Selon une étude, l’alcool est une passerelle à la drogue

de | 15 février 2015

Selon une étude, l’alcool est une passerelle à la drogue

 l’alcool est une passerelle à la drogue

Une étude récente publiée dans Le Journal of School Health révèle que la marijuana n’est pas une passerelle à la drogue, contrairement à ce que la plupart des gens ont tendance à penser. L’ultime passerelle à la drogue est en fait: l’alcool, la plus répandue dans notre culture.

A l’aide d’un échantillon représentatif sur le plan national de l’Université du Michigan contenant un programme annuel sur l’enquête des sondages futurs, l’étude prouve que la consommation de marijuana n’indique pas si oui ou non une personne sera susceptible de prendre des substances plus dangereuses. En d’autres termes, savoir qu’une personne fume de l’herbe ne vous dit rien sur le ‘si’ elle va passer à la consommation de drogues plus dures.

« En retardant le début de la consommation d’alcool, le taux de consommation de substances licites et illicites comme le tabac et des substances comme la marijuana et d’autres drogues, sera affecté positivement, et j’espère voir descendre le pourcentage », a déclaré Adam E. Barry, coauteur de l’étude et professeur adjoint à l’Université du ministère de l’Éducation et du Comportement de la Santé en Floride – en interview exclusive sur Raw.

Barry estime que la théorie nous disant que la marijuana est une passerelle aux drogues remonte à l’ère du film « Reefer Madness » dans les années 1930, qui a été fondamentalement ancré dans les dires des firmes, avec une mauvaise interprétation des données, et des études inappropriées.

l’alcool est une passerelle à la drogue

« Certaines de ces précédentes itérations auraient dues être approfondies et mises à jour, » dit Barry. « C’est pourquoi nous avons voulu étudier cela. La dernière forme de la théorie de la passerelle, est celle qui commence par [la marijuana] et passe enfin par ce que les laïcs appellent ‘les drogues dures’. Comme vous pouvez le voir, les résultats de cette étude confirment cette hypothèse de la passerelle, mais suivent la progression à partir des substances licites, en particulier l’alcool, et passent directement aux substances illicites. »

« Donc en gros, si nous sommes attentifs à ce qu’une personne dit concernant sa consommation d’alcool, alors nous pourrions être en mesure de prédire ce qu’elle fera avec d’autres [drogues], » a-t-il expliqué. « Autre exemple, si nous savons que quelqu’un a consommé de l’héroïne [la drogue la moins répandue], alors nous pouvons supposer qu’il a essayé toutes les autres. »

Bien que cette progression normalisée ne corresponde pas exactement à chaque toxicomane, un détail que l’étude a pris en compte; « Il y a un certain nombre d’erreurs que vous êtes en mesure de prédire avec précision [le futur comportement à la toxicomanie] … avec environ 92 pour cent de précision, » dit Barry.

En comparant les taux de toxicomanie entre les buveurs et les non-buveurs, ils ont finalement trouvé que les enfants qui avaient consommés de l’alcool au moins une fois dans leur vie au lycée étaient « 13 fois plus susceptibles de fumer des cigarettes, 16 fois plus susceptibles de consommer de la marijuana et d’autres stupéfiants, et 13 fois plus susceptibles de consommer de la cocaïne ». Ces statistiques mettent la lumière sur la théorie de la passerelle à l’égard de la drogue.

l’alcool est une passerelle à la drogue

Barry a également noté que les taux de consommation de tabac et de marijuana parmi les12 années des élèves en secondaire étaient pratiquement les mêmes, confirmant un rapport de Centers for Disease Control publiés en Juin, et  une analyse de Raw publié en mai. En fait, ce qui devrait nous inquiéter le plus est la consommation de tabac au sein de la jeunesse, qui est beaucoup plus mortelle et dangereuse.

« Ces résultats devraient faire prendre en considération le niveau d’accès que les enfants ont à l’alcool, étant donné qu’il est considéré comme moins nocif que certaines de ces autres substances », a ajouté Barry. Il est étrange que, étant donné le nombre de décès causés par l’alcool chaque année, l’accent est toujours axé sur la marijuana, à la place du vrai coupable.Une étude publiée en 2010 dans la revue médicale Lancet a classé l’alcool comme la drogue la plus dangereuse de toutes, au-dessus de l’héroïne, du crack, de la méthamphétamine, de la cocaïne et du tabac. Encore plus frappant: L’étude de Lancet a révélée que ceux qui la consomment sans relâche étaient deux fois plus susceptibles d’être nuisibles pour leur entourage, que ceux qui consomment la deuxième drogue la plus nuisible, l’héroïne.

« C’est le moment du resserrement budgétaire », a conclu Barry. « Beaucoup de services sociaux sont coupés. Si vous prenez [ces résultats] et les appliquez à un établissement de santé scolaire, cela pourrait apporter de meilleurs résultats concernant ‘l’alcool’. »

 

Sandra Véringa

J’ai rejoint l’équipe ESM en 2014. Il y a beaucoup de choses qui se passent sur la planète qui vont à l’encontre de mes valeurs, j’ai voulu faire de mon mieux pour jouer un rôle dans la création de changements. Depuis que je travaille pour ESM, il y a eu de grands changements dans ma vie et j’espère pouvoir sensibiliser et faire changer la mentalité de notre société.

Alors restez à l’écoute

espritscie‌ncemetaphy‌sique@gmail.com

Sources dans l’article et RawStory.com by Stephen Webster

Après Selon une étude, l’alcool est une passerelle à la drogue voir aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *