certaines décisions
Image crédit : Shutterstock

« Pardonnez-vous de ne pas être en paix. Dès l’instant où vous acceptez totalement l’absence de paix, celle-ci se métamorphose en paix. Tout ce que vous acceptez totalement vous conduit à la paix. C’est le miracle du lâcher-prise. Quand vous acceptez ce qui est, chaque moment est le meilleur qui soit. C’est cela l’illumination. » Eckart Tolle

Pourquoi prenons-nous certaines décisions ?

Tous ceux qui ont déjà fait face à une dépendance ou à une relation dysfonctionnelle, savaient que cela les rendait malheureux. De même que ceux qui ont suivi un régime amaigrissant avaient une petite voix dans leur tête qui leur disait de ne pas faire quelque chose, mais ils l’ont quand même fait.

Peut-être un alcoolique entend-il cette petite voix lorsqu’il se rend au magasin d’alcool et que ses pieds pressent la pédale pour continuer, ou peut-être acceptez-vous de participer à un événement avec un ami qui n’a apporté que de la négativité et du drame dans votre vie.

Les détails varient d’un individu à l’autre, mais presque tout le monde à un moment ou à un autre s’est retrouvé à faire un choix tout en étant conscient qu’il n’était pas bon pour lui. Pourtant, presque comme possédé, il a pris cette décision même si sa petite voix lui disait de ne pas le faire.

C’est presque comme si la personne n’avait pas le choix.

Malheureusement, nous vivons dans un monde qui prêche des choses comme «travaillez plus dur, plus vite, gagnez plus d’argent, contrôlez-vous et contrôlez vos actions par des méthodes de peur et de honte».

Toutes les choses découlent de problèmes émotionnels plus profonds ou de systèmes de croyances subconscients que l’esprit conscient ne parvient pas à voir facilement. Mais une nouvelle réalité a vu le jour.

Si prendre de bonnes décisions pour soi dépendait d’une plus grande maîtrise de soi, alors nous pourrions probablement facilement changer. Mais une meilleure maîtrise de soi n’est pas la solution. Donc de quoi s’agit-il?

Pour trouver la réponse, nous devons étudier la question suivante:

« Pourquoi continuons-nous à prendre certaines décisions alors que nous savons qu’elles sont mauvaises pour nous ? »

Plus nous penserons que nous sommes les responsables, plus nous nous blâmerons pour nos décisions. La clé ici est de s’abandonner.

Mais que signifie vraiment s’abandonner?

Et comment cela pourrait-il réellement changer nos vies pour le mieux? Nous grandissons dans un environnement qui nous fait croire que nous avons le contrôle sur tout dans nos vies.

Penser le contraire est une pensée terrifiante pour un ego qui veut s’occuper de tout. Mais le premier pas vers une existence plus épanouissante et vers de meilleurs choix pour nous-mêmes consiste à déclarer que nous ne sommes responsables de rien.

En voyant les choses sous cet angle, nous nous élevons à une vibration où tout devient «normal».

Pour un ego qui a l’habitude d’être jugé comme «bon» ou «mauvais», pour chaque émotion ou action, cela paraîtra étrange au début.

Par exemple, dans l’exemple du joueur compulsif, lorsque nous avons renoncé à notre prétendu « contrôle » de nos actions et que tout devient « normal », il peut sembler inauthentique d’être complètement d’accord avec le fait que nous sommes en négatif sur notre compte bancaire alors que nous sommes toujours assis à un jeu de machine à sous.

Mais savez-vous pourquoi tout va bien?

En réalité, tout ce qui se passe est censé se produire et cela n’arriverait pas si une partie de vous-même et de votre moi supérieur ne l’avait pas fait. En considérant que tout ce qui se passe naturellement est «normal», l’ego n’a plus aucun ennemi à juger ni à combattre.

Maintenant, comme nous l’avons appris auparavant, l’ego a besoin de quelque chose à juger pour survivre, c’est précisément pour cette raison pour que l’ego a peur de prendre des décisions qui ne peuvent pas être jugées «mauvaises». Dès que tout devient «normal», l’ego disparaît, c’est pourquoi cette étape peut être difficile à passer. Faites preuve de patience envers vous, cela ne se fera pas du jour au lendemain.

Réalisez que certaines souffrances sont nécessaires.

Car la souffrance est souvent un catalyseur de changement. Comment savons-nous ce que nous voulons si nous ne faisons pas l’expérience à maintes reprises d’une réalité que nous avons consciemment décidé de ne pas vouloir?

Plus nous croyons à notre propre contrôle sur nos vies, plus il est souvent nécessaire de souffrir avant de s’abandonner. Si vous êtes dans la souffrance de votre vie, cela ne peut être que parce qu’une partie de votre ego s’accroche toujours fermement à son pouvoir. Et c’est normal. Il y aura un moment dans votre vie, où la vie pourra vous mettre à genoux dans la soumission.

Vous vous retrouvez peut-être dans une telle douleur que votre seule option sera de faire le choix que vous aviez si peur de faire, et c’est là que votre histoire commencera.

Dès que vous cessez de croire en vous (votre volonté personnelle) et commencez à croire en un pouvoir plus grand que vous, votre esprit et vos pensées deviennent le portail par lequel un pouvoir plus élevé peut passer. Et si vous vous trouvez encore en train de faire les choix que vous tentez d’abandonner, vous devrez alors affirmer de nouveau votre acceptation.

Rien n’arrive par hasard et tout est là pour vous aider.

Le changement ne se produit souvent pas instantanément, et s’abandonner pacifiquement à chaque décision, émotion, pensée ou action permet à la résistance en vous de changer, de diminuer à chaque fois que vous choisissez des choses qui correspondent à votre plus grande sagesse.

Vous ne subissez rien qui ne puisse pas vous être bénéfique au final.

C’est pourquoi les meilleurs et les plus brillants d’entre nous ont encore besoin de faire de «mauvais» choix, même si ce n’est que pour continuer à pratiquer cette petite chose appelée amour inconditionnel, qui signifie s’aimer soi-même, quoi qu’il arrive.