La culture occidentale nous empêche d’aimer à un niveau plus profond que ce qui est physique

de | 2 février 2018

culture occidentale

Image crédit: Shutterstock

La culture occidentale nous empêche d’aimer à un niveau plus profond que ce qui est physique

La culture occidentale est obsédée par le choix.  Ou plutôt, par la possibilité. Les deux coexistent dans le sens où nous voulons faire le choix qui maximisera le résultat de chaque situation possible, et nous ne voulons pas laisser de place au hasard. Pourtant, ce qui nous semble le plus important (sans doute), nous le laissons au hasard: l’amour.

On nous a appris que ce serait une tâche sans effort. Que c’était passif; pas quelque chose que nous choisissons, mais une chose sur laquelle nous trébuchons sur un jour, et avec une fin parfaite, « heureux pour toujours ». Nous oublions que globalement, nous sommes les seuls à voir l’amour comme la raison pour laquelle nous devons nous marier, et il s’agit d’une approche adoptée seulement depuis peu de toute façon.

Alors regardons-le d’un autre point de vue. Des études ont montré que l’amour dans les mariages choisis pour l’ amour s’estompe après environ deux ans, mais l’amour dans les mariages arrangés se développe progressivement et est épanoui après environ cinq ans. Les mariages arrangés sont, évidemment, plus heureux . Ce sont eux qui abandonnent le choix, mais je pense que la culture occidentale craint cela parce que, encore une fois, nous accordons beaucoup d’importance à notre capacité de choisir. Et nous accordons encore plus de valeur à l’idée que l’amour nous «sauvera».

Nous choisissons de penser à l’amour comme quelque chose que nous ne choisissons pas . Nous négligeons le fait que le mariage est, dans un sens non romancé, un contrat légal de cohabitation, de procréation et de soins l’un pour l’autre jusqu’à la fin de notre vie.

Au lieu de cela, nous le voyons comme ce qui nous rendra heureux.

Il semblerait presque que la disponibilité du «choix» finisse par nous limiter. Nous devenons de moins en moins heureux à mesure que nous faisons de plus en plus de choix. Nous devenons paralysés avec la perspective d’obtenir la perfection, si la perfection pouvait être un de nos choix. Nous sommes optimistes de cette façon. Mais de manière dommageable, nous croyons aussi que la perfection n’est qu’une rencontre miraculeuse. Nous aimons appeler cela «ne pas s’installer». Mais est-ce vraiment cela?

Des preuves anecdotiques, de nos vies, et de la vie des personnes beaucoup plus expérimentées que nous, nous montrent que l’amour est quelque chose que vous devez vraiment choisir. La flamme que nous associons à l’amour, que ce soit la passion ou la convoitise ou simplement l’ancienne affection, a besoin d’être ranimée au fil des ans. Vous devez vous engager. Nous pouvons choisir d’aimer quelqu’un dans les moments difficiles.

Nous pouvons choisir d’être avec malgré le fait qu’il ne remplisse pas tous nos critères. Nous choisissons d’aimer les gens. Mais pouvons-nous choisir qui nous aimons? Évidemment oui.
Les mariages et les relations à long terme, dans notre monde idéal de conte de fées, commencent par la «passion», que nous croyons être le «coup de foudre» – ou, en d’autres termes plus réalistes, une montée d’hormones, d’adrénaline .

Le summum est le bonheur absolu, et s’il est jumelé avec la personne correspondant à nos attentes, nous croyons avoir trouvé «La bonne personne.» Ils correspondent à tout ce que nous recherchons chez quelqu’un. Il y a tellement de choses problématiques dans cet état d’esprit, je ne sais pas par où commencer. Les gens évoluent, et changent d’emploi et trouvent de nouveaux intérêts.

Notre idée de la personne parfaite évoluera. La personne qui était autrefois parfaite évoluera aussi.

Lorsque nous cessons de nous sentir heureux ou lorsque «La bonne personne» s’est transformée sans consulter nos propres idéaux, ou quand les hormones finissent par se calmer, nous voulons «ranimer la flamme». Mais c’est difficile quand nous ne sommes plus avec la même personne qu’avant. Ils ont changé, nos attentes n’ont pas été satisfaites. Nous ne comprenons l’amour que dans le sens où c’est une chose pour laquelle un effort minimum est requis, une émotion qui vient soudainement nous submerger. Nous ne laissons aucune place à la question, à l’incertitude, à l’échec. Et surtout dans une relation intime, l’hésitation est une fatalité.

Je ne recommande pas que nous commencions à organiser des mariages. Je ne recommande pas de rester dans des relations malheureuses. Je dis que nous devrions évaluer pourquoi nos relations sont malheureuses, et le faire à partir du point de vue que la plupart des gens ne prennent pas quand il s’agit de l’amour. Que l’amour le plus réel est celui qui est à un niveau beaucoup plus profond que ce qui est physique. Il ne s’effacera pas, il va grandir car vous l’avez choisi. Il va évoluer avec vous. Il va grandir à mesure que vous grandirez.

Article inspiré de :thoughtcatalog.com

Une réflexion au sujet de « La culture occidentale nous empêche d’aimer à un niveau plus profond que ce qui est physique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *