Art : L’art élégant du « je m’en fous ou du ça m’est égal »

de | 25 juin 2018

Art : L’art élégant du « je m’en fous ou du ça m’est égal »

ça m est égal

Quand vous dites aux gens « ça m’est égal » , ils riront probablement de vous à moins qu’ils ne soient à l’une des conférences de Krishnamurti. Mais tout le monde comprend qu’il y a des moments dans la vie où la meilleure façon de réagir à un mauvais événement est de ne pas y accorder d’importance.

L’ art élégant :

Accorder de l’importance à quelque chose revient seulement à penser à ce qui s’est passé. Si quelqu’un a été désagréable avec vous au téléphone, et que vous y pensez souvent, ça ne vous est pas égal. Si vous raccrochez et haussez les épaules et ensuite vous allez faire un tour à vélo, alors ça vous est complètement égal.

Se soucier de quelque chose ne signifie pas nécessairement que vous faites quelque chose d’utile, mais ça donne cette impression. On a l’impression qu’il y a une sorte de justice quand vous accordez de l’importance à un moment précis. Mais ce n’est pas vrai, car se soucier de quelque chose en soi, ce n’est que penser, et penser à peu d’utilité en dehors de déterminer ce qu’il faut faire.

Les croyances les plus stupides et inébranlables de la pensée humaine : que la plupart des pensées en valent la peine, qu’en fait elles nous mènent quelque part. La plupart des pensées remplissent juste votre tête et vous éloignent de la vie qui continue de se dérouler devant vous. Elles ne vous conduisent pas à des décisions ou à des informations importantes, elles ne font que reprendre le moment présent, et peuvent d’autre part raccourcir votre vie.

On croit souvent que nos pensées accomplissent quelque chose simplement parce qu’elles sont chargées d’émotions, ou parce qu’elles concernent quelque chose qui est important à nos yeux, comme l’équité, le respect, ou l’état de la société.

Non. Elles ne sont utiles que dans la mesure où vous bougez votre corps et que vous faites quelque chose d’utile.

Cela ne veut pas dire qu’il faut toujours agir quand il s’agit de répondre aux innombrables contrariétés et grossièretés. En fait, généralement, vous ne pouvez rien faire, ou rien que vous ne soyez prêt à faire. Dans ce cas, qui je pense représente la grande majorité des cas,vous feriez mieux de ne pas y prêter attention.

Ne pas prêter attention à quelque chose ressemble à de l’apathie, mais ce n’en est pas. C’est tout simplement un refus de perdre votre temps et votre énergie avec des pensées alors que vous n’allez pas agir. Ainsi, quand vous accordez de l’importance à quelque chose, assurez-vous de comprendre ce que vous allez réellement faire en réponse à ce qui s’est passé.

Voici un organigramme pratique de cette art :

ça m'est égal

 

Ça peut être difficile de ne pas prêter attention à quelque chose. Vous devez vous y entraîner. Ça devrait être une compétence vitale à enseigner à nos enfants à l’école, à côté des maths, d’apprendre à lacer ses chaussures et de parler à des étrangers.

Je connais des gens qui racontent plusieurs fois les mêmes histoires concernant quelque chose de désagréable qui leur est arrivé il y a des années, ils n’ont pas réussi à passer à autre chose. Je suis sûr que vous avez ce genre de personnes dans votre entourage. Ne tombez pas dans cette folie.

Savoir comment ne pas accorder d’importance à une chose ne signifie pas que vous n’accordez d’importance à rien. Cela signifie simplement que lorsque vous accordez de l’importance à quelque chose, c’est volontaire. Vous avez une raison.

La clé et l’ art pour ne pas accorder d’importance à quelque chose, c’est de savoir quand l’envie d’accorder de l’importance à quelque chose monte. Cette envie commence toujours par des paroles de colère ou d’indignation dans votre tête, souvent sous la forme d’un retour intelligent ou d’un sermon interne de respect et de décence.

Vous pouvez commencer à jouer différents scénarios dans votre tête où vous montrez le délinquant qui est en quelque sorte le patron. Peut-être que vous vous glissez dans un fantasme de vengeance où (par exemple) vous courez après le véhicule comme le T-1000, et ils finissent par rentrer dans un arbre, et vous vous tenez là et vous riez les mains posées sur vos hanches.

Quand vous remarquerez que vous pensez à ce genre de chose, rappelez-vous que vous n’accordez pas d’importance à ça, et prêtez de nouveau attention au monde physique. Quel sera le prochain événement dans votre vie, maintenant que vous avez fait abstraction de ce regrettable petit incident qui vient juste d’avoir lieu ? Écoutez ce dont votre corps a besoin, afin de passer à cette autre chose.

Puis appuyez sur la détente. Composez ce prochain appel, courez le prochain kilomètre, mélangez ces boissons, montez sur ce vélo…tout ce qui vient logiquement ensuite dans la vie d’une personne qui n’accorde pas d’importance aux petites choses sans intérêt. Si vous avez très envie d’y accorder de l’importance, ignorez les.

Si vous avez aimé » Art : L’art élégant du « ça m’est égal » » partagez le avec vos proches…

Lire : (Je M’en Fiche, J’irai Quand Même ! – Quelle Autorité Avec Un Adolescent ?)

Ecouter chanson art : CHANSONS MOI J’M’EN FOUS – YVES MONTAND  Ecouter chanson art : Moi je m’en fous- Robert L’Herbier (1947)

Source : www.raptitude.com

PHOTO L’ art élégant : LOVECATZ

Après Art : L’art élégant du « je m’en fous ou du ça m’est égal » voir aussi:

Claire C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *