L’ aspartame endommage notre cerveau même en petite quantité

de | 15 février 2015

L’ aspartame endommage notre cerveau

aspartame endommage notre cerveau

Saviez-vous que l’on avait prouvé que l’Aspartame endommageait le cerveau en laissant des traces de Méthanol dans le sang ? C’est à se demander pourquoi l’aspartame a été approuvé comme « non dangereux » et se trouve dans des milliers de produits alimentaires. Actuellement, plus de 90 pays ont donné leur accord pour utiliser l’édulcorant artificiel dans les aliments.

Étant donné que l’aspartame a un pouvoir sucrant 200 fois plus élevé que celui du sucre, les fabricants peuvent produire leurs aliments sucrés et les commercialiser en tant que «faibles en calories » afin de pouvoir les commercialiser et attirer des millions de personnes en les faisant passer pour des produits « régime ». Il ne fait aucun doute que moins vous avez de sucre dans votre alimentation, mieux c’est. Mais remplacer le sucre par de l’aspartame n’est pas la solution, et en fait il se peut que ce soit encore pire pour votre santé.

D’après mon expérience personnelle, l’Aspartame m’a toujours fait des trucs bizarres dans la tête quand j’en consommais. Quand je consomme de l’Aspartame j’ai des maux de tête, des étourdissements et des nausées. Mais ce n’est pas pire que ce que les recherches proposent. Alors je me demande, et tout le monde devrait se poser la même question : Avec toutes les recherches sur l’aspartame et ses effets dangereux, même en petites quantités, pourquoi est-il encore approuvé par la FDA et d’autres organismes de santé comme étant sans danger pour la consommation humaine? Il existe de meilleures solutions disponibles et avec moins de risques et d’effets secondaires.

De quoi est faite cette charmante substance ?

Une molécule d’Aspartame essentiellement constituée de trois substances différentes. Les 90% de la molécule sont constitués de deux acides aminés naturels, l’un étant l’acide aspartique et l’autre la phénylalanine. Les 10% restants sont constitués/composés d’une liaison d’ester méthylique (y compris le Méthanol). Le méthanol est libéré de l’aspartame dans les heures suivant sa consommation et commence à traverser le corps par le sang. Une fois que la liaison d’ester méthylique est cassée, elle libère de l’alcool méthylique ou méthanol (alcool de bois).

Le gros problème avec le méthanol, c’est qu’il se transforme en formaldéhyde après avoir traversé facilement votre barrière hémato-encéphalique. C’est le formaldéhyde qui cause des lésions cérébrales. Alors que les animaux sont capables détoxifier leur organisme du méthanol, les humains n’ont pas cette capacité. Il n’y a pas besoin d’être un génie pour se rendre compte que l’accumulation du formaldéhyde dans le cerveau n’est pas une bonne chose.

L’ aspartame endommage notre cerveau quel est le problème avec le méthanol ?

Comme mentionné ci-dessus, ici le méthanol est le vrai problème, c’est ce qui se transforme en formaldéhyde. Bien que l’on pense souvent que l’acide formique est le problème avec l’aspartame, en fait c’est le formaldéhyde. Le formaldéhyde est une neurotoxine grave et cancérogène. Selon l’Agence de Protection Environnementale, le méthanol est considéré comme étant un poison cumulatif, qui signifie qu’il s’accumule dans le corps et est très peu excrété à chaque fois qu’il est consommé. Le méthanol est une toxine qui détruit la myéline dans votre organisme, un isolant autour de vos nerfs qui permet aux signaux nerveux de voyager correctement. Une fois blessés, on peut avoir ce qu’on appelle des symptômes démyélisants qui sont plus connus sous le nom de sclérose en plaques et également des migraines qui peuvent inclure des perturbations étranges et incohérentes du champ visuel.

Mais ça doit être sans danger à petites doses !

Alors qu’il est plus logique de ne pas avoir du tout de Méthanol dans l’organisme, l’APE a accepté la limite de consommation reste à 7,8mg/jour. Pourquoi nous acceptons quand même de petites quantités de substance toxique dans notre corps, cela me dépasse. Mais certains pensent que nous pouvons toujours consommer cette substance à petites doses. Selon Woodrow Monte, directeur du laboratoire des sciences alimentaires et de nutrition à l’Université de l’Etat d’Arizona: « Lorsque les sodas light et les boissons gazeuses, sucrées à l’aspartame, sont utilisés pour remplacer la perte de liquide pendant l’exercice et l’effort physique dans les pays chauds, la consommation de méthanol peut dépasser 250 mg / jour soit 32 fois la limite de consommation recommandée par l’Agence de Protection de l’Environnement pour cette toxine cumulative ».

En outre, il indique qu’en raison de l’absence d’un couple d’enzymes clé, les humains sont beaucoup plus sensibles aux effets toxiques du méthanol que les animaux. Par conséquent, les tests d’aspartame ou de méthanol sur les animaux ne reflètent pas exactement le risque pour les êtres humains. « Il n’existe pas d’études sur les humains ou les mammifères pour évaluer les effets possibles mutagènes, tératogènes ou cancérigènes de l’administration chronique d’alcool méthylique, » a-t-il déclaré.

Comment pouvez-vous savoir que vous avez ingéré trop de méthanol? Vous pouvez avoir des maux de tête, des bourdonnements d’oreilles, des vertiges, des nausées, des troubles digestifs, de la faiblesse, des vertiges, des frissons, des trous de mémoire, un engourdissement et des douleurs lancinantes dans les extrémités, des troubles du comportement et une névrite. Les troubles de la vue sont un autre signe très connu de l’empoisonnement au méthanol. Et à ce problème s’ajoute l’un des acides aminés de l’aspartame, l’acide aspartique est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique. Là, il attaque vos cellules cérébrales, créant une forme d’hyper stimulation cellulaire appelée excitotoxicité, qui peut entraîner la mort cellulaire.

Votre barrière hémato-encéphalique, qui protège normalement le cerveau de l’excès d’aspartate, ainsi que des toxines, n’est pas en mesure de vous protéger convenablement contre les effets de la consommation d’aspartame, car elle:  -N’est pas entièrement développé pendant l’enfance  -Ne protège pas complètement toutes les zones du cerveau  -Est endommagée par de nombreuses maladies chroniques et aiguës.  -Permet l’infiltration de l’excès d’aspartate dans le cerveau même intact.

Cet excédent d’aspartate commence lentement à détruire les neurones, et la grande majorité (75 pour cent ou plus) des cellules nerveuses dans une zone particulière du cerveau sont tuées avant que les symptômes cliniques d’une maladie chronique aient été détectés. Puis, quand ils sont effectivement détectés, ils peuvent ou pas être associés à la consommation d’aspartame, même si des exemples de maladies chroniques qui sont aggravés par l’exposition à long terme à des lésions d’acides aminés excitateurs comprennent: La sclérose en plaques (SP), SLA (sclérose latérale amyotrophique), des problèmes hormonaux, la perte de mémoire, l’épilepsie, la perte auditive, la maladie d’Alzheimer, la démence, les lésions cérébrales et des troubles neuroendocriniens.

L’ aspartame endommage notre cerveau, il peut être facile pour nous de dire que c’est truc est bon à petites doses, et que comme il ne nous a pas encore tué, il ne peut pas être mauvais.

Mais il semble qu’il y ait une explication à notre raisonnement. Sommes-nous simplement dépendants de ces substances ? Avons-nous peur d’admettre que nous nous sommes empoisonnés nous-même ? Sommes-nous incapables de reconnaître que la FDA et les agences de santé nous ont menti ? Peu importe la raison, il arrive un moment où nous devons regarder la vérité en face et commencer à regarder comment nous pouvons commencer à faire de nouveaux choix. Retournons à quelque chose de plus sain et plus en phase avec notre corps. Nous nous endommageons vraiment et nous devenons totalement insensibles à la vie. Ce sont des substances comme l’Aspartame et le Fluor qui causent ces problèmes et la différence à faire pour éviter ces substances est monumentale pour notre qualité de vie et notre conscience.

Il y a une chose que je voulais vraiment ajouter à cet article, qui est axée sur nous-même.

Il s’agit non seulement de l’aspartame mais aussi de la nourriture, des boissons, des cosmétiques, ect. Nous avons tous consommé ou utilisé à un moment ou un autre des produits qui ne sont pas si bien que ça pour notre organisme. La plupart des produits d’usage quotidien que nous utilisons contiennent des produits chimiques très toxiques, c’est juste que nous passons beaucoup de temps à voir des publicités sur ces produits, où les gens semblent tous heureux en les utilisant et en regardant les belles étiquettes que nous ne réalisons pas à quel point ce truc est mauvais pour nous.

La question que je veux soulever ici est, pourquoi lorsque l’on nous donne des informations sur les produits chimiques et les produits toxiques nous nous mettons en colère sur les informations et nous voulons justifier pourquoi nous continuons à les utiliser dans notre corps, sur notre corps et sur la planète? Même si quelque chose comme l’Aspartame n’est qu’à moitié dangereux, pourquoi en voudrions-nous quand même ? Pourquoi la connexion avec notre corps est si perdue que nous voulons le soumettre à des toxines, des cancérogènes, des produits chimiques et d’autres produits qui de 1 ne sont pas programmés en tant que naturels et de 2 pour commencer ils ne devraient pas être proches de notre corps.

Il semble que le plus gros problème ici n’est pas seulement que nous soyons totalement déconnectés de notre corps mais aussi de la planète. C’est devenu une question de confort, d’argent, de bonheur temporaire qui remplit les vides affectifs. On remplace le sucre par de l’aspartame ce qui est une mauvaise chose à faire. Qu’est-ce qui ne va pas avec les fruits ? Les légumes ? Les noix ? Les graines ? Pourquoi avons-nous toujours besoin de ces produits avec des arômes artificiels et chimiquement améliorés qui sont terribles pour notre santé ?

Aspartame ou pas aspartame, la vraie chose à observer ici est la déconnexion avec notre corps, la vie et la planète.
L’ aspartame endommage notre cerveau

Sandra Véringa

Une réflexion au sujet de « L’ aspartame endommage notre cerveau même en petite quantité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *