Êtes-vous un empathe « Heyoka » ?

de | 31 mars 2018

empathe-Heyoka 

Image crédit :Android Jones

Êtes-vous un empathe « Heyoka » ?

Un empathe est une personne qui a la capacité de comprendre l’état émotionnel d’un autre individu. Il existe différents types d’empathes et de nombreux niveaux de dons et de capacités. C’est une chose d’être empathe, s’en est une autre d’être un Heyoka (des maîtres d’une forme de résistance).

Pour l’empathe Heyoka, il y a peu d’informations disponibles et pourtant c’est le type d’empathe le plus puissant. Le Heyoka ou « clown sacré » est un terme amérindien et on le traduit approximativement par « Fou ou Clown ».

Cette traduction ne rend pas justice à la vraie signification du terme. Dire, agir d’une manière différente, à l’envers, de façon différente, nous donne une meilleure compréhension.

L’esprit d’un Heyoka est un formidable miroir. Lorsque vous vous connectez à un Heyoka, ce que vous voyez en eux vous montrera ce que vous devez travailler pour évoluer spirituellement. Le miroir de l’Heyoka est le miroir de l’émotion, et il vous fera réagir de manière émotive et pourra vous enseigner des tas de choses à votre égard.

Par exemple, après avoir été avec quelqu’un qui peut vous faire ressentir de la colère, le miroir de l’Heyoka vous montre le besoin d’être humble. Ou vous pouvez ressentir beaucoup d’amour, encore une fois le miroir vous montre le chemin de l’amour-propre.

empathe-Heyoka 

Les traits suivants d’un empathe Heyoka sont définis par l’énergie que vous transportez.

C’est la façon dont vous interagissez avec la réalité, la façon dont vous traitez les émotions.

Certains traits peuvent inclure : être dyslexique (penser à l’envers), être né violé (venant dans le monde à l’envers), faire les choses à l’envers, paraître plus jeune que son âge. L’Heyoka est un mouvement et une transformation.

C’est quelque chose que vous ne pouvez prétendre d’être. Un Heyoka reconnaît un autre Heyoka quand ils ressentent cette énergie. Il y a une profonde compréhension de la façon dont notre sensibilité et nos émotions interagissent les unes avec les autres.

Dans les cérémonies amérindiennes, l’Heyoka sera celui qui perturbera le déroulement de façon à ce que les gens voient les choses différemment ou pour transférer l’énergie de la situation. Les Heyokas moderne, lorsqu’ils travaillent avec les gens, vont dire ou faire quelque chose pour changer l’énergie qui crée le changement, la guérison et qui équilibre l’énergie.

Le don d’un Heyoka est de rééquilibrer les gens et de débloquer les gens en montrant alternativement le message ci-contre, le chemin inverse.

Les Heyokas portent en eux la médecine du chaos et cette médecine a le pouvoir de changer la vie des gens.

Cette énergie est solide, imminente et forte. C’est le bouleversement de l’amour ; dans l’espoir de connaître une croissance. Cette médecine a pour but de nous montrer que l’ombre reste invisible et que le miroir de la vérité est difficile à regarder. Il est difficile de se rendre humble dans un monde d’ego.

Si vous deviez rencontrer un Heyoka, auriez-vous le courage de faire l’expérience de l’invisible et de vous voir comme vous êtes vraiment ?

Êtes-vous un empathe « Heyoka » ?  Robyn Lacuone..

Claire C.

52 réflexions au sujet de « Êtes-vous un empathe « Heyoka » ? »

  1. RANA

    « être né violé »? cette phrase me terrifie. peut-être que vous vouliez écrire « violet »? Espérons

    Répondre
    1. Virginie

      C’est une notion que certains utilisent pour signifier être né par le siege. C’est assez courant d’entendre cela.

      Répondre
  2. zaa

    comment savoir si on en est hors la description faite ?
    car vous me donnez matière à réfléchir
    depuis que je suis née j ai l’ impression d ‘être « monté à l envers « 

    Répondre
  3. Gill

    Je le suis et je ne connaissais même pas ce nom. Je le suis et je ne savais même pas que ça avait un nom. Enfin je sais…
    Un gars m’a donné un bout de papier en me disant, cela va changer ta vie. Sur le papier c’était écrit « Heyoka »…

    Répondre
    1. Sylvie Deb dew

      Racontez votre vécu en tant que tel , ça permettra aux autres personnes de mieux comprendre le phénomène . Si vous êtes heyoka , vous êtes au service de l’humanité , alors GO !
      L’article dit qu’ils ont peu d’informations , donnons matière …
      Expliquez comment vous le vivez , car ce phénomène est extra ordinaire , il dépasse le normal des choses

      Répondre
      1. David tremblay

        Moi personnellement ,j aimerais que ce sois vraiment moins intense_;& sans blague de grand pouvoir =beaucoup d’énergie.Sait comme penser à tout de tous les angles et sens inconsciemmentavec les penser des autre sans vraiment tjr m’en rendre compte et les émotions de tous le monde à l’entourage de moi et même parfois au loin jmenvien rend pas vraiment compte 24/24 sauf si sai des sentiment moindrement fort .Pour moi impossible d’arrêter et accroît indéfiniment que jle veuille ou pas
        « Go whit the flow »avec courage,discernement respect,et surtout trouvé léquillibre tout en étant dévouer et le plus important et le plus dure rester * possitif*?????…..√%÷=×{}\∆™~|

        Répondre
        1. Josée Garneau

          C’est vraiment pas évident tout ça et même épuisant. Il faut apprendre a gérer tellement de choses/ressentis/émotions par nous-même. Je crois qu’on est rendus tous les deux au même point dans cette aventure: réussir à trouver des façons efficaces de conserver l’énergie qu’on a et identifier d’autres ressources pour recharger nos batteries. Malheureusement, je ne connais que la solitude actuellement qui me  »recharge » et qui me maintien dans un certain équilibre, mais plus souvent qu’autrement, je me sens fatiguée. Je découvre a peine les forums qui en parle, comme ici, et j’avoue que ca me redonne une lueur de lumière.

          Répondre
    2. aurore pellisson

      Je suis aussi Heyoka, mais je ne savais pas que sa avais un nom. Je pensait plus as des niveaux. Sauf que pour ma part mon empathie a fait un bond d’évolution incroyable. Ca ma permis de dévellopee mon energie sur un distance de plus de 2 km. J’ai rencontré beaucoup de Sorciers, guerrisseurs, moine, etc et a chaque fois ils avait du respect en vers moi, Il me considère comme etant au dessus de eux.

      C’est trés frustrant pour moi car si je vient les voir c’est pour avoir des reponses sage ^^

      Bref Je suis as un moment de ma vie ou j’ai besoin de rencontré mes senblables donc si vous pouviez me contacté sa m’arrangerai ^^
      Mon skype c’est Daltonnesse ou facebook aurore daltonna pellisson

      merci

      Répondre
  4. KUROI

    Vos textes sur l’esprit HEYOKA me ressemble sur bien des points ainsi que beaucoups d’autres de vos articles sur bien des sujets.
    Merci.

    Bonne continuation

    Répondre
    1. Sylvie Deb dew

      Racontez votre vécu en tant que tel , ça permettra aux autres personnes de mieux comprendre le phénomène . Si vous êtes heyoka , vous êtes au service de l’humanité , alors GO !

      Répondre
  5. Sylvie Deb dew

    Être heyoka … Il faut le vivre pour le comprendre .
    Chaque nouvelle personne que vous croisez a l’impression de vous connaître , de vous avoir déjà vu .
    Puis au fil de la discussion sans savoir comment , qu’est ce , vous émettez qqch venant de vous , un avis , une suggestion et ça fait tilt d’un coup dans l’esprit de la personne , vous le voyez direct dans le regard et le ressentez en lui ( l’empathe ressent très facilement les réactions intérieures de l’autre ) car vous avez mis le doigt sur une chose qu’il a à résoudre , un comportement à changer , un défaut . La personne voit la lumière en vous , la pureté, la vérité , le bon chemin , le bon exemple et son côté sombre en elle par ses mauvaises pensées , ce défaut et elle ne peut faire autrement que de se corriger , faire repentance car vous avez fait la lumière en elle , cet effet miroir , elle s’est enfin vu comme elle est vraiment et Elle ne peut faire autrement que de vouloir changer …Ce côté miroir sur elle est trop insupportable . Comme une lampe qu’on lui collerait sur le visage . Elle se voit tel qu’elle est , dévoilée , prise au piège sur son défaut . Parfois c’est une petite chose , parfois c’est un torrent de défauts à corriger …
    Pour moi , Le heyoka est au service de l’humanité , il est guidée par l’au delà pour permettre à tout être qu’il croise de trouver la Paix intérieure en ayant cette possibilité de pouvoir se voir dans un miroir et se corriger et ainsi amener la Paix et l’Amour sur terre …
    Ceci n’est que l’analyse de mon vécu
    Et ne tient qu’à moi …
    Et je suis d’accord avec la fin de l’article , pour moi il faut un grand courage d’affronter ce miroir …
    Et je félicite sincèrement ceux qui l’ont déjà expérimenté.
    Sylvie DEb Dew

    Répondre
    1. Cath

      Hello… je ne sais si je correspond à ce que vous décrivez… par contre, je ressens très fort les émotions de mes semblables et j’ai souvent l’impression d’être une usine à recycler… la meditation me permet de ne plus être une éponge… un de mes amis m’appelle affectueusement Maât… car j’ai le don de faire jaillir la vérité… Peu de gens savent me mentir… de plus, les personnes même inconnues, s’ouvrent très facilement … même si parfois, ce qu’elles découvrent d’elles-mêmes fait mal… j’ai fait de mon hypersensibilité un atout… et j’accompagne tout un chacun du mieux que je peux… ?

      Répondre
    2. Aurélie

      Es ce qu’en étant un miroir on peut faire tellement peur que la personne qui s y reflète veuille le détruire ? Car je ne sais pas si j en suis une mes on a eu envie de me frappé et ou me détruire mentalement.
      Et ses personnes m’ont déjà dit je suis mauvais ou pas bien pour toi éloigne toi tu ne peut pas aidé tout le monde arrêté de chercher à aider ou apaisé tout seux qui te paraisse mal . Mes ses inconsciemment que j’essaie de les aider car je resent leur mal être et malgré tout les solution ils trouve toujours un problème

      Répondre
      1. Thierry

        Je pense qu’il est important d’appréhender le fait que certaines personnes, que je qualifierais « d’opposés » (dans le sens « contraire ») aux empathes, n’apprécient pas du tout le « pouvoir » de l’empathe à « lire en lui ». Le risque de se retrouver « mis à jour » peut rendre beaucoup de personnes destructrices. L’empathe doit ressentir la capacité, ou l’incapacité, de l’autre à se remettre en question avant d’intervenir. Le choix des autres à « changer », où pas, doit être respecté . L’empathe, vu de ma fenêtre, n’a pas à essayer de changer le monde, il doit aider ceux qui le veulent à évoluer pour qu’un jour, peut être, la considération de l’autre supplante « l’amour de soi » dans l’humanité…. mais ce n’est que mon point de vue.

        Répondre
        1. Josée Garneau

          Je pense la meme chose. Il ne faut pas nécéssairement tout refléter de ce quon voit de l’autre mais plutot ce qu’elle a besoin que nous lui reflétions. On plante une graine et on attend qu’elle pousse d’elle-même.

          Répondre
        2. Lalanne Marie france

          bonjour ,

          à mon avis , quand on est empathe héyoka , on ne réfléchit pas à la capacité de « l’autre » à être capable ou non de se remettre en question ; ( surtout qu’il faut parfois un certain temps , pour comprendre ce qui se passe ) en effet , le mental ou la volonté ne peuvent intervenir quand la vraie nature d’un être s’exprime ; c’est une énergie qui ne provient pas de l’égo ; j’ai mis très longtemps à comprendre que j’étais ce type d’énergie ; j’ai eu beaucoup de mal à m’intégrer dans la vie sociale , car lorsque je passais à un endroit , tout était bouleversé , malgré ma bienveillance et ma discrétion , des personnes me « tombaient dessus » , m’accusant de tous les maux ! Le terme de chaos décrit assez bien le phénomène ; de plus , j’étais guidée de lieux en lieux et à chaque fois , tout se transformait ; je passe des détails , c’est assez éprouvant à vivre quand on est jeune et que l’on ne sait pas ; je me vivais comme un instrument , cependant . J’ai quand même exercé 21 professions différentes ; c’est vrai aussi que des personnes inconnues se livraient facilement et on me disait souvent que je mettais le doigt ou ça fait mal ! bien malgré moi , car je n’ai jamais rien calculé ; j’étais un enfant indigo , je ne sais pas si cela peut avoir une relation ; ma vie n’a pas été facile , car j’ai 61 ans , imaginez un enfant indigo né dans les années 56 ! j’ai commencé à comprendre vers mes 40 ans .. quand je suis « tombée » sur des livres qui parlaient des rayons ; voilà une partie de mon témoignage ;
          pour ma part , j’ai toujours considéré « l’autre » comme un miroir , c’est ce qui m’a fait avancer dans la vie , car nous sommes tous des miroirs pour qui veut voir les choses en face ; la technique du miroir m’a permis de comprendre que nous portons tous en nous ce que l’on appelle « le bien et le mal » nature divine et humaine ne faisant qu’un ; ayant compris cela , on peut s’aimer et aimer les autres sans jugement ! Je vous souhaite beaucoup d’Amour , belle journée

          Répondre
          1. degauquier

            J’ai vécue la même expérience que toi, j’ai 50 ans et malheureusement on n’avait aucun repère pour nous aider dans notre recherche; Je ne comprenais pas pourquoi les autres venait vers moi et me livrait tous leur secret . Comme si une porte invisible s’ouvre et délivre la personne . Je suis une porte qui permet l’ouverture et je ne l’ai compris que maintenant. J’ai aidé certaine personne. Mai si les personnes ne veulent pas écouter ce que vous dite et bien vous ne pouvez rien faire. Je pense que c’est le plus difficile à gérer le retrait . Ëtre à l’écoute sans pouvoir aider. Je commence seulement à pouvoir faire une distinction entre le moment d’écoute et l’aide que je peux apporter . On est seul face à ses propres ressentis. Personne n’arrive à comprendre et bien souvent les gens se livrent et après ils vous reprochent d’avoir été là . Mais nous n’avons rien demandé. Voilà maintenant j’essaye de bloquer tout cela. Surtout si je ne peux rien faire pour la personne . J’ai eu l’aide d’une psy qui m’a écouter et j’ai pu exprimer ce que je vivais. Cela m’ a fait du bien et elle ne m’a pas prise pour une folle. J’ai du cacher pendant des années ce que j’étais car à l’époque personne ne parlait de çà. Quelque foi avoir une personne qui vous écoute et ne vous juge pas peux nous aider à progresser. Je donne pas de solution , je parle juste de mon vécu. J’espère que vous trouverez vous aussi des réponses à vos questionnement. On est pas seul face à nos ressentis l’aide des autres peux nous sauver .

      2. Josée Garneau

        Ce genre de personnes ont parfois besoin de vivre le malaise de leurs problèmes jusqu’au bout, d’en faire le tour dans toute leur intensité pour ensuite rebondir. Aussi difficile que cela puisse être a accepter, le vrai besoin de ces personnes-là est de ne pas être vraiment là pour eux . Etre plutot désinvesti au niveau émotionnel. Ils ont une chose bien précise à régler et ce n’est que seuls avec eux-même qu’ils pourrons y arriver. En fait, je pense que dans l’échelle du cheminement personnel, ils sont completement en bas encore.
        Aussi, s’il trouvent toujours un probleme malgré les solutions proposées, sache que en psychiatrie on nomme cela: Mettre l’autre en échec. On retrouve souvent cette dynamique relationnelle chez ceux qui ont un trouble de personnalité( ex: borderline, anti-social, passif-agressif)et s’ils veulent s’en sortir(si!), cest un long cheminement qui les attend(thérapies). Personnellement, c’est le style de personne qui me suçe le plus mon énergie et je restreins mes contacts avec eux pour me préserver a long therme.

        Répondre
    3. LELIEVRE

      Je suis aussi comme ça. Celà me fait penser à un irlandais du nord que j’ai croisé en France. Il ne pouvait plus marcher et m’a dit qu’il pensait que celà venait de moi. Je lui ai dit que c’était possible, je le ressentais au fond de moi. Il a arrêté de boire, de fumer et Il est rentré en Irlande s’occupper de sa mère après de longues années passées e France.
      Comme une guerrière, je combats. Et puis , suis fatiguée …!
      Je ne veux plus travailler dans l’Industrie et veux pouvoir apprendre et vivre de ce don. Un conseil ??

      Répondre
    4. Josée Garneau

      Sylvie, je suis tellement émue par tes propos. C’est comme si enfin j’avais la certitude de ne pas être seule. Jamais je n’ai su nommer ou expliquer précisément en mots cet aspect viscéral de ma vie, ce que je suis au profond de mon âme, comme tu l’as fait.
      Pendant longtemps, j’ai été tellement occupée à gérer mes ressentis(aussi intenses peuvent-ils être!), les remettre en questions(autant par rapport à leur intensité qu’à leur légitimité ou exactitude), comprendre et décortiquer de fond en comble la raison exacte de leur existance, absorer les ressentis des autres et décortiquer tout ca aussi( que je peux vivre parfois comme de réelles agressions) et à dissocier ce qui m’appartiens de ce qui appartient à l’autre(Ouf, ca pas tjr été facile!), j’ai souvent manqué de mots pour exprimer tout ca. De toute façon, c’est vrai qu’il faut l’expérimenter soi-même pour comprendre.

      Merci pour ton partage!

      Répondre
    5. Gs

      Bonjour c’est exactement cela. Nous pouvons prendre la personnalité de l’autre… devenir l’autre tout en se rendant compte du changement intérieur et extérieur. Mais qui peut supporter un tel miroir. Heyoka se connaît… il s’est vu… son identité est vierge. Au service de l’humanité c’est bien cela. En toute humilité et avec le sourire.
      Je suis en train d’écrire mon livre pour que cela soit connu et que ceux qui ne se comprennent puisse avoir des outils pour sortir de l’ombre.
      On m’a donné tellement de nom parce que les gens ne se supportaient pas. Nous sommes comme des phares constamment pencher sur eux. J’avoue que cela peut être dérangeant pour ceux qui aiment leurs intimites. Avec heyoka fini l’intimité fini les secrets fini.

      Répondre
  6. Debetaz

    Tout à fait, on mets le doigt ou ça fait mal, d’où la difficulté pour l’autre de regarder dans le miroir. On peut souvent se mettre des gens à dos, on les effraies pour beaucoup, certain se braquent facilement, mais cela fait aussi partie du processus, s’isoler pour ce recentrer et se remettre en question.

    Répondre
  7. petitclown

    Il peu être important de se former au chamanisme si vous vous reconnaissez comme heyoka, peu importe que ce soit via des cours ou autodidacte(car on est quand même béni pour apprendre seuls dans ce cas de figure), ces personnes dont il en est le destin sèmerons le chaos plustôt que l’harmonie s’il n’ont pas un minimums de bases. D’ailleur ma vie était un véritable chaos avant que je ne pratique, aujourd’hui elle se redresse de la plus belle des manières, car les heyoka ont des facilités en clairvoyance, clairaudience, clairesensibilité, etc sont très proches des esprit, apprendre à communiquer et travailler avec eux permet une médecine d’une puissance incroyable.

    Si vous agissez avec votre plus grand coeur vis à vis des enfants, ils pourraient bien vous faire des dessins, ca rime avec destin, leurs dessins sont de véritables présages, n’hésitez pas à leur demander ce qu’ils représentent.

    je vous hais 🙂

    Répondre
  8. aurore pellisson

    Oui en effet,
    Je met souvent les gens face a leur vrai personnalité, sentiments, âmes
    Et souvent voir a chaque fois la personne se braque et c’est moi que empathie. a force c’est dur. Les gens disent qu’on ne les connait pas, qu’on c’est pas se qu’il on vecu etc. sauf quand plus de l’empathie j’ai la télépathie (en image pas en sons). Si je leur dit sa c’est soit ils me prennent pour un folle soit et s’énerve parceque si quelqu’un es compris alors ils n’auront plus de raison d’etre triste, en colere etc.

    Répondre
  9. voisin christophe

    bonjour ce que vous decriver correspond en beaucoup de point a mon caractere et mon vecu, pouvais vous me tester a ce sujet, et m’en dire plussi tel est le cas sil vous plais!

    Répondre
  10. Carpe diem

    Souvent, je traverse la vie des gens. Je me sens attirée vers les personnes et cela sans faire attention au physique ou autre. Je suis attirée, point. Ensuite, je ne sais pas pourquoi, mais je ressens la personne. C’est difficile à décrire, mais je ressens les défauts cachés de l’autre… je vois ce qu’elle doit exactement changer pour être heureuse. Vient après l’envie d’aider à tout prix. C’est plus fort que moi, je dois absolument aider et changer la personne. Alors, j’avoue que ce n’est pas simple, ça demande parfois du temps et énormément d’énergie de ma part. Je peux rester une semaine comme 7 ans avec une personne pour la changer. Cela dépend de mon énergie du moment, du potentiel de l’autre à supporter la vérité et à endurer la souffrance pour changer.

    Pour faire simple, dans la première phase, je cible la personne très vite. Je vois non pas ce qu’elle paraît, mais ce qu’elle est vraiment. Je vois ses failles. Ce qu’elle cache aux autres. Je vois ses peurs, ses doutes, ses blessures.

    Dans la deuxième phase, je pousse l’autre à se voir vraiment à travers moi. En gros, je lui claque la vérité en face. C’est la phase la plus difficile pour la personne que j’aide, car c’est violent pour elle et bien souvent, elle veut s’éloigner de moi. Mais elle ne peut pas et revient toujours. Sachez que cette phase est également difficile pour moi, parce que je ressens les peines, les frustrations, les douleurs et les blessures…

    Dans la troisième phase, je bouscule la personne que j’aide. Je la pousse à surmonter ce qu’elle pensait être insurmontable. Je la pousse à se résonner. Je veux qu’elle aille au delà de ses limites, de ses peurs. Je lui montre que certains de ses défauts l’empêchent de vivre pleinement et d’être heureuse. Je fais cette phase en rassurant la personne. En lui montrant que je suis là, près d’elle.
    Dans la quatrième phase, une fois que la personne que j’aide change, je le ressens. C’est un bien être pour elle et pour moi. Mais cela veut dire aussi que je dois la laisser. Oui, la séparation est inévitable à la fin. Il faut une coupure. Parce que je n’ai plus rien à lui apporter et je n’ai pas le droit de m’attacher, c’est comme ça…

    Voilà, en gros. Sachez que je ne force jamais l’autre à changer. Si je sens la personne trop fragile, je m’en vais bien avant la première phase et si dans la deuxième phase, la personne ne veut plus de moi, alors je ne cherche pas à la revoir, c’est elle qui doit revenir toute seule.

    Notez qu’aider l’autre nous fatigue, nous bouleverse, nous fait mal. Mais nous le faisons parce que nous sommes nés pour vous aider. Telle est notre mission. Nous ne sommes pas supérieurs, ni inférieurs. Seulement différents…

    Répondre
    1. iFloflo

      Quel beau commentaire Carpe Diem !

      Je me reconnais énormément dans votre témoignage. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, vous en avez tellement bien parlé…

      Répondre
    2. Thierry

      Bonjour Carpe dieu. Au contraire de toi je vois leur potentiel plutôt que leur défauts. Un sage m’a dit un jour que j’userais mon énergie à essayer d’anéantir mes défauts (ce serait comme « s’amputer »), mais que j’avais la vie entière pour développer mes qualités et celles des autres, ce qui, par logique, amènerait mes défauts à occuper un « pourcentage » plus faible. J’essaie de faire juste prendre conscience de cela dans mes rencontres, cela créée un « choc doux » une « prise de conscience », un déclic. …. qui suffit bien souvent …. et qui me semble plus « non violent » que ta façon de faire. Néanmoins je peux accepter le fait de me tromper et ne prétends détenir aucune vérité. C’est ce que je fais, c’est juste cela…

      Répondre
    3. Josée Garneau

      Pareil pour moi. Avec le temps parcontre, tout ce processus me gruge tellemet d’énergie que je choisis plus soigneusement ceux que je veux aider et si les bénéfices attendus sont réalistes.
      Je pense qu’en voyant si souvent malgré moi les failles des gens( des plus banales aux plus tordus et obscures), je suis devenue désillusionné, un peu aigrie par la vie. J’ai longtemps perdu la foi en la nature humaine et perdu aussi l’envie d’aider. Tout ce que je voulais c’est d etre seule pour garder mon energie. Mais vous tous ici me redonnez bcp d’espoir 🙂

      Répondre
      1. Ana

        Bonjour,

        Vous choisissez soigneusement ceux que vous aidez? Comment faites vous cela? Comment savez vous qui vous devez aider ou non parmi les personnes que vous savez « perdues »? Et comment justifiez vous qui « mérite » d’être aidé ou non? Cela fait partie de votre ressenti? Vous êtes capable de savoir quand votre aide ne mènera à rien?
        Personnellement, je pense que rien n’est impossible. Tous les maux sont guérissables. Chaque aide apporte du positif, même si le résultat final n’est pas absolu. Et j’avoue que je ne parviens pas à mettre de barrières. Si je le fais, c’est moi que ça touche plus profondément encore.
        Lorsqu’une personne éprouve un besoin, je ne peux faire autrement que de lui apporter des solutions, et lui sortir la tête hors de l’eau. Lui redonner goût à la vie… Lui faire prendre conscience!
        Sans jouer dans le mélodrame, j’ai tendance à avoir l’impression d’être « un pion », qu’on déplace dans la vie des gens quand ils en ont besoin. Qu’il leur manque quelque chose ou qu’ils ont un problème à régler. Une fois le soucis résolu, et que la personne a trouvé son équilibre, elle sort simplement de ma vie, de la même manière qu’elle était apparue.
        Si toutes ces énergies sont difficiles à gérer, le fait de voir les gens heureux me réconforte dans cette grande aventure. Et si l’empathe ressent les énergies négatives, il est également capable de capter les ondes positives :-). Et ça… c’est une sensation qui nous élève tellement.
        Quand il est temps de recharger les batteries: les voyages, la liberté, marcher en pleine nature, se reconnecter à la terre, au ciel. Méditer.
        Evidemment, il y a des personnes à qui ont s’attachent plus que d’autres et des situations blessantes. D’où l’importance d’avancer en gardant à l’esprit que nous sommes nés pour ça. Et que la vie est merveilleuse.

        Répondre
      2. Knuts Anaëlle

        Bonjour,
        Vous choisissez soigneusement ceux que vous aidez ? Comment faites-vous cela ? Comment justifiez-vous qu’une personne « mérite » ou non de recevoir votre aide ? Est-ce que votre ressenti vous permet de savoir que vous ne pouvez rien faire ? Personnellement, je pense que tout est possible. Tous les maux sont guérissables. A partir du moment où nous venons en aide, nous apportons toujours quelque chose de positif. Lorsque nous aidons une personne à prendre conscience, il n’y a pas qu’elle qui évolue. Nous aussi. Ce n’est pas facile d’emmagasiner autant d’énergie, c’est certain. C’est douloureux. On a souvent le cœur déchiré. On pleure. C’est épuisant psychologiquement, et on finit parfois par se sentir vide. Pas seulement d’énergie mais aussi d’émotions. Alors qu’on devrait rayonner ! Si nous sommes capables de ressentir les énergies négatives, nous sommes aussi capables de capter les énergies positives. Et ça, c’est carrément magique ! Ca transporte l’âme ! Nous avons la chance de pouvoir donner de l’amour, et d’enjoliver la vie des autres. Bien entendu, il y a des personnes à qui on s’attache plus que d’autres. Il y a des personnes pour qui le départ est plus difficile à accepter. Nous sommes nés pour ça. Nous avons choisi cette route de vie. Et il faut simplement l’accepter et avancer. Il faut prendre ça comme une chance. Notre existence est simplement basée sur le bonheur et le bien être des autres, il faut accepter que cela puisse se faire à notre détriment. Et être capable d’ouvrir les yeux sur tout ce qui nous entoure et nous renforce. La vie est tellement merveilleuse.
        J’ai 30 ans, et aujourd’hui je peux mettre un nom sur ce que je ressens depuis toujours. Etre empathe. Voici 30 ans que je suis consciente d’être « différente » mais pas seule. 30 ans de sourire et de joie de vivre intense. Même si j’ai tendance à avoir l’impression d’être « un pion », qu’on déplace dans la vie des gens quand ils en ont besoin. Qu’il leur manque quelque chose ou qu’ils ont un problème à régler. Une fois le souci résolu, et que la personne a trouvé son équilibre, elle sort simplement de ma vie, de la même manière qu’elle était apparue. 30 années pendant lesquelles beaucoup ont profité de cet état d’esprit. Mais purée… 30 ans de souvenirs et de vie ! Et quelle vie quand on se donne les moyens de vivre ses rêves simplement et qu’on voit qu’on est capable de rendre les autres heureux. De rendre le sourire. De vivre et de pouvoir partager aussi cette énergie qui est en nous. Car si nous pouvons la capter chez les autres, nous pouvons aussi la transmettre en retour.
        Mes solutions pour recharger les batteries : voyager, se sentir libre, marcher en pleine nature et me reconnecter à la terre (et au ciel). Méditer. Et… surtout… continuer d’apporter un peu de bonheur aux autres, faire prendre conscience. Ça use, mais c’est essentiel.

        Répondre
  11. laurence charbit

    merci pour tous vos commentaires, tellement je m’y reconnais.
    J’ai acheté un livre sur l’empathie il y a quelques mois. mais je ne l’ai pas encore lu, au fond je pense que je savais.. mais je ne connaissais pas le nom, merci ! Alors je suis Empathe Heyoka..
    et bien tout ça me parle, par quoi commencer ?
    Depuis l’enfance j’ai le don d’être dans le coeur des gens, de savoir, d’avoir les bons mots toujours dans la bienveillance pour « donner conseil » parce que je sens ce qui est bon pour eux, depuis ma cour d’école de fin de maternelle, aussi loin que je me souvienne.
    Mais la société m »a embarqué loin de tout cela, et la Vie m’y a ramené de manière forte.
    Depuis claire-audience, clairvoyance, claire-ressenti, télépathie, empathie, communication avec des défunts, canalisations.. et depuis quelques mois des images fortes issues du chamanisme dans mes rêves, ou dans les signes qui me sont envoyés, la vie a mis sur mon chemin une chamane avec qui j’ai pu discuté et qui a posé mon côté médium et mon lien de flamme jumelle dans ce que je vivais si intensément depuis un an, autant dire que le cumul des deux fait de moi une Artisan de Lumière, si en plus je rajoute le don de magnétisme qui s’est développé depuis un an..
    oui je me sens et je suis au service de l’humanité toute entière, ce que j’ai mis en place depuis janvier dernier à travers des oins que je donne.
    Depuis toujours et encore plus aujourd’hui, les gens viennent spontanément vers moi, me reconnaissent et ce, même au téléphone.. ils se confient très facilement et me font parler, ils savent que dans la discussion je vais leur donner leur solution. Je fais très attention à rester à ma place je n’interviens que si on me le demande, et je ne force en rien, les prises de conscience doivent être faites de manière très personnelles, je fonctionne par images afin d’expliquer les situations aux personnes concernées. Je ne recherche que le bonheur de la personne qui vient me voir, et quand je vois l’étincelle dans leurs yeux, quand elles ont compris ce qui se jouait pour elle. Ces échanges me remplissent de gratitude à chaque fois.
    Depuis Octobre dernier, je pose des mots sur qui je suis, cela s’inscrit dans mon cheminement de flamme jumelle, et prend encore plus de sens aujourd’hui. Infinie gratitude

    Répondre
    1. Cassandre

      Je réagis à ce commentaire tout particulièrement parce que depuis l’automne 2016 (septembre octobre et novembre, jusqu’en mars) ma vie a connu des bouleversements profonds sur lesquels je pose des mots et des concepts depuis avril.
      Ca s’appelle Ames jumelles (ou Flamme si on préfère), ça s’appelle médiumnité, empathe, Artisan de Lumière etc. Je pense avoir rencontré plusieurs de ces personnes à l’empathie et à la sensibilité contrariante plus ou moins bien dégrossies. La plus grande et la plus importante étant justement celle avec mon Jumeau (ce qui est logique, si on considère qu’on s’est renvoyé l’un l’autre nos défauts, potentiels et qualités et que ceux-ci sont identiques). Si je le suis, il l’est aussi.
      Quand je rencontre quelqu’un j’enregistre rapidement QUI est cette personne, même si je n’ai pas accès à cette connaissance de manière parfaite et complète mais au contraire intuitivement. J’arrive souvent à sortir de petites phrases dont je sais que ça va lui être utile, même si je ne sais pas comment (car après tout, cela lui appartient). Il y a comme une petite voix qui me pousse à le faire, même si je l’ai faite taire longtemps pour ne pas déranger les gens.
      J’ai toujours été mise à l’écart, comme si je dérangeais les gens (ce qui s’explique maintenant) et je me renfermais pour me protéger. J’ai un souvenir particulièrement présent qui me semble lié. Au lycée, je faisais la queue pour la cantine et à un moment mon regard à croisé celui de deux filles de ma classe. Je leur ai souri spontanément, à ma manière ouverte et franche habituelle (parce que malgré tout ce que j’ai pu vivre, je ne peux m’en empêcher, c’est tellement naturel pour moi d’être comme ça). L’une des deux a eu un sourire faux, forcé et elle a chuchoté (mais pas assez bas pour que je ne l’entende pas) que j’étais vraiment stupide de sourire comme une débile.
      J’ai toujours été à contre-courant de ce que les gens autour de moi attendaient, ou exigeaient, de moi, allant jusqu’à créer malgré moi un point de discorde, notamment entre mon père et sa mère.
      J’ai également eu ce genre d’étincelle dans le regard de quelqu’un il y a quelques jours quand je lui ai dit que je voulais écrire un roman (ce que je tais habituellement, mais là j’ai eu envie de le dire), j’ai alors pensé « ah tiens, lui aussi ».
      Dans le même ordre d’idées, quand je regarde les infos, les prévisions politiques, économiques et sociales et que tout semble si noir et sans avenir, j’ai toujours une petite voix qui me dit « mais non, ça parait perdu mais tout va bien, aies simplement confiance, et si tu te concentres un tout petit peu, tu le sentiras profondément. »

      Est-ce que c’est si rare que ça ou est-ce que c’est une tendance qui est en train de se développer ?

      Répondre
      1. Pallier

        Bonjour tout comme vous depuis étant petite je ressent ce que pense les personnes je savais déjà au plus profond de moi que j’allais pouvoir aider et ça étais tellement évident que j’ai fait des études pour travailler dans le sociale ce qui fait que je suit épanouie dans mon métier que j’adore bien sûr c’est pas évident d’être 1 miroir comme ont dit et que c’est très épuisant c’est vrai que l’on me dit que je rit et sourie tout le temps même quand je suit seul mais c’est 1 manière d’évacuer le stress je suit aussi bénévole dans 1 refuge ça me me permet de me ressourcer comme quoi faire 1 atout de mon empathie fait qu’aujourd’hui je suit épanouie dans m’a vie merci pour vos article à tous et toute faite 1 à tout de votre don

        Répondre
  12. hyppiemary

    Bonjour à tous et à toutes, c’est étrange pour moi de vous lire car c’est la première fois que je vois ou lis quelqu’un qui vit et ressent les choses comme moi. Je savais que je n’étais pas seule, mais vu l’âge où tout cela a commencé pour moi, je n’avais encore jamais eu la chance de pouvoir en discuter avec d’autres!!
    Depuis l’âge de 3 ans que je connais mon rôle, l’importance qu’il a et ma mission de vie, du moins, à l’état général. Mais la solitude et le manque de repères que tout cela m’a amené font que je n’ai jamais prit soin de moi, de me recharger et encore moins de respecter mes limites. Je ne prenais qu’une marche sur la rue pour que les émotions et pensées des gens m’assaillent, et parfois avec une telle force, que s’en devenait difficile de savoir qu’elles émotions m’appartenaient, où leurs ressentis finissaient par rapport au commencement des miens. Entendre les pensées de personnes à qui je tiens et que je voulais aider, mais sans savoir comment par inexpérience par exemple, bien que je réalise aujourd’hui l’inconscience et l’illogique de ma réaction, cela m’a poussé sur des sentiers dangereux car je voulais comprendre pour mieux aider. Car de me sentir utile m’aidait à combler le vide de la solitude, et la peur de la folie, car même la plus saine d’esprit vient à douter de sa folie à force que tout le monde incluant parents et amis, le lui répètent. Sans parler des esprits qui s’adressaient à moi dès que mon mental se calmait, mais je n’entendais que les cris et les pleurs de centaines de personnes en même temps dans ma tête et cela me déstabilisait tellement que je laissais la peur m’envahir.

    Les livres étaient, et sont toujours, ma seule ressource connue pour tenter de comprendre, apprendre et maîtriser cet aspect de ma vie. Et au début, il n’y avait pas tant de livres, où ils étaient moins publiés explicitement qu’aujourd’hui, mais il y en avait quelques-uns tout de même étant donné que je suis né en 85. Mais mon besoin d’aider m’a amené à dépasser mes limites au point où j’ai l’impression de n’être plus que l’ombre de ce que j’étais et à force de tourner en rond à tenter de me reconstruire en cherchant sous de multiples techniques de guérison, polarisation, nettoyage ou autre, ce que je voudrais maintenant faire de ma vie, et qui m’apprendrait justement les bases à respecter et qui m’aiderait à revenir à la surface et reprendre le contrôle de ma vie. Mais je me perds chaque fois parmi la multitude de techniques existantes aujourd’hui, voulant toute les apprendre, mais n’ayant pas l’impression d’avoir trouvé LA bonne pour moi encore. Sans oublier que j’ai tellement dépassé mes limites, et continuer de les pousser depuis l’arrivée de mes enfants, que je n’ai us aucune concentration, aucune organisation, rendant ma capacité de fonctionner à son minimum, alors, les livres ne sont plus une option actuellement. Donc, à ce point, je suis ouverte à toutes vos idées, car je ne crois plus avoir grand chose à perdre.

    Alors, si quelqu’un a une idée et une solution, je suis preneuse car malgré mes jeunes 31 ans, les expériences et traumatismes vécus jusqu’à maintenant, ne cessent de faire croître en moi la peur de passer à côté de ma vie et de ne plus voir la lumière aussi resplendissante qu’avant. Et je ne peux m’y résoudre.
    Merci pour votre temps!!

    Répondre
    1. caty

      Bonjour. Je vient de lire vôtre message et je pense que la clé et le détachement. Cette a dire de vivres les émotions et de les partagé sur le moment présent et de se détache en suite afin de ne plus vous toucher vous et votre vie personnelle. Bonne journée à vous

      Répondre
    2. Josée Garneau

      – Peut-etre que faire du bénévolat pour des gens defavorisés peut aider car l’aide offerte est ponctuelle et plus centrée sur les besoins physiques que psychiques( ex : servir des repas).
      – Faire des choses percues comme positives et stimulante( ex: un voyage)
      – Se concentrer plutot sur la croissance intérieure de vos enfants plutot que tous les autres?

      Répondre
  13. Odile

    Je m’interroge sur le sujet depuis quelques temps et en lisant cet article et vos commentaires qui m’ont bien éclairé ; je crois que je peux dire que je suis une heyoca . Dans la relation d’aide depuis nombreuses années, avec les enfants handicapés entre autres et les autistes que j’affectionne particulièrement car leur rencontre a été un grand déclencheur de ma réflexion sur le sens de la vie . Et une pause obligée de 5 ans , où j’ai appris à y voir plus clair . Parallèlement, la rencontre du clown a été révélateur pour moi aussi ( c’est un bon travail pour se détacher , le poème « clown » de Henry Michaud est une béritable bible pour moi ) , Ma vie est une alternance de moments d’émerveillement et de situations de conflits avec les autres et avec moi-même . Je m’épuise et me recharge , souvent dans la solitude , dans la nature . Avec les empathes , j’alterne entre attirance et désire de rupture . Avec une de mes soeurs qui est elle chaman , je me suis toujours senti étroitement lié et c’est aussi avec elle que je me suis le plus directement affrontée . Est ce que quelqu’un pourrait me guider à ce sujet ? Même si personne ne peut me répondre, je vous remercie pour tous vos commentaires qui sont riches de sens

    Répondre
    1. Odile

      .j’ai une autre question . Est-ce l’un d’entre vous a déjà ressenti une sorte d’état de grâce qui dure plusieurs jours , voir un mois, comme un gros détachement de tous les liens affectifs, sentir l’amour avec un grand A, au lendemain d’ une énorme explosion de colère , une sorte d’éclatement , comme une sensation de dissipation de vos chaines

      Répondre
  14. Over Hide

    Bonjour à tous et toutes. Si je peux me permettre il manque une chose principale je trouve en définition votre description de Heyoka non précise.
    1- Le Heyoka n’est que vérité et respect (( sens large libre arbitre – libre choix …)) et bien sur le plus juste possible et humble.
    2- Le Heyoka essaie d’être ou est toujours positifs. C’est a dire sans aucune émotion négative pour ne pas polluer autrui.
    (( exemple : pas de colère, incapacité de mentir, incapacité de jugement voir même de familiarité et d’irrespect ))
    3- Le Heyoka comprends vos vibrations (( les mots que vous utilisez vous ressemblent, les gestes que vous faites aussi et bien sur les pensées que vous propagez et dans l’intensité de votre regard )).
    4- Le Heyoka sais vider les charges karmique. (( fardeau émotionnel ou douleur de stress ou angoisses ))
    5- Le Heyoka sais recentré les énergies. Il sait aussi se décharger par l’intermédiaire de minéraux lié à la terre. Et il sait transformer ces émotions reçues et les rendre en énergies tellurique. Donc pour l’état de fatigue il est grandement atténué.
    6- Toujours respecter le libre choix du Heyoka et faire des demandes respectueuses et précises.
    7- Il sais très bien faire le lien concret entre différents domaines.
    8- Politesse, courtoisie, vérité, précision, humilité, Justesse, ne sont pas des options pour Le Heyoka mais bien un chemin de vie.
    9- Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.
    10- Ne fais pas ce qui rendrait le monde invivable et pense à si tout le monde voulait faire comme toi.

    Pour en conclure :
    Si Le Heyoka ou enfant indigo ou enfant crystal ou medium ou peut importe le nom que vous préférez existe. Je pense qu’il ne s’afficherait pas comme une star et de plus je pense que le nom qu’on lui donne n’aurait aucune importance à ses yeux. Voila ce que j’ai pu vous apporter pour votre article.

    En restant à ma place je dirais juste que je suis un être humain très sensibles.
    Merci de votre considération et d’avoir lu mon post.
    Grande Vie à tous et toutes.

    Répondre
    1. aurore pellisson

      Bonjour,

      (cela fait un moments que je n’ai pas posté ^^)
      Je vous répond car mon âme, mon instinct et mes dons me cris que vous avez faux. (en vrai si je vous le dit pas je vais me sentir frustré)

      -Oui un heyoka n’est que vérité mais il n’est pas toujours respect. Tous dépendra du la force de caractére et de la douceur de l’heyoka. Un peu comme un épice sur des pâtes.

      -Oui il est juste mais humble jamais. L’heyoka c’est qu’il est puissant, mais il ne s’en vante pas.

      -Un heyoka n’est pas que positif. Une vérité n’est jamais positive, c’est le travail et l’acceptation qui est positif. Et au contraire la familiarité est puissante car un heyoka parle à l’âme est non à la chair.

      -Un heyoka ne vide pas les charge karmique, il brise ou ouvre les vannes à grand coup de pioche et il met en vérité les faits.

      -Pour les énergie je vais répondre  »absolument pas et c’est compliquée ». on est comme des  »arbres mères » on est le plus gros, le plus grand, le plus fort et le plus vieux mais on est aussi celui qui recycle le plus, qui filtre le plus. Un empathe est confronté au sentiments principalement humain. Un heyoka est pris dans multiple monde, les sentiments humain, animal, végétal, risiduel, énergétique et surtout les âmes. C’est un méga-mixeur. Les pierres minérale ne sont pas assez puissante pour encaissé cela. Les rivière sont bien plus adéquoite. Et je parle même pas de la fatigue, il y a des moments ou on a besoin d’exploser de rage ou de pleurer un bon coup et c’est reparti.

      -On ne demande pas a un heyoka, il viendra de lui même

      -Tu me décrit un moine bouddhiste ? un heyoka est la plus par du temps une sorte de guerrier, il vibre d’énergie, chaque mots utilisé est comme un claque, c’est comme un discours d’avant guerre, celui qui te transperce et te met a nu. Il est pas la pour te prendre par la main mais pour déposer la sienne sur ton âme.

      -Un heyoka n’est absolument pas, MAIS ABSOLUMENT PAS, un enfant indigo ou cristal, ou autre, c’est un Heyoka, un fou !!!
      il n’est pas née à un période précise, sont âme n’est pas d’une couleur précise. Un heyoka c’est un être qui a toujours existé, qui est la pour jouer le maître/la mère/la conscience strict et dur, mais qui fait sa pour ton bien. C’est celui qui t’enlève le pansement d’un coup sec.

      -Oui nous ne nous affichons pas comme des star mais quand on passe on laisse les gens sur le cu et oui le nom nous importe peu car on sais qu’on est différent de la différence.

      Pour resumé, il est rare de trouvé un heyoka calme, sage et humble, parceque la première personne a qui l’on ne ment pas c’est nous même.

      Répondre
      1. Sophie Hulleu

        à Aurore Pellisson
        à l’aurore,à la pelle,hissons!!
        juste pour dire que je rejoins entièrement ta vision.
        c’est celle que je vis.

        Répondre
  15. Knuts Anaëlle

    Bonjour,
    Vous choisissez soigneusement ceux que vous aidez ? Comment faites-vous cela ? Comment justifiez-vous qu’une personne « mérite » ou non de recevoir votre aide ? Est-ce que votre ressenti vous permet de savoir que vous ne pouvez rien faire ? Personnellement, je pense que tout est possible. Tous les maux sont guérissables. A partir du moment où nous venons en aide, nous apportons toujours quelque chose de positif. Lorsque nous aidons une personne à prendre conscience, il n’y a pas qu’elle qui évolue. Nous aussi. Ce n’est pas facile d’emmagasiner autant d’énergie, c’est certain. C’est douloureux. On a souvent le cœur déchiré. On pleure. C’est épuisant psychologiquement, et on finit parfois par se sentir vide. Pas seulement d’énergie mais aussi d’émotions. Alors qu’on devrait rayonner ! Si nous sommes capables de ressentir les énergies négatives, nous sommes aussi capables de capter les énergies positives. Et ça, c’est carrément magique ! Ca transporte l’âme ! Nous avons la chance de pouvoir donner de l’amour, et d’enjoliver la vie des autres. Bien entendu, il y a des personnes à qui on s’attache plus que d’autres. Il y a des personnes pour qui le départ est plus difficile à accepter. Nous sommes nés pour ça. Nous avons choisi cette route de vie. Et il faut simplement l’accepter et avancer. Il faut prendre ça comme une chance. Notre existence est simplement basée sur le bonheur et le bien être des autres, il faut accepter que cela puisse se faire à notre détriment. Et être capable d’ouvrir les yeux sur tout ce qui nous entoure et nous renforce. La vie est tellement merveilleuse.
    J’ai 30 ans, et aujourd’hui je peux mettre un nom sur ce que je ressens depuis toujours. Etre empathe. Voici 30 ans que je suis consciente d’être « différente » mais pas seule. 30 ans de sourire et de joie de vivre intense. Même si j’ai tendance à avoir l’impression d’être « un pion », qu’on déplace dans la vie des gens quand ils en ont besoin. Qu’il leur manque quelque chose ou qu’ils ont un problème à régler. Une fois le souci résolu, et que la personne a trouvé son équilibre, elle sort simplement de ma vie, de la même manière qu’elle était apparue. 30 années pendant lesquelles beaucoup ont profité de cet état d’esprit. Mais purée… 30 ans de souvenirs et de vie ! Et quelle vie quand on se donne les moyens de vivre ses rêves simplement et qu’on voit qu’on est capable de rendre les autres heureux. De rendre le sourire. De vivre et de pouvoir partager aussi cette énergie qui est en nous. Car si nous pouvons la capter chez les autres, nous pouvons aussi la transmettre en retour.
    Mes solutions pour recharger les batteries : voyager, se sentir libre, marcher en pleine nature et me reconnecter à la terre (et au ciel). Méditer. Et… surtout… continuer d’apporter un peu de bonheur aux autres, faire prendre conscience. Ça use, mais c’est essentiel.

    Répondre
  16. Aline

    Bonjour,
    J’ai découvert récemment de façon un peu violente que ma personnalité et mon comportement,ma façon de fonctionner,n’est pas identique à la plupart des individus… je l’ai evidemment constaté souvent mais je supposais inconsciemment que les personnes différentes de moi en général du côté du mal ,voir à chaque fois,etaient a part a cause d’uene faille ds leur vie qui les a fait souffrir au point devenir nefastes…
    Bref,jai decouvert le terme d’empathe intuitif comme une révélation,comme la réponse évidente que je cherchais depuis toujours sans avoir la certitude qu’elle n’existe…
    Je crois que je suis un empathe heyoka car je fais exactement ce qui est dit.je suis tres objective et realiste avec moi meme mais aussi avec les gens qui n’apprecient pas toujours… Ils sont bien souvent trop laches pr reconnaître les vérités que je leur donnent pr les aider a avancer… Ils arrivent du coup a croire que je fais ca pr faire mal… Cest frustrant car je prends le tps de les aider malgré moi et on me dit cela… Je le prends comme une injustice,cest très graver moi et tres ingrat…

    Répondre
  17. Aline

    Je ne cesse de me bruler les ailes en tombant sur des pervers Narcissiques Manipulateurs depuis plus de 15ans… je ne peux m’empecher de tenter de les aider au point de m’être oublié et d’avoir négligé les gens ques j’aime… Le dernier ma tout détruis ds ma vie en 1an a peine et il continue a tenter de me nuire….

    Répondre
  18. Aline

    Jai 31ans et je pense que je ressens encore plus les emotions des gens en souffrance depuis que jai passé les 30ans…jai bcp ee difficultés à gérer tout ca! Ca l’a causé bcp plus de tord que de bien jusqu’à présent…je sens que je dois absolument maitriser tout ca…la meditation devrait my aider … c’est encore tres fragile donc descque je suis assaillie oar une oersonne négative je reprends à la case depart…et je suis en train de passer à côté de ma vie.. . c’est terrfiant

    Répondre
  19. YOM33

    Bonjour,
    Je ne sais pas ce que je suis, ou qui je suis et cela m’importe peu, ce ne sont que des mots. Je peux dire une chose, c’est que le simple fait d’être influe sur notre environnement et celui des autres, nous vivons dans un monde d’interractions où il n’est nul besoin de vouloir aider ou influer les autres, il suffit d’être soi, cela suffit amplement, car être soi est un travail de tous les instants, vouloir changer ou aider les autres, c’est vouloir se changer ou s’aider, sans vouloir en prendre les risques.
    J’aime les mondes inverses et adore le néant d’où tout est possible, certains diront que je ressemble à la définition de « heyoka », pour ma part je n’aime pas les définitions qui part essence ferme l’esprit pour le borner dans des limites, je ne trouverais jamais ma place au sein d’un groupe ou d’une philosophie, car je ne pourrais m’empêcher de sortir du chemin et vagabonder, adolescent je côtoyais tous les groupe de mon collège et lycée et avais des amis dans tous, ils ne s’entendaient pas, mais bizarrement m’appréciaient tous, je suis un anti-conformiste et contre toutes formes de vérités, qui ne font que limiter l’esprit.
    Mon équilibre est dans l’instabilité du mouvement, j’aime déranger et perturber, ca ne me pose pas de pb, car je n’ai rien à prouver à personne. Voilà pour ce que je peux partager, je vous souhaite une longue route parsemée d’obstacles, c’est le mieux que je puisse vous souhaiter 😉

    Répondre
  20. petrache

    Heyoka= surdoué; une transformation ,du négatif en positf ; Ce qui est possible est réalisable ,ce qui est réalisable est possible ..les deux vont dans le même sens ..!

    Répondre
  21. Solène

    Bonsoir,
    Je pense être Heyoka car je passe mon temps à, en une conversation, mettre le doigts sur le problème, le défaut à travailler. Je pense tout le temps à l’ envers. Bref, je retrouve mes actions, effets si l on peut dire, dans les faits mais dans les traits distinctifs, je corresponds qu a faire les choses a l envers et etre ne en siege. Donc, suis-je Heyoka ou pas? Un peu d aide serait la.bienvenue 🙏
    Merci bonne soiree 🙂

    Répondre
  22. Nina

    Nous sommes connecté.e.s. au « TOUT et au RIEN ».
    Pas seulement envers les humains … mais au COSMOS, à Gaïa (la Nature : les plantes, les insectes, les animaux) et le COSMOS. TOUTES LES ÉNERGIES. Pas seulement HUMAINE. Et c’est fatiguant … TELLEMENT FATIGUANT. Tu dois t’isoler pour reprendre ton énergie … Et parfois … Tu pisses dans un violon avec les Humains. Tu es non-stop en mode télépathie et c’est épuisant quand ton cerveau marche à 400% et que les gens se servent de toi comme un kleenex. Tu ressent toutes leurs émotions, leurs pathos, leurs karma (bon ou mauvais). De toutes façons, nous n’attirons que les gens au Karma lourd.
    Je n’ai quasiment que des êtres en souffrance autour de moi qui cherche une ancre pour s’accrocher.
    J’ai juste trouvée une astuce il y a quelques jours pour ne plus l’être …
    Me dire dans ma tête :
     » je refuse d’être en connexion télépathique avec TOI,tu n’es pas autorisé à rentrer en connexion avec mon âme ».
    J’ai ressentie un bien … un VIDE bénéfique à cette incantation et j’ai pu enfin être LIBRE.
    Je suis Heyoka et j’aimerais ne pas l’être.
    J’espère que des êtres Heyoka puissent alléger leurs souffrances avec cette simple phrase.
    Peace.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *