Cette étude pourrait vous inciter à réfléchir à qui vous mettez dans votre lit

de | 25 octobre 2016

 

dans votre lit

Cette étude pourrait vous inciter à réfléchir à qui vous mettez dans votre lit

Cette étude pourrait vous inciter à réfléchir à qui vous mettez dans votre lit

Les scientifiques ont découvert qu’une assez forte minorité de femmes ont des séquences d’ADN spécifiques du chromosome Y dans le sang. Ceci est intéressant car comme vous le savez peut-être, les chromosomes Y sont portés uniquement par les hommes, alors mesdames, que font-ils là, et d’où viennent-ils?

La réponse évidente serait la grossesse d’un foetus masculin, étant donné que chaque femme qui est déjà tombée enceinte porte encore dans son flux sanguin des cellules de son fœtus. Les cellules de la grossesse se retrouveront dans la circulation sanguine et d’autres organes de la mère jusqu’à la fin de ses jours, même s’il y a eu une interruption de grossesse ou une fausse couche.

Cette condition porte un nom, cela s’appelle le microchimérisme(1), nommé d’après la chimère(un organisme chimérique), qui dans la mythologie grecque est une créature cracheuse de feu monstrueuse venant de Lycie en Asie Mineure, composée des parties de trois animaux: un lion, un serpent et une chèvre. Donc, cela explique les choses pour les femmes qui ont donné naissance à des fils.

Mais alors, qu’en est-il des femmes qui n’ont pas de fils mais qui portent quand même des cellules reproductrices mâles dans leur sang?

dans-votre-lit-3

Cette étude pourrait vous inciter à réfléchir à qui vous mettez dans votre lit

L’étude

Cette résolution prévoyait une étude (2) qui a été menée par des immunologues au Fred Hutchinson Caner Center en 2004. Les résultats de l’étude reposent sur l’analyse d’échantillons prélevés chez plus de 120 femmes qui n’avaient jamais eu de fils. Les chercheurs ont découvert que 21% de ces femmes avaient de l’ADN masculin.

Les femmes de l’étude ont ensuite été réparties dans quatre groupes en fonction des antécédents de la grossesse: Le groupe A avait seulement des filles, le groupe B ne comprenait que les femmes qui avaient eu une ou plusieurs fausses couches, le groupe C comprenait les femmes qui avaient subi un avortement, et le groupe D comprenait les femmes qui n’avaient jamais été enceintes auparavant.

La prédominance masculine du microchimérisme avait considérablement des niveaux plus élevés dans le groupe C, bien qu’il était présent dans chaque groupe: Groupe A (8%), Groupe B (22%), Groupe C (57%), et Groupe D (10%).

Une des conclusions de cette étude est que les sources possibles du microchimérisme masculin comprenaient les grossesses connues, les fausses couches, la disparition de jumeaux masculins, ou les rapports intimes. Cela signifie que par le seul biais des rapports intimes, il existe une grande possibilité pour les femmes de retenir de l’ADN et des gènes mâles au sein de leurs organes et de leur flux sanguin tout au long de leur vie!

Je trouve cela extrêmement fascinant parce qu’un jour un ami spirituel et mentor m’a dit que chaque fois que vous couchez avec quelqu’un, vous gardez en vous une partie de lui(elle). Je considère cela comme une métaphore puissante; que nous gardions avec nous une partie importante de leur énergie. Inutile de dire que ça m’a fait réfléchir à la façon dont certaines choses de mon passé et toute cette analogie ont soudainement pris beaucoup de sens.

Mais savoir qu’il y a de réelles preuves scientifiques sur la question et que cela consiste en une chose physique, qui va au-delà de l’énergie, est assez étonnant. La logique ici est que, en tant que femmes, nous sommes capables de prendre physiquement la molécule d’ADN des hommes avec qui nous avons des relations intimes, et ce renseignement précieux est un élément d’information d’une importance fondamentale.

dans-votre-lit-2

Cette étude pourrait vous inciter à réfléchir à qui vous mettez dans votre lit

Cette science donne un tout nouveau sens aux rapports intimes dans son ensemble.

Ces rapports sont un acte très sacré et spirituel, et à mon avis, ils devraient être considérés comme tel. Beaucoup de gens abusent des relations intimes, ils ont oublié à quoi elles servaient, ce qu’elles représentaient réellement, et à quel point elles étaient importantes et sacrées. Je pense que je parle pour beaucoup de femmes en disant que je sais ce que c’est de se livrer délibérément à des relations intimes à cause de l’insécurité qui règne en soi, ou dans le but de plaire ou d’impressionner un homme sans réellement réaliser à quel point cela est irresponsable.

Parce qu’à l’époque cela ne représentait que de simples relations intimes, et quand vous êtes complètement déconnectée de vous-même, cela ne semble pas être grand chose. Aujourd’hui, en étant plus âgée et plus connectée à mon Moi spirituel, j’ai conscience que les relations intimes ne sont pas quelque chose que l’on ne peut pas accorder librement ou utiliser à tort, c’est un acte sacré qui crée un engagement très fort entre deux personnes qui s’aiment et qui se soucient l’un de l’autre.

Il est tellement important pour nous (en tant qu’humanité) de réaliser cela. Il y a beaucoup de puissance et un potentiel incroyable au sein de cet acte, et cette interaction a la capacité de nous connecter avec notre véritable être.

Beaucoup d’entre nous conservent beaucoup de bagages intimes de leur passé, et il n’est pas de mon intention de vous faire regretter vos expériences passées. Au contraire, vous pouvez lâcher-prise du passé et être reconnaissant de ce qu’il vous a appris tout en allant de l’avant grâce à cette judicieuse connaissance. Avec cette information, je suis sûre que vous réfléchirez à deux fois dorénavant avant de coucher avec quelqu’un, du moins, veillez à vous protéger!

Je vous souhaite beaucoup d’amour.

Sources et pour plus d’informations:

(1) fr.wikipedia.org/wiki/Chimère_(mythologie)

(2) http://www.amjmed.com/article/S0002-9343%2805%2900270-6/abstract

http://jenapincott.com/do-you-carry-the-dna-of-your-former-lovers/ / collective-evolution.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *