LES CYCLES DE L’HUMANITÉ À TRAVERS LE TEMPS

de | 29 janvier 2018

CYCLES DE L'HUMANITÉ

Image crédit : Shutterstock

LES CYCLES DE L’HUMANITÉ À TRAVERS LE TEMPS

Le voyage initiatique que nous allons entreprendre dans cet essai a pour but de vous faire voyager de l’avoir à l’être, c’est-à-dire de la dualité à la non-dualité, soit à l’état d’Unité d’où nous sommes issus.  Les informations qui ont guidé ma réflexion proviennent, entre autres, d’hommes qui ont consacré leur vie à la recherche de la vérité.  Leur savoir, leur sagesse et leur analyse des différents cycles que traversent notre humanité nous mènent à comprendre plus en profondeur qui nous sommes et pourquoi nous sommes ici, en ces temps particuliers.  J’espère que les connaissances qu’ils nous ont léguées vous inspireront, tout comme elles m’ont inspiré, et qu’elles vous propulseront dans un autre Univers, celui de l’Être intemporel.

«Douloureux honneur que d’appartenir à une humanité finissante, qui ne sait pas sa fin prochaine, qui ne veut pas le savoir, et de le dire pourtant, car il faut qu’en cette époque certaines choses soient dites, aussi inconfortables soient-elles.  Dans le demi-siècle à venir, les événements les plus brutaux, les plus inconcevables, à la fois maléfiques et bénéfiques, vont éclater, et ce n’est qu’alors que la plupart s’apercevront que certains les avaient prévus».  Jean Phaure

Nous nous apprêtons à analyser en profondeur les différents cycles vécus par notre humanité à travers le temps.  Bien évidemment, toute étude en lien avec le « temps » peut mener à une certaine confusion.  Qui peut prédire ce que l’avenir nous réserve, avec précision et exactitude, est la première question qui nous vient en tête lorsque nous entendons parler de prophétie.  Or, dans le cas qui nous concerne, vous allez vous rendre compte, au fil de votre lecture, que ce que nous allons apprendre est plutôt en lien avec la science des nombres.  Je vais faire travailler votre cerveau gauche, celui de la logique et de la rationalité, plutôt que votre côté émotif et intuitif.  Par la suite, ce sera à vous de tirer vos propres conclusions et de faire travailler votre cerveau droit.

Le texte qui suit suscitera probablement beaucoup de réflexion et de bouleversement en vous.  Vous pourrez même ressentir un certain malaise au départ.  Je tiens à vous rassurer, tout cela est normal et fait partie du processus.  Notre tendance à interpréter les choses du point de vue de l’ego nous nuit bien souvent.  L’étude des cycles ne doit pas être perçue comme une fatalité, mais comme un processus de réintégration et de retour vers notre état originel.  C’est un appel à faire le calme en soi, à retrouver notre pureté spirituelle et à dépasser notre vision linéaire de la vie.

À QUI CE TEXTE D’ADRESSE

«Ces choses ne pourront être comprises par la généralité, mais seulement par le petit nombre de ceux qui seront destinés à préparer, dans une mesure ou dans une autre, les germes du Cycle futur.» René Guénon

Bien que notre but n’est pas de diviser l’humanité en clan, nous pouvons toutefois distinguer deux catégories d’hommes et de femmes actuellement sur Terre: ceux et celles qui sont obnubilés par l’AVOIR et les autres qui se concentrent sur l’ÊTRE.  La première catégorie, qui forme la majorité, n’a aucun souvenir de leur véritable nature.  Elle est en quête de richesse, de biens matériels et de succès extérieur.  L’autre catégorie, plus discrète, chemine différemment.  Si vous êtes tombé «par hasard» sur ce texte, il y a de fortes chances que vous fassiez partie de cette deuxième catégorie.  Que votre parcours ait débuté il y a un moment ou une décennie, vous avez découvert, au travers de votre expérience, que votre épanouissement se trouvait dans l’ÊTRE, et non dans l’AVOIR.

C’est à vous que je m’adresse.  À vous qui avez entrepris le grand virage, qui avez commencé à délaisser le monde de la perception pour retrouver votre véritable Essence.  Motivé par le beau, le vrai, le bon, le juste, vous n’avez plus peur de pénétrer en vous pour écouter ce son sublime qu’est le silence.  C’est ainsi que vous avez appris à remonter de la matérialité à l’Esprit et que vous faites à présent briller votre Lumière intérieure.

L’ÉTUDE DES TEXTES ANCIENS

Que vous étudiez les livres sacrés des différentes religions, les légendes, les mythes et les cosmogonies de toutes les anciennes civilisations ayant foulées notre sol, vous arriverez à la même conclusion. Derrière la création de notre monde se trouve une puissance invisible, ineffable et mystérieuse qui est à l’origine de notre passage ici-bas.  Les textes proclament également que derrière le chaos apparent, un ordre mystique et divin organise et gouverne le Tout.  Cet ordre est soumis à différents cycles et est responsable de notre involution dans la matière, ainsi que notre possibilité d’évolution à travers l’Esprit.

Cette involution, que nous traiterons en détail un peu plus tard, est d’ailleurs confirmée par les récentes découvertes archéologiques, nous démontrant hors de tout doute l’existence de civilisations beaucoup plus avancées que nous sur le plan technologique et spirituel.  Bien que certains hommes de sciences n’osent remettre en doute leurs déductions, d’autres envisagent actuellement de nouvelles hypothèses, quant à notre histoire.  Ils entrevoient, au travers des cycles, une constante qui nous amène à prendre conscience de l’endroit où nous nous trouvons présentement: à la fin des Temps.  ( Lisez bien ici « à la fin des temps », et non à la fin de la Vie. )

En effet, nous sommes à la fin des Temps.  Si vous êtes le moindrement observateur, vous avez remarqué les nombreux changements climatiques et environnementaux qui secouent notre mère la Terre depuis plusieurs années.  Vous êtes témoin du déclin de l’humanité, des guerres qui font ravages, de la violence qui teinte nos relations, des hommes politiques corrompus, des secrets mondiaux nous gardant prisonniers de l’ignorance.   Cependant, toute personne qui chemine consciemment ne doit pas s’arrêter à ces seules constatations.  Ceux et celles qui font partie de la deuxième catégorie de gens se doivent de comprendre dans quelle spirale descendante l’humanité se trouve, et surtout, pourquoi nous nous trouvons à ce stade-ci du cycle.  Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons en tirer des conclusions valables pour l’ensemble de notre race.

Chacun d’entre nous avons un rôle à jouer.  Et cela débute par la prise de conscience que malgré l’avenir inquiétant qui nous attend, nous sommes maître de notre destinée.  Nous avons en nous le pouvoir de choisir notre voie.  Or, pour cela, il nous faut retourner à la Source, à l’origine de qui nous sommes réellement.  Humain ou Esprit?  Pourquoi pas les deux…

LA TRADITION

«Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous?»  Cette triple interrogation concernant nos origines et notre devenir en tant qu’humanité peut trouver réponse au travers de la Tradition Primordiale.  Quel que soit l’état de déformation dans laquelle celle-ci nous parvient actuellement, tout esprit averti peut y reconnaître les grandes vérités universelles et s’éveiller, à l’annonce de celles-ci.  Bien sûr, là où il y a de l’homme il y a de l’hommerie.  Voilà pourquoi la Connaissance issue des premiers âges de l’humanité a été manipulée.  Toutefois, derrière la corruption et la mutinerie luit encore et toujours la lumière de la Vérité.

En analysant attentivement l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres, nous constatons que chacun des éléments de réponse que nous obtenons pointe vers la même direction: le microcosme est semblable au macrocosme.  En d’autres termes, de même que notre Univers a eu un commencement et aura une fin, l’humanité est soumise aux mêmes influences et est liée au même Cycle du Temps.  Le Cosmos, après avoir connu l’état de perfection ( l’Unité primordiale ) a vécu un « accident » ( le Big Bang ).  Et c’est ainsi que l’homme, après avoir vécu au Jardin d’Éden, s’est vu expédié du Paradis et s’est trouvé engagé dans un processus d’involution spirituelle.

À maintes reprises au cours de notre histoire, nous avons exploré ces différents états.  De l’Unité, nous avons basculé tranquillement vers la dualité, jusqu’à atteindre la fin du Cycle.  S’ensuit un grand bouleversement, une destruction connue sous le nom de Déluge dans nombreux textes, entraînant la fin de notre monde et la naissance d’une nouvelle humanité.

LE BOULEVERSEMENT ACTUEL 

Si on s’en tient à ce que nous entendons au téléjournal du soir, les choses vont mal!  Voilà ce qu’on nous transmet comme information.  Tout le monde s’entend sur ce point, mais combien acceptent dans leur conscience qu’il y a plus à faire que de simplement s’indigner…  Bien sûr, il faut d’abord savoir que les choses vont mal si nous voulons les améliorer.  Mais après l’indignation, il y a sûrement un autre pas qui peut être entrepris.  Sinon, les Anciens n’auraient pas perdu leur temps à nous laisser autant d’indices pour comprendre le grand mystère qui nous entoure.  Si vous voulez avoir plus d’informations sur le sujet, je vous conseille fortement de consacrer 1h45 de votre temps à regarder ce documentaire de Jacques Grimault.  Je vous garantis que vous n’observerez plus le monde de la même façon après avoir visionné cette œuvre.

La Révélation des Pyramides

Regardons maintenant les choses en face.  Oui, les choses vont mal.  Elles vont même très mal.  Nous ne vivons pas simplement une petite crise de civilisation.  Nous sommes en plein bouleversement, en pleine crise spirituelle dont la finalité est déjà connue par une poignée de gens.  L’heure n’est plus aux prises de conscience.  Bien que certains individus œuvrent actuellement au bien-être de Gaïa, aucun redressement collectif ne sera assez puissant pour changer le cours des choses.  La mécanique de purification de ce monde est enclenchée déjà depuis bien longtemps, quoi que nous en disent nos gouvernements.  Trop nombreux sont ceux et celles qui se sont éloignés de leur centre Sacré et qui se sont perdus dans cette matrice artificielle qui règne actuellement sur Terre.  Et ils ne s’éveilleront que lorsqu’ils verront arriver sur eux le fléau de leur ignorance.

LES CYCLES FONDAMENTAUX

L’Univers dans lequel nous évoluons est régi par des cycles fondamentaux, ce qui fait que nous sommes soumis à une succession de phases évolutives et involutives.  Nous connaissons tous, à certains stades de notre vie, de grands mouvements ascendants, suivi de spirales descendantes.  Ces mouvements, comparables à une pulsation, ne peuvent être représentés par une ligne droite, mais plutôt par un cercle.  Ils représentent le « temps de vie », rythmé par des cycles que l’on peut qualifier et quantifier.

Ainsi, le Temps et ses pulsations incessantes guident nos pas, en révélant une harmonie transcendante.  Se comparant aux cycles du cours des astres, les cycles de la vie terrestre dialoguent avec le Cosmos grâce à leur langage commun: celui des nombres.  Nous pouvons faire un parallèle avec la science qu’est l’astrologie: l’étude des cycles fondamentaux du macrocosme nous révèle à quel point nous sommes liés aux astres.  Le mouvement du soleil et de la lune influence nos propres rythmes vitaux et est à la base de nos cycles biologiques.

Les Égyptiens, il y a de cela des millénaires, étaient parvenus à établir un calendrier luni-solaire d’une grande perfection, tenant compte à la fois des mouvements de la Terre, y compris de la précession des équinoxes, du système solaire, mais aussi de certaines étoiles.  Nos Ancêtres savaient, grâce à l’observation qu’ils avaient faite du Cosmos, que la Terre est à l’image du Ciel.  Voilà pourquoi ils avaient disposé nombreux temples, monuments et cités selon les figures mêmes des constellations.  Pour eux, c’était une façon de mettre le microcosme en accord le plus possible avec le macrocosme.

Les anciennes civilisations nous enseignent donc l’Unité du monde, l’interaction entre le Cosmos et la Terre, entre le monde invisible et visible.  Elles nous enseignent que macrocosme et microcosme sont en relation constante, que par leur mouvement cyclique ils maintiennent l’équilibre et l’harmonie au sein de l’Univers.  L’étude que nos ancêtres ont faite des astres nous démontre que de par leurs positions, ils sont responsables de l’ambiance cosmique et terrestre.  Loin de diminuer notre libre arbitre et de dicter notre destin, les astres nous placent parfois en situation favorable, parfois défavorable.  Ils nous informent de nos possibilités, ils sont les phares qui éclairent notre route.

«Un nouveau domaine de la science, qui lance un défi à la science elle-même, paraît aujourd’hui sur la scène.  Comment l’ensemble des créatures terrestres, les plantes, les animaux, l’homme lui-même, sont-ils influencés par des modulations cosmiques presque impalpables? L’homme est inextricablement lié au reste de l’Univers non seulement par l’intermédiaire des instruments qu’il a lui-même inventés, mais aussi grâce à la stupéfiante sensibilité de sa propre substance.» Frank A. Brown Jr.

Les cycles fondamentaux du Temps ont comme conséquence d’expliquer pourquoi le temps de l’humanité, l’Histoire, est soumis à ces pulsations, ces respirations, cette succession ininterrompue de progrès et de déchéances, de grandeur et de décadence. «La permanence invariable est impossible; le soleil arrivé à son zénith doit décliner; telle est la loi universelle de progression et de régression…» Le livre des Mutations

LES 4 ÂGES: L’ÉLOIGNEMENT PROGRESSIF DU PRINCIPE CRÉATEUR

Nous allons à présent nous lancer dans l’étude des nombres, cette science utilisée par les Anciens, leur permettant d’établir une structure quadripartite du temps.  Outre les Anciens, nous retrouvons dans la plupart des traditions une répartition de la durée de l’humanité en 4 âges bien distincts, âges désignant les 4 paliers majeurs d’une dégradation progressive des qualités spirituelles originellement accordées à l’homme.  Cette descente représente l’éloignement de l’humanité par rapport au Principe Créateur, l’homme se séparant de plus en plus de Dieu, à mesure que le temps s’égrène.

C’est à la tradition hindoue que nous devons l’étude de ces grands cycles cosmiques, représentant l’Involution de l’homme au travers les 4 Âges successifs.  À elle vont se greffer les éléments tirés des autres traditions, qui vont s’inscrire selon une logique et une précision notables.

«La doctrine hindoue enseigne que la durée d’un cycle humain, auquel elle donne le nom de Manvantara, se divise en 4 âges, qui marquent autant de phases d’un obscurcissement graduel de la spiritualité primordiale; ce sont ces mêmes périodes que les traditions de l’antiquité occidentale, de leur côté, désignaient comme les Âges d’or, d’argent, d’airain et de fer.  Nous sommes présentement dans le 4e âge, le Kali-yuga ou âge sombre, et nous y sommes, dit-on, depuis déjà plus de six mille ans, c’est-à-dire depuis une époque bien antérieure à toutes celles qui sont connues de l’histoire classique.  Depuis lors, les vérités, qui étaient autrefois accessibles à tous les hommes sont devenues de plus en plus cachées et difficiles à atteindre; ceux qui les possèdent sont de moins en moins nombreux, et si le trésor de la sagesse «non humaine» antérieure à tous les âges, ne peut jamais se perdre, il s’enveloppe de voiles de plus en plus impénétrables qui les dissimulent aux regards et sous lesquels il est extrêmement difficile de le découvrir.  C’est pourquoi il est partout question, sous des symboles divers, de quelque chose qui a été perdu, en apparence tout au moins et par rapport au monde extérieur, et que doivent retrouver ceux qui aspirent à la véritable connaissance; mais il est dit aussi que ce qui est ainsi caché redeviendra visible à la fin de ce cycle, qui sera en même temps, en vertu de la continuité qui relie toutes choses entre elles, le commencement d’un cycle nouveau».  René Guénon, La crise du monde moderne

C’est René Guénon qui a donné la clef chronologique de cette tradition hindouiste des cycles du temps.   Le Manvantara dure donc 64 800 ans et se sud-divise ainsi:

  • Le Krita Yuga, l’Âge d’Or: 25 920 ans
  • Le Trêtâ Yuga, l’Âge d’Argent: 19 440 ans
  • Le Dwâpara Yuga, l’Âge d’Airain: 12 960 ans
  • Le Kali Yuga, l’Âge de Fer: 6480 ans

Voici comment la Baghavata Purana ( chef-d’œuvre de la littérature sanskrite ) qualifie ces 4 Âges:

  • Âge d’Or: L’organe interne et l’intelligence participent surtout de la Bonté, on se complaît dans la science de l’austérité.  L’harmonie règne sur Terre.
  • Âge d’Argent: Les êtres se vouent au devoir, à l’intérêt, au plaisir, et à la passion.  Or, l’harmonie n’est maintenue que par des efforts individuels et collectifs.
  • Âge d’Airain: C’est le règne de la cupidité, de l’insatiabilité, de l’orgueil, de l’imposture, de l’envie, au milieu d’œuvres intéressées.  Cette époque mêle la passion à l’obscurité et marque le début de la désintégration des règles de vie et des consciences.
  • Âge de Fer: C’est le règne de la tromperie, du mensonge, de l’inertie, du sommeil, de la malfaisance, de la consternation, du chagrin, du trouble, de la peur, de la tristesse.  Cette période est exclusivement ténébreuse.  Tout s’effondre et prépare l’Âge d’Or suivant.

Qui ne peut être d’accord avec la réflexion de René Guénon, lorsque nous observons l’état actuel des choses sur notre Planète?  «Nous savons par toutes les données traditionnelles que nous sommes depuis longtemps déjà dans le Kali-Yuga; nous pouvons dire sans aucune crainte d’erreur que nous sommes même dans une phase avancée de celui-ci, phase dont les descriptions données dans les Puranas répondent d’ailleurs, de la façon la plus frappante, aux caractères de l’époque actuelle…» Formes traditionnelles et cycles cosmiques

Il semble juste de dire que d’après toutes les indications fournies par les doctrines traditionnelles, nous soyons entrés dans la phase finale du Kali-Yuga, dans la période la plus sombre de cet Âge de Fer.  Et que dans l’état actuel des choses, nous ne pouvons nous en sortir que par un cataclysme, un simple redressement de la situation n’étant plus possible.

LA CHUTE

Voici donc ce que vient mettre en lumière la succession des 4 Âges: au départ, il y a le Principe Créateur.  Puis, se produit un événement que certaines religions appellent la Chute ou la sortie du Lieu primordial.  C’est alors que débute notre involution dans la matière.  Plusieurs cosmogonies nous parlent de cette fameuse Chute; or, bien peu s’intéressent à la cause première, à la raison qui explique le pourquoi de cette sortie du Paradis?  La première question à nous poser ici est: «la Chute est-elle un accident fortuit ou la conséquence inéluctable de la Création elle-même?»

L’histoire qu’on nous a enseignée à travers Adam et Ève vient-elle répondre à cette question?  Ou n’est-ce qu’un stratagème employé pour voiler la vérité?  Et si derrière tout ce drame qui est advenu au Jardin d’Éden se cachait autre chose que ce qu’on veut bien nous laisser croire?  Voilà ce que nous tentons de démystifier, à travers l’observation et la connaissance des Cycles fondamentaux.  Et plus nous acquérons de connaissance en ce domaine, plus nous réalisons que la sortie hors du Paradis, notre « Chute dans la matière », n’a rien de fortuit.  Ce n’est pas la conséquence de deux jeunes âmes ayant fait un mauvais choix.  La cause est en lien avec la Création elle-même.  

Comment le Un, l’Esprit, Dieu, appelez-le comme bon vous semble, aurait-il pu se connaître, faire l’expérience de lui-même, s’il n’avait eu que la Réalité Ultime?  Comment aurait-il pu se connaître, en tant que Créateur, s’il n’avait pas émergé de l’état d’Unité?  Voilà la cause véritable de notre chute dans la matière.  Voici pourquoi il y eut ce divorce cosmique originel, cet événement premier a l’origine du cycle derrière toute chose.  Le Un s’est fragmenté en milliards de particules, pour pouvoir faire l’expérience de qui il est.  Depuis lors, nous sommes soumis à d’incessants cycles, qui ne sont que le reflet du Cycle fondamental de la Création.

Cette connaissance, transmise par la Tradition, est devenue depuis notre chute, quasi incompréhensible pour le commun des mortels.  Nos capacités intellectuelles ainsi que psychiques étant diminuées en cet Âge de Fer, nous avons tendance à perdre notre Vision d’antan.  Nous ne percevons plus le Cycle dans sa globalité, mais avec une conscience étroite et limitée; d’où notre résistance au changement ainsi que  la souffrance née de l’oubli de notre véritable nature.

LE CYCLE DIVIN PRIMORDIAL

Voici comment nous pourrions résumer la succession du cycle divin, le geste créateur à l’origine de notre involution dans le monde du Temps et de la matière: Esprit—Énergie—Matière—Vie.  Et de ce premier mouvement est né le flux et le reflux de toute vie, la montée et la descente, le Ciel et la Terre.  Nous provenons donc de l’Esprit et aspirons à retourner vers Lui.

La science nous place de plus en plus devant ce fait incontestable: la Création est advenue et continue d’advenir du plus simple au plus complexe.  En outre, elle se fait de l’énergie à la matière, de la matière au vivant, et du vivant au pensant.

LES 3 MONDES ET LA TETRAKTYS

Reprenons l’analyse de ce processus divin d’une autre manière.  Pour ce faire, nous aller étudier un des plus inépuisables de tous les symboles: la Tetraktys pythagoricienne.

La Tétraktys Pythagoricienne ou Quaternaire est un nombre représenté par 10 chiffres disposés en triangle.

Le mot Tétraktys signifie «quadruple éclat rayonnant».  Ce mot évoque le nombre 4 (Tétra) et une lumière rayonnante (Actys).  Les pythagoriciens affirmaient qu’en elle se trouvent la source et la racine de l’éternelle nature, que tout dérive d’elle et que tout y remonte.

Pythagore appelait la Tétraktys le Nombre de l’Univers.  La disposition pyramidale des dix premiers nombres étagés sur quatre niveaux représente le schéma du Cosmos tout entier.  Dix est le Nombre de la Plénitude, de l’Harmonie, de la Perfection.

Il est à noter que la durée respective des 4 Âges étudiés plus haut, soit l’Âge d’Or, d’Argent, d’Airain et de Fer, est proportionnelle à 4, 3, 2, 1, c’est-à-dire aux quatre étages de la Tétraktys de Pythagore.  Cette succession pyramidale représente donc, de façon inversée, les durées proportionnelles des 4 Âges  d’un Cycle d’Humanité.

Tout le mystère de l’Espace et du Temps, qui sont les bases métaphysiques mêmes de la création, se trouve contenu dans le symbolisme des 2 étages inférieurs de la pyramide: 3+4=7; 3×4=12.  En effet, 7 et 12 sont les Nombres fondamentaux des structures de l’Espace et du Temps.

De plus, la Tetraktys représente essentiellement les 3 Mondes: au sommet, la trinité chrétienne, le Premier Monde, Dieu.  Le second niveau, avec ses 3 points, exprime principalement le Second Monde, celui, invisible, des Lois et des Formes. L’étage inférieur représente enfin le 3e Monde, celui de la manifestation matérielle et physique: les 4 points cardinaux, les 4 éléments, les 4 Âges d’un cycle, etc.

Étant donné l’analogie universelle macrocosme-microcosme, les 3 Mondes représentent également l’homme dans sa triplicité fondamentale: corps-âme-esprit.

DE L’INVOLUTION À L’ÉVOLUTION

La connaissance de la cyclologie et de la Tétraktys reste un concept abstrait, voire absurde, si nous ne pouvions nous positionner, en tant qu’individu, dans cette géante architecture que constitue les 3 mondes et si nous ne comprenions pas que le processus de l’involution collective offre également la possibilité de notre remontée individuelle vers l’État d’Unité, notre état primordial.  En outre, cette connaissance nous amène à nous voir dans notre entièreté, non pas comme un homme ou une femme au destin tragique et inéluctable, mais bien comme un Être spirituel, cheminant vers des sommets de plus en plus élevés.

«Les choses aspirent avec un violent désir à une existence plus haute, et cette existence se tend vers elle et les aspire.  La création est aspirée par la vie divine vers laquelle il entraîne le monde, s’il est fidèle à sa loi.» Raymond Christoflour, La drachme perdue

C’est ce dont l’étude des cycles nous fait prendre conscience.  Les cataclysmes qui ont frappé la Terre et qui la frapperont à nouveau n’effraient que les âmes perdues, celles qui voguent dans l’obscurité et qui ont renoncé au libre arbitre.  Pour les autres, la liberté de choisir leur offre une échelle salvatrice.  Pour ceux-là, vous savez ce que vous avez à faire.  Faites le silence en vous et laissez briller votre Être intérieur.   La Terre aura grand besoin de vous quand le fléau de l’ignorance humaine frappera à nouveau et que nous aurons à recréer un monde plus lumineux.

Nous ne pouvons nier notre condition terrestre.  Nous ne pouvons nier le fait que nous soyons ici, sur Terre, que nous avons un corps, que nous connaissons la souffrance et que nous expérimentons différents états, les uns agréables, les autres moins agréables.  Or, au-dessus de notre condition humaine, au-delà du Temps et de l’Espace se trouve l’état impermanent de notre Être.  En là réside notre Salut, en là réside notre véritable potentiel.  Nous sommes libres d’ascensionner, d’élever notre conscience et de remonter les marches une à une.  De même, nous sommes libres de passer au travers des mailles du filet qui nous est tendu, et de nous perdre à jamais.

LE CENTRE DIVIN

Pour ceux et celles qui me suivent toujours, nous sommes prêts à agrandir notre vision encore un peu plus.   Nous avons vu que l’Univers tout entier est soumis à des cycles fondamentaux, nous avons découvert que nous pouvons diviser le cycle cosmique en quatre Âges distincts et que nous sommes actuellement au 4e âge, soit l’Âge de fer où tout s’écroule pour recommencer un nouveau cycle.  Si vous acceptez en votre for intérieur que vous êtes beaucoup plus qu’un corps, que vous êtes un Esprit avant tout, vous pourrez accepter ce qui suit.  En fait, votre Être s’éveillera à la lecture de ces mots.

Le fait de nous situer, en tant qu’individu, dans la mouvance éternelle de nos cycles, tant au niveau biologique, historique, que cosmique, est la première étape.  La seconde est de fixer notre regard non sur l’effet, mais sur la cause, sur ce qui est à l’origine de tout cycle: la Source, le Moyeu de la Roue cosmique, le Centre divin.  Eh oui, au-delà de la trajectoire de tous les cycles se trouve un Point pur qui en est le Centre, une pièce centrale qui fait tourner la roue.

L’ÈRE PRÉCESSIONNELLE ET LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES

Nous allons à présent étudier plusieurs données cyclologiques, qui viennent se juxtaposer aux 4 Âges de la Tradition hindoue, la première donnée étant l’unité chronologique fondamentale: l’Ère précessionnelle, ainsi que son fondement astronomique: la précession des équinoxes.

Nous savons que la Terre tourne autour de son axe en 24 heures et autour du soleil en 365 jours 1/4.  Par contre, sa rotation journalière ne s’effectue pas autour d’un axe perpendiculaire au plan de rotation annuel ( l’écliptique ), mais incliné sur ce plan de 23º 27ʹ.  C’est cette inclinaison de l’axe de la Terre par rapport à l’écliptique au centre duquel se trouve le soleil qui détermine l’inégalité du jour et de la nuit selon les saisons.

L’inclinaison des pôles de la Terre n’est pas fixe par rapport à la sphère des étoiles.  Tout en gardant la même inclinaison par rapport au plan de l’écliptique, la Terre est animée d’un troisième mouvement cyclique: telle une toupie, elle voit l’axe de ses pôles accomplir un vaste mouvement de giration autour de la perpendiculaire à l’écliptique, en 25 920 ans .  Pour les plus visuels d’entre vous, je vous suggère de regarder cette courte vidéo:

Précession des équinoxes

L’axe de la Terre au cours des millénaires décrit un cercle et change légèrement d’inclinaison.  De ce fait, l’équateur change également d’inclinaison.  Alors, si l’équateur change d’inclinaison, le jour de l’équinoxe change aussi avec le temps, puisqu’il y a équinoxe quand le soleil se trouve à la verticale de l’équateur.  Au troisième millénaire avant Jésus-Christ, le soleil se projetait le 21 mars dans la constellation du Taureau.  Au temps de Jésus, il se projetait entre les constellations du Bélier et du Poisson.  De nos jours,  il se trouve à la limite de cette dernière et au cours des siècles à venir, le soleil se projettera en Verseau, raison qui explique pourquoi on entend beaucoup parler d’un début de l’ère du Verseau.

Les Anciens connaissaient non seulement cette réalité astronomique, mais également l’importance religieuse et sociale de celle-ci.  En effet, il se produit, à tous les 2160 ans environ ( 25 920 ÷ 12 ) une transformation sociale et religieuse, en rapport avec le nouveau signe stellaire.  C’est ce que nous enseigne la science qu’est l’Astrologie.  Tous les 2160 ans, nous séjournons dans un nouveau signe, qui influence à sa façon les civilisations, qui qualifie l’atmosphère de l’époque.

LA SCIENCE DES NOMBRES

Le Tout se trouve rythmé par le Cycle fondamental de la précession des équinoxes, cycle s’échelonnant sur 25 920 ans.   Si nous retournons aux données de la tradition hindouiste vues précédemment, le Manvantara,  ou Cycle d’Humanité, comprend donc 2,5 cycles précessionnels.  ( 25 920 x 2,5 = 64 800 ans ).  Dans ce même Cycle d’Humanité, nous retrouvons 5 « Grande Années » de 12 960 ans ( 12 960 x 5 = 64 800ans.  Puis les ères précessionnelles, qualifiées chacune d’un signe du zodiaque, et qui constituent l’unité cyclique de l’ensemble: le Cycle d’Humanité comprend donc 30 de ces ères zodiacales, d’une durée de 2160 ans chacune ( 2160 x 30= 64 800ans ).

Je vous amène à remarquer que dans notre hypothèse, la distance entre le Déluge de l’Atlantide et le Déluge de Noé représente 3 ères zodiacales, soit la moitié d’une Grande Année ( 6480 ans ) et la distance qui nous sépare de la fin de l’Atlantide correspond à une Grande Année entière ( 12 960 ans ).

Ainsi, sur le tableau de notre Cycle d’Humanité, nous pouvons pressentir en quelle position cruciale et critique nous nous trouvons, selon la science des nombres.  En cette période de transition entre l’ère du Poisson et l’ère du Verseau, l’enseignement de la Tradition nous démontre que nous sommes bel et bien à l’aube d’un nouveau départ, à la fin d’un cycle et au commencement d’un autre.

«Tout cela est par écrit, de longue date, ici dans nos temples, et sauvé de l’oubli; mais chez vous et chez les autres peuples, l’écriture à chaque fois, se trouve de constitution récente, ainsi que toutes les autres nécessités de la civilisation, quand revient, à intervalles réglés, comme une maladie, fondre sur vous le torrent du ciel, ne laissant survivre que les illettrés et les gens incultes; de sorte que vous recommencez comme une nouvelle jeunesse, ne sachant rien de ce qui , ni en ce pays ni en le vôtre, a pu se passer dans les temps anciens… D’abord vous ne mentionnez sur terre qu’un seul déluge alors qu’il y en a eu bien d’autres avant…Mais vous n’en savez rien parce que les survivants, pendant plusieurs générations, sont morts sans qu’à l’écriture ils aient confié leur voix.» Platon, Le Timée

CYCLOLOGIE DE L’ÂGE DE FER

Au fur et à mesure que nous avançons vers la fin de ce Cycle d’Humanité, en nous référant à la Tradition, nous pouvons retracer des dates de plus en plus précises, nous permettant de comprendre dans quoi nous sommes engagés.  Le tableau de la succession des quatre Âges, ordonnée selon la Tetraktys de Pythagore (4-3-2-1-), nous fournit les données essentielles.  Le Cycle d’humanité s’échelonne sur 64 800 ans.  L’Âge d’Or représente le Paradis primordial, les Âges d’Argent et d’Airain correspondent à la Protohistoire et finalement, l’Âge de Fer identifie cette période, du déluge de Noé à la Fin des Temps et au début d’un nouveau cycle d’humanité.

«Où sommes-nous?»  Nous sommes actuellement à la toute fin de cette période de 6480 ans.  «Où allons-nous?»  Telle est LA question.  Que nous le voulions ou non, que nous dormions profondément ou que nous soyons éveillés, nous sommes tous embarqués dans cette incroyable aventure humaine, dans ce navire qui s’apprête à chavirer pour alléger son fardeau… Et chacun d’entre nous est libre  d’explorer ce navire à notre façon.  Nous pouvons nous en remettre au commandant: «tout va bien, ne vous en faites pas, je vous mènerai à bon port…»  Pour ma part, je préfère lever les yeux au Ciel et y découvrir ma Vérité.

À tous ceux qui ne sont plus plongés dans un état amnésique, vous savez que la décadence de notre civilisation actuelle n’a rien d’un accident fortuit, que la condition humaine n’est pas dépourvue de sens et que déterminisme et liberté cohabitent en chacun d’entre nous.  Vous savez, au plus profond de votre Être, que lorsque nous serons parvenus à cette fin du Cycle, il y aura plusieurs façons pour vous de « sortir » de ce Temps.  La connaissance de la Tradition nous prouve que notre attitude présente, les choix que nous faisons, dans l’instant présent, détermineront le devenir de notre Humanité.

LE DEVENIR DE L’HUMANITÉ

Quiconque qui, par l’écoute de son intuition, a pris conscience d’être une parcelle d’esprit, une âme et un corps immergé dans la matière temporairement sait qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir.  Celui qui a retrouvé en lui cette Présence qui l’habite, l’Esprit, comprend les sages paroles d’Hermès Trismégiste:

«L’homme est un vivant divin, qui doit être comparé non pas au reste des vivants terrestres, mais à ceux d’en haut, dans le Ciel, qu’on nomme Dieux…»

Notre transformation progressive, de l’énergie en matière, ne doit pas être vécue comme un drame, puisqu’à la fin, cette transformation est réversible.  L’énergie spirituelle nous habite, même dans le monde de la matière.  En fait, cette énergie vit son aventure dans le plan physique, à travers nous, et, le Cycle achevé et l’incarnation humaine étant accomplis, retourne à l’Esprit, avec nous.

Il y a 127 ans à la Salette, Marie implorait:

«J’adresse un pressant appel à la Terre; j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux; j’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit; enfin j’appelle les apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans le mépris du monde et d’eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l’humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l’oraison et la mortification, dans la chasteté et dans l’union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde.  Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la Terre.  Allez, et montrez-vous comme mes enfants chéris; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la Lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheur.  Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ.  Combattez, enfants de Lumière, vous le petit nombre qui y voyez; car voici le temps des temps, la Fin des fins!»

Unissons-nous à Sa voix, maintenant que montent les Eaux du dernier Déluge, et construisons l’Arche.

CONCLUSION

L’essentiel du prophétisme et de l’étude du Cycle du Temps n’est pas la prédiction, mais le dévoilement progressif du dessein de Dieu sur le monde.  Bien que ces disciplines annoncent avec une grande précision certains événements à venir, leur fonction première est de rappeler à l’homme la précarité de sa condition humaine et surtout, l’existence d’un sens transcendant à l’Histoire, au milieu d’événements cataclysmiques et chaotiques.

L’humanité sera toujours soumise à de grandes menaces et le seul moyen d’y survivre réside dans la connaissance approfondie de qui nous sommes, des Êtres libres, capable de choisir la voie menant à l’immuable.

«Sur le chemin de la Vérité, on ne peut commettre deux erreurs: ne pas s’y engager, et ne pas aller jusqu’au bout.» Bouddha

LES CYCLES DE L’HUMANITÉ À TRAVERS LE TEMPS :

Virginie Tanguay

Facebook: https://www.facebook.com/lecon218/
Son site internet: www.lecons-de-vie.com

Policière de formation, j’ai vécu, il y a de cela un an, une profonde transformation intérieure.  Un appel à élargir mon niveau de conscience et à travailler dans le but d’éveiller mon entourage.  Je suis devenue rapidement une passionnée de développement personnel, ce qui m’a amené à lancer mon blog récemment, pour inspirer les gens et pour comprendre les mystère de la vie. Je me suis découvert un intérêt pour l’écriture, et j’aimerais me servir de ce talent pour influencer la société de façon positive.
Si vous avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas!!

4 réflexions au sujet de « LES CYCLES DE L’HUMANITÉ À TRAVERS LE TEMPS »

  1. Sonia

    C’est édifiant et stupéfiant. J’ai visionné le film et lu l’article. Je vous remercie sincèrement pour cette prise de conscience comme je vous remercie, également, de m’avoir ouvert les yeux du coeur.

    Répondre
  2. laurent

    transcendant … merci infiniment …. enfin un article sur l’Humanité et son Histoire, enfin quelques réponses sur l’Avant, l’Après, le Pourquoi, le Comment … et bien encore!

    merci ! <3

    Répondre
  3. Étirév Anwen

    Bonjour,
    Dans son ouvrage « Le cycle de l’humanité adamique » (1973), Jean Phaure, à la page 161 dit :
    « Pareils à ces prisonniers de Platon enfermés au fond d’une grotte, nous savons que ce que nous contemplons n’est que le reflet de la réalité véritable. Nous n’avons pas encore le droit de nous retourner et de regarder la Lumière en face. Parce que les temps ne sont pas encore venus… »
    À votre avis, « Les temps » sont-ils, aujourd’hui, venus ?
    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *