si c’est le cas, alors, peu importe ce que nous nous disions jusqu’à présent, nous ne croyons toujours pas que nous créons notre propre expérience. En reconnaissant ce fait, nous pouvons commencer immédiatement à changer les conditions qui entraînent la consternation ou le mécontentement.

Personne ne nous force à penser de façon particulière.

Dans le passé, nous avons peut-être appris à prendre les choses avec pessimisme. Nous pouvons penser que le pessimisme semble plus réaliste que l’optimisme. Nous pouvons même supposer que le chagrin est ennoblissant, signe de spiritualisme profond, marque de séparation, vêtement mental nécessaire des saints et des poètes. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

L’homme possède un esprit conscient pour diriger la nature et la forme de ses créations. Toutes les aspirations profondes et les motivations inconscientes, toutes les pulsions inexprimées, attendent l’approbation ou la désapprobation de l’esprit conscient et ses directives.

Il se laisse influencer par une expérience «négative» uniquement quand il abdique ses fonctions. Ce n’est que lorsqu’il refuse la responsabilité qu’il se retrouve à la merci apparente d’événements sur lesquels il a l’impression de n’avoir aucun contrôle.

Si vous n’êtes pas au mieux, vous pouvez y remédier.

Si vos relations personnelles ne vous plaisent pas, vous pouvez les changer pour le mieux. Que nous en soyons conscients ou non, nous avons poursuivi notre cours actuel avec détermination en nous servant de différentes ressources, pour des fins ou des raisons qui, à un moment donné, ont eu un sens pour nous.

Cela ne veut pas dire que les efforts et la détermination ne sont pas nécessaires. Cela signifie que nous pouvons modifier certains événements et que indépendamment de notre position, de notre statut, de notre situation ou de notre condition physique, nous avons le contrôle de notre propre expérience personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *