Les 4 étapes vers l’illumination sont terriblement effrayantes mais secrètement merveilleuses

de | 2 novembre 2017

étapes vers l' illumination

Image crédit : Shutterstock

Les 4 étapes vers l’ illumination sont terriblement effrayantes mais secrètement merveilleuses

Quelles sont les étapes que l’on peut suivre sur le chemin vers l’illumination? La première chose à retenir, ici au début, est que l’illumination n’est pas une destination mais une direction. Ce n’est pas une vérité, mais un processus. C’est à la fois imaginaire et réel. C’est seulement réalisable quand on comprend que c’est une chose irréalisable. Une fois que nous pouvons abandonner le besoin d’y parvenir, nous nous libérons pour que le processus se déroule, et nous devenons la réalisation. C’est l’horizon en constante expansion de l’épanouissement humain. Mais cela peut blesser comme l’enfer.

En effet, l’illumination n’est pas une promenade au parc. Le premier enseignant rencontré sur le chemin de l’illumination a tendance à être la Douleur elle-même. L’illumination est à la fois un compte rendu et une défaite, une expansion et une anéantissement. Les quatre étapes suivantes sont juste la pointe d’un iceberg beaucoup plus profond d’épreuves et de tribulations, plongé avec des seuils menaçants et des Rubicons sinistres. Si vous décidez de postuler, laissez votre invulnérabilité derrière. C’est une illusion de toute façon.

« Ne vous méprenez pas: l’illumination est un processus destructeur. Cela n’a rien à voir avec le fait de devenir meilleur ou d’être plus heureux. L’illumination est l’effondrement de la non-vérité. C’est à travers la façade du prétexte. C’est l’éradication complète de tout ce que nous avons imaginé pour être vrai. » -Adyashanti

Voici donc des étapes les plus effrayantes, mais secrètement merveilleuses, pour prendre le chemin de l’illumination.

Les 4 étapes vers l’illumination :

1. Vulnérabilité et autonomie

La vulnérabilité est vraiment effrayante. Mais pour pouvoir tirer parti de nos erreurs, nous amuser avec notre hypocrisie inhérente et avoir un bon sens de l’humour concernant notre faillibilité en tant qu’espèce imparfaite, il faut d’abord avoir la capacité d’être vulnérable, ce qui exige une auto-honnêteté brutale et une auto-interrogation impitoyable.

L’honnêteté brutale et l’auto-interrogation impitoyable nous obligent à faire face à nos propres démons. Cela nous force à surmonter nos faiblesses personnelles, et nos propensions malsaines et à remettre en question toutes les autorités, en particulier les nôtres. Cela force notre tête sur l’abîme de la condition humaine, brûlant notre âme avec la flamme inébranlable de la vérité: l’impermanence. Cela nous frappe le visage avec sa moquerie absolue de notre bonheur étant une chose qui peut être permanente. Cela choque en toute insouciance la toute grande blague cosmique, et on se rend compte que nous sommes le but de cette blague.

C’est pourquoi une stratégie particulièrement efficace pour atteindre un état de vulnérabilité et d’honnêteté est d’utiliser notre sens de l’humour. Quand nous rions de nous-mêmes, nous nous détendons.

Lorsque nous pouvons nous rire de nous-mêmes, nous nous permettons d’être « bizarre » pour nous attaquer au dilemme du moi avec un autre angle, nous imposer un état de vulnérabilité existentielle qui transforme l’âme en prisme où la lumière de la vérité peut briller. Prenez la forme de l’arc-en-ciel de l’honnêteté.

Et la douleur est la pilule terriblement belle, rouge brillant, épineuse et déchiquetée, que nous apprenons à avaler, encore et encore, avec un sourire diabolique-souciant et spirituellement masochiste sur notre visage trop humain.

2. Avaler la pilule rouge déchiquetée de la vérité

Sans la pilule rouge douloureuse de la vérité, nous sommes coincés avec la pilule bleue trop trompeuse de la tromperie. La pilule bleue se coince dans la gorge, provoquant d’infinis blocages, des suppressions, des oppressions et des dépressions. La pilule bleue est un phare de tromperie, logé dans notre  chakra de la gorge, brouillant toutes les fréquences et nous empêchant de dire notre vérité et d’être impeccable avec nos paroles.

La pilule bleue est un aimant pour les mensonges. Et les mensonges flottent dans une fumée brumeuse, nous séduisant avec une fausse gentillesse. Sous la séduction de la pilule bleue, nous sommes des pions qui se vautrent dans l’immaturité auto-infligée. Prendre la pilule rouge déloge la pilule bleue, dégageant ainsi le passage et ouvrant toutes les fréquences à la vérité.

Mais attention à l’éveil, méfiez-vous, l’enseignant qui aspire même à la pilule rouge dans votre gorge. Le choix doit être le vôtre, et seulement le vôtre. Un bon professeur vous guidera vers la pilule rouge, mais il / elle ne devrait jamais la faire descendre dans votre gorge.

« La fonction de l’imagination n’est pas de régler des choses étranges, mais de rendre étranges les choses sédentaires. » -GK Chesterton

Avaler la pilule rouge est une perspective effrayante. Elle brise les visions du monde et dissout la certitude. Elle remplace les réponses par des questions.  Elle reconditionne le préconditionnement. Elle nettoie les portes de la perception. Elle brise l’essence vitreuse de la dissonance cognitive. Elle laisse votre âme nue, vulnérable et vide dans l’œil irrité d’un ouragan existentiel apocalyptique d’incertitude.

Cela révèle que vous étiez toujours Dieu dans la clandestinité. Et le lourd fardeau de cette perspective seule peut être une responsabilité écrasante. Mais, comme l’a dit Sénèque, «La pierre précieuse ne peut pas être polie sans frottement, et l’homme ne s’accomplit pas sans subir d’épreuves».

« L’illumination est l’émergence de l’homme de l’immaturité auto-engagée. L’immaturité est l’incapacité d’utiliser sa propre compréhension sans la direction d’un autre. »
-Immanuel Kant

3. Destruction de l’ego

« Il y a beaucoup d’obstacles difficiles sur votre chemin. Ne vous laissez pas devenir l’un d’entre eux. » -Ralph Marsten
Cette étape est sans doute la plus douloureuse. La mort de l’ego n’est pas une promenade au parc. Elle ressemble plus à une promenade dans une nuit sombre de l’âme entourée d’un abîme coléreux qui est vraiment juste la version bornée de vous ne voulant pas perdre ce que vous ressentez comme votre essence: votre ego. Mais l’ego n’est pas votre essence, et il n’a jamais été. Le vrai vous est une force cosmique interdépendante, une fréquence interconnectée, un agent cosmique unifié passant par les mouvements d’être un corps-esprit-âme.

La destruction de l’ego conduit aux cendres d’où s’élève le phénix de l’âme. Mais d’abord il doit y avoir une chute. Il doit y avoir une partie déchirante, une brûlure, une désintégration sacrée. Mais la tâche de la séparation est une repentance.

Les gens peuvent ressentir l’animal en vous, le soi sauvage venant à la vie. La mort fait un éloge funèbre dans les arbres, et vous mourez d’une petite mort: la mort exultante de votre ego. Et puis vous êtes calme comme une poupée, vulnérable, surprise. Mais maintenant vous êtes une force de la nature d’abord, et ensuite une personne. Et la Terre a finalement découvert son salut: l’âme humaine éveillée.

4. Le pardon sans peur

« En conclusion, il n’y a pas de conclusion. Les choses continueront comme toujours, devenant de plus en plus bizarres tout le temps. »
-Robert Anton Wilson

Le pardon sans peur fait peur parce qu’il est inconfortable sur le plan ontologique. C’est à la fois une démolition des murs qui nous protègent du monde et un déverrouillage de la porte de la prison de nos attentes. Quand nous démolissons les murs, la peur est primordiale et doit être affrontée, ce qui peut être terriblement inconfortable. Mais comme l’a dit  Farrah Gray  ,  «le confort est l’ennemi de la réussite».  Il nous incombe donc de nous sentir mal à l’aise. Comme Neo qui se réveille de la matrice pour la première fois.

Quand nous ouvrons la porte de notre prison, la façon dont le monde est réellement malgré nous, et malgré nos attentes et notre vision du monde, devient le dur Désert du Réel, que nous sommes les seuls à pouvoir affronter et résoudre pour nous-mêmes.

Le pardon fait mal parce que c’est l’ultime lâcher-prise. C’est une acceptation profonde et viscérale de la façon dont les choses sont, quel que soit notre besoin de choses d’une certaine manière. C’est un effondrement décisif du fardeau de ce que nous ne pouvons pas contrôler.

Avec le pardon sans peur, il devient soudainement normal que le jeu de la vie soit «truqué», parce que notre intrépidité est une volonté de transformer n’importe quelle chose négative, contreproductive et malsaine que l’on nous envoie en quelque chose de positif, progressif et sain. Et notre pardon est un soupir géant qui dit: «Ça va». Cela nous donne le courage insurmontable de transformer les démons en diamants, la peur en courage, la colère en force et le dédain en compassion.

Le pardon sans peur nous permet d’être intime avec le cosmos tel qu’il existe réellement. Comme l’a dit Dôgen, «l’illumination est l’intimité avec toutes choses». Et l’intimité avec toutes choses est aussi susceptible de blesser que de nous faire sentir bien. Mais c’est parfaitement normal. Il nous donne la permission de prendre le bien avec le mal, le malsain avec le sain, et l’immoral avec la morale. Et puis cela nous donne le courage de tout transformer en nos propres choses incroyables: l’art, l’aventure, l’amour.

En fin de compte, l’illumination est effrayante et douloureuse, mais elle est tellement enrichissante que cela n’a même pas d’importance. Nous devons chevaucher l’extase et la misère pour jouir du grand mystère.

Après Les 4 étapes vers l’illumination voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *