traumatisme

J’étais émotionnellement coincée à l’âge de 15 ans à cause d’un traumatisme 

J’ai été abasourdie par mon thérapeute lorsqu’il m’a dit que l’évolution de mes émotions était celle d’une jeune de 15 ans. J’ai réalisé beaucoup de choses dans ma vie. Et il est curieux de me rendre compte que mon état émotif soit si bas. La raison profonde en est que j’ai vécu un traumatisme après l’âge de 15 ans.

Au cours de ma période d’observation, mon thérapeute m’a dit que j’avais été diagnostiquée comme souffrant de syndrome de stress post-traumatique (SSPT). et que ce syndrome s’était développé à la suite de quatre incidents différents. Le thérapeute a également été surpris de constater que j’avais souffert d’autant d’incidents traumatisants si uniques.

J’ai dû d’abord faire face aux expériences traumatisantes que j’avais vécues à 15 ans.

C’était une vision terrible et un immense choc pour moi de découvrir qu’une partie de mon identité était figée dans le temps.

Une personne qui reçoit le diagnostic de SSPT peut vivre une vie tout à fait normale, mais il/elle aura toujours des déclics. 

Ces déclics peuvent être causés par une chose mineure liée ou présente dans le cas d’un traumatisme. Par exemple, si vous voyez à la télé un personnage de dessin animé qui joue malicieusement un tour à son ami, cela peut causer un traumatisme en vous.

Ces déclencheurs vous ramènent mentalement au lieu et à l’heure du traumatisme. Vous pouvez même avoir l’impression qu’il est en train de se reproduire, juste là, devant vos yeux, à cet instant précis.

Revivre un traumatisme est quelque chose de négatif.

Mais ses répercussions sont pires et peuvent même avoir de vastes répercussions sur la santé. 

Lorsque quelqu’un fait ou me dit quelque chose qui déclenche quelque chose en moi, je me comporte comme une adolescente de 15 ans. Je pleure, je crie, et je me fâche. 

Malheureusement cela me pose beaucoup de problèmes dans ma vie professionnelle.

Car beaucoup perçoivent mon comportement comme étant « immature » ou peu professionnel. Et je n’ai pas de cicatrice apparente pour pouvoir montrer ma douleur.

Je m’efforce de me tenir à l’écart des situations susceptibles de provoquer un tel déclenchement en moi. Et je souligne les choses qui ont le potentiel de me blesser dans l’espoir que les gens les éloigneront de moi à l’avenir. Je développe sans cesse des nouvelles stratégies afin de pouvoir faire face à de telles situations. 

Mais il m’est impossible de tout le temps les fuir, malgré les efforts que je déploie. Parfois, les symboles déclencheurs apparaissent même sur mon écran. Parfois, ils se cachent dans une chanson qui résonne à distance.

Même si j’ai tout ce dont j’ai besoin dans ma vie. Les expériences traumatisantes de mon passé m’empêchent de mener une vie entièrement heureuse, équilibrée et complète. Le SSPT complique beaucoup de choses dans ma tête. Je dois parfois éviter les endroits publics où il y a beaucoup de monde. 

Donc voyez-vous, il n’y a pas un jour qui passe où je ne me rappelle pas des traumatismes marquants du passé.

Je crois que c’est une force divine qui m’aide à tenir sur mes deux jambes. C’est uniquement par cette grâce que j’arrive à garder les pieds sur terre.

J’ai décidé d’écrire mon histoire pour sensibiliser le public aux maladies mentales. J’espère sincèrement que cela aidera les gens à mieux comprendre les personnes qui souffrent de troubles mentaux.

Notez cet article