Révélation: des ingrédients effrayants cachés dans le sushi

de | 12 février 2015

Révélation: des ingrédients effrayants cachés dans le sushi

Sushi : des ingrédients dangereux cachés dans 8 plats de Sushis populaires

La plupart des gens considèrent ces aliments comme étant un choix sain lorsqu’ils vont au restaurant ou même lorsqu’ils cherchent un plat rapide à emporter. De plus on trouve facilement ces aliments tout faits dans les supermarchés et à un prix raisonnable.Évidemment, si vous commandez certains rouleaux de sushis qui sont frits, vous êtes probablement déjà au courant que tout ce qui est sur le menu de votre restaurant asiatique préféré n’est pas forcément très sain.Mais ce qui pourrait en étonner certains, même la plupart des amateurs de ce mets soucieux de leur santé, ce sont les ingrédients potentiellement dangereux qui sont cachés même dans les choix qui paraissent excellents, comme la salade d’algues, le wasabi ou le gingembre pour Sushi.

cachés dans le sushi

ingrédients effrayants cachés dans le sushi

Un rapport révélateur d’Andrea Donsky, fondateur de NaturallySavvy, a exposé les nombreux ingrédients qui ne sont en fait pas très bons pour la santé, trouvés dans des aliments asiatiques populaires.

8 plats de Sushis populaires :

La salade d’algues poursushi

Les algues sont une excellente source d’iode, de vitamines et de minéraux, à condition qu’elles proviennent d’eaux propres, non-polluées. Mais la salade d’algues vendue à de nombreux restaurants de sushis est livrée en vrac déjà préparée en provenance des sociétés de distribution et peuvent contenir :

– Du sirop de maïs riche en fructose – De l’huile végétale  – Des protéines hydrolysées (qui contiennent du glutamate monosodique (GMS))  – Des colorants artificiels, comme le bleu et le jaune  – Des ingrédients génétiquement modifiés

Un signe infaillible qui prouve que votre salade d’algues préférée contient certains de ces ingrédients « pré-emballés », c’est une couleur verte anormalement vive. Vous pouvez aussi demander directement au restaurant s’il fait sa propre salade d’algues.

Le gingembre

Le gingembre présente des avantages phénoménaux pour la santé, allant des nausées et des douleurs arthrites jusqu’à la santé cardiovasculaire et l’asthme. Malheureusement, le gingembre mariné servi à côté des sushis est souvent trafiqué avec des additifs dangereux, comme :

– Du glutamate monosodique – De l’aspartame  – Du sorbate de potassium (un agent de conservation)  – Des colorants artificiels, comme le rouge qui est lié à l’hyperactivité chez les enfants (si le gingembre semble rose)

Le wasabi

Le wasabi a des propriétés anti-inflammatoires, anti-microbiennes, anti-plaquettaires et a potentiellement, des effets anti-cancerigènes. Cependant, cela fait référence au wasabi authentique (celui qui vient de la racine wasabia japonica ou rhizome).

Le wasabi authentique est extrêmement difficile à trouver, même au Japon, et on estime que seulement 5 pour cent des restaurants très haut de gamme au Japon en servent. Alors quelle est cette pâte verte que l’on vous sert avec vos Sushis ? Très probablement une combinaison de raifort, la moutarde chinoise, et de colorant vert. Le rapport présenté a trouvé ce qui suit dans le wasabi :

– Des arômes artificiels – Des colorants artificiels  – Des ingrédients potentiellement génétiquement modifiés (maïs et soja)

Une meilleure alternative est de chercher du « wasabi » qui est fait seulement à partir du raifort, de la spiruline, et du curcuma, qui sera probablement beaucoup plus sain que le faux wasabi vendu dans la plupart des restaurants japonais.

Les graines de sésame

C’est vrai… même des graines de sésame peuvent contenir des ingrédients cachés ! Alors que la plupart des restaurants de sushis utilisent des graines de sésame simplement grillées dans leurs plats, il y a certaines graines de sésame aromatisées sur le marché qui contiennent aussi:

– Des colorants artificiels – Des édulcorants artificiels (sucralose)

ingrédients effrayants cachés dans le sushi suite

La sauce soja

La sauce soja servie avec vos sushis contient aussi probablement des additifs que vous feriez mieux d’éviter, comme:

– Des protéines de soja hydrolysées – Des OGM  – Du sirop de maïs  – Du sorbate de potassium (agent de conservation)  – Du colorant caramel (certains peuvent devenir potentiellement cancérogènes)

Le riz

Le riz utilisé dans les rouleaux peuvent également contenir des ingrédients cachés pour qu’il ait une saveur plus sucrée. Le rapport présenté a révélé que le riz à sushis pouvait contenir :

– Du sirop de maïs riche en fructose – De l’aspartame

Le simili-crabe

La chair de simili-crabe, peut être faite à partir de mulet commun, un poisson en voie d’extinction, et ce n’est pas tout. Elle peut également contenir des additifs, notamment:

– Du glutamate monosodique – Des arômes artificiels

Les œufs de poisson

Les œufs de poisson de couleur orange souvent servis avec des plats de sushis sont également généralement remplis d’additifs comme ceux qu’on trouve dans d’autres aliments asiatiques. Parmi ceux-ci:

– Du glutamate monosodique – Du sirop de maïs riche en fructose  – Un colorant artificiel (jaune)

Le thon et le vivaneau de ces préparations ne sont probablement pas ce que vous pensez

Lorsque vous prenez en compte tous les additifs trouvés dans de nombreux plats de sushis, il devient évident que cette nourriture potentiellement saine a succombé au piège des aliments transformés remplis d’additifs artificiels et d’autres charges au lieu de vrais ingrédients de qualité.

D’autre part, lorsque vous mangez du thon dans votre restaurant de sushis préféré, il y a de bonnes chances pour que vous ne soyez pas en train de manger du thon. Au lieu de cela, la majorité des poissons étiquetés «thon blanc» peuvent effectivement être remplacés par de l’Escolar, un type de poisson qui peut entraîner des effets digestifs graves, y compris des fuites anales huileuses.

Oceana a fait un test ADN sur plus de 1200 échantillons de poissons à travers les États-Unis et a constaté que le tiers était mal étiqueté. Alors que le vivaneau rouge avait le taux d’erreur d’étiquetage le plus élevé (87 pour cent des échantillons de « vivaneau rouge » n’en étaient pas en fait), le thon était en seconde position avec 59 pour cent d’erreur d’étiquetage.

Toutefois, dans les restaurants de sushis, 74 pour cent des échantillons de poissons étaient mal étiquetés. Dans de nombreux cas, le poisson mal étiqueté avait été remplacé par du poisson moins cher, moins souhaitable et/ou plus facilement disponible. Plus de 90 pour cent des fruits de mer consommés aux Etats-Unis sont importés, et pourtant seulement 1 pour cent des importations est inspecté pour fraude, ce qui explique pourquoi la situation soit à ce point hors de contrôle.

Le thon à sushis a généralement une teneur élevée en mercure

La plupart des grands cours d’eau dans le monde sont contaminés par le mercure, des métaux lourds et des produits chimiques comme les dioxines, les PCB et autres produits chimiques agricoles qu’on retrouve dans l’environnement. Le poisson a toujours été la meilleure source d’omégas 3 pour ses graisses EPA et DHA, mais les niveaux de pollution ont augmenté, il est donc de moins en moins viable en tant que principale source de gras bénéfiques.

Ceci est particulièrement vrai pour le thon, qui tend à être un poisson avec un taux de mercure plus élevé. Une étude de l’US Geological Survey a révélé que tous les thons testés contenaient des quantités assez élevées de mercure. Cette contamination peut être encore pire dans les restaurants, évitez donc de consommer du thon quand vous sortez.

En outre, selon une autre étude, des tests toxicologiques ont révélé que le thon vendu dans les restaurants contenait effectivement des quantités plus élevées de mercure que la variété achetée en magasin. La raison en est que les restaurants ont tendance à favoriser certaines espèces de thon, comme le thon rouge et le thon obèse akami, qui avaient des niveaux significativement plus élevés de mercure que le thon rouge toro et le thon albacore. Malheureusement, le mercure tend à s’accumuler à un degré plus élevé dans le muscle que dans la graisse, ce qui rend les espèces de thons maigres très prisées plus sensibles à une contamination élevée.

Si vous aimez les sushis, et que vous voulez en profiter sans ajouter de risques inutiles pour la santé, essayez d’en faire à la maison. Vous pouvez acheter du poisson à faible teneur en mercure, tel que le saumon rouge sauvage d’Alaska, et utilisez des versions naturelles de gingembre et de wasabi pour les condiments. Si cela vous semble trop difficile, sachez qu’il existe de nombreux tutoriels sur la façon de faire vos propres sushis à la maison sur internet tout simplement.

Si vous voulez manger dehors, cherchez un restaurant haut de gamme qui fait ses propres plats, comme la salade d’algues, qui sera honnête sur la divulgation des ingrédients. Évitez de prendre du thon en raison de son taux élevé en mercure et privilégiez le saumon sauvage avec un taux de mercure inférieur, et envisager d’apporter vos propres versions naturelles de wasabi ou de gingembre mariné (disponible dans certains magasins d’aliments de santé) faits maison. Vous pouvez également essayer certaines des options tout-légumes et renoncez à tous les fruits de mer si vous doutez de leur provenance ou de leur pureté.

Évitez impérativement tous les sushis à base de poisson d’élevage. Les fermes piscicoles sont la version aquatique d’une opération d’alimentation des animaux concentrée, et tout comme le bétail terrestre et les élevages de poulets, les fermes piscicoles multiplient les maladies en raison du surpeuplement des poissons dans un trop petit espace. Ils produisent également des déchets toxiques, et des poissons de qualité inférieure. Ces poissons sont même contaminés par des médicaments et du maïs génétiquement modifié, et dans le cas du saumon, l’astaxanthine synthétique, qui est fabriqué à partir de produits pétrochimiques qui ne sont pas approuvés pour la consommation humaine.
Après Révélation: des ingrédients effrayants cachés dans le sushi voir aussi

8 réflexions au sujet de « Révélation: des ingrédients effrayants cachés dans le sushi »

  1. laurent

    c’est une blague cet article j’imagine. on peut me dire ce qu’il y a d’effrayant exactement? colorant, asparthame, conservateurs? il y en a dans tout ce que l’on achete, absolument rien d’exceptionel. quelle perte de temps de lire ce torchon

    Répondre
    1. Heifi

      Non Laurent, pas dans ce que je mange – si tu manges rien d’industriel, des produits frais et que ne touche pas aux boissons tels que limonades etc. tu m’en a pas !

      Répondre
    2. MasterBOX

      Complètement d’accord avec toi, article qui fait dans le sensasionnel sans en avoir les moyen.
      Le seul élément à étudier c’est le mercure, mais aucun taux n’est mentionné (élevé ne veut rien dire).

      Répondre
    3. Alex

      C’est justement ça le problème ! Déjà , il n’y en a pas dans tout ce qu’on mange, il faut savoir déjà lire – ce que vous semblez ne pas savoir faire correctement mon cher Laurent – avant de parler de torchon…et donc lire les compositions ce qu’on achète, consommer bio pour limiter la casse…et les produits asiatiques, à l’origine sains, sont aujourd’hui souvent bourrés d’additifs chimiques. les additifs chimiques ne sont pas une fin en soi, on peut très bien consommer des aliments qui n’en ont pas, se bouger un peu le c…et cuisiner chez soi par exemple !

      Répondre
  2. sylvain Grégoire

    Et encore pire dans certain il y a des morceau de cadavre d’animaux ^^

    Répondre
  3. Eric Tremblay

    De toute façon, on y échappé pas. Y’a-t’il des additifs dans tout ce qu’on mange et pourtant on vit sur un continent et à une période où on bat des record de longévité. Y’a-t’il pas de quoi s’en inquiéter.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *