La super lune de sang pourrait avoir une incidence sur le sommeil des adultes et des enfants

de | 31 janvier 2018

sommeil des enfants

Image crédit : Shutterstock

La super lune de sang pourrait avoir une incidence sur le sommeil des enfants

Vous avez probablement déjà associé le comportement turbulent de vos enfants à la présence d’une pleine lune.

Notre connexion à la lune et aux cycles lunaires a fait l’objet de légendes, de spéculations et de mythologies tout au long de l’histoire de l’humanité.

La relation du comportement humain, et du sommeil, avec les phases changeantes de la lune fait également l’objet d’une recherche scientifique. Encore relativement sous-étudiés par rapport à l’influence des rythmes solaires, saisonniers et circadiens, les effets des rythmes lunaires sont étudiés par des chercheurs de différentes disciplines. Il existe déjà des preuves de plus en plus nombreuses que le cycle lunaire influence la fonction physiologique et le comportement chez les animaux, y compris les oiseaux, les poissons et d’autres formes de vie marine.

Les résultats liés à l’impact des rythmes lunaires sur la physiologie humaine, le comportement et le sommeil sont mitigés.

Certaines études ont trouvé un lien entre les phases de la lune et les changements dans les cycles de sommeil et les niveaux d’activité, tandis que d’autres n’ont pas réussi à découvrir un tel lien.

D’un point de vue scientifique, cette lune supplémentaire n’est pas plus susceptible de provoquer un comportement différent chez votre enfant que toute autre pleine lune, car plusieurs études ont analysé les arrestations et les comportements homicides et suicidaires autour de la pleine lune.

Pleine lune, moins de sommeil pour les adultes et les enfants ?

Une nouvelle étude internationale à grande échelle a récemment étudié les effets des phases lunaires sur les niveaux de sommeil et d’activité des enfants. L’enquête a impliqué plus de 5 000 enfants de 12 pays, et l’équipe de recherche a découvert un changement dans les habitudes de sommeil des enfants en rapport avec les changements des phases lunaires.

Les chercheurs ont utilisé les données de l’étude internationale sur l’obésité, le mode de vie et l’environnement (ISCOLE), un projet de recherche en cours avec des sites d’étude en Australie, au Brésil, au Canada, en Chine, en Colombie, en Finlande, en Inde, au Kenya, au Portugal, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les pays participants reflètent la diversité géographique, le développement économique et d’autres facteurs socioculturels.

Au total, 5 812 enfants âgés de 9 à 11 ans ont participé à l’étude, répartis à peu près également parmi les nations participantes. Les chercheurs ont recueilli des données sur la durée du sommeil nocturne et l’efficacité du sommeil, la quantité de temps passé à dormir par rapport à la quantité totale de temps passé au lit. Les données collectées ont été analysées en relation avec trois phases lunaires différentes:

  • Pleine lune (plus ou moins quatre jours)
  • Demi-lune (plus ou moins cinq à neuf jours de la pleine lune la plus proche)
  • Nouvelle lune (plus ou moins 10 à 14 jours de la pleine lune la plus proche)

L’analyse de l’équipe a révélé un changement mineur mais statistiquement significatif de la durée du sommeil des enfants en lien avec la pleine lune : les enfants ont dormi en moyenne 4,9 minutes de moins pendant la pleine lune, par rapport à une nouvelle lune. Cela équivaut à 1% du temps total de sommeil.

C’était la seule mesure du sommeil et de l’activité associée à la modification des phases lunaires. Les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre les différentes phases lunaires et les niveaux d’activité des enfants, le temps sédentaire ou l’efficacité du sommeil.

Autre preuve de la relation entre la lune et le sommeil

Bien que les scientifiques n’aient pas trouvé de changements profonds ou spectaculaires dans le sommeil des enfants liés à la lune, leur étude, la première à étudier l’influence lunaire du sommeil chez les enfants dans cinq grandes régions du monde, établit un lien modeste mais significatif entre la durée du sommeil et les phases lunaires. Cette recherche est en phase avec des études antérieures qui ont démontré un lien entre les cycles de sommeil humain et les cycles lunaires.

En 2013, des chercheurs suisses ont partagé les résultats d’une étude des cycles lunaires et du sommeil qui ont révélé plusieurs changements significatifs dans les habitudes de sommeil associées à la pleine lune:

Une diminution de la durée du sommeil. En moyenne, les participants ont dormi 20 minutes de moins pendant la phase de pleine lune.

Un sommeil retardé. Les participants ont pris en moyenne cinq minutes de plus pour s’endormir à la pleine lune ou aux alentours.

Une réduction de la mélatonine. Les participants ont montré des niveaux inférieurs de «l’hormone du sommeil» au moment de la pleine lune.

Une diminution de la qualité du sommeil. Les participants ont rapporté dormir moins profondément durant la phase de pleine lune.

Cette étude a attiré beaucoup d’attention car elle suggérait des liens forts entre la physiologie humaine, le sommeil et les phases de la lune. Des études supplémentaires ont ensuite rapporté des changements similaires dans les habitudes de sommeil liées au cycle lunaire. Une enquête, également menée en Suède, a montré une réduction du temps de sommeil de 25 minutes (en moyenne) près de la pleine lune.

Ces chercheurs ont également trouvé des changements dans les cycles du sommeil, en particulier un changement dans le temps qu’il a fallu aux participants pour entrer en sommeil paradoxal au moment de la nouvelle lune. Les participants, qui ont dormi dans un laboratoire pendant l’étude, ont également démontré une plus grande réactivité aux stimuli environnementaux pendant leur sommeil pendant les périodes de pleine lune.

Dans une autre étude, une équipe d’Europe, du Canada et des États-Unis a également établi des liens entre le cycle lunaire et la durée du sommeil, l’efficacité et la qualité du sommeil et les changements du sommeil lent et du sommeil paradoxal.

Résultats mitigés

Toutes les preuves n’indiquent pas clairement un lien entre le sommeil et le cycle lunaire. Une étude récente sur plus de 2 000 hommes et femmes en Suisse n’a trouvé aucun lien entre les phases de la lune et la durée du sommeil ou la qualité du sommeil.

Une autre étude récente, l’une des rares autres études à s’intéresser spécifiquement au sommeil des enfants par rapport aux phases lunaires, a trouvé des changements dans les niveaux de sommeil et d’activité qui étaient nettement différents de l’étude actuelle. Dans l’étude, des chercheurs danois évaluant 795 enfants entre 8 et 11 ans ont constaté que les enfants dormaient un peu plus, en moyenne trois minutes, au moment de la pleine lune, pas moins.

De plus, ils ont constaté que les niveaux d’activité des enfants ont changé par rapport à la Lune: les enfants étaient légèrement moins actifs durant la phase de pleine lune en moyenne d’environ quatre minutes d’activité modérée ou importante.

Le lien entre le sommeil, le comportement éveillé et la lune existe depuis très longtemps. Nous commençons tout juste à explorer scientifiquement les relations possibles, et comment elles peuvent affecter nos habitudes de sommeil, et celles de nos enfants.

Sources : scienceline.org/ et www.space.com/ et /www.romper.com  et weather.com/

Une réflexion au sujet de « La super lune de sang pourrait avoir une incidence sur le sommeil des adultes et des enfants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *