Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde !

Par | 12 mars 2015

Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde !Le contenu de cet article pourrait radicalement changer le monde de différentes façons positives.

détruire- Monsanto (1)

Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde !

Et comme Monsanto n’aimerait pas que cet article devienne viral, tout ce que nous pouvons vous demander est de partager l’information présentée pour qu’elle puisse atteindre autant de personnes que possible.

En 2006, un brevet a été accordé à un homme nommé Paul Stamets. Bien que Paul soit le plus grand mycologue mondial, son brevet a reçu très peu d’attention et a été très peu exposé. Pourquoi donc ? Selon les dirigeants de l’industrie des pesticides, ce brevet représente « la technologie la plus perturbatrice jamais vue. » et quand les dirigeants disent perturbatrice, c’est qu’elle dérange l’industrie des pesticides chimiques.

Qu’est-ce que Paul a découvert ?

Le mycologue a compris comment utiliser les créations de mère nature pour empêcher les insectes de détruire les cultures. On les appelle des pesticides INTELLIGENTS. Ces pesticides fournissent un solution sûre et quasi-permanente pour contrôler plus de 200 000 espèces d’insectes, et tout cela grâce à la « magie » des champignons.

Paul fait cela en prenant un champignon entomopathogène (champignon qui détruit les insectes) et le transforme pour qu’il ne produise pas de spores. En retour, cela attire les insectes qui en mangent et se transforment en champignon de l’intérieur !

détruire- Monsanto (3)

Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde 

Si ce brevet atteignait une exposition de masse, il pourrait révolutionner la façon dont les humains cultivent leurs champs.

Tolérer l’utilisation des pesticides dans l’agriculture moderne revient à nier l’évidence prouvant que ses effets sont néfastes pour l’environnement. Une telle ignorance ne peut vraiment plus être tolérée. Par exemple, pouvez-vous imaginer un monde sans abeilles ?

On attribue l’hécatombe des abeilles aux concoctions chimiques de Monsanto qui sont pulvérisées dans les champs du monde entier. Même si un nombre croissant de pays interdisent des produits Monsanto, ils sont encore utilisés dans des pays qui devraient être conscients de ses dangers. Dire que de nouvelles méthodes doivent être mises en œuvre avant qu’il ne soit trop tard est un euphémisme.

Monsanto génère actuellement 16 milliards de dollars par an (chiffres de 2014), donc vous pouvez être certain qu’ils ne veulent pas interrompre ce flux de revenus. Grâce à ces revenus ils sont des ressources quasi illimitées et ont les moyens de supprimer les informations qui peuvent être préjudiciables à leur réputation.

détruire- Monsanto (2)

Mais en nous informant sur les avantages de la culture alimentaire durable, biologique et bio-dynamique, en partageant des articles comme celui-ci et en boycottant les OGM et les cultures pulvérisées d’herbicides, cette entreprise démoniaque pourrait bientôt recevoir le message.

Voici des liens utiles pour en comprendre plus sur l’incroyable brevet mentionné ci-dessus :

Voici un lien vers le brevet dont nous parlons : 7122176
http://www.google.com/patents/US7122176

Une liste des brevets de Paul :
http://patents.justia.com/inventor/paul-edward-stamets

De nombreuses informations sur Paul Stamets :
http://www.fungi.com/about-paul-stamets.html
http://www.fungi.com/about-paul-stamets.html

Une page wikipédia sur Paul Stamets :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Stamets

Et enfin, voici une vidéo TedTalks de Paul réalisée en 2008 :

6 moyens de changer le monde avec les champignons

http://ewao.com/a/1-he-holds-the-patent-that-could-destroy-monsanto-and-change-the-world

http://www.ted.com/talks/paul_stamets_on_6_ways_mushrooms_can_save_the_world?language=fr#t-2141

Claire C.

Après Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde voir aussi :

162 commentaires sur “Il détient le brevet qui pourrait détruire Monsanto et changer le monde !

    1. Teamber

      L’article est d’une naïveté hallucinante. Méconnaissance de comment marche le business; un brevet ne veut absolument rien dire, si on ne peut pas le transformer en business rentable; et visiblement notre chercheur a son process depuis 2001, mais pas de produits sur le marché; si sa trouvaille s’avère économiquement rentable, c’est Monsanto qui l’exploitera, grâce à ses bataillons d’ingénieurs et de financiers

      Répondre
      1. Ersatz

        C’est précisément le business qui a mené à l’impasse Monsanto.
        Qu’est-ce que le business vient foutre ici pour l’initiant et ceux qui adhèrent à son projet, puisqu’il est question de démontrer certains bienfaits de l’utilisation d’un champignon dans nos cultures?

        Il faut penser à nourrir l’Homme de la manière la plus responsable possible,
        et non à vendre un besoin vital – manger – de chaque être humain.

        C’est terrible..

        Répondre
        1. fleuryjp

          ce champion qui ne dit pas qu’il pourrait être une bombe ambulante lui aussi sur la chaine alimentaire,de toute façon ces insectes trouveront la parage et il fera quoi ensuite ?

          Répondre
          1. Ersatz

            Et Monsanto, quand ils auront le monopole absolu du marché des semences et des produits phyto , …ils feront quoi ensuite à ton avis?

            Actuellement, c’est pas précisément contre cette réelle bombe ambulante qu’il faut s’opposer?

          2. Mouton

            le problème existe déjà avec avec les pesticides classique et les OGM pourquoi ne pas essayer une solution naturelle qui ne pourra surement pas etre pire…..

        2. dupré

          naïveté , méconnaissance ,brevet qui ne veut rien dire (?) décidément il y en a qui ne veulent rien changer,honneur au plus gros même si c’est le pire des salauds et c’est bien la le problème de cette société qui se meurt mais le monde n’ira jamais tant qu’il n’y aura pas d’équité ! les riches ne le sont pas devenus tout seul penser le contraire est une gageure ! et puis ma confiance je préfère la donner à quelqu’un qui fais quelque chose avec les produits de la terre ! mosanto a fait ses preuves ……

          Répondre
          1. Mickey

            « les riches ne le sont pas devenus tout seul »

            Intéressant comme concept…

            Vous avez donc une telle haine des gens qui entreprennent et réussissent ?

        1. bribrilanarchistededroite

          Merci pour le lien, mais il mène sur une page disant « Page Web inaccessible » mosanto a fait son boulot apparemment

          Répondre
          1. Pat

            Fungi.com et on y est de suite
            Monsanto rime avec no santé
            La multi nationale qui produit ses ogm pour ses pesticides et donc s’enrichit sur la mort des autres ! Attaque en justice les producteurs pollués par polluants pesticides ou par ses ogm qui s’accouplent avec tout ce qui pousse aux abords,
            Ils veulent breveter tout ce qui sert à nourrir l’humanité et pour seul but soumettre tout ce qui vit, réveillez vous mickey et compagnie!

      2. Champi

        Stamets a une boutique, avec de nombreux produits, mais ne laisse pas monsanto et autres monstres les avoir.
        Pour avoir lu ses livres et toutes ses vidéos depuis que je le suis (qqes années), la méthode pour utiliser le Cordryceps est expliquée.
        L’article est comme souvent ici sensationnaliste, car c’est un champignon spécifique à certaines espèces.
        C’est un exploit d’utiliser correctement, car les fourmis (photo en exemple) l’évitent à tous ses stades sauf un.
        Donc de faire un produit qui permet de maintenir le bon stade, sur une souche qui sporule moins, c’est du boulot.
        Mais c’est moins industrialisable que ce que veulent les compagnies de la taille de monsanto.

        Répondre
      3. Sagnette

        Et bien alors, que Monsanto acheté le brevet de ce mycologue et l exploite et s enrichisse à nouveau..l essentiel est d utiliser le moins de pesticides possibles !

        Répondre
  1. Boidin Nadine

    Les abeilles étant des insectes, ne seraient elles pas atteintes également ?

    Répondre
    1. chris77

      Les abeilles ne butinent que les plantes mellifères. Les champignons n’en font pas parties.
      Donc aucun problème pour les abeilles 😉

      Répondre
      1. sev

        Aucun rapport ! On parle des abeilles qui sont décimées par les pesticides Monsanto, et non par les champignons ! Il faut bien lire avant d’écrire 😉

        Répondre
    2. greg

      @Boidin Nadine
      Bonne remarque!
      Mais elles le sont déjà avec les pesticides actuels de Monsanto, qui en plus pourrissent les sols et nappes phréatiques.
      Cela mérite en effet réflexion

      Répondre
    3. Thibault

      Les abeilles sont des insectes, mais pas parasites pour les cultures, mais je pense qu’elles sont quand meme victimes des propagation de pesticides dans l’air ou ailleurs (sans en etre la cible donc) etc..
      Merci de me corriger si besoin

      Répondre
      1. emilieb

        la plupart des produits phytopharmaceutiques ont des vertues pour ne pas cibler les abeilles.
        Je suis technicienne et je peux vous dire que vous êtes pas au courant du monde biologique et chimique dans l’agriculture
        Beaucoup de producteur bio ont le droit d’utiliser des produits chimique.
        Et la lutte chimique n’existe presque plus, c’est plutôt la lutte raisonné.
        Si nous fesons que du bio je peux vous certifier que dans votre assiette vous allez retrouver très peu de nourriture car beaucoup d’agriculteur aurons fait faillite. Sachant que le besoin primaire deS hommes c’est la nourriture.

        Répondre
        1. Ersatz

          « la plupart ont des vertues […] »

          C’est le problème,
          « La plupart » ne permet pas l’absolu.
          Vous généralisez sous le couvert de la minimisation de « tout ce qui ne fait pas partie de la plupart ».

          Or, je pense que c’est précisément cette logique qui est dangereuse et à laquelle il faut s’attaquer.

          Vous pourriez, vous, boire 10 boissons différentes à l’aveugle sachant qu’il y en a une qui vous file le cancer?
          Continuer à boire, parce que c’est vitale, sans tout mettre en oeuvre pour supprimer la boisson qui file le cancer?

          Et permettez-moi, la lutte chimique existe toujours, sauf qu’on a fait passé çA sous « lutte raisonnée ».

          Comme son nom l’indique, la lutte raisonnée dis précisément qu’il s’agit de « lutter avec raison », mais en aucun cas l’utilisation de produits chimiques est prohibées.

          Ne confondons pas tout.

          Répondre
        2. colin

          tu es payée par qui pour dire des choses aussi aberrantes ??????

          Répondre
        3. darnaud

          Et bien moi je suis agricultrice, en bio. Premièrement, il est ridicule d’avancer votre fonction de technicienne avec les erreurs développées: premièrement, en agriculture biologique il est interdit d’utiliser des produits phytosanitaires de synthèse= molécules crées de toute pièce par l’homme. oui, nous avons le droit d’utiliser le soufre et le cuivre avec des limites inferieurs à l’agriculture conventionnel car leur bioaccumulation est nocive. Deuxièmement, je vous informe qu’avant les années 50 les agriculteurs arrivaient très bien à nourrir la population sans produits de synthèse, les premiers sont apparus pour recycler les armes chimiques. Dire qu’on se retrouverait avec très peu de nourriture montre votre méconnaissance du sujet (or mis le fait effectivement qu’il y a de moins en moins de terre agricole, on préfère y multiplier les supermarchés), par contre il est vrai que le cout de production est souvent plus cher, donc le prix de vente aussi et je vous rappelle également que le problème c’est que la part du budget accordé pour l’alimentation par les ménages s’est effondré au fil du temps. Aujourd’hui on préfère consommer des montagnes de téléphones portables, fringues,… que se nourrir. Pour finir bien qu’il y aurait encore à dire, de nombreuses études montrent qu’il y a des résidus de produits phyto dans les aliments…

          Répondre
          1. Gio

            Faire une distinction « produit de synthèse »/ »produit naturel »….reste une abhération !

            Alors quoi, l’Arsenic, c’est naturel, c’est meilleur pour l’homme? Le curare est produit par des liannes, c’est bon pour l’homme? La plupart des produits de synthèse sont justement synthétisé à partir de modèle « naturelle ».

            Le cuivre est aussi chimique qu’un produit chloré , qu’il soit « construit » ou pas…(et tout aussi délétère pour la santé!).

            Vous situez les années 50 au pifomètre pour le « sans produit de synhtèse » ? La bouille bordelaise n’en ai donc pas un? Vous vous moquez de qui?
            Et si on remonte à « avant » cette chimie minérale, vous connaissez donc sur le bout des doigts l’histoire des « famines »? https://fr.wikipedia.org/wiki/Famine#.C3.89poque_contemporaine

            Bref….votre affiliation BIO ne vous rend pas plus légitime qu’elle, et pour le coup, elle a raison de signaler l’évidence : le monde bio utilise aussi ses engrais et pesticide chimique…juste qu’il font un cloisonnement foireux entre « chimique/non chimique ». (la véritable culture bio étant la permaculture mais il va falloir inventer certains débouché !)

          2. Un Gars qui passe

            D’autant plus que dans les années 50, on était 2.5 milliard sur terre, avec la même surface cultivée ou presque…
            Sinon, les produits chimiques de synthèse pouvant servir de pesticides pas très propres, je crois que ça existe depuis la moitié du 19ième siècle, et que pour l’agriculture, ça a du être mis en place massivement justement dans les années 50… (à vérifier…)
            Pour le reste, je rejoins GIO, cette différenciation entre produit de synthèse et produit naturel est tout bonnement ridicule…

        4. ppp

          http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/11/oui-lagriculture-biologique-peut-nourrir-planete-259131

          Le bio peut nourrir la planète.
          Je résume en quelques mots : les études faisant passer le naturel pour moins rentable comparent une culture -avec intrants chimique et -sans intrants chimique, et c’est tout.
          C’est absurde : sans intrants, c’est une multitudes d’autres paramètres naturels tels le lieu, le climat, les mélanges de plantations qui se sont bénéfiques les unes pour les autres qu’il faut prendre en compte.

          Répondre
          1. Gio

            Classique raisonnement par homme de paille consistant à citer des « études » qu’on ne cite jamais, en les attaquant sur des « idées » qu’on ne voit jamais, et en secouant tout ça .

            Pour autant, si vous lisiez plus d’un site et d’une étude, vous verriez que les biais cité ne sont l’apanage que de « quelques études ». La majorité des études sont plus intelligente, font varier les cultures, font varier les espèces, les terrains, les climats…Bref, on ne contredit pas un consensus par un « il parait que les études qui vont pas dans mon sens .. »

            Mais en reprenant une de ces études et en l’analysant point par point. C’est aussi le sens des méta-études . Prendre tout les scientifiques agronomes pour des « bebête qui n’ont rien compris mais moi si et je suis le seul » n’a jamais été une solution !

        5. belifius

          Dites plutot que vous defendez juste vos produit en masquant la réalité pour continuer a vendre

          La plupart des produits étant au final inutiles en respectant les besoin de la nature et ne font qu’accentuer les problèmes au lieu de les atténuer comme par exemple la plupart des anti-mousse qui au lieu de réduire la prolifération de la mousse ne vont faire qu’aggraver les problèmes l’année suivante alors qu’a la base le vrai problème vient de la qualité du sol

          De plus les produit chimique peuvent facilement etre remplacer par des méthodes naturelles soit par l’association de plante/légumes qui s’imunisent mutuellement de leur parasite soit parce que certaine plante repousse ou attire les ‘nuisibles’ (les œillets dinde qui éloignent les pucerons par exemple)soit par des methodes de traitement naturel (genre le purin d’ortie que les entreprises chimique en ont fait interdire la commertialisation et l’usage et a une periode il était meme interdit d’en venter les merites)

          Et vous vous gardez bien de dire qu’avec de bonne méthodes vos produits deviennent inutiles et que le seul but n’est pas d’aider les jardiniers mais de leur soutiré leur argent au lieu de leur dire qu’est sont les probleme de base des maladie

          pas besoin de produit chimique contre l’oïdium….la prèle, le lait,l’ail ou le bicarbonate suffisent
          pas besoin de produit chimique contre les pucerons…les oeillet dinde les repoussent et les capucines mises a distance des cultures vont elles les attirer sans parler des différent insecte comme la coccinelle qui vont s’occuper de faire du vide
          pas besoin de produit chimique contre la mousse ….s’occuper avant tout de la qualité du sol qui est souvent appauvrie et acide
          pas besoin de traiter les vers des carottes….. les oignions les repousses
          pas besoin d’engrais chimique…… un bon terreau fait maison + paillage et les légumes sont de bien meilleure qualité
          pas besoin de traitement sur les pommes de terre contre les doryphore……le lin les repousse
          pas besoin de traitement contre les fourmis….les épluchures d’agrume, le café, la lavande les repousse

          et vu que vous vous dites professionnelle vous devez savoir pourquoi H400,H411,H412 aparraisse sur les emballages….

          De toute facon il ne vous sert plus a rien de vous débattre pour vendre toute vos cochonnerie
          vu qu’en 2020 les produit phyto seront interdit dans les espaces vert , jardin et lieu publics
          en 2022 la vente de produit phyto sanitaire sera interdite aux particulier
          http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=EFD9DE8CB605B7BD6B91F9D16A5FBEFC.tpdjo08v_2?ci

          Si le gouvernement en interdit l’usage c’est bien parce qu’il y a des raison……mais non une soit disant professionnelle est meilleur que des centaines voir des milliers de professionnels qui reconnaissent la dangerosité de ces produits…

          Répondre
          1. Gio

            Ah mais vous avez mal lu la legislation, ce sont les produits à risques qui sont interdit…comme tout les produits à risque.

            « Les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique peuvent être utilisés. »

            http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-loi-Labbe-les-pesticides.html

            « Avec de bonne méthode vos produits deviennent inutiles »…
            => Que c’est drole quand on sait que ces produits ont été créé pour répondre à un besoin dans lequel le monde agricole, dans ses « bonne pratiques » s’était mis tout seul !

            Les bonne pratiques, il y en a eu à tout age hein, elle varie (heureusement), mais le bio est un mythe, même chez ceux le pratiquant (puisqu’il n’y a rien de réellement bio). Tout au plus, la permaculture s’attaque à du bio « véritable » mais même elle n’est pas à l’abris des déboire (même les forêts primaire ont eu des maladies…)

        6. Gilles

          Je suis producteur bio…, et vous racontez n’importe quoi !!!
          L’utilisation de produits chimiques en bio est réduite à des cas extrêmes très rares…
          La lutte raisonnée, laissez-moi rire ! on a jamais consommé autant de pesticides en France… c’est la réalité des chiffres.
          Et pour finir, les rendements en bio sont aujourd’hui pratiquement équivalents aux rendements en chimie, et même supérieurs pour certains produits… on peut très bien nourrir la planète en produisant bio ! de nombreuses études le démontrent d’ailleurs .
          Cela dit un champignon capable de détruire 200000 espèces d’insectes, c’est pire que Monsanto. Quels déséquilibres risquent t’on de créer là ?

          Répondre
          1. Quaoar

            Mais ces champignons ne sont pas des animaux sur pattes qui vont finir par nous manger nous aussi ! Regardez à nouveau la vidéo. Il faut les utiliser dans le périmètre des cultures, ils attirent les insectes d’une certain type (pas les abeilles par exemple), les insectes les mangent et meurent; ensuite les champignons émettent des spores, qui sont un répulsif pour ces mêmes insectes .. Oh comme la Nature est bien faite !

        7. Guillaume

          Je suis désolé mais y’a 50 ans les blés faisaient 1m50 alors que maintenant ils ne font plus que 60-70cm, cette diminution est dû au pesticides, trop d’azote fait coucher le blé donc que fait l’agriculteur, il pulverise des hormones. Ces fameuse hormones redresse le blé mais créer l’érosion du sol. J’ai moi même un jardin bio sans pesticides quel qu’il soit, ma terre est toujours meuble, mes plantes, mes arbres ou même mes légumes pousse très bien et j’ai bien assez dans mon assiette voir même trop, biensur mes légumes sont hors calibre.les agriculteurs sont imbus de leur personne lorsqu’il achète un terrain, ils retire tous l’écosystème autour, c’est a dire tous les arbres et ainsi ils gagnent 2ou3 rangées de blé ou autre supplémentaires mais ne ce pose pas la question de ce qu’ils détruisent. Eux créer leur pertes sur le long terme! !!

          Répondre
        8. sev

          Et pourquoi les abeilles subissent-elles une telle hécatombe selon vous ? Il n y a pas de mystère ! Peut-être que certains utilisent des produits sensés ne pas les détruire, mais sûrement pas la plupart d’entre eux ! Et il y a des façons de cultiver bio en utilisant des produits naturels. A condition encore qu’on leur permette de le faire ……

          Répondre
        9. Pat

          Ce n’est que pour le bien de tous que mosanto et compagnie vendent les millions de tonnes de pesticides oh pardon produites phytosanitaires, et ils ne polluent pas les abeilles et autres insectes et autres niches écologiques et d’autres animaux dont l’homme ?

          Répondre
      2. emilieb

        Les produits phyto une fois appliquer sur les cultures n’est plus présent au bout de plusieurs jours donc quand on consomme il n’existe plus de trace dans les cultures.
        Je ne soutient pas le chimique ni le bio mais le raisonnée je dis oui !
        Il existe aussi des produits super en bio qui ont une efficacité optimale. Certains a base de champignon et d’autre de végétal. Ces produits sont utilisés depuis des années par de nombreux agriculteurs.
        Faite attention ce qu’on vous raconte sur le bio et sur le chimique. Je pourrais vous en parler pendant des heures ^^

        Répondre
        1. Ersatz

          C’est fou ça,
          C’est dingue.

          Alors comme ça il ne reste plus de traces ?

          Et les pesticides qu’on trouve dans nos cours d’eau ou dans nos sous-sols, .. c’est parce qu’on a directement traité les cours d’eau, – les sous-sols, c’est ça?

          N’importe quoi.
          Etre technicienne ne signifie apparemment pas avoir les yeux ouverts sur ce que l’on fait…

          Faites attention à ce que l’on vous dit si vous ne parvenez pas à y porter un regard objectif ,
          et n’ayez pas la prétentiondu statut pour vous permettre « de ne pas faire attention à ce que vous dites », svp.

          Répondre
          1. galiemi

            Le chien est toujours reconnaissant envers celui qui remplit sa gamelle même si il le maltraite !

        2. belifius

          il n’est plus présent a la surface mais qu’en est t’il du tissus des végétaux et du sol ainsi que de l’air que l’ont a repire si l’on se trouve a proximité

          ce n’est pas parce qu’on recouvre la fissure d’une centrale nucléaire avec une belle peinture que ca va réduire la dangerosité de l’uranium présent …pour les produit phyto c’est la meme chose c’est pas parce qu’on va aroser la surface du sol que le produit deviendra innactif c’est meme le contraire vu qu’en s’infiltrant dans le sol il fera des degat suplémentaire sur une zone bien plus étandue que la surface de traitement

          pour faire une comparaison 1 litre dhydrocarbure va polluer 1000m3 d’eau 1 litre de produit phyto peut poluer jusqu’a 10 million de m3
          et meme des produit de consomation courante peuvent etre des dangés pour la nature ….1 litre de lait va « consommer » l’oxigene contenu dans 14 m3 d’eau

          Répondre
        3. pidou

          emilieb, vous etes juste hallucinante !

          Ancien tech chez monsanto de mon état, je suis et reste toujours halluciné par les personnes qui sont encore du métier… Je crois que vous portez les plus grandes œillères du monde…
          Dont on vous rapeller les cas du DDT ou du lindane ? ou la rémanence dans les sols a été montré a plus de 30 ans ? doit on rappeler que le glyphosate présente également des problèmes de rémanence majeur également ? De la a dire que les produits phytos sont éliminés par les plantes en qques jours… Il n’y a qu’un pas…

          Mais en fait je m’égare quand je prends ces exemples…

          J’était technicien spécialisé en maïs durant la transition gaucho. techniquement l’enrobage au gaucho n’était sensé protégé que la graine soit jusqu’au stade 2-3 feuilles … maintenant j’en rigole bien fort a chaque fois que j’en parle. A l’époque du gaucho, au moment de la mesure de l’intensité de la pollinisation je peux vous certifier que la population d’abeille sur les panicules était quasi nulle. Une fois le gaucho interdit, j’était littéralement obligé de déloger les petites bêtes pour faire mes prélèvements…
          Pour moi c’est plus qu’un signe qui nous avez d’ailleurs fait « halluciner » du pauvre péon que j’était, jusqu’au chef de station. Sans parler des agriculteurs avec j’étais en relation régulièrement.
          Juste pour vous le rappeler : entre le semis et la pollinisation du mais on est au minimum a 60 jours au maximum sous nos lattitude 100 jours… Donc quelques jours selon vos dire… mouahahaha, je me gausse… mais jaune.

          Doit on vous rapeller les tests fait sur les pommes en fin de saison de vente (donc a peu près en ce moment finalement) – et sachant que les fruitiers sont les cultures qui reçoivent le plus de traitements – où l’on retrouvaient des traces de produits phytos appliqués en début de saison (à la naissance du fruit). Je veux pas dire de bétises mais il me semble que c’est un rapport de l’INRA qui avait circulé par chez nous et qui avait un peu de bruit a l’epoque…

          Doit on vous rappeler les test fait sur un echantillon global d’alimentation courante et qui avez montré que plus de 200 résidus de produits phytos étaient détectables dans notre assiette quotidienne.

          Et doit-on parler du vin et donc de la vigne ?

          Pour le coup je crois que vous êtes en train de faire ma journée tellement vos raccourcis , votre ignorance ou bien alors votre corporatisme vous aveugle et me font donc rire (toujours aussi jaune mais en deux commentaires de vous je vais me contenter de ce qu’il y a a prendre).

          Et la dernière chose que vous occultez et qui par ailleurs me fait hurler c’est d’occulter l’impact direct sur la santé des agriculteurs qui n’est plus a prouver.

          Et egalement a l’adresse de darnaud : prendre l’exemple des années 50 ou meme avant en terme de capacité nourriciere de l’agriculture est un non-sens total ; la population mondiale à plus que doublée depuis lors ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale#.C3.89volution_depuis_1950 ) ce qui ne veut pas dire que le bio est incapable de nourrir tout le monde mais que l’organisation actuelle de la filiere, la facon dont sont utilisées les ressources alimentaire ( je crois que plus de 60% de la production agricole mondiale sert a nourrir les animaux…). Gilles marque un point important d’ailleurs sur la capacité du bio à nourrir le monde et s’il a des sources je suis pour 😀

          En tout cas chere emilie, vous avez réussi a me faire réagir à vos inepties, alors que je m’interdit régulierement de repondre aux commentaires sur internet.
          Mais voire de telles betises sortir de la « bouche » d’un ancien confrère, désolé mais je n’ai pas pu résister.
          Au passage, je ne suis pas un farouche défenseur du bio. Par contre, je suis intimement convaincu que nous nous sommes égaré depuis les années 50 et que la « révolution verte » a été une des plus grandes méprises du monde agricole car les pesticides ne sont que la partie visible de l’iceberg.

          Je vous conseille vivement, à toutes et tous, de potasser la bio-dynamie – concept développé par rudolphe Steiner, philosophe multi-disciplinaire allemand du XIXéme siècle.

          Prenez connaissance également avec Claude Bourgignon et sa femme Lydia – transfugent de l’INRA – qui militent depuis plus de 20 ans sur la microbiologie et la structure des sols et qui nous expliquent simplement qu’a cause de nos techniques actuelles de culture nous parachevons de tuer nos sols.

          Je ne parlerais pas de la rotation des cultures et des plans d’assolement qui sont en soit une méthode d’amendement et d’entretien des sols mais également un moyen de lutte contre les adventices et les ravageurs.

          je n’ai que 35 ans, je suis aujourd’hui dans le monde de l’imprimerie mais mon jardin n’a jamais été aussi beau et productif que depuis que j’ai fait sauter les œillères et décidé de réfléchir juste un tout petit peu.

          chère emilieb, bien à vous.

          You make my day 😀

          Répondre
        4. Bescos

          De technicien à technicienne, puisque votre grade est supposé justifier votre propos, je ne sais pas ce que veut dire pour vous lutte raisonnée et lutte chimique, mais je vous vois bien fraîchement diplômée pour tenir ce genre de discours. Tout du moins je l’espère, l’inexpérience expliquant alors, ceci-cela. De grâce madame la technicienne, puisque vous vous revendiquez comme telle, essayer de conjuguer les verbes faire et avoir (et le reste!) avec décence. Cela pour éviter le comble voulant qu’une coquille vide puisse produire autant de congénères.
          Bien à vous..

          Répondre
    4. gAETAN dANEAULT

      A CE QU’IL ME SEMBLE LES ABEILLES NE BUTINE QUE LES FLEURS ET NON LES CHAMPIGNON 🙂

      Répondre
    5. Maxime

      À ma connaissance (quoique faible en la matière), les abeilles ne butinent pas de champignons, donc j’irais dire que non cela ne les affectera pas, mais comme j’ai dis, je ne suis pas un spécialiste.

      Répondre
      1. Ersatz

        … éventuellement peut-être atteinte par des rares sinon impossible consommation de champignon ou actuellement massivement atteintes par le déversement de pesticides,…
        qu’est-ce qui est le pire pour les abeilles?

        Répondre
    6. DUBOIS Sandrine

      Comme pour les pesticides et OGM, penser que l’on peut contrôler la propagation d’un champignon qui « transforme » les insectes en champignon est totalement illusoire. Les abeilles ne mange pas de champignon mais peuvent récolter des bouts que l’on retrouvera dans la chaîne alimentaire. Est-ce tout simplement dangereux pour nous ? Car un champignon qui se développe comme un cancer dans le corps de son hôte…. On n’est pas loin des films d’horreurs.
      On a fait des catastrophe avec Mosanto, mais je refuse de partir sur une soit disant solution qui sera peut-être à moyen ou long terme pire que le mal

      Répondre
    1. Ersatz

      Bonne remarque,

      Mais si cela s’avérait une réalité, l’arrêt de mort de ses bourreaux serait également une évidence.

      Répondre
  2. Skeptik Man

    Très beau concept, je suis certain que ça fonctionnerait du tonnerre. Cependant, suis-je le seul à avoir remarqué dans le même article les phrases « Paul fait cela en prenant un champignon entomopathogène (champignon qui détruit les insectes) et le transforme pour qu’il ne produise pas de spores » et « …et en boycottant les OGM… » ? Pour empêcher ces champignons il faut modifier leur génome ou une partie de son expression. Cela revient donc à utiliser des OGMs comme pesticides…. Hum….. Ce sera toujours certes mieux que le Roundup mais on est encore loin de la solution écologique, biologique et naturelle….

    Répondre
    1. yoloswag22

      Il est tout à fait possible de croiser des espèces de champignons de manière totalement naturelle pour en « créer » une nouvelle. Celle dont il parle peut très bien être une espèce hybride entre un champignon à spore et sans. Cependant je n’ai aucune certitudes. Mais je préfère mille fois mieux soutenir n’importe quoi plutôt que Monsanto a l’heure qu’il est !

      Répondre
    2. steph

      je ne sais pas si j’ai exactement compris votre phrase, mais actuellement les ogm sont des plants pesticides, en fait, il y a trois types: soit l’ogm est pesticides, soit il tolère un ou plusieurs herbicides comme le round up, soit il a les deux caractéristiques…(c’est dégeu, comment peut on manger ou faire manger aux animaux des choses pareilles, comment peut on laisser se propager ce type de chose dans nos cultures…

      Répondre
    3. Ersatz

      Il est à mon avis possible de supprimer la sporulation sans en modifier le génome.

      La sporulation étant grosso modo la production de cellules reproductrices, j’admets tout-à-fait qu’une stérilisation est envisageable.

      Aussi, castrer un animal ne signifie pas modifier son génome,
      ; et certains produits comme l’éthylène permettent la parthénocarpie chez le végétal… toujours pas de modification de génome donc.

      Répondre
    4. Alice

      Il ne faut pas confondre « hybridation » et « OGM » (je m’y connais j’étudie dans l’horticulture)

      L’hybridation est quelque chose de naturel. C’est un échange de spore pour les champignons. Et dans ce cas, il est réalisé juste par l’homme. Donc pas de trafic de gène. C’est comme maintenant beaucoup de légumes ou fruit qui sont issus des hybridations entre différentes espèces pour en avoir les caractéristiques les plus intéressante.

      Alors qu’un OGM, on va chercher dans un autre organisme (végétal ou animal) un gène que l’on implante dans celui de la plante. En cours, notre professeur nous a donné un bon exemple : ils ont prélevé des gènes sur un saumon pour les implanter sur un fraisier. Et puis, juste comme ça, Monsanto détiens 80 à 90 % des créations d’OGM dans le monde.

      Répondre
      1. moi

        Comment peut on hybrider des plantes qui se reproduisent par par « clonage »? Les spores ne sont pas des organes de reproduction sexuée, si?

        Répondre
        1. Alice

          Toutes les plantes se multiplie sans clonage. Après chacune à ces méthodes : graine grâce au pollen et aux fleurs; les stolons (ce sont des tiges aériennes) comme le fraisier … Et après certaine son facile et d’autre complexe (le meilleur exemple que je connais est l’orchidée Phalaenopsis qui a besoin d’un champignon pour germé … bon on s’éloigne du sujet xD)

          Pour les champignons si ! En gros, les spores sont pour les plantes le pollen. (d’ailleurs la fougère se multiplie par spore) Et ce qu’on ne sait pas forcement, c’est que les champignons que l’on mange, en fait ce sont que les fleurs. Et que le champignon n’est pas considéré comme une plante puisqu’elle ne produise pas de glucose.

          Répondre
      2. papyxel

        beurk!!!!des fraises au goût des poisson et en plus avec des écailles

        Répondre
        1. Alice

          Ça doit être pas terrible xD Mais pour ce cas si, il voulait améliore la résistance au froid si je me souviens bien.

          Répondre
    5. LaBiole

      Tout à fait d’accord, que vaut il mieux: transformer des plantes pour les rendre invaincibles ou alors transformer des champignons pour buter tous les insectes mangeurs de champi (qui ne sont pas tous ravageurs!)? Perso je suis sceptique…ms en même temps, j’encourage fortement les chercheurs à essayer de nouveaux horizons, l’idée d’insecticides naturels intelligents est très bonne!

      Répondre
      1. Alice

        Personnellement je préfère (et de loin) l’idée d’avoir des champignons qui tuent les ravageurs et potentiellement les auxiliaires de culture sans incidence sur l’environnement alentour plutôt qu’un produit de synthèse qui tuent tous les êtres vivant au alentour (insectes ou animaux) et nous donne gracieusement des cancers ou autres maladies.

        Répondre
  3. Gaétan

    En quoi modifier un champignon pour qu’il ne produise pas de spores n’est pas une modification génétique ?
    Quelle est la différence entre introduire un nouvel organisme pour en combattre un autre est différent de ce qui èa été fait le passé entre autre en Australie (introduction de chatschiens pour controller la vermine) ?
    Je n’ai absolument pas de problèemes avec le fait de cesser l’utilisation des pestiscide, mais faudrait voir a ne pas faire de conneries non plus

    Répondre
    1. Ersatz

      Il est à mon avis possible de supprimer la sporulation sans en modifier le génome.

      La sporulation étant grosso modo la production de cellules reproductrices, j’admets tout-à-fait qu’une stérilisation est envisageable.

      Aussi, castrer un animal ne signifie pas modifier son génome,
      ; et certains produits comme l’éthylène permettent la parthénocarpie chez le végétal… toujours pas de modification de génome donc.

      Répondre
  4. Nathalie Bergeron

    Et les animaux qui mangent ces insectes, est-ce qu’ils vont développer eux aussi des champignons de l’intérieur? La chaîne pourrait se rendre jusqu’à nous.

    Répondre
  5. didju

    Euh c’est moi où cet article n’explique absolument rien? En fait, ces sites rassemblent des articles écrits par des pseudos journalistes pour cracher sur ce qui va à l’encontre de leur idéologie de bobo. Rien de mal à ça. Mais bon, un travail plus profond est clairement nécessaire. Enfin, je ne vous blâme pas. Des sites comme vous il en existe des milliers: de gauche, de droite, d’extrème gauche et d’extrème droite… Vous aurez toujours votre petite poignée de lecteurs comme d’ailleurs les blogs fascistes (à la sauce Dieudonné) auront toujours leurs lecteurs écervelés. Tant mieux pour vous. Pour ma part, je regrette d’avoir perdu mon temps à venir sur votre article. Bon vent !

    Répondre
    1. Ninon

      Bonjour,

      Je ne comprends pas ce que ça n’explique pas…?
      Bon mis à part le petit côté troll de votre message, je note personnellement un manque total d’argumentation (c’est dommage)…
      Cet article cite ses sources, et explique de façon assez claire pour se faire comprendre par le commun des mortelle.
      Et puis cliquer sur un article comprenant les mots « detruire Monsanto » est forcément s’exposer à des extrémistes-écolo-baboss (dont je me revendique plus ou moins) qui voudraient qu’on arrête d’avoir de l’électricité et qu’on fasse l’amour avec les abeilles. Fallait pas cliquer!

      J’espère que le vent est bon pour vous aussi ^^

      Répondre
      1. plopinou

        En fait, ça n’explique quasiment rien. On a un mode d’action très vague donné, mais plein de choses ne sont pas abordées.

        *Durée de vie du champignon?
        *toxicité du champignon pour les autres espèces (hommes, vaches, ver de terre, etc.) en cas de consommation directe du champignon (sur le végétal, dans la terre).
        *Toxicité du champignon pour les autres espèces (homme, chien, chat…) en cas de consommation indirecte (ingestion d’un animal qui est infecté par ce champignon).
        *Comment l’asporulation est obtenue? Si c’est par croisement hybride, ce croisement est-il stable (en général, ce n’est pas le cas).
        *Toxicité sur les insectes utiles (abeilles, coccinelles)? Avec un spectre d’action annoncé de plus de 200 000 insectes, le champignon attaquera tout ce avec quoi il rentrera en contact. Donc, il tuera aussi tous les insectes utiles à sa portée (champignon dans le miellat, champignon dans le puceron mangé par la cossinelle, etc.)

        Répondre
  6. Syn

    Je ne vois pas en quoi cette trouvaille réduira l’usage d’herbicides ou insecticides sur les cultures et encore moins en quoi cela remplacera les ogm, même si c’est un champ de recherche à très fort potentiel et très actif où il n’est pas le seul.
    Au fait, poser des patentes sur le vivant, n’est pas ce qui est reproché à l’industrie biotechnologique ?

    Répondre
    1. Ersatz

      Monétiser les besoins vitaux de l’Homme,
      manger, boire, se protéger du climat, se déplacer,
      voilà ce qui est criminel et reprochable.

      Poser des patentes sur le vivant s’il est source vitale pour l’être humain, oui c’est reprochable.

      Cela dit, les motivations de cette homme semblent davantage animées par son regard salutaire, pacifiste et humaniste, plutôt que par les aspects financiers, économiques et mondialistes.

      Cette homme inspire davantage la confiance qu’un PDG bureaucrate d’une multinationale.

      Répondre
  7. Max

    Je suis le seul a me dire que ca pourrait finir en mode Last of us ? Le projet est extremement interessant , il faut juste s’assurer que si ca se repand sur les recoltes ca ne puisse pas contaminer l’hommer. Evitons l’attaque de zombie !! héhé

    Répondre
  8. Eric

    Non, Boidin Nadine, pour la simple raison que les abeilles ne mangent pas de champignons…
    Le truc qui me dérange c’est que ça affecte les fourmis, qui sont très utiles pour se débarrasser des pucerons et autres nuisibles …

    Répondre
    1. Ersatz

      Les fourmis sont utiles pour se débarrasser des pucerons?
      Mon cul.
      Les fourmis se nourrissent de sucre et notamment de miellat; le miellat est produit par les pucerons par l’ingestion puis sécrétion de sève végétale.
      Les fourmis protègent les colonies de pucerons car ceux-ci leur produisent le miellat, notamment en faisant fuir coccinelles et autres dévoreurs de pucerons.
      La fourmi défend les pucerons.

      Pour lutter contre les pucerons de manière biologique, commencez par lutter contre les fourmis.

      Répondre
      1. BrigduSud

        Ersatz, vous avez besoin d’être vulgaire pour vous exprimer ? Votre c… ne nous intéresse pas

        Répondre
    2. bretonjc

      Toi t as vraiiiiment rien compris aux fourmis.!!..ce sont des prédatrices..la pire ennemie du jardinier.!!..ca y esr t as compris maintenant duchmol….???

      Répondre
  9. Martin-pêcheur

    Si, les abeilles seraient atteintes, mais seules les abeilles qui viendraient se nourrir du champignon. Contrairement aux pesticides qui ont un effet néfaste, pas seulement sur le champ mais sur les environnements alentours et aussi sur la santé humaine. Or, afin de prouver le bon fonctionnement de cette méthode, il faut la tester. Chose qui est, je l’espère, déjà faite, en vue de constater ses effets.

    Répondre
  10. Stephane

    Si c’est vrai, le gars il a du mouron à se faire. Il ne faudra pas s’étonner si il meurt malencontreusement dans un accident de voiture. Car si il peut faire tomber Monsanto, je pense que cette entreprise et ses sbires vont s’en occuper rapidement.
    Un peu comme l’inventeur du moteur à air comprimé.

    Répondre
  11. youri

    A ma connaissance Monsanto ne produit pas d’insectides mais uniquement des herbicides et des fongicides. Si le champignon infecte 200 000 espèces d’insectes il infecte probablement des insectes utiles…
    Enfin vouloir écologiser l’agriculture en remplacant des produits par d’autres produits c’est rester dans la même logique. Il est plus simple d’organiser les agroécosystèmes pour ne pas avoir besoin d’utiliser de pesticides

    Répondre
      1. max

        le Roundup est produit par Monsanto. je vous invite à regarder Data Gueule sur Youtube l’épisode sur Monsanto ou tout est très bien expliqué.

        Répondre
  12. ph11

    Et ces pesticides sont-ils vraiment meilleurs pour la santé ?
    Quelles seront les conséquences d’une utilisation massive à grande échelle de ces champignons sur la biodiversité, la nourriture, etc ?
    Ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est forcément meilleur. Le mercure, le cyanure, l’arsenic et l’uranium sont naturels…

    « Paul fait cela en prenant un champignon entomopathogène (champignon qui détruit les insectes) et le transforme pour qu’il ne produise pas de spores. »

    Pour contrer les OGM, rien de tel qu’un OGM. 🙂

    Répondre
  13. hubert

    Les abeilles étant des insectes, ne seraient elles pas atteintes également ?

    Répondre
  14. alex

    L’article mentionne bien le fait que le champignon ne produit plus de pollen. ^

    Répondre
  15. martine

    les apiculteurs en ont déjà plein le dos avec les produit chimique ,si il faut en plus avoir les mycologues sur le dos ,il ne sont pas sortie de l’auberge

    Répondre
  16. duchmol

    Les abeilles sont aussi des insectes. Le problème n’est pas
    Monsanto. Le problème c’est le brevet sur le vivant…
    Article débile donc!

    Répondre
    1. Ersatz

      Supprimer le brevet de Monsanto ne supprimerait pas Monsanto.
      Il y aurait concurrence et non monopole, certes, mais je ne vois pas ce qui limiterait les dégâts?!

      Répondre
  17. Jacques Castelli

    Bonjour à tous, j’écris ce message pour dire que je connais personnellement Frère Elyôn et contrairement à ce
    qu’écrivent sur internet beaucoup de gens pleins de préjugés et ignorants de sa personne, Frère Elyôn n’est pas un
    gourou, ni un voleur, ni un manipulateur, ni un escroc, ni un fou, ni un homme en mal de reconnaissance, et les dons
    que son association reçoit il ne s’en sert pas pour lui-même mais pour les oeuvres que Dieu lui demande de réaliser !
    Mais c’est un vrai religieux et prophète !
    De même Dieu lui à demandé de réaliser un site internet pour éclairer les âmes et les sauver, alors profitez-en et
    lisez-le (c’est gratuit) avant que vous ne puissiez plus.
    Voilà le site site internet que Dieu lui à demandé de réaliser : http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/

    Répondre
  18. paul83

    c’est super , le monde des bisounours …

    donc il a déposé un brevet … pour que personne d’autre que lui ne puissent utiliser cette invention … donc pour que seul lui puisse le vendre .

    et sinon à l’humain , ça fait quoi …

    « Paul fait cela en prenant un champignon entomopathogène (champignon qui détruit les insectes) et le transforme pour qu’il ne produise pas de spores »
    donc un OGM

    Répondre
    1. Victor

      De penser que les OGM ou du moins tous les OGMs sont dangereux démontre une très très faible connaissance de la science et de la génétique en général. Aucun article scientifique de journaux réputés (The Lancet, Nature, Science, journaux de la maison Elsevier…) ont démontré que les OGM représente un risque pour la santé. Quand je dis aucun c’est aucun. Le vrai problème des OGM c’est que monsanto les brevette et empêche n’importe qui d’autre d’avoir autre chose que leur marchandise, c’est ça le vrai problème des OGMs. Jusqu’à preuve du contraire (et c’est comme ça que la vrai méthode scientifique fonctionne), les OGMs ne sont pas dangereux. Je trouve ce brevet hyper cool et ça nous offrirait plus d’alternatives pour protéger nos plants des insectes, ce qui n’est jamais une mauvaise chose. Il reste à savoir les dangers de ce cordycep pour la chaîne trophique par contre.

      SOURCE: Un étudiant au baccalauréat en Microbiologie et Immunologie.

      Répondre
      1. rohat

        Comment dire que les ogm ne présentent aucun danger, il y a des études sur des rats qui prouvent la toxicité des ogm.

        Répondre
    2. Ersatz

      Il est mieux ton monde réducteur, étroit d’esprit et trop terre-à-terre?
      Tu te sens pas coincé, .. bloqué..?
      Que se passe-t-il?
      Comme je te vois et comme tu te montres, je me dis que ça doit faire bizarre d’être réac par principe, catégorique et si peu enclin à aller aux fonds des choses, des gens et du monde – pour ne serait-ce que tenter de les comprendre

      … Au final, tu sers juste à poser ta crotte sarcastique.
      Bravo.
      Très constructif.

      Répondre
    3. Skyzz

      Peut être dépose t il un brevet pour que des groupes comme monsantos ne le dépose pas et ainsi mettent au placard des « systèmes » plus naturels et en concurrence direct avec leurs énormes bénéfices.

      Répondre
  19. Champignon

    Je défend pas du tout Monsanto et je les hais même, mais ses champignons m’ont l’air pas mal dangereux.
    Imaginons qu’une fourmi en mange et revient dans sa colonie. Elle meurt du champignon qui l’habite au sein de sa colonie, ces congénères la mangent et ingèrent à nouveau le champignon…
    Ça peux devenir une énorme épidémie…

    Répondre
  20. gAETAN dANEAULT

    TRÈS INTÉRESSANT MAIS EN MÊME TEMPS TRÈS DANGEREUX POUR LUI. NE RESTEZ PAS SURPRIS SI CETTE HOMME MEURT D’UN ACCIDENT, CRISE CARDIAQUE, CANCER GALOPANT ETC. TOUTE LES PERSONNES QUI ONT MIS AU POINT UN NOUVEAU CONCEPT QUI FAIT MAL À L’INDUSTRIE EN PLACE, PÉTROLIÈRE, ÉNERGIE ÉLECTRIQUE, VOITURE ETC. SE SONT RETROUVÉ AVEC DES PROBLÈME JURIDIQUE MONSTRE. LORSQU’ILS RÉUSSISENT A PASSER AU TRAVERS DES PROBLÈMES JURIDIQUE, PAR UN PURE HAZARD ILS DÉCÈDENT ASSEZ RAPIDEMENT, TOUT COMME monsieur TESLA

    Répondre
  21. Arthur du Colombier

    C’est génial, mais les liens vers le brevet ne marchent pas, c’est voulu ?

    Répondre
  22. Arthur du Colombier

    Qu’est-ce qu’on peut faire ? Partager sur les réseaux sociaux me paraît peu

    Répondre
  23. Manu

    « Un pesticide est une substance répandue sur une culture pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. … »

    Il a breveté une nouvelle sorte de pesticide à base de champignons…

    @http://www.espritsciencemetaphysiques.com/ : jme dis que votre naïveté, a ce stade ne peut s’expliquer par la bêtise; jme dis surtout que vous racolez « les naifs » sur votre site pour votre petit business personnel… finalement, vous êtes pire que Monsanto qui lui, ne se cache pas derrière une posture pseudo humaniste pour faire de l’argent…

    Répondre
    1. michon

      Et surtout est-ce que vous saviez que les abeilles détestent les tomates, et que la tomate est le fruit-légumes le plus consommés sur Terre ?
      C’est le bourdon qui fertilise la fleur de la tomate.

      Répondre
  24. L3oli0

    Entant qu’ancien viticulteur, je ne peux que vous demander de vous méfier de tous ces types de produits miracles. Car comme le « soja rundup ready » qui fini par être envahis par l’amarante (c’est pas plus mal, ça se mange aussi), ce champignon qui est « modifié » pour ne plus produire de spores se transformera (comme tous les enfants de mère nature) je ne peux dire en quoi et pourquoi, mais rien n’indique que cela ne peut arriver. Pour clore mon commentaire, je dirai que c’est comme les OGM et tous les croisements de plantes : il faut s’assurer via une phase de test qu’il n’y a pas de risques à long terme. Sinon, il reste l’apporte d’auxiliaires (insectes cannibales) qui détruisent une population de « nuisibles » durant leur cycle de vie. Du coup, on utilise une « technologie » adaptée, non-mutée, qui ne dure pas dans le temps. Ca évite les catastrophes !

    Répondre
  25. Jacques

    Monsanto est une entreprise très dangereuse et dont tous les agriculteurs dépendent pour leurs semences. Si vous récoltez du blé en prévision d’ensemencer vos champs la prochaine saison, il n’en poussera même pas 25%.

    Répondre
  26. loïc M

    Euh..
    Juste une question :est-ce que tuer des millions d’insectes(et autres animaux consommant des champignons) avec cette technique ne détruirait pas plus le monde ?
    C’est bien gentil de vouloir détruire Monsanto, mais de la a sacrifier des millions d’êtres vivants pour ça, comment dire… Ça me paraît pas très correct quand même ^^’

    Répondre
    1. Ersatz

      Indirectement, j’ai quand même l’impression que c’est l’espèce humaine que Monsanto détruit,…
      alors que cet homme semble directement s’attaquer aux nuisibles de nos cultures.

      A voir effectivement les conséquences indirectes….

      Répondre
  27. ColinJack

    Sans vouloir être pessimiste, je ne pense pas que ça soit la solution.
    Admettons l’hypothèse que certains insectes butines et reparte tranquillement dans la foret (ou ailleurs), il se transformerait alors en champion. A première vue rien de bien méchant.
    Mais dans la même hypothèse, les champignon ne vont pas être uniquement là où ils doivent être, ils vont proliférer et la disparition d’espèces insectes va alors suivre.
    Ce système mérite réflexion…

    Répondre
  28. Z.A

    Et comment a été modifié ce champignon? Cet homme a nécessairement utilisé des techniques biogénétiques pour obtenir un brevet sur son champignon modifié. Je ne peux pas admettre qu’un champignon peut tuer plus de 200 000 espèces d’insectes (et d’ailleurs si c’est vrai ce champignon est plus dangéreux que les pesticides chimiques). Le  » contrôle biologique » connait aussi ses limites, il faut savoir que plus ces pesticides que vous qualifié d »intélligent » est généraliste plus c’est dangereux. Je ne suis pas contre les OGM, je suis même convaincu que ce sont les OGM qui vont sortir l’Afrique de sa pauvreté et de sa famine. Si vous voulez détruire mosanto, vous pouvez toujours essayer, je vous souhaite bon courage.

    Répondre
    1. Ersatz

      Euh non, je ne pense pas que l’Afrique se sauvera de sa pauvreté et s’émancipera par les OGM.

      L’Afrique ne pourra pas être sauvée si nous réparons pas les dégâts que nos colonisations – nous, premiers pilleurs de richesse et de cultures – ont générées.

      Les OGM ne sauvent personne, ils maintiennent sous tutelle.

      Répondre
  29. Mnda

    « En retour, cela attire les insectes qui en mangent et se transforment en champignon de l’intérieur ! » : Ça pour être de la magie fongique, c’est de la magie ! C’est même du jamais vu. Attention à ne pas confondre vulgarisation et fausses informations. Le champignon consomme l’insecte de l’intérieur.

    « Même si un nombre croissant de pays interdisent Monsanto, il est encore utilisé dans des pays qui devraient être conscients de ses dangers. » : Je ne savais pas que l’on pouvait interdire une entreprise…

    Répondre
  30. Florian

    Les personnes qui postent des remarques tel que « et les abeilles qui butinnent les champignons vont mourir elles aussi », « le champignon est dont génétiquement modifie pour ne pas produire de spores et donc est un OGM de plus » « un champignon est un pesticide », « il a juste depose le brevet pour se faire de l’argent »,etc… doivent comprendre ces quelques notions :
    – Non les abeilles ne butinent pas les champignons, seulement les fleurs.
    – Non le champignon n’est pas modifie genetiquement il est issue d’un croisement le rendant donc « sterile » et empêchant sa reproduction a l’infinie.
    – le champignon est un pesticide NON CHIMIQUE (regardez la video, c’est en anglais je sais), il n’est pas nocif pour le sol et permet au contraire de redonner vie a la terre en absorbant « l’huile noire » qu’elle contient.
    – la notion d’OGMs est malheureusement bien mal comprise on parle avant tout d’un champignon qui existe déjà dans la nature mais qui, a son état brut, se propage par spore le but n’etant pas de se retrouve ensevellit par ces champignons il faut alors le croiser et ainsi controler son développement.
    – le depot de brevet lui permet avant tout de ne pas se faire couper l’herbe sous le pied par Monsanto et ses associes, car sans le brevet il ne peut continuer ses recherches (interets et risques de son idee) Monsanto aurait alors pu deposer le brevet a sa place et ainsi decider de n’en rien faire pendant des annees (je ne sais plus exactement la duree du brevet mais je crois que c’est 5 ans)

    En revanche je n’ai pas assez d’information (et le brevet va sans doute permettre d’investiguer plus le problème) pour dire si oui ou non un organisme qui se nourrit d’un insecte infecte peut lui aussi se faire infecter (ce qui pourrait POSSIBLEMENT atteindre l’homme au long terme).
    De plus n’oublions pas que les insectes ont aussi un rôle dans l’aération des sols (les vers de terres, fourmis…) en creusant des tunnels, mais de toute évidence les pesticides chimiques cause sur le long terme plus de problemes qu’ils n’en resolvent a contrario du champignon.

    PS: desole pour l’orthographe mais j’ecris avec un clavier anglais et les accents n’existent pas 🙂

    Répondre
    1. Ersatz

      Ouf.!
      J’arrive au dernier commentaire pour finalement découvrir que quelqu’un d’autre semble du même avis que moi.

      – Permets-moi donc d’approuver tes propos!

      Répondre
    2. Jelegardepourmoi

      Pour info,

      Les produits chimique les plus dangereux sont tirés de la nature, mais bon ….
      Donc OK, il permet de pas pourrir le sol, mais attention, ce qui est bon pour le sol ne l’ai pas forcement pour nous.
      Qui nous dit que le champignon, privé de reproduction par spore, ne va pas muter en réorganisant son ADN avec celui des insectes, car il ne faut pas oublier que celui-ci pousse a travers les insectes, ceux-ci vont vite s’adapter et le champignon aussi !
      Bref, mis sous le trait de la plaisanterie bien sûr, on va droit aux zombies ;).

      Ensuite, un croisement est une forme d’OGM lorsque celui-ci est provoqué par une source extèrieur (comme l’être humain par exemple) !
      Pourquoi, tout simplement car si il y a croisement de deux espèces différentes, il y a une modification importante de l’ADN.
      Dans le cas présent, la modification génétique est encore plus contre natures qu’un simple croisement puisqu’elle empêche le champignons de se reproduire naturellement (par spore) !

      Répondre
  31. Ca choque personne de laisser un champignon se développer pendant que l’insecte est vivant ? une mort lente en fait

    Répondre
    1. Jelegardepourmoi

      Si, personellement ça m’a choqué, mais que veux tu, c’est pas la peine de le préciser, tout le monde va te dire « Les pesticides c’est pas mieux, ils meurent lentement aussi ! ».
      C’est pour ça que je dis, arrêtons tout simplement de vouloir les tuer, arrêtons de tuer leurs prédateurs, et la nature, en reprenant ses droits, rééquilibrera tout ça !!!

      Répondre
  32. VilainCanard

    je suis dubitatif non sur la teneur du brevet mais sur celle de l’article. Pourquoi donc ? Un brevet n’a pas pour vocation à être distribué « en masse » mais à protéger une invention ! Qu’il l’exploite commercialement (les brevets aident en cela) ou qu’il divulgue sa méthode livre de droits. ABE

    Répondre
  33. François Piengeon

    L’homme, l’homme, l’homme toujours l’homme ! Ma solution est de ne mettre aucun pesticide, qui a eu cette idée un jour ? Je suis certain que l’on sait vivre sans ! Peut être que les récoltes seront moins bonnes, mais en attendant nous sauverons une partie de ce que nous avons endommagé. A chaque fois que l’homme invente quelque chose, ça finit toujours de la sorte, on en veut toujours plus jusqu’au jour ou l’on commence à regretter. Il y a des espèces sur ce monde qui sont la depuis des centaines de millions d’années. Et laissez moi rire, l’homme est apparu il n’y a que 2,5 millions d’années et a presque corrompu la moitié de celles ci ! J’ai honte d’être un être humain quand j’apprend ces choses. Beaucoup d’entres nous en on honte, mais ce n’est pas en ayant honte que l’on va changer les choses ! Je suis photographe Nature dans la vie active et je peux vous dire que des cruautés de l’homme j’en ai déjà eu ma dose, j’ai l’air d’un con derrière mon boitier à me focaliser sur l’image que je vais faire et par la suite devoir quitter cet endroit que je ne reverrai peut être plus jamais de la sorte. La déforestation, la pollution de l’atmosphère, le réchauffement climatique ( et j’en oublie un tas ), sont des bêtises graves de l’homme car elles affectent directement notre monde et finiront même par nous détruire. Alors moi je dis STOP ! Arrêtons d’inventer quand on croit savoir ! N’utilisez que les choses essentielles qui peuvent vous maintenir en vie ! Jusqu’à ma mort je me battrai pour changer le monde ! On dis que l’homme à un cerveau mieux développé que n’importe quelle autre espèce vivant sur terre, mais si c’est vraiment le cas, à nous de le prouver !

    Répondre
    1. Jelegardepourmoi

      Entièrement d’accord avec vous !

      STOP aux pesticides !!!
      Surtout quand on sait que la nature sait faire ça elle même sans tout détruire sur son passage, prédateurs/proies, personnes ne connait ?
      La base de la vie sur terre, et partout dans l’univers je pense, la chaîne alimentaire, un équilibre fragile et constant (enfin plus vraiment avec le besoin de l’homme de se prendre pour dieu) !

      Répondre
    2. eliane21120

      Votre commentaire résume TOUT mais une chose à rajouter. Les animaux aussi savent penser et agir malgré les tortures écologiques qu’ils subissent à cause de l’homme et de sa soif du pouvoir et de l’argent. Je suis très proche de la nature et très proche du bio qui ne l’est pas totalement vu que certains pesticides sont volatiles hélas. A nous de laisser la nature reprendre ses droits le plus naturellement possible et si cette alternative peut apporter un plus pour améliorer l’écosystème durant une période afin que tout redevienne normal ( je rêve peut-être ! ) alors oui, pourquoi ne pas tenter. J’ai partagé cet article afin de mobiliser le maximum de gens qui se battent contre Monsanto et ses conneries qui nous sont imposées. Nous devons réagir dans ce sens et avoir le but de préserver et la planète et les êtres vivants des dérives qui ne devraient pas exister. La mondialisation n’est pas bon du tout.

      Répondre
    3. Ersatz

      Je pense qu’il est un peu simpliste et naïf de se demander « mais pourquoi donc avons nous commencé à utiliser des pesticides? »

      Je pense qu’il est nécessaire d’élargir le débat et de regarder dans l’Histoire pour bien comprendre que cette utilisation est juste la conséquence de plusieurs facteurs.
      Pourquoi les 2 Guerres?
      Pourquoi les famines?
      Pourquoi l’industrialisation?
      Pourquoi la mondialisation?
      Pourquoi tant de pollution?
      Pourquoi le monde à la dérive?
      Pourquoi le capitalisme?

      Moi ce qui m’hallucine, c’est qu’il y a des types qui se baladent à longueur d’année en avion ou en hélico pour prendre des photos de Nature – et apparemment de désastre écologiques – à l’autre bout du monde… et qui finissent par donner une leçon de morale écologique sur Internet.
      Puis qui s’étonnent du déroulement des choses, de l’inaction,
      des conséquences logiques,
      d’un « pourquoi » naïf et enfantin

      Moi aussi je dis STOP.

      Et comme tu le dis si bien, tu as l’air d’un con derrière ton boitier à pleurer les pollutions que l’Homme impose à la planète.

      Répondre
  34. Jelegardepourmoi

    Bonjour,

    Pourquoi ne pas tout simplement arréter d’utiliser des pesticides, idem pour le champi de l’horreur (pour ne pas dire torture), laissons la nature réécrire les lois, il fût une époque, ou les pesticides inéxistants, ou tout ce petit monde était équilibré, les insectes était mangés par d’autres animaux et tout était bien.

    Pour rappel, si des société comme mosanto existe, c’est avant tout parce que l’humain a détruit une partie de l’écosystème qui permettait la régularisation naturelle de tout ça.

    Répondre
    1. Ersatz

      Pour une raison qui me semble évidente:
      Parce que nous devons nous nourrir, nous, hommes et que comme géniaux nous sommes, nous avons depuis quelques décennies déjà opté pour des modes de productions intensives.
      Depuis des années il est question de productivité, de rendement, de qualité supérieure, plus grosse, plus lourde, plus rentable, plus vite.
      Depuis des années, le nombre d’agriculteurs est en constant déclin;
      et le nombre d’humains à nourrir sur cette planète est en croissance exponentielle.

      Pour nourrir tout le monde, il est actuellement nécessaire de cultiver de façon intensive. Les paysans n’ont plus le choix.
      Qui dit cultures intensifs, dit aussi pesticides.
      L’intensif attire les nuisibles parce que l’environnement leur paraît idyllique, et nous n’avons d’autres choix que de les limiter pour préserver nos cultures.. par les pesticides.

      Si vous ne voulez plus de pesticides, il va falloir réorganiser nos modes de productions. Inévitablement ça doit passer par:
      – la réattribution et l’augmentation de terres agricoles pour cultiver en extensif, voire en permaculture (alors que la tendance est inverse) et la relocalisation (qui nous coûte bien trop cher à nous, occidentaux extra-consommateur sur-saturés, n’est-ce pas)
      – de davantage de braves volontaires pour s’atteler à la production, … agriculteurs qui en l’état travaillent durs, exposé aux rythmes et aux aléas de la nature pour être payer aux lances-pierres… et qui sont soumis aux lois des multinationales.

      Ca donne envie, c’est sûr.

      Laisser la nature reprendre ses droits, oui, mais ce sera contre des pertes humaines décimées par la famines sans doute.
      Sans cynisme, sans surprise, je ne m’étonnerais pas de savoir quelles seraient les premières populations à disparaître…
      et ce serait con pour nous joyeux occidentaux bien-aisés, c’est quand même elles qui produisent et fournissent les matières premières dont nous avons besoin, à moindre coût…
      (hum)

      Répondre
  35. kifran

    Si je dois mourir champignonné de l’intérieur !! pourvu que ce soient des champignons hallucinogènes !

    Répondre
    1. eliane21120

      AH AH AH marrant car j’ai mangé des champignons blanc ce midi soi disant de Paris alors que le vrai champignon de Paris est normalement marron gris, et qu’il n’existe à ce jour qu’un seul myciculteur sur Paris qui travaille dans des voûtes champignonnière quand on sait que la Chine possède 70% de la production mondiale de champignon de  » Paris  » bien blanc. Mais bon, faut bien manger hein ! 🙁

      Répondre
  36. Hénaykinage

    Humble expérience;ayant jardiné depuis des décennies en premier temps avec des pesticides j’ai constaté de nouveaux problèmes mais solutionnés par de nouveaux pesticides spécialisés, jusqu’au jour où j’ai tout arrêté.
    Dans le jardin resté en friche herbes et fleurs sauvages plus des plantations de plusieurs variétés de plantes pour attirer insectes et oiseaux ont repris le dessus.La biodiversité a repris ses droits.Ensuit,5ans après, j’ai cultivé sans produits chimiques: effectivement un équilibre s’est installé:chacun a trouvé son prédateur (escargot mangé par le merle etc…).
    En conclusion pas de précipitation; il faut observer et redécouvrir, à l’instar des anciens, comment fonctionne la nature avant d’intervenir pour l’aider sans détruire l’écosystème car chaque élément doit avoir son utilité.

    Répondre
  37. pfffff

    Alors si on fait une chaine :
    l insecte mange le champignon et le porte en lui ,
    ensuite un oiseau passe et le bouffe ….
    et ensuite qui mange l oiseau ……????

    et le champignon sur la photo c est bpas des champignons qui mettent perpette a ce devellopper????

    et alors là ya du lourd !!!!! le commentaire le plus debile de la page decerné au gourou de la secte de mon cul :

    JACQUES CASTELLI a dit :
    Bonjour à tous, j’écris ce message pour dire que je connais personnellement Frère Elyôn et contrairement à ce
    qu’écrivent sur internet beaucoup de gens pleins de préjugés et ignorants de sa personne, Frère Elyôn n’est pas un
    gourou, ni un voleur, ni un manipulateur, ni un escroc, ni un fou, ni un homme en mal de reconnaissance, et les dons
    que son association reçoit il ne s’en sert pas pour lui-même mais pour les oeuvres que Dieu lui demande de réaliser !
    Mais c’est un vrai religieux et prophète !
    De même Dieu lui à demandé de réaliser un site internet pour éclairer les âmes et les sauver, alors profitez-en et
    lisez-le (c’est gratuit) avant que vous ne puissiez plus.
    Voilà le site site internet que Dieu lui à demandé de réaliser

    TOI TU DECHIRE …..Y SONT BON LES CHAMPI HEIN!!!!

    Répondre
    1. AL

      Oui c’est bien connu la chaine alimentaire n’existe pas et les écosystèmes non plus.
      Depuis toujours l’homme a trouvé sa nourriture dans les supermarchés et sans ça jamais il n’aurait pu survivre.
      D’ailleurs tu dois être en manque de pesticides, d’insecticides ou d’engrais pour tenir de tels propos !

      Répondre
  38. julien

    Allo les gens!
    Les abeillent ne sont pas les seules insectes polénisateurs!
    Alors cessez de ne vous inquietez que pour elles, d’ailleurs les insectes qui polénisent le plus sont les mouches et non pas les abeilles.
    TOUS les insectes qui vont sur des plantes pollénisent, pas besoin d’ailes ou de rayuers noires et jaunes…
    En plus remplacer un pesticide par un autre n’est pas la solution! Tuer les insectes c’est dimminuer la capacité de reproduction des plantes, et appauvrire les sols qui auront donc un moins bon randemement et ca aucun engrais ne pourra le réparer!
    Bref…

    Répondre
  39. Bof

    Le soucis est quand même qu’on est obligé, même en AB, de traiter les champs avec différents produits pour rentabiliser les cultures.. Il ne faut pas foncer tête baissée vers le bio intensif (voir les ravages de la bouillie bordelaise utilisée en masse).
    De plus un champignon transformé pour qu’il ne sporule plus….. ça sonne très OGM

    Répondre
  40. Franck

    Si c’est si révolutionnaire, pourquoi cela n’a-t-il pas changé le monde depuis 2006 ?
    Fadaises donc (ce n’est pas qq internautes qui feront ce que personne n’a fait ou su faire depuis 7 ans)

    Répondre
  41. Sybil95

    Marcherez-vous encore contre Monsanto et consorts le 23 Mai 2015 ?

    Pensez à inviter vos ami(e)s !

    Depuis mai 2013, la March against Monsanto, réunit une à deux fois par an des citoyens du monde entier pour marcher ensemble contre le projet d’agriculture intensive, génétiquement modifiée et dépendante des pesticides que symbolise Monsanto, comme les autres multinationales du secteur des biotech.

    Nous défendrons aussi une agriculture relocalisée, écologique et productive afin d’assurer aux producteurs un revenu juste et aux consommateurs des produits sains.

    Les « marches contre Monsanto » sont des événements autogérés localement par ceux qui s’en emparent.

    Si vous souhaitez participer ou organiser une marche contre Monsanto en France, inscrivez vous ici en indiquant bien le nom de votre ville !

    Nous tenterons de regrouper les initiatives sur cette page et sur notre site : http://combat-monsanto.org/spip.php?article1060

    Répondre
  42. Help

    Les liens vers le brevet ne sont pas cliquables. On peut y aller seulement en copiant/collant l’adresse complète.

    Répondre
  43. green

    Bonjour,
    Je suis complètemen d accord avec Florian et le photographe 🙂 mais pr ce qui est de laisser la nature reprendre ses droits c’est au cultivateur de sy mettre jamais un gouvernement ou une entreprise mettra en place ce concept. pr ce qui est des abeilles qui ne sont pas les seules polenisatrices certes mais je serais curieuse de voir doù vs sortez que ce st les mouches qui polenisent le plus ? car je sais quelles pondent dans les fleurs et dc ce ne st pas vrmt lamie des maraichers. de plus ce st ts les insectes qui st concernés par les pesticides ogm insecticides fongicides ts ces produits chimiques. labeille est plus que jamais indispensable vs navez qu’à voir en asie où elle a déserté certaines régions. ils polenisent à la main ! pr les ogm… ce n’est peut être pas publié dans des revues scientifiques car bizarrement les recherches
    entrepries st étouffées il y a des études et des observations averees qui existent sur leur méfaits ! comme des cochons nés malformes ou des rats développant des malformations. il ne faut pas courir avec les études scientifiques pr dire stop. exemple de lamiante ! faut il qu’il y est des morts pr dire attention ?

    Répondre
  44. J.P.

    Et donc quelles applications ? un brevet sans rien derrière ça sert à rien…

    Répondre
    1. Ersatz

      Ou alors juste protéger l’idée pour que d’autres ne le fasse pas et ne l’exploite pas..?!

      Répondre
  45. Jean-René

    Certes, les fourmis ne mangent pas de pucerons (mais les coccinelles, oui !), par contre elles en élèvent et consomment leur miellat…
    Lorsqu’un « problème »apparaît dans une culture, avant de vouloir le « résoudre avec une panacée » on peut déjà se poser la question du « pourquoi » (culture pas adaptée au milieu ? variété industrielle affaiblie ? trop grande densité de semis ? monoculture sur une trop grande échelle ? sol malmené ? etc).

    Quant à identifier Monsanto comme le « Grand Méchant » (le Mal) et espérer le « détruire », puisque nous sommes sur un site intéressé par l’Esprit et la Métaphysique, on pourrait peut-être envisager les choses sous un angle moins binaire…
    Tout de bon !
    JR.

    Répondre
  46. Stud

    Le seul brevet qui est indispensable à une agriculture sain et sûr, c’est celui que mère nature possède déjà. « Less is More », cette célèbre maxime de Mies van der Rohe, peut être aussi appliquée dans l’agriculture, l’alimentation, et notre façon de consommer de façon générale. Vive le bio, sans pesticide ni rien de plus qu’une bonne irrigation des sols. Et c’est tout, vous verrez, ça pousse quand même !

    Répondre
    1. Katerine

      on ne dit pas que ça ne poussera pas , mais que ça ne nourrira pas les hommes mais les insectes ! Qui des lors,sans aucun « pretadeur » tout en ayant un accès illimité à la bonne bouffe , proliféreraient à outrance et nos fruits et légumes, seraient alors un met de choix pour ces derniers . Que pensez vous qu’ils nous restera après le passage de ces insectes : rien que vous voudrez consommer ou même pourrez consommer !!!

      Répondre
  47. Joel

    Eh c’est cool les champi ! C’est comme dans le jeu The last of us !!!

    Répondre
  48. Clement

    C’est ni plus ni moins un OGM ce champignon et comment il va se comporter dans la nature vis à vis des autres champignons et de la chaîne alimentaire s’il détruit les insectes de l’intérieur il détruira aussi les oiseaux et ainsi de suite … Après s’il y avait moyen de produire autrement pour nourrir tout le monde je pense qu’on le ferai ….
    Mais produire autant avec de moins en moins de surfaces et en retirant l’usage de ces produits risque d’être compliqué…. Ou alors acceptons les guerres pour l’accès à l’alimentation ….
    Ceux qui produisent ces produits sont également fabriquants de médicaments donc commencé par arrêter de vous soignez avant de critiquer l’agriculture d’aujourd’hui …. Et regardez en sortie de station d’épuration vous verrez que les principales molécules retrouvé viennent de ces médicaments.

    Bref les bons penseurs d’aujourd’hui on la critique facile mais ne donnent jamais de réponses claires et réalistes pour demain …..

    Répondre
  49. Katerine

    Ct article preconise de boycotter les OGM (organisme génétique modifié) et propose comme solution d’utiliser un OGM ! : un champignon génétique modifié , pour, notamment , ne pas produire de spores. Sachant que le credo des anti OGM est de dire « on se sait pas ce que cela donnera »

    Je prône le durable et l’agriculture raisonnée et la PFI , je ne suis pas pour le BIO qui n’est qu’un Lobbying .. et j’estime que la cohérence doit être de mise quand on prétend avoir une solution miracle. Bien entendu les pratiques commerciales de MONSANTO doivent être dénoncées et plus ! Mais remplacer un probleme par un autre … après il est fort probable que cette decouverte puisse avoir de relle application : le champs des applications reste à étudier et à determiner

    Répondre
  50. Joanne

    Bonjour,
    J’ai trouvé cet article très intéressant, d’autant plus que j’habite aux Etats-Unis où tous les aliments sont OGM et je défends aussi la cause animale. En ayant lu votre article, je suis tombée sur cette phrase qui me laisse assez perplexe.. »En retour, cela attire les insectes qui en mangent et se transforment en champignon de l’intérieur ! »

    Cela voudrait-il donc dire que l’insecte, encore vivant, se transformerait au fur et a mesure en champignon? Leur souffrance, meme si ce ne sont que des insectes oui, en parlons nous? Alors les abeilles, insectes nécessaires à notre propre survie, seront épargnées mais le reste peut agoniser pendant de longues periodes jusqu’a la transformation en champignon?
    Je me pose simplement la question d’avoir bien compris cette phrase..

    Répondre
    1. Ersatz

      Actuellement, nous pulvérisons des insecticides systémiques dans nos cultures pour éliminer les nuisibles,
      Allez demander à ces insectes si leur mort est plus agréable… dissout de l’intérieur par un produit léthal.

      Répondre
  51. Youuçouf

    Bonjour,

    Si vous souhaitez que je partage, ainsi que mes amis, veuillez modifier les termes « créations de mère nature » par « cycle naturel » ou dans le sens. Le seul Créateur est Dieu et il ne faut pas être intelligent pour le comprendre. Il suffit de faire appel à sa raison. Comment la nature pourrait-elle être créatrice alors qu’elle a elle-même un début ? Depuis quand une chose pourrait-il se créer lui-même alors qu’il n’existait avant de rentrer en existence. C’est insensé. N’est ce pas qu’un livre a besoin de qui l’a écrit ? Qu’un immeuble a besoin de qui l’a construit ? De la même façon ce monde existe parce qu’un être a voulu qu’il existe. Cet être qui est forcément Unique dans l’absolue c’est à dire sans endroit (puisqu’Il en est le Créateur), sans comment (puisqu’Il en est le Créateur) et qui ne dépend pas du temps (puisqu’Il en est le Créateur), on le nomme Dieu, alLâah, God, … Et tout rentre en existence par Sa seul volonté qui est éternel (sans début et sans fin).

    Donc merci de changer ces mots et je pourrais partager car il est évident que cette découverte est intéressante. Il y a dans la nature tout ce que l’homme a besoin pour son équilibre. Les entreprises telles que Mossento fabriquent le désordre.

    Répondre
    1. didier

      Merci de ne pas faire d apologie religieuse sur des sujets qui traitent de realitées et non de phantasmagorie

      Répondre
  52. christounette

    tout est là noir sur blanc, ce champignon tue aussi les abeilles !
    « Cette mycoattractant et champignons preconidial mycopesticidal et des extraits de celui-ci sont individuellement et / ou collectivement utile contre ces insectes (Insecta) que les termites (Isoptera), y compris Rhinotermitidae, Kalotermitidae, Termitidae, Mastotermitidae, Hodotermitidae et Serritermitidae tels que les termites souterrains, termites de bois sec, termites moissonneuses, termites, les termites dampwood désertiques et les termites rottenwood, etc., y compris Coptotermes formosanus Shiraki (de termite de Formose), Reticulitermes (par exemple, R. flavipes, R. virginicus, R. speratus, R. hesperus, R. jambier, R. lucifugus, R . santonensis ), Cryptotermes (par exemple C domesticus et C. cubioceps ), Acanthotermes, Ahamitermes, Allodontermes, Amitermes, Amitermitinae, Anacanthotermes, Archotermopsis, Armitermes, Calcaritermes, Capritermes, Cornitermes, Cubitermes, Drepanotermes, Globitermes, Glyptotermes, Heterotermes, Hodotermes, Hodotermopsis, Incisitermes (par exemple I. mineure ), Kalotermes (par exemple, K. flavicollis ), Labiotermes, Macrotermes, Macrotermitinae, Marginitermes, Mastotermes ( M. darwiniensis ), Microcerotermes, Microhodotermes, Nasutitermes, Nasutitermitinae, Neotermes, Odontotermes, Ophiotermes, Paraneotermes, Parastylotermes, Parrhinotermes, Pericapritermes, Porotermes, Prorhinotermes, Psammotermes, Rhinotermes, Rhynchotermes, Rugitermes, Schedorhinotermes, Serritermes, Stolotermes, Syntermes, Termes, Termitinae, Termitogeton , Termopsis et Zootermopsis, et les fourmis, les guêpes et les abeilles (hyménoptères), y compris, par exemple, les fourmis ( Formicoidea: Formicidae ) tels que les fourmis charpentières ( camponotini ) Camponotus modoc, C. vicinus, C. ferrugineus, C. floridanus, C. pennsylvanicus, C. herculeanus, C. varigatus, C. abdominalis et C. noveboracensis, Calomyrmex, Opisthopsis et Polyrhachis, les fourmis de feu Solenopsis invicta et S. richteri , fourmis pharaons ( Monomorium de pharonis ), les fourmis argentines, les fourmis de la chaussée, les fourmis de l’immobilier odorantes et les fourmis coupeuses de feuilles ( Atta et Acromyrmex ), guêpes ( Sphecoidea et vespoidea ) et des abeilles (Apoidea y compris les Apidae « tueur d’abeilles » Apis mellifera adansonii et Apis scutellata mellifera et de leurs hybrides, en particulier ceux des hybrides avec l’abeille européenne). »

    Répondre
  53. THOMSSS

    Comme quoi, aucune géne à breveter le vivant, tant que tu ne t’appel pas monsanto!

    Répondre
  54. Monique Massé

    Je suis Hyper d’accord de laisser la nature s’occuper d’elle même. Des personnes partout dans le monde s’y mettent, les mains dans la terre, afin de produire leur propre jardins, personnellement ou en communauté.
    En s’occupant simplement de nourrir le sol par du compostage et d’empêcher par des méthodes naturelles telle que la permaculture la prolifération des plantes envahissantes. Les insectes nuisibles, qui en passant ne sont que 1.5% de tous les insectes de la terre, sont facilement mis hors d’état de nuire par de simples voisinages de différentes plantes, ce qui prouve la stupidité et l’inutilité des monocultures à grande échelle. Donc, si chaque personne sur cette terre cultivait la moindre parcelle de terre autour d’elle d’une façon naturelle, on ajouterait du  »vert » partout, et on réglerait le problème de la faim dans le monde en affamant les entreprises comme Mosanto, ou autre malfrats. Échec et Mat aux lobbyistes de ces compagnies!

    Répondre
  55. Pierre-Edouard Hunkeler

    ah oui ? et ces insectes infectés de champignon restent des maillons de la chaîne alimentaire. Qu’en adviendra-t-il de leur prédateurs ? Infectés à leur tour ? Puis toute la chaîne alimentaire ?

    Répondre
  56. Michel Phylos

    Il semble y avoir des applications très intéressantes dans l’utilisation de ces champignons, mais un coté me dérange… Il parle de la propriété insecticide qui tue les insectes, voir même (si j’ai bien compris) les transforme en champignon. Hors, nos abeilles sont nos principaux insectes pollinisateurs et pourraient être décimées (comme avec les pesticides Monsanto), voir pire, le champignon transporté dans les ruches… Je ne sais pas trop quoi en penser !

    Répondre
  57. lolochrastan

    Il n’y a pas à tuer les insectes si la culture des végétaux est faite avec bon-sens, c’est à dire en appliquant les techniques permacoles, qui non contentes de (re-)créer la vie dans les sols, demandent beaucoup moins de travail et surtout d’espaces de culture.
    Ainsi la production de végétaux comestibles s’inscrit dans un cycle viable dans lequel chaque élément a sa place, y compris les limaces. Oui, les limaces !

    Répondre
  58. nik

    Ca champignon « cordyceps » est present en amazonie depuis des milliers d annees.
    Il infecte les fourmis.
    Pourquoi un guignol devrait il en deposer le brevet ?
    IL me semblait qu il etait interdit de breveter le vivant ?

    Il n agit ni plus ni moins que comme ces compagnies parasites monsanto et consort qui vivent de ces pratiques !

    Répondre
  59. marguerite077

    si cela est possible tout doit etre gratuit pour nous eh pas le contraire! car l’homme gentil doit donner sans argent ce qui trouve dans la nature..cela s’appelle « l’insensé qui demande pour nuire » ou simplement »ne nous prenez pas pour des larbins de pacotilles!Dieu seul sait qu’on frise le ridicule face à la lacheté des gens qui friment et volent l’honneteté des incredules et pauvres!

    Répondre
  60. Simon Lacombe

    Désolé de casser le scoop, mais ce type de champignon « entomopathogène » est connu depuis des années. Des recherches sont déjà en cours sur ce sujet dans pas mal de pays et il existe déjà des biopesticides contenant du Metarhizium anisopliae et autres agents de biocontroles (biopesticides qui, soit dit en passant sont commercialisés par des firmes internaionales; il me semble qu’il s’agit de BASF, mais c’est à vérifier).

    Répondre
  61. Etienne A

    Ici aux USA, je vis en Californie, il y a … 322 millions d’ habitants et seulement … 3.2 millions d’agriculteurs.
    Alors, il est facile de se demander …
    COMMENT PEUT ON SUBVENIR AUX BESOINS d’une telle population?
    La repose est simple :
    les OGM.
    Netflix, qui a ses origines, basait ses programmes sur des documentaries en a fait un tres bon intitule :
    « OMG/GMO ».
    Et bien sur la cible principale n’est autre que …Monsanto.

    Répondre
  62. Tumai

    C’est marrant ce dernier article d’étienne auquel aucun des techniciens agronomes et autres sur ce forum ne répondent depuis le 31 décembre 2015..
    Je ne suis pas un technicien en tant que tel en la matière mais j’ai lu les commentaires de chacun avec attention et tout au long de cette lecture une question résonne dans ma tête : comment l’être humain fera t’il pour se nourrir quand on sera (ou plutot ils seront) 20 – 30 milliards sur la planète ?
    Considérant que chaque jour le citoyen lambda que nous sommes est un peu plus trompé par les multinationales et leurs brevets, et que l’éveil des consciences sur ces sujets complexes est rendu compliquée dans les pays où l’éducation (publique) est limitée (je vis au Brésil, et au contraire de la France, Monsanto il y’a pas grand monde qui connait malheureusement…), comment se sortir de cette situation d’aveuglement des consciences ?
    La raison principale de ce problème (et des autres en terme d’environnement) n’est-elle pas tout simplement la profilération exponentielle exagérée de l’être humain sur terre ? Je me pose cette question car on parle d’avoir des enfants avec ma femme et je suis préoccupé de l’état du monde dans lequel nos enfants vont grandir.

    Répondre
    1. hurard

      Heureux de constater que cette question commence à se poser de plus en plus souvent !

      Répondre
  63. Dany

    Ce qui m’étonne toujours dans les cultures Bio et circuits courts c’est que les produits coûtent aussi chers voire plus que les produits dits ‘classiques’ qu’on trouve dans les grandes surfaces !
    Tout le monde sait qu’on dénonce de plus en plus le nombre d’intermédiaire et tout le monde sait que plus il y en a, plus chacun veut faire son bénéfice ! Résultat des courses, c’est le consommateur qui paie !
    Pourquoi les bio-cultivateurs prennent référence sur le prix en hyper-super marchés lorsqu’ils vendent en direct ou avec peu d’intermédiaires ?
    J’ai l’impression que tous veulent faire du beurre finalement et que nous sommes pas prêts de nous tourner que vers ce type de cultures ! Tant pis pour eux ! S’ils le faisaient, il y a belle lurette que la culture ‘classique’ serait en perte de vitesse.
    Je me trompe peut être de raisonnement, alors, n’hésitez pas à me donner votre point de vue…

    Répondre
  64. Midu13009

    Voilà 10 à 15 ans que ce brevet n’a attiré aucun laboratoire, aucun investisseur, aucune multinationale. Et il y a un marché de 16 milliards de dollars à prendre ! Je pense que le champignon miracle manque de mycélium même..

    Répondre
  65. Low-H

    Et qu’arrive-t-il aux oiseaux et aux animaux qui se nourrissent de ces insectes, les fameux champignons les affecteront aussi ???

    Répondre
  66. L'Éveillé

    En quoi cela nuit à Monsanto? Le Round Up est un herbicide et non un insecticide….

    Répondre
  67. Dee

    Ce blog vaut tous les liftings des temps modernes. En le lisant, de part en part, j’ai eu l’impression de revenir 20 ans en arrière; Bio versus Monsanto. Hyperproductivité/ Raréfaction des surfaces cultivables. Malbouffe/ Surpopulation. Que des raisonnements linéairement manichéens. De la logique horizontale en 2D. Essayez la 3D: cultures verticales, aquaponie ( culture sur des aquariums fertilisants), ça existe, c’est très rentable et c’est respectueux de l’écosystème. Notre culture occidentale nous a si bien éduqués à nous courber devant les multinationales que nous n’osons même plus penser à faire ce que n’importe quel végétal fait spontanément : lever le col vers le soleil et vivre en osmose avec son environnement. Il n’est pas trop tard pour tenter de s’y mettre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *